[TR] Les trips du Doub

  • 164 Réponses
  • 37975 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #105 le: 21 juin 2017 à 17:34:24 »
Mdr le 1er crédit ! Faudrait faire un concours des valeurs les plus basses en chute/vitesse etc ... Celui là a toutes ses chances ! Comment c'est possible de pondre un truc pareil volontairement ? Et acheté d'occasion en plus ! Ils ont du le payer 50€ c'est pas possible !

*

Doubick

  • *******
  • 1 085
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #106 le: 21 juin 2017 à 23:44:43 »
Comment c'est possible de pondre un truc pareil volontairement ?

Tu m'étonnes, quelle bande d'escrocs... Faut vraiment s'appeler Soquet pour oser ça.

*

Doubick

  • *******
  • 1 085
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #107 le: 22 juin 2017 à 22:02:54 »

Le trip Jean-Monique




Pourquoi trip Jean-Monique ? Parce que la veille du départ, j'ai fait découvrir à mes petits camarades la merveilleuse vidéo "Education sexuelle" d'Arte, qui est trouvable sur YouTube, et que je vous invite à découvrir sans attendre. Évidemment, c'est une vidéo et des répliques que nous aurons trainé pendant tout ce séjour, cela va sans dire. Ça y est, il est grand temps de retrouver les parcs dignes de ce nom. Ça faisait des années que celui-ci me faisait de l’œil ! Tivoli Gardens est un parc urbain, trouvant attache en plein cœur de Copenhague depuis l'ouverture des jardins en 1843. Autant dire qu'ils ont vu passer de la populace ! En plus d'être un parc d'attractions, Tivoli est également un lieu de vie pour les locaux. Un lieu de rassemblement et de retrouvailles, où chacun vient avec sa famille, ses amis, son éphèbe ou sa dulcinée. On n'y vient pas forcément pour faire des attractions, mais pour boire des coups, assister à un concert, se promener dans les jardins... D'où les plus de 4 millions de visiteurs annuels qui ressortent chaque année. Allez, faisons place au TR, et inaugurons ce trip scandinave comme il se doit ! Le temps n'est pas avec nous ce matin, mais ça se lèvera dans la journée.

Ah, je crois qu'on est sur la bonne route !

Quel flair !

Une fois à l'intérieur, on ne sait plus trop où donner de la tête. Le parc est magnifique, très entretenu, avec un charme fou. Et ce ne sont pas les quelques gouttes de pluie qui vont venir nous gâcher le plaisir ! Alors avant d'attaquer avec les attractions, profitons quelques instants des allées de Tivoli Gardens.

Une scène où se produisent des spectacles durant la journée.

Ça a de la gueule non ?

Plutôt ouais !

Le seul truc qu'on n'a pas compris, c'est la partie Silent Hill 4.

La mafia locale s'entraîne au stand de tir.

Ah ! J'entends vrombir le premier crédit !

Il s'agit de Rutschebanen, qui signifie tout simplement "Montagne-russe" en VF. C'est un très vieux Wooden, ouvert en 1914, à l'époque où on savait faire des attractions qui débitent (près de 3200 personnes par heure théorique, soit autant qu'un très gros Dark Ride Disney !). L'attraction reste très fun à rider malgré son âge respectable, et le breaker présent au centre du train ajoute à ce côté vintage du plus bel effet. Alors non, pas d'ejector, pas de pluie de Gs, pas de drop vertigineuse, mais une attraction garantie 100% fun que vous riderez plusieurs fois dans la journée, à coup sûr !

La clique est prête pour son premier +1 danois !

La voiture de ces messieurs est avancée.

Et paf, transition météo ! C'est Hollywood ici.

Tout ça a vraiment de la gueule.

Peu importe la taille de la file, elle dure à peine quelques secondes.

La place du breaker.

Et en avant Simone !

Au-delà de son aspect vintage, le layout a su conserver une bonne part de fun.

Et c'est pas pour nous déplaire !

Autre attraction oldschool sans l'être, et au rendu franchement sympathique, c'est Minen, un Dark Ride intéractif en bateau et sans scoring qui nous a pas mal fait penser au flume d'EP, notamment pour sa partie dans la grotte. Je ne suis pas en train de dire que ça casse des briques, mais ça a un charme certain ! Et ça, je vais souvent le dire ici.

Vous l'aurez deviné, c'est par là.

Quand vous entendrez les sons qu'émettent vos flingues, le terme "piou-piou" prendra tout son sens.

Après quelques conneries ridées, entre Break Dance et autos-tamponneuses, nous voilà arrivés devant le deuxième crédit de cette journée, à savoir Odinexpressen, le Powered Mack du coin. Ouvert en 1985, le grand-huit sillonne élégamment au-dessus des allées du parc et des toits des bâtiments. Malheureusement, il reste ce qu'il est, c'est-à-dire un Powered Mack. Ok, il bourre plus que la moyenne, mais c'est pas non plus le crédit du siècle.

Comme convenu, le Break Dance contractuel...

Ainsi que les autos-tamponneuses.

Ça, non...

Et ça non plus.

Mais ça oui, évidemment !

D'ailleurs, on y monte !

Disons que pour se balader, c'est mieux qu'un monorail. M'enfin.

Par ici la sortie.

Dans la série "on fait tout ou on fait rien", je vous propose un petit Dark Ride -attends, tu vas dire avec du charme ?-, mais tout à fait ! Avec du charme ! Den Flyvende Kuffert nous emmène à la rencontre des contes d'Andersen, sans les fins tragiques qui les accompagnent souvent. La cible est très enfantine, mais l'impression d'être plongé dans un coffre à jouet est fort sympathique. C'est joli et mignon, grand et fourni, et quand on a une âme de gosse, ça fonctionne forcément !

La devanture de l'attraction ne permet absolument pas de deviner ce qui s'y cache.
D'autant plus quand il manque des lettres.
Depuis quand tu parles danois toi ? T'aurais compris avec les lettres ? Non ? Voilà.

Quand j'ai dit qu'on avait l'impression d'être plongé dans un coffre à jouet !

Ici, une illustration du "Briquet", conte de 1835.

Les 3 chiens qui gardent les coffres que le soldat doit récupérer dans le conte.

Ici, "Le stoïque soldat de plomb", 1838.

"Poucette", 1835.

La petite sirène, évidemment ! Bon, pas la scène où elle meurt,
transformée en écume, après que le prince se soit marié avec une autre.

"Le rossignol et l'Empereur de Chine", 1843.

"La princesse au petit pois". Aucune référence au fait qu'elle soit con, mais plutôt à sa peau délicate !
Sa peau de princesse, quoi.

Bon, je ne vais pas tous vous les faire, hein ! Y en a une belle quantité ! Toujours est-il que c'est un chouette petit Dark Ride ! Ah ? Tiens ? Mais qu'entends-je ? Un train B&M ?

Le voilà !

Oui, absolument ! Un train de Floorless même ! Il s'agit de Daemonen, un grand-huit helvète très compact de 20 mètres de hauteur, 564 mètres de rails et 3 inversions (Loop, Immelmann et Zero-G Roll). Vous imaginez si vous aviez un Floorless B&M en centre-ville vous ?

Là, pas besoin d'avoir d'imagination. C'est bien réel.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est très joli !

Il est temps de voir ce que ça donne !

C'est parti Johnny.

Le grand-huit vaut surtout pour son côté "bête de foire", le truc qu'on veut absolument voir, parce que trouver une telle bête en plein parc citadin, superbe et bien intégrée, à côté des rues principales de la ville et face aux habitations, c'est quand même improbable. Maintenant, le coaster en lui-même est très classique, c'est un condensé de ce que faisait B&M il y a 15 ans, mais en moins puissant. Le plaisir de ride est présent, parce qu'honnêtement, ça tient la tête haute à beaucoup de bestioles de la même taille, mais on n'y reviendra pas sempiternellement. Un grand-huit sympathique, mais ça s'arrête là. Je lui préfère d'ailleurs Rutschebanen.

