[TR] Les trips du Doub

  • 195 Réponses
  • 44748 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #15 le: 27 avril 2016 à 21:34:27 »


Expedition GeForce et Monster ? Voui voui voui les amis, c'est là qu'on y va !




Après une nuit superbe dans un formule 1 situé à 30km de notre Walygator national, genre les plumards plein de poils, les chambres affreuses et le tout étincelant de crasse, nous prenons la route vers LE parc qui restera dans les annales, du genre "Bagatelle c'est Disney à côté", j'ai nommé Walygator Parc !
Situé non loin d'une belle zone industrielle, Walygator se pose déjà comme étant le cinquième parc français le plus visité, derrière le resort de la souris, le gaulois, le futuroscope et le hérisson, qui sont tous d'un niveau incomparable face à l'alligator.
C'est simple, chez Astérix, bien qu'ayant une détérioration flagrante de la thématisation et de la populace fréquentant le parc, celui-ci fait office d'un Disney Sea à côté de Waly' ! Les photos parleront d'elles-mêmes, vous verrez...

Visite d'une autre légende aujourd'hui, mais pas pour les mêmes raisons !

À la découverte de Walygator.

Les premières impressions ne sont pas franchement prometteuses...

Des individus s'engagent dans la file du Waly Boat... Ils ne savent pas ce qui les attendent...

L'horreur est à une encablure, mais ce sera pour tout à l'heure.

Le plus gros Inverted d'Europe ? Katun ?

Soit.

Mais allez, nous allons bien sûr développer ça plus en détail, mais avant cela, regardons ce qui se passe du côté des montagnes russes !

Tiens ! Mais que vois-je ? Le déjà célèbre Monster ?

The Monster

Bien évidemment, c'est bien pour lui qu'on a fait le déplacement ! Nouveauté 2010 venant tout droit d'Expoland, parc japonais ayant fermé ses portes après un accident mortel. Il s'agit d'un Inverted B&M de 1200m de long, 40m de hauteur et 90km/h (Waly' le vend comme "le plus gros inverted d'Europe, 50m de haut et 110km/h... Ils ont dû confondre avec Katun, mais soit).

Alors ! Le coaster est :

1)° Très laid
2)° Dans un état assez triste
3)° Tombé dans le mauvais parc
4)° Tristement pourvu d'une thématique boueuse et sentant les égouts dont seul Waly' connait le secret ! C'est dingue, j'y suis allé quasiment à la même période que les confrères parfkans de TnP, et mon ressenti a été exactement le même !
The Monster regroupe toutes les caractéristiques qui ont fait la renommée du modèle : Intensité, fulgurance, fluidité, puissance et impression de liberté totale, et ce malgré les énormes harnais. Mention spéciale à la dernière helix très, très intense, ainsi qu'aux deux voiles noirs assurés à l'entame du Vertical Loop et de ladite helix ! C'est un B&M oldschool, donc qui arrache la gueule. Amis des Gs positifs, vous serez servis !

Un grand-huit pareil dans un parc pareil, c'est triste. C'est triste parce que ça nous oblige à aller dans ce parc. C'est triste parce qu'on craint pour son entretien. C'est triste parce qu'il ne sera jamais mis en valeur, et on le sait très bien, pas besoin de se voiler la face. Si voyiez l'état du stagging... Ah mais, vous allez le voir dans les photos en fait !

Belle allée !

Enfin, le probable meilleur crédit français, ça vaut bien une allée pourrave !

Jolie gare.

Je persiste néanmoins à dire qu'esthétiquement, c'est la cata totale.

On se chauffe, et on oublie le toit à poutres métalliques. Un concept ©Walygator.

Tout est flanqué en vrac là-dedans, tout va bien.

C'est parti mon kiki !


Le reste, malgré l'impression de rider dans une station d'épuration, est absolument génial. Du bon gros B&M comme on aime !

Remarquez les midbrakes sans frein. C'est pas bon pour le débit, mais c'est bon pour le Doubick !



Anaconda

La blague du siècle ! Le grand habitué de la dernière position du Wood Coaster Poll ! Alors déjà les sacs de sable dans le train pour éviter qu'il se fasse la malle, les rails pas droits, le parcours digne d'un circuit d'essai de Gran Turismo, et les vibrations inadmissibles, genre t'as l'impression de rider dans un tracteur avec un malade de Parkinson qui a les pédales sous les pieds. Y a de quoi appeler au démontage pour en faire des allumettes ! Non mais sérieusement... Et y en a qui prennent leur pied là-dedans ?.. Vivement que je teste les 5 autres wooden encore ouverts qu'à réalisé monsieur Cobb ! Didiou...

Attention, scandale en vue !

On s'approche !

Bordel... On y va vraiment ?

Bon... Bah quand faut y aller...

La suite vous la connaissez. C'est d'une nullité affligeante... Mais affligeante !...


Waly Coaster

Dans la catégorie coaster affligeant, je voudrais le Looper Vekoma ! Un Loop, deux corkscrews, des baffes, et merci m'sieurs dames ! Super Wirbel était absolument cata, mais au moins il avait la courtoisie de ne pas mettre des gnons !

Prochaine destination excessivement excitante.

Le lift est pas si mal : Au moins, on ne prend pas de baffes !

La drop d'EGF n'a qu'à bien se tenir !

Et puis bon bah... Cata...

Et cata !

Quant au deuxième corkscrew ? Cata bien sûr !

Entre ça et ce qu'il y a en arrière plan, mon coeur balance ! Quoique...

Et puisque le monde est très petit, on croise dans le train qui arrive en gare un copain nantais de CW ! Celui à côté de la jeune dame !



Family Coaster

Le dernier crédit, et pas des moindres ! Voyez plutôt !

Du Pinfari ! Ouaiiiis !

Only fun à Walygator !

Non ?


Mais que peut-on bien faire entre deux tours de Monster à Walygator ?

Ça !

Ensuite ? Ça ?

Ou ça ?

Mais pas ça en tout cas. C'est fermé au visiteur depuis 56 ans.

Ah, tiens ! La Terror House interdite aux moins de 14 ans, où il faut même présenter sa carte d'identité ! C'est parti mon kiki. Déjà, la façade, à l'image du parc, c'est du gros carton-pâte pas franchement esthétique, puis à l'intérieur, commençons par un parcours à la Fun House de fête foraine sans mec planqué, sans rien du tout si ce n'est des néons verts, bref, ça sert à rien. Ensuite, le vrai parcours... Trois morceaux de bidasse en plastoc', une jambe de mannequin pendue à un crochet, deux mecs planqués mais repérés à 10m, des trucs pour faire sursauter qui font plus rire qu'autre chose... Ah y a pas à dire, faudrait les envoyer faire un petit stage à MPG ou Walibi World à ceux-là ! Bref, en gros, ça sert à rien. A l'image du parc, si on excepte Monster.

Sur le chemin, les vestiges de Big Bang Schtroumpfs ne trônent pas franchement fièrement.

Juste à côté de ça... Fuck la cohérence thématique.

Ce rocher manque un tout petit peu d'entretien.

Et pendant ce temps là, dans Anaconda...

Et pendant ce temps là, dans le Waly Boat... Ce n'est toujours pas fini.

Et pendant ce temps là, dans la Terror House dans la lose, on s'ennuie ferme !

Côté Dark Ride, bah y en a pas, et j'ai presque envie de dire : "Heureusement...". Des Water, ça par contre, oui, y en a trois ! Un Hara Kiri Van Egdom pas fait, un Flume Soquet avec une seule descente et pas très humide, et au parcours sans intérêt, puis un raft.

Le Hara Kiri.

Le fantastique flume.

Sa fantastique théma.

Et sa fantastique drop.

Le raft, lui, ne mouille pas non plus. Et à la limite, vu la couleur de l'eau, c'est pas plus mal !

Bactérie aquatique - The Ride

Des spectacles, y en a quelques uns, dont "Show Mickael Jackson", écrit en gros à l'entrée du spectacle, alors que "Mickael" s'écrit en fait "Michael"... Mais bon, c'est cher les droits de Michael Jackson. Rassurez-vous, on n'est pas fous, on n'a pas fait.
Non, nous, on s'est coltiné "Pirates Splash". En un mot, euh... Long (25 minutes) et nullISSIME. On est tenu en haleine pendant 30 secondes sur tout le temps que dure le spectacle, c'est ringard, si bien qu'on pourrait l'appeler Plouc Splash, bref, à déconseiller...