Envoyez le boudin !

Le Loop est assez serré.

Sans être pour autant fourni en Gs.

Tout comme l'Immelmann.

Ici, le Zero-G Roll.

Retour au bercail !

Allons maintenant chercher quelques flat rides à sensations.

Avant de nous attaquer à un flat ride des plus incroyables, allons tâter de la Tour S&S. Cette Space Shot est tout ce qu'il y a de plus classique mais permet d'avoir une vue imprenable sur Copenhague, alors qu'à cela ne tienne !

N'oubliez pas l'appareil photo.

Y en a quelques-unes à prendre !

L'attraction qui suit est redoutable rien qu'à voir tourner. Rien qu'en bas, vous ressentez toute la puissance de cet incroyable brol. Le genre de truc que les gens préfèrent regarder les pieds bien ancrés au sol, plutôt que de s'engager dans la file d'attente ! Je vous invite à aller voir quelques vidéos de Vertigo sur YouTube, tout ça sera bien plus parlant ! Il s'agit donc d'un Flying Fury du constructeur italien Technical Park. Le concept est simple. Vous montez par 4 dans une nacelle en forme d'avion à réaction, qui ira, selon votre choix, en avant ou en arrière tout le long du ride (on vous conseille l'avant, histoire d'éviter tout risque de nausée). De toute façon, l'opérateur vous placera selon votre souhait, donc pas de piège !

Le programme commence fort. Sans que le bras ne bouge, l'avion fera des rotations latérales à 1 mètre du sol, avant de s'élancer dans les airs, pour vous envoyer à 40 mètres de hauteur. Le bras se mettra ensuite à tourner comme sur un Booster, pendant que l'avion enchaînera ses rotations latérales. Puis la nacelle se bloquera de face, et le bras prendra de la vitesse. Une vitesse hallucinante qui vous empêchera de lever le moindre petit doigt, et vous contractera tous les muscles. Amis des voiles noirs, bonjour ! Vous effectuerez ainsi des rotations sur un axe de 40 mètres à pleine blinde, avant que le bras ne ralentisse et que l'avion ne recommence ses rotations latérales. Et voilà, c'est fini. Et putain, que ce fût intense ! Oubliez vos Boosters de foire, à côté, c'est peanuts ! Une attraction absolument hors du commun à essayer au moins une fois, alors prenez vos couilles ou vos ovaires à deux mains, et lancez-vous !

Là, ça va chier.

La vitesse de cette attraction est complètement insensée, c'est jouissif mais éprouvant !

Faites gaffe à qui vous collez dedans, c'est pas gerbant mais y a de quoi y laisser des plumes pour le reste de la journée !

Bien sûr, Tivoli Gardens possède aussi quelques flat rides moins intéressants, dont voici un petit panel.

Un vieux Condor, ouais, ça c'est pas possible.

Une vieille carpet allemande, bof. C'est fait mais c'est évidemment pas glop. Et le tour dure 3 jours.

Non.

J'ai passé l'âge, mais j'aime bien le design home-made !

Là j'ai juste passé l'âge.

L'hôtel de ville de Copenhague vu depuis l'intérieur du parc.

En route vers le prochain flat ride qui nous offrira une superbe vue sur Copenhague, nous profitons de notre balade.

Empruntons donc ce petit pont.

Parce que le parc est juste magnifique.

Vous trouvez pas ?

Si seulement le Jardin d'acclimatation pouvait être un Tivoli Gardens-like...

On irait peut-être plus souvent !

Ah ! Le flat ride convoité pointe le bout de son nez !

Alors descendons les allées...

On aura fait un petit détour Fun House au passage.

Dont voici l'entrée. Allez voir à l'intérieur, y a de quoi se marrer quelques minutes !

Rien qu'à travers ces photos, vous pouvez sentir l'ambiance du lieu !

Qui est tout simplement formidable.

Même leurs tacots ont de la gueule.

Allez hop ! Retournons voir Copenhague vu du ciel !

Bon, il nous manque un crédit dans tout ça, faut y remédier ! Alors direction Karavanen, le Tivoli Zierer local, en version Small s'il vous plaît.

C'est tipar.

Qu'est-ce qu'on se marre !

Preuve en est.

Et quoi de mieux pour poursuivre que Rasmus et sa pote avec un pot de pissenlits sur la tronche ?

Et voilà, on a fait le tour des attractions de Tivoli Gardens. Fort de son flat ride des plus puissants qui soient, de son Wooden qui a connu la première guerre mondiale et s'avère encore très fun à rider, ou encore Daemonen, tout de même une sacrée machine pour un centre-ville, le parc est surtout particulièrement agréable à visiter, du fait de son ambiance de fête citadine constante et du soin apporté à chaque allée, chaque bosquet, chaque petit bâtiment.
On peut passer des heures à flâner, entre potes ou en famille, venir écouter un groupe de jazz dans un kiosque ou un plus gros nom sur la scène principale, une binouze à la main. Et ça, c'est l'esprit de nombre de parcs scandinaves, comme vous pourrez le lire dans les TRs suivants ! Une très belle façon de commencer ce trip !

P'tit concert de jazz au calme...

Avec pour voisin un Floorless B&M.

Ici, la main stage de Tivoli Gardens.

Où se produisent de grands noms de la scène actuelle.

Et entre deux tours de Rutschebanan...

On s'est posé pour boire une binouze, en photographiant un cul de fafou.

En compagnie de l'indispensable Jean-Raymond, tout à fait.

Le soleil commence à se coucher.

Et après cette quasi nuit blanche, il est temps de rentrer se coucher.

Même si je vous invite vraiment à voir le parc de nuit.

Qui doit être particulièrement magnifique.
« Modifié: 29 juin 2017 à 19:13:49 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 085
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #108 le: 25 juin 2017 à 22:40:50 »

Le trip Jean-Monique




Situé à une centaine de kilomètres de Copenhague, Sommerland Sjælland n'est pas le parc le plus cheap du Danemark, malgré ce qu'on pourrait croire de prime abord. Alors oui, aucune grosse attraction au rendez-vous (j'ai même envie de dire aucune bonne attraction), mais un lieu dans lequel nous avons passé un bon moment, car très vert et entretenu, donc permettant une bonne balade, avec quelques activités de-ci de-là, sans bien sûr constituer un motif de visite valable si vous n'êtes que de passage au Danemark. D’ailleurs, les points vraiment positifs sont assez rares, et l’amusement s’est plutôt fait indépendamment des qualités du parc, dans des petits délires entre potes. Voyons néanmoins ce que tout cela donne de manière plus approfondie.

Une chose est sûre, nous sommes bien au Danemark.

Le parc est particulièrement grand, avec bien plus d'hectares que d'attractions.

Du coup, quand on en trouve une, on ne peut pas passer à côté.

Quand je vous dis que le parc ne brille pas par ses attractions, il s'agit surtout de ses attractions mécaniques. Parce que là, nous tombons sur la plus grosse attraction du parc, à savoir Vildkatten. Il s'agit ni plus ni moins que d'un Zyklon Pinfari, c'est la fête ! 11 mètres de haut, 365 mètres de large, et surtout plein de baffes dans la gueule dans ce qui se fait de pire niveau harnais, chaque virage apportant ses torgnoles et chaque banking son lot de facepalms. Zéro pointé !

Ça va faire mal.

La voiture des masos de service est arrêtée.

Y a plus qu'à prendre des coups !

Cramponne-toi malheureuse !

Heure du décès : 11h02.

Remettons nos cervicales en place en visitant le reste du parc, plutôt agréable et d'un calme reposant, avec une petite zone western joliment faite que nous allons découvrir ensemble.

On aura bien sûr fait notre petit tour de bumper.
Mais les collisions à 2 à l'heure et les poteaux en plein milieu du plateau n'auront pas joué en sa faveur.