La mi-affiche du Show Mickael Jackson (j'ai du mal à l'écrire comme ça bon sang !)

C'est peut-être pas plus mauvais que les pirates de la mords-moi-le-noeud finalement.

Tout le monde retient son souffle.

On y met le feu, on saute, et c'est bon !

Et bien dis donc, je vois que j'en ai pas fait l'éloge de ce parc ! Et je vous assure, y a pas de mauvaise foi ! Tout est pensé ! 29€ pour ça, c'est vraiment de l'arnaque ! En 2011, on se fera Fraispertuis, et je pense que ça ira mieux !

Ensuite, que dire, si ce n'est que la bouffe est entre le mauvais et le correct (ceci dit, elle est assez bon marché), et que la théma' alterne entre Rencontre du 3ème Type, les Schtroumfs et la fête des Loges ? Pas grand chose. Bref, vous l'aurez compris, Walygator c'est la déprime assurée. Passé Monster, sortez le prozac, et apprêtez-vous à passer une journée où joie et bonheur seront aspirés dans une dimension parallèle. En tout cas, nous, on l'aura compris, et faudra vraiment quelque chose de balaise pour qu'on y refoute les pieds !

Comme tous ces jeunes gens, il est temps de mettre les voiles !

(Et c'est pas plus mal)

Et pendant ce temps là, dans le Waly Boat... Les types, complètement désespérés, ont rejoint les rives à la nage...
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:15:31 par Doubick »

*

Aurkawl01

  • *******
  • 1 119
  • Error 404 not found
    • Voir le profil
  • Home Park: Nigloland
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #16 le: 27 avril 2016 à 21:51:40 »
Moi qui avait jamais vu de photos de walygator avant 2013,ça me fait un choc  :-D.Dire qu'en 2012 lors d'une sortie ,j'avais vu le panneau du parc sur l'autoroute qui m'avais donné envie d'y aller  :idiot: .
Au passage très agréable à lire  :mrgreen: .
Futuroscope 2*  Le pal 2*  Parc asterix 2*  Puy du fou 1*  Nigloland 25*  Parc des combes 2* Europa-park 1*.

                   

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #17 le: 28 avril 2016 à 02:04:07 »


Quoiqu'on peut faire pour Halloween ? PAV ? Vendu !




3 jours à PortAventura, fallait au moins ça pour découvrir ce parc avec la folle affluence qu'il y avait, Halloween oblige ! Et quand je vous dis qu'il y avait du monde, c'est genre 1h30/2h de queue en moyenne sur les attractions ! Mais, sachant que nous logions dans un hôtel du parc, nous avions accès une fois à plusieurs grosses attractions du parc (sauf Furius Baco) en coupe file ! Sachant que nous étions accompagnés de deux personnes qui ne ridaient pas beaucoup, nous en avions le double, et c'était tout bénef ' !

Mais avant ça, il a fallu surmonter le réveil.

Quelques heures plus tard, nous voilà arrivés à l'Hotel Caribe !

Arrivés à l'hôtel Caribe à 12h après 3 heures de route depuis les Pyrénnées Orientales, nous allons chercher nos billets et les réservations de nos chambres. Elles ne seront disponibles que dans l'après-midi, l'occasion pour nous d'aller faire un tour au parc.

Tiens ! Mais que vois-je au fond ?

Je crois que nous sommes sur la bonne voie !

Effectivement ! Plus aucun doute !

Et 15 balais pour le parc, 15 !

Une fois entrés, nous découvrons que PortAventura est conçu de façon assez originale. Pas de Main Street, mais une configuration circulaire commençant par le quartier méditérannéen, qui abrite Furius Baco, et à partir duquel nous pouvons apercevoir les cimes de Dragon Khan et Hurakan Condor. Ce qui peut paraître pénible, ce sont les très longues distances que l'on doit parcourir si l'on souhaite rallier un point à un autre du parc. Seulement, ici, ils se sont dit que placer quelques sentiers traversant le parc ne serait pas une mauvaise idée, et en effet, c'est plutôt une bonne idée !

Le début de la circulaire.

La théma de ce quartier est très soignée.

N'est-ce pas ?

Une dernière pour la route, et on continue !

Après avoir constaté qu'il y avait 2h30 de queue pour Furius, nous avançons dans le quartier polynésien et nous arrêtons pour manger. Pour pas trop cher, il y a de quoi vous caller pendant 3 jours, et ça, c'est chouette !

Ca, ce sera pour après !

Inutile d'insister, j'ai dit après !

C'est vrai qu'il a quand même une chouette situation !

Après avoir graillé, c'est du côté de Sea Odyssey que nous sommes allés. Il s'agit d'un simulateur assez grand, accueillant 80 passagers à chaque tour. D'accord, mais ça donne quoi ? Une profonde merde ! Le film sur lequel nous sommes tombés (il y en a 2) n'est absolument pas raccord avec le thème (on a eu droit à un film avec un dinosaure découvrant la vie, paye ton odyssée de la mer !), et les mouvements semblent hasardeux ! A oublier.

En même temps, à quoi peut-on s'attendre venant d'un 4D ?

Je ne l'ai pas encore dit, mais thématiquement, le parc est tout simplement superbe, même si du côté des Western on tombe parfois dans le RCT3-like ! Aussi, c'est vraiment cool de croiser un type bien chouette qui vient vous voir parce que vous avez un t-shirt EGF, et se met à taper la discute avec vous dans un français approximatif, à propos de parcs et de montagnes russes, et soutenant que GeForce déchire ! Ca m'a vraiment plu cette discussion, et comme quoi, les coasters et les parcs rapprochent les peuples ! :-p

La luxuriante Polynésie.

Qu'en penses-tu, toi ?

L'intégration de ce Pirat Boat est tout simplement parfaite.

Nous arrivons maintenant vers le quartier chinois, superbe, et dominé par un Dragon Khan placé en hauteur qui vous appelle et vous fait de l'oeil irresistiblement ! Mais je résisterai, car nous sommes encore avec nos accompagnateurs, et je vais rester avec eux avant d'aller me mettre la tête en-bas avec Oriane !

Ce quartier, plus sobre, est également très soigné. La végétation s'en imprègne comme si elle avait été toujours là.

Une petite photo de nuit du quartier chinois. Pas forcément raccord, mais très jolie !

Y a un truc qui me fait envie ici, mais je ne sais pas quoi...

Donc ce faisant, nous riderons un coup Fumanchú, les chaises volantes locales, avant de passer au Méxique et à El Diablo.

Fumanchú

Premier crédit, il était temps ! Alors il s'agit d'un Mine Train Arrow, un peu brusque et au parcours inintéressant. Je n'ai jamais vu autant de lifts sur un layout aussi court.

Si vous aimez les lifts, ce crédit est fait pour vous.

Un, deux, trois lifts... Le compte est bon !

On s'amuse fort dans El Diablo.

Non, ce qui intéresse vraiment, là, c'est la file d'attente du coaster. C'était Halloween, donc nécessairement, une montagne russe avec un nom pareil ne pouvait passer outre la farce.

C'est donc avec un son de battements de coeur dans des enceintes que nous entrons par groupe dans une Terror House avec Oriane et sa soeur, passage obligé si l'on souhaite rejoindre la gare du grand-huit.

Et à vrai dire, là-dedans, c'est pas mal du tout, et bien plus intéressant que le crédit ! On ne voit pas à un mètre devant soi, y a des mecs planqués partout, ça vous choppe, vous saute dessus, bref, du bonheur ! Faut le mériter son +1 !

Ca fait mal ?

Non ? Bon, alors ça va.

Certains feront demi-tour en n'entreront pas dans ce bâtiment...

Mais nous, on l'a mérité notre crédit !

Et le beau point de vue sur Dragon Khan aussi !

En sortant, nous tombons nez-à-nez avec l'impressionnante stature de Hurakan Condor, qui fout quelques frissons quand on contemple les ascensions et les chutes des nacelles, surtout en mode stand-up !
Hurakan, c'est pas pour tout de suite, on va continuer à tourner et découvrir le parc. En 3 jours, y a bien le temps !

Ah ouais, quand même !