Island Coaster ! C'est un crédit ? Bon, premièrement, y a pas de crédit en Islande, pas même une pomme foraine.
Deuxièmement, c'est un simulateur. Ok, au suivant.

Petite aire de jeu pour mioches, avant qu'on attaque les fameux parcours des parcs danois.

Cette zone est franchement sympathique.

Avec des bâtiments thématiques...

Contre-champs.

Quelques malfrats recherchés.

Des attractions thématiques aussi.

Même si ça ne fleure pas l'originalité, c'est meugnon tout plein, et surtout cohérent.

Ce n'est pas parce qu'il y a des rails que ça fait +1.

Non, c'est pas encore tout à fait l'heure.

Alors ça ne se voit pas sur ces photos, mais les bûches sont bien en train de se consumer.
En France, on aurait déjà 15 morts.

Quelques activités sont possibles sur le lac.

On peut par exemple le traverser pour aller visiter l'île en face.

Où nous sommes bien sûr allés, dans l'espoir de trouver un Terrain Coaster caché.

Rentrés bredouilles, nous sommes finalement allés voguer.

Comme des glands, on a zappé qu'il y avait une petite partie aquatique à Sommerland Sjælland. Du coup, on aurait pu rester une heure de plus sur les 2 petites heures qu'ont duré la visite. Mais à voir de l'extérieur, si ce n'est un petit rafraîchissement, on n'a sûrement pas raté grand chose.

N'est-ce pas ?

Qu'à cela ne tienne, nous sommes déjà en route vers la prochaine attraction.

Dont nous ne savons pour le moment encore rien.

Rapprochez le panier, va y avoir un accident.

Le suspens est levé : l'attraction suivante était un pédalo.

Un pédalo assez wild d'ailleurs.

Cependant bien moins que le parcours du parc.

Qui l'est lui-même moins que dans d'autres parcs danois, c'est vous dire !

Attention, ça mouille.

Un Gorissen avec le sens de l'aventure.

Attention à ne pas vous tromper de plaque, ou vous finirez avec les pieds dans la flotte.

Une fois la sortie du parcours atteinte, nous tombons nez-à-nez avec un étrange Boat Ride, puisque celui-ci à la particularité d'opérer de façon totalement autonome, donc sans aucun opérateur. Pour le reste, on a affaire à un ersatz de Jungle Cruise, vieillot et assez longuet, rien de bien folichon.

Un 4x4 cougar, ça peut être pas mal pour le trip !

Allons voir le boat ride de plus près.

En piste.

Jurassic Park ?

Putain mais on est à IOA bordel !!

Bon, c'est Jurassic Park Tchernobyl là, mais peu importe.

Tu maîtrises mec.

Qu'y a-t-il dans la grotte aux merveilles ?

Un mec qui crâme. D'accord.

Ok. On peut sortir de cette caverne svp ?

C'est pas la forme pour tout le monde visiblement.

Qu'y a-t-il à 10 mètres ?

Ah, la sortie, ok.

Et avec toutes ces émotions, on en oublierait presque le second crédit, à savoir VildBassen. Un crédit effectivement oubliable puisqu'il s'agit d'une pomme. Ah oui, les attractions, c'est pas vraiment leur fort.

Oula...

Allez Jørgen, envoie le bousin, qu'on crédite tout ça !

Ça envoie du pâté comme on aime !

Et ça fait surtout +1.

Nous terminons notre visite avec les environs de ce formidable grand-huit. À quelques mètres se situe l'incroyable nouveauté 2016, à savoir... Un berger allemand ! Oui m'sieurs dames !

La concurrence n'a qu'à bien se tenir.

Dans ces environs toujours bucoliques, je vous propose un tour de tacots.

Ou de Rockin' Tug.

Ou encore de Heege, parce que même au Danemark, on en trouve !

Le fafou s'envole vers d'autres cieux.

Au final, c'est sur ces conneries qu'on se sera le plus amusé.

À Sommerland Sjælland, les choses simples sont souvent les meilleures.

Et d'ailleurs, on aura fini la visite en faisant 20 minutes de boing boing !

Que peut-on dire de Sommerland Sjælland ? Qu’objectivement, c’est pas folichon. Les attractions sont toutes plus flinguées les unes que les autres, et rien ne vous fera passer plus de 2h sur place. Le parc a pour lui d’être très vert et très entretenu, sauf dans les zones où le côté sauvage s’avère être un choix cohérent (le parcours d’obstacles ou le pédalo touffu). Comme dit plus haut, nous aurions pu ajouter 1h à notre visite si nous avions emmené nos maillots de bain, puisque le parc propose une petite zone aquatique qui peut être assez agréable lors des rares périodes de chaleur du Danemark. M’enfin, heureusement que nous étions entre potes, prêts à s’amuser de tout, parce qu’autrement, c’est pas la bérézina. Donc mis à part les trampolines et le parcours, que vous trouverez dans tous les autres parcs, rien ne justifie la visite de Sommerland Sjælland.
« Modifié: 29 juin 2017 à 19:14:12 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 085
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #109 le: 26 juin 2017 à 16:33:06 »

Le trip Jean-Monique




Considéré comme l'un des plus vieux parcs d'attractions du monde, Bakken ouvrit ses portes sous la forme d'une source thermale en 1583, qui attira suffisamment de monde pour que l'on décide d'ajouter quelques bateleurs et autres attractions. Après que le site soit devenu une zone de chasse fermée pour et par le roi Frédéric III en 1669 (la source étant au cœur d'une forêt bien fournie en gibier), Bakken réouvrit au public quelques années plus tard sous l'égide du roi Christian V, qui en fit un véritable parc avec différentes attractions, des activités ludiques ainsi que des restaurants.

Et c'est en 2016 que nous débarquons, forts de notre envie d'en découdre avec les attractions plus ou moins jeunes des environs. Plus ou moins, oui, car le panel s'étend des années 30 aux années 2010, ce qui donne au lieu un charme certain. L'aspect vieille fête foraine est très sympathique et, comme Tivoli Gardens, Bakken est un lieu de vie où les locaux viennent partager des moments, boire des coups, se promener, etc... De ces parcs où l'entrée est soit gratuite, soit très peu chère, et où l'accès aux attractions nécessite un bracelet payable en supplément. Le parc ouvrant souvent en milieu d'après-midi pour fermer en fin de soirée, nous arrivons qui plus est avec une bonne matinée de sommeil au compteur. Partons donc à la découverte de Bakken sans plus attendre !

On commence la visite avec du lourd.

En effet, quoi de mieux qu'un Tivoli Small pour se mettre en jambe ?

Au début du tour, l'opérateur s'amuse à bloquer le train dans le lift, avant de le propulser.
Le Space Mountain local en somme.

Bucolie quand tu nous tiens.

Le parc est pittoresque, rien ne fait artificiel. On sent bien que ce lieu a du vécu, que beaucoup y sont passés avant nous, de toutes les générations. Son évolution au fil du temps est palpable, mais rien qui ne vienne défigurer le côté vieille fête qui lui sied tant. Nous trouverons par ailleurs quelques stands assez amusants et pas communs par chez nous. En effet, assis sur une plate-forme en hauteur, un clown vous invectivera et vous provoquera pour que vous veniez tenter de vous faire honneur en le faisant tomber de son perchoir. Pour cela, il faudra balancer des boules sur une cible qui, si elle est atteinte, ouvrira la plate-forme et fera chuter le beau-parleur le cul en avant sur un trampoline situé en contrebas. Avant, c'était dans un bassin, c'était quand même plus cocasse, mais qu'importe, le concept est plutôt fun !

Allez papy ! Fais-toi justice !

La boule touchera-t-elle la cible ? La réponse est non.

C'est déjà l'apéro ? Ils font tout plus tôt que chez nous dans le nord de l'Europe.

Non, ce ne sera pas notre prochain ride.

Ça par contre oui, on a fait !

Pour le reste, ça se précise !

Allons donc vers Tornado, le Spinning Intamin très court (300 mètres) et réputé pour être particulièrement nerveux.

Et croyez-moi, ce n'est pas une réputation usurpée... Nous montons donc dans des nacelles de 4 où nous nous faisons face. Je m'assoie à côté du fafou, et, dans le lift, nous nous lançons un regard complice : "Tu te souviens des TRs sur Tornado ?" - "Oui". Les deux autres, tout à fait innocemment, ne s'attendent pas à un pareil bazar. Fafou et moi nous accrochons fortement à nos harnais. Le lift accélère en fait à une vitesse improbable, et nous envoie comme des guedins à travers une drop très brusque et abrupte, le tout avec une vitesse beaucoup trop élevée pour ce layout. Les virages sont très serrés, les cassures très fortes, les changements de direction surréalistes... C'est un vrai rodéo dans lequel on s'accroche en serrant les dents.

Et qui dit Spinning dit qu'il est impossible d'anticiper le layout, puisqu'on lui fait dos, on est de côté, ou on a la tronche du rider devant nous lorsqu'on est face aux rails. Encore heureux que la lumière du jour traverse le bâtiment. C'est hyper velu, bien plus qu'un Space Mountain au MK ou qu'un Eurosat à EP. Faut se l'enquiller, parce qu'on se fait vraiment malmener. Je ne me suis pas pris de coup, mais ça n'en est pas moins hyper brutal, et encore une fois, beaucoup trop rapide pour que le layout passe crème. On fait difficilement plus nerveux que ce genre de machine, mais là, ça l'est trop. Faut y aller en connaissance de cause, c'est important. Et pas en dilettante genre "je lève les bras c'est la fête". Surtout pas. De toute façon, la transition lift/drop aura tôt fait de vous calmer.

Heureusement qu'on a droit aux harnais souples.

Vous n'avez pas idée du bordel qu'il se passe à l'intérieur de ce bâtiment.

Et c'est un Spinning qui spinne vraiment, il ne fait pas semblant !

Même sur les freins de fin de parcours, où on est restés plus d'une minute
à tourner comme des porcs, en gueulant désespérément pour que ça cesse.

En face de Tornado se trouve Rutschebanen. Non, ce n'est pas la montagne-russe de Tivoli Gardens, mais bien un autre Wooden, plus jeune cependant, puisqu'il date de 1932. Hélas, il ne possède pas le charme de son aîné, puisque les trains ont été remplacés en 2010. Exit le Breaker, place à la "modernité". Des guillemets, oui, parce que quand on parle de KumbaK, modernité rime avec féodalité. Les trains sont assez désagréables et hachurent un layout pourtant fendard, sans pour autant atteindre la catastrophe intersidérale qu'est Stampida avec ces machines de torture. Pour autant, on ne peut que faire le parallèle avec le Wooden de Tivoli Gardens ridé deux jours plus tôt. C'est dingue à quel point des trains peuvent tout flinguer, car si l'un est smooth, l'autre est beaucoup plus rude et rigide. Et sans être pour autant un mauvais Wooden, je lui préfère largement l'ancêtre de Copenhague, malgré un passage dans les parties d'une femme de joie dont je vous laisserai la découverte.

Encore un contemporain de Jean Cocteau.

La structure est tout de même imposante !

Pas besoin d'être dedans pour comprendre que les trains sont nazes à souhait.

Il n'est pas droit ton lift Maurice. T'as picolé ou quoi ?

N'allez pas chercher d'airtime sur les camelbacks, on n'est pas sur un Plug'n'Play les enfants.

Les passagers doivent tous se placer à l'avant pour éviter les rollbacks.
Le seul moyen de rider à l'arrière, c'est de remplir le train.

Ces peintures cachent la structure et les backstages le long du ride.

On se fait un petit pot pourri des quelques conneries ridées à Bakken ? C'est parti !

Pas forcément une connerie mais un classique (de faible hauteur), une Space Shot S&S.

D'à peine 24 mètres.

Un 4D tout nul.

Un cinéma intéractif qu'on n'en peut plus de voir.

Jouer au cow-boy sur ces montures en plastique, j'en ai plein le cul.

On aura éclaté de la taupe.

Fait du karting où il est impossible de doubler qui que ce soit.

Éclaté de rire devant un ride qui nous rappelle une vidéo formidable.

On n'aura pas fait ça.

Mais on aura fait bouing bouing.

De même que ce Dark Ride tout moisi...

Dont on est sortis assez circonspects !

Du coup on n'avait pas forcément envie d'enchaîner sur le train fantôme.

Qui a l'air d'être vraiment formidable.

Ici, ce qui nous aura bien fait rire aussi, c'est pas tant le bateau, puisque c'est juste un bateau...

Que cette opératrice qui fait tranquillement son tricot. T'imagines ça deux minutes à DLP ?

Bon, c'est pas tout ça, mais y a encore du crédit à faire ici.

Reprenons les choses sérieuses avant de passer nous aussi à l'apéro, avec Racing, un Flitzer Zierer racheté par le parc dans les années 80 mais existant depuis 1971. Il n'en reste plus que 2 dans les parcs européens, avec celui de Freizeitpark Plohn.
Rien de sensationnel mais ça reste amusant à rider une ou deux fois. Contrairement à celui de Plohn les quelques décors épousant le ride font la différence. Le côté vintage de la chose ajoute forcément un aspect plaisant à la bête.

Alors on se fait badger le poignet...

On grimpe tout là-haut...

Et on se fait masser les fesses avec de petites vibrations dues à la structure et aux châssis d'époque !

C'est quand même une bonne usine à gaz ce bazar !

Laissons passer la petite averse en allant prendre un apéro bien mérité.

Chose promise, chose due !

Regard sournois.

Un paquet de petits vieux viennent d'entrée dans ce cirque, qui a l'air d'envoyer du rêve, qu'on se le dise.

Les Fun Houses danoises mettront votre oreille interne à rude épreuve.
Si vous voulez vous rappeler les joies de la biture, c'est idéal !

Ça aussi, ça mettra votre oreille interne à rude épreuve. Mais pas pour les bonnes raisons.

Quant au carrousel, aucun risque.

Allez, il reste encore 2 crédits à aller chercher, alors on se bouge un peu !

Eux, on ne les déboulonnera pas.

Non ! On veut du crédit !

Et en l'occurence, on va garder le meilleur pour la fin, et s'attaquer tout de suite à Vilde Mus. Les plus perspicaces d'entre-vous auront compris qu'il s'agit d'une Wild Mouse, une Mack plus exactement. Que dire de plus ? Rien, évidemment.

On préfère les Mus quand on les associe à la bière, mais celles-ci font +1, et c'est pas rien.

Un fun inaltérable.

Un layout sensationnel.

Et un debrief survolté.

Allons nous faire un petit coup de flume.

Sans trop de surprise, assez pauvre en intérêt.

Il est grand temps de s'attaquer à la meilleure attraction du parc, j'ai nommé Mine Train Ulven. Un family Intamin bien burné qui n'a de familial que la dénomination, en tout cas en ce qui concerne sa first drop. Je vous invite à vous mettre à l'arrière dès le premier tour, vous allez être très surpris ! Cette première descente, c'est un petit EGF, avec un bel ejector à la clef ! Le train se fera aspirer vers l'avant, et prendra beaucoup de vitesse alors que vous serez encore dans le lift, ce qui aura pour effet de vous envoyer dire bonjour aux écureuils au moment de passer la bosse qui donne sur la drop ! Le coaster garde ensuite une excellente vitesse tout du long et joue de ses intéractions avec la nature locale, frôlant les branches, s'engouffrant dans des tunnels et sous des head-choppers à toute vitesse, le tout avec une douceur très agréable. Le genre de coaster familial qu'on apprécierait de voir chez nous, mais qui serait considéré comme un Thrill Ride par beaucoup ! Une très bonne surprise que ce petit grand-huit, qu'on aura ridé une bonne dizaine de fois sans jamais se lasser !

Ça ne paie pas forcément de mine, mais une chose est sûre, c'est que ça va chier !

Ici, ce sera last row !

Ce qu'on ne sait pas à ce stade...

...c'est à quel point cette drop défonce.

Le grand-huit est planqué derrière les arbres et est particulièrement difficile à photographier.

Ce qui est certain, c'est qu'il est bien chouette !

Changement d'atmosphère à Bakken. La nuit se fait sur le parc, qui prend alors une nouvelle allure. Un charme ancien très expressif et communicatif, avec cette impression de voyager à travers les âges, autant pour le Wooden que pour les flat rides plus récents qui s'avèrent assez esthétiques dans leur mise en valeur. Visiter ce parc de nuit, c'est comme faire une seconde visite ! Et il en va de même pour ce qui est de rider dans le noir. Petit détail amusant, si Tornado est particulièrement bourrin de jour, avec les très faibles possibilités d'anticipation, on s'est dit qu'il devait être franchement virulent de nuit. On ne doit pas être les seuls à le penser, puisque le ride a fermé lorsque le soleil s'est couché. Tous les autres étant restés ouverts.

C'est pas beau toutes ces loupiottes d'une autre époque sur Rutschebanen ?

Coming out de Vilde Mus de nuit, qui devient un ride LGBT.

Qu'est-ce que c'est que ce stand ?! Qu'est-ce qu'il faut faire ?

Les allées me plaisent beaucoup.

Succombons pour un tour de Polyp nocturne.

C'en serait presque flippant.

Néanmoins, pas de Sky Roller de nuit.

On ne s'est pas non plus laissés tenter par le simulateur No Limits.

Bakken est un parc qu'on n'attendait pas particulièrement mais qui s'est avéré particulièrement sympathique, du fait de son ambiance festive et de son côté vintage indéniablement envoutant. Le parc vaut aussi le détour pour Rutschebanen, malgré ses problèmes de train (c'est toujours un plaisir de rider une telle antiquité), et surtout pour Mine Train Ulven qui, sans être le meilleur ride du Danemark, promet quelques belles sensations pour peu que l'on se place à l'arrière ! Tornado, aussi violent soit-il, vaut le coup d’œil, étant donné que les Spinning Intamin ne courent pas les rues, et que le layout improbable promet quelques belles frayeurs, du genre : "Il ne pourra jamais passer cet élément à cette vitesse, c'est pas possible". Bien sûr, il le passera à toute blinde, et vous n'aurez qu'une crainte, savoir jusqu'où ira le n'importe quoi ! Vous le ferez une ou deux fois pour les plus déterminés, mais je vous promets un ride intense et plutôt unique en son genre ! Pour ceux qui apprécient aussi le cadre dans lequel s'inscrivent les rides, comme vous aurez pu le remarquer, c'est très chatoyant, soigné, idéal pour la promenade, et comme partout au Danemark, le personnel est adorable, alors je ne peux que vous le conseiller !

Bonne nuit Bakken, et à un de ces 4 !
« Modifié: 10 mars 2019 à 16:52:08 par Doubick »

*

Coaster Hipster

  • *
  • 736
  • Vive les coasters asiats !
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #110 le: 26 juin 2017 à 22:19:40 »
Merci pour ce TR d'un parc qui a l'air bien charmant  :mrgreen: Les deux furieux Intamin éveillent ma curiosité !
Parcs visités 2017 : Plopsaland, Phantasialand, Liseberg, Fraispertuis City, Walygator, Holiday Park, Parc Astérix, Energylandia, Legendia, Bagatelle, Efteling, Busch Gardens Williamsburg, Six Flags New England, Movie Park Germany, Heide Park, Hansa Park

*

Rem10

  • ********
  • 4 647
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #111 le: 27 juin 2017 à 06:11:27 »
Merci pour tes TRs.

C'est vrai que les family by Intamin au Danemark ça envoie du lourd, ça a l'air très fun à rider !
Coaster Count : 242

Top 30 : 1/Shambi 2/Taron 3/EGF 4/iSpeed 5/ Goliath 6/ Desert Race 7/Flug der Damonnen 8/ Katun 9/Silver Star 10/Superman (PWM) 11/Karnan 12/Oziris 13/Alpina Blitz 14/Black Mamba 15/Red Force 16 /Dragon Khan 17/Troy 18/Blue Fire 19/Wodan 20/Baron  21/Oblivion TBH 22/Shock 23/Fluch von Novgorod 24/Krake 25/Mystic 26/Anubis 27/Timber  28/Wood Express 29/Lost Gravity 30/Yukon Quad

*

Aurkawl01

  • *******
  • 1 119
  • Error 404 not found
    • Voir le profil
  • Home Park: Nigloland
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #112 le: 29 juin 2017 à 01:23:05 »
Heureusement qu'il est 1h du matin et que la fatigue m'as permit de digérer la vidéo faite par arte.
Par contre je ne te remercie pas d'avoir piquer ma curiosité  :cry: .

Sinon tes TRs sont toujours agréable à lire  :mrgreen: .
Futuroscope 2*  Le pal 2*  Parc asterix 2*  Puy du fou 1*  Nigloland 25*  Parc des combes 2* Europa-park 1*.

                   

*

Doubick

  • *******
  • 1 085
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #113 le: 01 juillet 2017 à 11:50:40 »

Le trip Jean-Monique



Comme pour la veille, nous avons pu dormir aujourd'hui, Tivoli Friheden ouvrant ses portes en fin d'après-midi pour fermer tard dans la soirée. Et si ce n'est pas le parc qui fait le plus rêver du trip, c'est pourtant celui qui est équipé de l'attraction la plus flippante du pays. Et la flippe, c'est un sentiment qu'on a tendance à oublier à mesure de monter sur des attractions ! Mais là, elle était belle et bien présente, pour notre plus grand (dé)plaisir !

Tivoli Friheden est de ces parcs qui proposent une entrée très raisonnable pour que les locaux puissent venir s'y retrouver et assister à des concerts, et d'ailleurs, c'est ce qui est prévu ce soir, puisque le parc accueille un chanteur danois avec une forte notoriété vu comme ça se tasse autour de la scène. Donc y a du monde et de l'ambiance, non pas pour les attractions, mais pour le concert, et ça, ça nous arrange ! Situé au cœur d'un quartier résidentiel, le parc s'est vu contraint d'équiper ses attractions de murs anti-bruit en plexiglas, pour le coup pas très esthétiques, mais ça vous évitera de vous demander pourquoi on se croirait chez Picard.

Les plus avisés peuvent voir d'ici ce que les fans de vertige apprécieront forcément.

Premier constat à l'intérieur, le parc est très entretenu, très vert, même si l'intégration des attractions est rendue délicate à cause de leur aspect caisse à savon qui jure avec les parterres de fleurs et les fontaines qui jouxtent et ponctuent les allées. Puis, ces attractions, faut aussi dire qu'elles ne sont pas de toute fraîcheur, pour la plupart, ou que leur aspect assez générique ne joue pas en leur faveur.

Ça ne m'évoque pas tant des montgolfières que des sucreries.

Le flat ride de foire, bof.

Le bateau bananes et zébrures, bof aussi.

Ils font la collection ou quoi ?

Ah ! Là c'est mieux !

Bon, mais vous vous doutez que si on est là, c'est avant tout pour les attractions. Alors commençons à créditer bordel de Dieu ! Notre première destination sera Orkanens Øje ("l'oeil de l'ouragan en VF), un Zyklon Pinfari. Ça ne nous avait pas manqué depuis Sommerland Sjælland, tiens ! Mais celui là est une diva. Il veut se faire désirer. En effet, les trains ne partent que lorsqu'ils sont au 3/4 plein, et comme rares sont les fous à vouloir monter sur cette machine de torture, nous sommes obligés de démarcher les groupes aux abords de la file d'attente. Au bout de 15 minutes, nous obtenons gain de cause et pouvons grimper sur la bécane. Ah ! Soulagement ! Oui, enfin, c'est vite dit. Parce qu'une fois lancé, c'est quand même bien douloureux ce bazar ! Allez hop, emballez c'est pesé, et c'est de la merde !

Miam !

Vous pensez que ça va cogner ?

Ben vous avez raison !

Ça, c'est pour tout à l'heure...

On se prend une petite bière parmi les locaux, et on est repartis.

En route vers le +1.

Poursuivons avec une autre machine de torture, plus inédite ce coup-ci. Il s'agit du seul grand-huit pour adultes pondu par Sartori, le constructeur italien que l'on connait surtout pour ses pommes et autres kiddies pourris. Il y a 9 montagnes-russes Sartori en fonctionnement à l'heure actuelle. Enfin, c'est surtout dans les flat rides à la con qu'ils sont spécialisés. Ici, nous avons affaire pour notre plus grand bonheur au seul exemplaire d'Energizer existant, leur équivalent du SLC en somme. Je le compare à dessein avec les horreurs hollandaises, car c'est vraiment de ce côté que ça lorgne en terme de plaisir de ride. On a tout simplement l'impression d'être sur un mauvais SLC (pléonasme), avec tous les calculs foireux que ça comporte, et toutes les torgnoles que ça implique. Cobra est une bonne grosse bouse dans laquelle il est impossible de prendre un tant soit peu de plaisir. L'Immelmann et le Cobra-Roll sont absolument catastrophiques, et vous n'en sortirez pas sans avoir goûté au harnais. Heureusement qu'il n'en existe qu'un.

Re-miam !

Pour les amateurs de sacs de nœuds.

Attention les dents !

L'Immelmann ne donne franchement pas envie.

Suffit de voir passer un train pour comprendre que ça passe mal !

Ne vous en faites pas, pour le Cobra-Roll, c'est tout pareil !

Le mieux en fait, c'est quand on rentre au bercail.

Avec +1 crédit, mais -100 neurones.

Juste à côté de Cobra, nous trouverons Tyfonen. Autre réjouissance italienne, puisqu'il est question d'un Spinning Zamperla. Quel bonheur... Allez, +1 et merci.

Le crédit à la tombée de la nuit, caché derrière sa boîte en plastique.

Rere-miam !

Vous la sentez la joie là ?

Nous non plus.

Et là-haut, ils la sentent la joie ?

Ok ok, concentrons-nous sur les crédits, ça évite d'avoir à penser à autre chose. Il nous en reste 2, et pas des moindres ! Une pomme Pinfari et la nouveauté de l'année, à savoir un Spinning SBF comme il en pousse par paquets de 1000 depuis 2 ans. Ah si, carrément des moindres en fait... Ça ne va pas nous prendre bien longtemps ça.

La pomme se cache elle aussi derrière son emballage.

Mais elle est bien là !

Bisværmen, le spinning SBF, est là depuis le 9 avril dernier.

Et on n'en sort pas particulièrement subjugués.

Voilà. On a tout crédité. Qu'est-ce qu'il nous reste à faire ? Ah, oui... Un petit détail. Une tour de chute (réellement) libre. 50 mètres de hauteur, 30 mètres de chute sans câblerie, de quoi faire frémir les plus aventureux d'entre-nous. La tour est payante en supplément, une dizaine d'euros, mais on ne peut pas la rater, c'est pas possible. Bon, quand faut y aller...

Fini la rigolade.

Il est temps de prendre ses couilles à deux mains.

Il faut y aller 2 par 2. Fafou et Julien restent en-bas, Thibaut et moi sommes les premiers à nous lancer. On nous harnache, casque sur la tête, baudrier ajusté au corps, coussin dans le dos. Le tout avec des rires nerveux que nous avons bien du mal à contenir. Je lève la tête, et vois la structure, et je me dis : "Suis-je bien sain ? Est-ce que tout va bien dans ma tête ?". Quelques secondes plus tard, nous voici dans l'ascenseur qui grimpe lentement le long de la structure pour nous amener sur la plate-forme. Là-haut, le vent est frais, les bruits confus se perdent en échos. Thibaut ne veut pas gamberger, et se propose pour être le premier à sauter, histoire d'arriver en-bas le plus rapidement possible. Je pense être le moins stressé des 4, alors ça ne me pose aucun problème. Là, Thibaut s'avance vers le vide, en me lançant, avec une intonation misérable, une phrase qui est maintenant devenue culte parmi notre groupe : "Au revoir le Doub".

Quelques secondes après, le voici suspendu au-dessus du vide. L'opérateur tient la conversation avec lui. Il lui parle de choses et d'autres, de ce que nous sommes venus faire au Danemark. Et en plein milieu d'une phrase, sans qu'on ne le sente venir, l'opérateur lâche l'ami Thibaut qui dégringole ses 30 mètres sans broncher.

Oh bordel de merde.

Vous pouvez me croire, c'est pas le moment de votre journée où vous serez le plus à l'aise.

"À ciao bonsoir".

C'est ce qu'on appelle un moment de solitude.

Ça y est, c'est à mon tour. Je me dirige vers le vide et me positionne selon les prérequis. L'opérateur me demande si je veux compter. Je lui réponds que non. Paf, je suis lâché dans le vide. La chute dure 3 secondes, et je l'ai vécu comme ceci :

- 1ère seconde : Je sens que la gravité a disparu, je sens que je me fais aspirer à toute vitesse, mais je n'ai pas conscience de chuter.
- 2ème seconde : Mon cerveau comprend que quelque chose d'anormal se produit. Je prends beaucoup de vitesse. Je suis en train de tomber, mon cerveau l'a compris. Le signal d'alarme est tiré dans ma tête, mais il est trop tard.
- 3ème seconde : Putain c'est long ! Je suis passé à côté du filet ou quoi ?

Et chlak ! Mon dos atteri dans le filet. Ce n'est absolument pas douloureux bien sûr, on est amorti comme sur un coussin d'air. Et ben bordel, c'est monstrueux. Génial, incroyable, hallucinant. Cette sensation de chute est à vivre au moins une fois, c'est difficilement descriptible tant c'est puissant. Et mine de rien, savoir que rien ne nous retient, qu'on est complètement lâchés dans le vide et que notre salut tient à un filet, ça joue beaucoup. Une attraction qui vaut à elle-seule la visite de Friheden. La meilleure tour de chute que j'ai faite, et l'une des meilleures attractions du continent, sans doute aucun ! Faites-le, vous en sortirez fiers et hautement satisfaits !

En bonus, la vidéo de ma chute, histoire de décortiquer les secondes avec moi !

Mais attendez, parce qu'il y en a deux qui faisaient les malins en-bas, mais c'est à leur tour maintenant ! Gnark gnark gnark. Avec l'accord de l'opérateur, nous avons pu les suivre en mode "enquêtes exclusives" dans les coulisses de la chiasse. Un reportage signé Doub.

À ce moment-là, tu réfléchis au sens de ta vie, et tu te dis... "Quelle passion de connards..."

"T'es sûr que tu veux faire ça ?"

Sérénité.

Sourires coincés.

La fabuleuse étape de l'ascenseur qui grince.

Oula, y a du vent.

Allez fafou, on respire profondément.

Pas sûr de lui le garçon.

Dernières explications avant la chute.

Quand t'as le cul dans le vide, tu sais que ça sent pas bon.

L'emploi du pied pour stabiliser le rider, autrement appelé "coup de pied de pute".

Allez, ciao fafou !

Oui oui Julien, c'est à ton tour.

Cherche pas à gagner du temps.

Voilà qui est mieux.

Redescendons d'un cran, et allons tâter du dark ride intéractif. Sans trop de surprise, c'est pas terrible, du genre aussitôt fait, aussitôt oublié. Mais ce n'est visiblement pas le cas pour tout le monde, quelques vrais psychopathes squattant l'attraction assidument. Le genre à torturer des chatons certainement.

Vous remarquerez bien sûr les fringues différentes sur chaque photo,
ça vous donnera une idée de combien de temps le mec passe là-dedans.
J'ai un faible pour la numéro 2 avec la salopette personnellement.

Bon, mais ce psychopathe est vraiment le point le plus amusant de ce dark ride pas franchement folichon.

Ah non hein, ça suffit les 4D à la con.

Par contre, un petit coup d'autos-tamponneuses, on ne dit jamais non.

Un carrousel à double étage svp.

Nous avons fait ces chaises-volantes de nuit, histoire de clôturer cette journée aérienne.

Pendant ce temps, le concert bat son plein.

La nuit se fait sur le parc, nous continuons à explorer les quelques petites zones que nous n'avons pas encore vues. Pas grand chose à se mettre sous les dents, si ce n'est un pédalo qui n'allait pas pouvoir rester immaculé.

Il continue à pleuvoir des mecs à Tivoli Friheden.

Le fond du parc se compose essentiellement d'attractions pour enfants, pas vraiment pour nous du coup.

Nope.

Non plus.

Ah là par contre, y a un client.

Y en a même deux qui se sont lancés dans une course effrénée !

Déco psychée dans les bois. Sûrement pour pratiquer des rituels.

On aura fini la visite en assistant à la dernière partie du concert,
et en attendant les parties phonétiques pour chanter nous aussi.

Quand tout le monde fait "La la la laaaaaaaa", c'est tout de suite plus simple.

Mais que vois-je au fond ?

Des machines à pigeons ! Bon... On sera sortis avec les poches un peu moins lourdes...

Un avis sur Tivoli Friheden s'il vous plaît. Mais très bien, je m'y colle mon bon monsieur ! Nous avons passé un très chouette moment dans le parc, mais assurément grâce à l'ambiance assurée par le concert. Avant, pendant et après, les gens étaient très enjoués, toujours une binouze à la main, c'était vraiment bon enfant. Si par contre on ne garde que les qualités intrinsèques du parc, c'est déjà moins réjouissant. 5 grands-huit moisis dont 2 pour enfants, aucun flat ride qui ne propose quelque chose d'intéressant, un seul dark ride particulièrement passable... Mais il y a Sky Tower. Et ça, c'est un vrai argument. Même pour nous qui commençons à avoir un petit CV en matière de parcs d'attractions, c'était la chiasse. Et ce sentiment est vraiment galvanisant ! Oui, on peut encore avoir la trouille dans un parc d'attractions, et ça, c'est chouette ! Vous savez donc à quoi vous en tenir.
« Modifié: 12 mars 2019 à 04:00:32 par Doubick »

*

Rem10

  • ********
  • 4 647
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #114 le: 01 juillet 2017 à 12:50:51 »
Cette (vrai) free fall me donne très envie, cette sensation de flippe me manque tellement ! Je suis sur que je ressentirais un petit truc là-dedans ! Dommage que ça soit si loin  :-( Ca sera Sky Rider dans le sud de la France du coup cette année (enfin si tout va bien) mais ce n'est pas drôle je m'y suis déjà habitué^^
Coaster Count : 242

Top 30 : 1/Shambi 2/Taron 3/EGF 4/iSpeed 5/ Goliath 6/ Desert Race 7/Flug der Damonnen 8/ Katun 9/Silver Star 10/Superman (PWM) 11/Karnan 12/Oziris 13/Alpina Blitz 14/Black Mamba 15/Red Force 16 /Dragon Khan 17/Troy 18/Blue Fire 19/Wodan 20/Baron  21/Oblivion TBH 22/Shock 23/Fluch von Novgorod 24/Krake 25/Mystic 26/Anubis 27/Timber  28/Wood Express 29/Lost Gravity 30/Yukon Quad

*

Doubick

  • *******
  • 1 085
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #115 le: 13 juillet 2017 à 12:28:05 »

Le trip Jean-Monique



Bon. Là on a affaire à du lourd. Situé à quelques 45 minutes de Copenhague, BonBon-Land proposait à l'origine la visite d'une usine de bonbons de la marque danoise BonBon, le Haribo local. Le parc fût racheté en 2007 par Parque Reunidos, et je m'attendais à trouver quelque chose de complètement loufoque, avec un humour fort et à plusieurs niveaux de lecture, un truc certes gras mais qui ferait marrer petits et grands, et pas toujours pour les mêmes raisons. Les faits sont hélas tout autres. Le seul humour qui vaille est l'humour pipi-caca-prout sans aucune autre forme de procès. Vous avez déjà passé 1h avec un gamin de 6 ans dans sa période blagues scato bien pénible, où la simple évocation du mot "caca" suffit à déclencher des fous rires à gorge déployée ? Vous imaginez le show "Terrance et Philippe" en vrai, et en plus lourd ? Alors bienvenue à BonBon-Land.

Nous y voici, nous y voilà.

L'entrée annonce la couleur.

Et la main street aussi.

Un rat qui pousse en guise de bienvenue.

Ce qui jure à BonBon-Land quand on le compare aux autres parcs du pays, c'est son entretien. Visiblement, la thématique permet de justifier que les bâtiments soient fatigués, les décors poussiéreux et la végétation laissée pour compte. Cette visite ne commence pas sous les meilleurs auspices, mais peut-être les attractions seront-elles à la hauteur ? En tout cas, la première, c'est sûr que non. Il s'agit de Viktor Vandorm, l'ancien Tivoli Custom de Panorama Park. Si le coaster était conçu pour s'adapter au terrain accidenté du parc allemand, son côté aérien donne le sentiment qu'il n'est absolument pas à sa place à BonBon-Land. Ça sent la délocalisation à plein pif. Pour le ride en lui-même, c'est un vieux Tivoli de 23 ans, rien de bien fou à se mettre sous la dent.

Rien que la gare t'indique qu'il n'est pas à sa place.

Enfin, à sa place ou pas, ça fait quand même +1.

Ça n'en est pas bien pour autant.

Et le layout ne peut pas s'empêcher de jouer au monorail.

On passe à la suite ? Pas de problème !

Non loin de là se tient le tout premier Euro-Fighter, Vild-Svinet, ouvert en 2003. On commence à bien connaître ces bécanes, et l'intérêt décroit au fil des rides. Si en plus on ajoute à cela l'inconfort total des trains Gerstlauer, avec leurs harnais plus épais que des blocs de béton, alors vous comprendrez qu'on n'aura pas été très emballé par Vild-Svinet. C'est pas l'Euro-Fighter le plus violent, mais y a possibilité de se prendre quelques tartignoles bien placées dans la mâchoire pour peu qu'on soit inattentif. Alors prenez garde.

Déjà 13 ans que le premier Euro-Fighter a ouvert.

C'est beau.

Bah enfin ! C'est la première fois que je vois cette indication pleine de bon sens dans un ride qui vibrotte !

Malgré son âge, ce n'est pas le pire.

Petite vue d'ensemble du layout.

Au final, le plus sympa sur ce genre de machine, c'est le lift.

C'est parti Johnny.

La drop est plus impressionnante à l'extérieur qu'onride.

Un concept qui n'a pas concrétisé les espérances qu'on pouvait fonder en lui.

Alors on rentre au bercail, et merci m'sieurs dames !

Juste à côté de Vild-Svinet se trouve un autre Gerstlauer, un brin plus emballant mais qui ne casse pas des briques pour autant. C'est Han-Katten, un Spinning allemand designé par les bureaux du sieur Stengel. Y a moyen d'avoir de gros spins contrairement à celui de Plopsa Coo, pour peu qu'on répartisse intelligemment le poids. Après, le risque, c'est que ça devienne gerbo. Pour le reste, c'est pas hyper inspiré, le tout ne se résumant qu'en portions Wild Mouse ponctuées par des helixs. Bof. Y a pas à chier, les Spinnings Maurer sont quand même très au-dessus de ces bécanes.

C'est par ici que ça se passe.

Une chose est sûre, ça va être moins bourrin que Tornado.

Wild Mouse quand tu nous tiens.

Un petit SC 3000 n'aurait pas été pour me déplaire.

Comme le reste du ride, cette bosse est plutôt inoffensive.

Mais ça fait marrer les locaux, c'est déjà ça de pris.

En général, quelques signes suffisent à te faire comprendre que tu es dans un parc de beaufs.

On se fait une petite pause avec les crédits pour aller rider l'attraction la plus aboutie (esthétiquement parlant) du parc, à savoir Bæver Rafting, un raft Intamin qui ne mouille pas d'un pet, mais vu la couleur de la flotte, on lui pardonnera ! Pas une réussite en somme !

Eau dégueulasse + temps grisâtre, c'est pas plus mal que ce ne soit pas Popeye.

À BonBon-Land, c'est la plus belle attraction du parc. Ailleurs, ce serait la plus affreuse.

La végétation est un brin envahissante.

Raft ou Round Boat Ride, on ne sait dire.

En tout cas, Thibaut passe un bon moment, c'est certain !

Retour aux crédits avec le dernier de la liste, qui n'est autre qu'un Force One Zierer répondant au doux nom de Hundeprutterutchebane. La traduction ? "La montagne-russe du chien qui pète". Oui m'sieurs dames. Lors du ride, vous passerez à travers une niche qui déclenchera des pets du chien encrotté posté au milieu du bazar en guise de déco. Une expérience fabuleuse.

J'ai pas menti !

Ni pour le nom, ni pour le chien.

Le crédit est tout caca, c'est thématique.

Le layout s'étend sur quelques mètres.

Un brin trop sommaire pour nous, forcément.

Si vous voulez votre album du chien qui pète, y a qu'à demander.

Au rayon ride qui fout de l'urticaire, je voudrais le flume. Déco poussiéreuse et pleine de toiles d'araignées et eau verte à faire frémir d'envie toutes les bactéries les plus improbables à la clef. Dire que j'ai tanné la fine équipe pour qu'on en fasse un tour... Je voulais simplement savoir ce qui se cachait dans le fromage ! Rien qui ne vaille le coup, assurément.

La théma "égout" fait assez naturelle à BonBon-Land. S'ils avaient pu ne pas thématiser la flotte par contre...

Une souris verteuh... Qui foutait la lèpreuh...

Bon sang mais faites un effort...

Le tunnel aux bubons !

Le moment de savoir ce qu'il y a dans le fromage est venu !

De la poussière et des lifts, cool !

Pour la suite, nous avons fait la tour de chute Fabbri, rien de bien mémorable, et avons grincher devant le Giant Frisbee fermé pour la journée, qui constituait à coup sûr la meilleure attraction du parc. Alors que faire ? Un ciné intéractif, un peu en désespoir de cause, et puis c'est tout. Parce que Søløven, le Boat Ride, vu l'état du parc, c'était même pas envisageable. Restait des chaises-volantes, un Hari Kiri et un 4D, puis on avait fait le tour de BonBon-Land.

Si au moins ça peut sauver le tout...

Réponse : non.

Là, on aurait pu s'éclater. Malheureusement, c'est fermé.

Qu'est-ce qu'il y a là ?

Oh, merde...

Un coup de Boat Ride ? J'imagine d'ici la catastrophe.

Rien que la devanture c'est pas possible.

La tortue semble vouloir qu'on la sorte de là.

Le Hara Kiri aux toboggans bicolores : marron/bleu ou marron/jaune.

Du Disk'O ? Bah non bien sûr.

Bouchon de cigognes incoming.

Jolie déco.

Pas de regrets pour le boat ride ? Bah bien sûr que non !

Et un 4D alors ? Non mais je pense qu'il est temps qu'on parte là...

Verdict ? Bah c'est franchement mauvais. Limite le Walygator danois. Limite, parce que oui, faut pas pousser, mais c'est d'une tristesse assez inattendue pour ma part, car loin de penser que ce serait le parc du siècle, j'en attendais néanmoins autre chose. Là, c'est juste gras, pas drôle une seule seconde, les attractions sont datées, on n'a rien envie de refaire, rien n'est entretenu convenablement, même les employés tirent la gueule (encore un contraste avec les autres parcs danois). Non, vraiment, y a rien à sauver. Et c'est bien dommage.

Allez, comme j'suis sympa, je vous mets un petit trou du cul de chien avant de partir !

Et en guise de bonus, on sera allé se faire deux crédits forains bonus, parce que c'est la fête.

Du lourd nan ?

Bon, celui-là était fermé et démonté, mais ça fait toujours +2 !

C'est parti pour la bouffe et l'hôtel, et on se retrouve demain avec un parc qui va plutôt relever le niveau !

*

Julow

  • ******
  • 716
  • ♥ Tower of Terror ♥
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #116 le: 13 juillet 2017 à 17:57:49 »
En effet ce parc a l'air horrible. Ce qui est bien par contre, c'est que si ils font des évènements Halloween, avec le bon éclairage ils ont déjà la plupart des décors installés. :rire:
Merci pour ces TRs
Parcs visités: Port Aventura (ex home park), Thorpe Park (x1), Rainbow Magicland (x1), Walibi Belgium (x1), Europa Park (x1), Disneyland Paris & Studio (x3), Parc Astérix (x1), Tibidabo (x1), Futuroscope (x2)

Youtube.com/user/JulesKennedvitch

*

Scotty

  • ********
  • 2 100
  • J'aime les belles thémas.
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #117 le: 13 juillet 2017 à 21:32:35 »
Ce parc à l'air d'une tristesse  :-(
What a thema !



*

Rem10

  • ********
  • 4 647
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #118 le: 17 juillet 2017 à 18:37:08 »
Phanta, E-P et autres gros parcs européens doivent trembler face à une telle concurrence  :-P Ce parc ne donne même pas envie à un parcfan/coasterfan, ils espèrent faire venir qui???

Ton TR est sympa mais le parc en question beaucoup moins du coup^^
Coaster Count : 242

Top 30 : 1/Shambi 2/Taron 3/EGF 4/iSpeed 5/ Goliath 6/ Desert Race 7/Flug der Damonnen 8/ Katun 9/Silver Star 10/Superman (PWM) 11/Karnan 12/Oziris 13/Alpina Blitz 14/Black Mamba 15/Red Force 16 /Dragon Khan 17/Troy 18/Blue Fire 19/Wodan 20/Baron  21/Oblivion TBH 22/Shock 23/Fluch von Novgorod 24/Krake 25/Mystic 26/Anubis 27/Timber  28/Wood Express 29/Lost Gravity 30/Yukon Quad

*

Coaster Hipster

  • *
  • 736
  • Vive les coasters asiats !
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #119 le: 18 juillet 2017 à 09:38:03 »
Wow. Ce parc concentre un tel niveau de mauvais goût et de textures cheap, sans même avoir un bon crédit pour le sauver... Je t'admire pour avoir la motivation d'écrire un TR dynamique malgré ça !
Parcs visités 2017 : Plopsaland, Phantasialand, Liseberg, Fraispertuis City, Walygator, Holiday Park, Parc Astérix, Energylandia, Legendia, Bagatelle, Efteling, Busch Gardens Williamsburg, Six Flags New England, Movie Park Germany, Heide Park, Hansa Park

 

Related Topics

  Titre / Démarré par Réponses Dernier message
24 Réponses
4636 Vues
Dernier message 16 mai 2010 à 23:19:25
par Barge
5 Réponses
2253 Vues
Dernier message 27 août 2014 à 20:58:41
par Rem10