Ah ! Mais nous arrivons devant Templo del Fuego, et sachant que c'est familial, tout le monde me suit ! L'heure de queue passe, et nous voilà qui entrons dans le temple du feu.
Une fois la populace entrée, les portes se ferment, et le spectacle peut commencer ! Un aventurier faisant des blagues en espagnol (tout le monde rit quand il parle, sauf nous qui ne comprenons rien), découvre une porte permettant l'accès à une salle cachant un trésor inestimable. Mais celui-ci semble avoir réveillé la malédiction qui subit en ces lieux. Pas découragé, il nous fait passer dans la pièce suivante. Une grande salle renfermant un grand point d'eau, qui ceinture un autel accessible par des escaliers, et sur lequel se trouve le trésor.
Là, il va évidemment tenter de récupérer sa précieuse relique. Ce qui ne semble pas plaire à tout le monde ! Le temple semble rugir à ce moment. Notre amateur d'Indiana Jones, terrifié, se barre et nous laisse ici, comme des cons ! La terre se met à trembler, du feu surgit des murs, du plafond, des pierres s'effondre, l'eau face à nous bout et des squelettes en surgisse pour vous arriver à un mètre de la poire ! Alors que dire... C'est court, mais c'est SUPERBE ! Et croyez-moi, cette attraction fait partie des immanquables de PortAventura !

Templo del Fuego

La salle où tout se passe...

Far-West ensuite, avec Stampida, Grand Canyon Rapids, le Raft qui ne mouille pas vraiment, et Silver River Flume, le Flume qui mouille bien pour du Mack, mais avec une eau dégueulasse ! Après, la nuit tombée, nous n'étions que tous les deux avec Oriane, et je vais vous parler des attractions en elles-mêmes, pour être direct !

Concernant les attractions, on ne reviendra pas sur l'utilité des coupes-files dans un gros parc à Halloween.


La Selva del Miedo

<p>Un parcours réputé dans ce parc durant Halloween ! Tout le quartier polynésien, représentant une superficie deux fois plus grande à celle d'Adventureland chez Mickey Paris, est bouclé, pour laisser place à un gigantesque parcours horrifique, et ce dès 21h. On entre par groupe, et c'est parti !
Ca semblait être très bon, mais Oriane, effrayée, s'y est refusée. Et comme je ne voulais pas le faire tout seul... Arf, ce sera pour la prochaine fois ! Tout ce teaser pour ça, nan mais vraiment...

Néanmoins, il n'est pas nécessaire d'accéder à cette zone pour tomber sur d'étranges énergumènes.


Dragon Khan

Ah ! Nous y voilà ! L'un des 5 Sitting Coaster B&M construit à ce jour ! La montagne russe que j'observe depuis 15 ans dans les journaux et sur internet ! Je vais enfin la rider ! Alors qu'en est-il ? Les trains sont toujours très confortables chez B&M, et ceux-ci ne dérogent pas à la règle.
Dispatch ! Nous voilà sur le lift de Dragon Khan (de nuit la première fois, et à l'arrière), en regardant se profiler le circuit sur notre droite. Arrivé là-haut, virage sur la droite et descente ! Assez décevante cette descente, pas assez pentu. Résultat : 2 floatings sur 6 tours, dont 5 à l'arrière ! Ensuite, le vertical loop qui passe bien, avec un bon Hang-time et de l'intensité à la fois ! Dive loop sympa mais pas extraordinaire (je n'y ai pas trouvé le flottement escompté), Zero-G-Roll très rapide et surprenant, Cobra Roll trèèèèès intense, puis zone de frein.
Floating à la sortie, le tout sur virage, avec un loop très intense, mais pas autant que les interlocking corkscrews à suivre... Pour ces deux derniers, on a vraiment l'impression de ne faire qu'un avec le siège, voire d'être encastré dedans, avec uniquement nos yeux restés à l'extérieur ! Corkscrews donc très sauvages, bourrés de Gs, qui donnent sur les freins de fin de parcours. Sur ces freins, il est nécessaire de prendre quelques secondes pour se rappeler où on est et comment on s'appelle, tant l'intensité a fait se propager notre sang un peu partout ! La fin est encore plus intense que la dernière spirale de Monster, c'est dire ! Bref, un peu déçu par la première moitié du parcours, mais passé le Zero-G qui n'a de Zero-G que le nom, ça déchire vraiment des trous du cul ! Meilleur crédit du parc, à n'en pas douter.

Allez, on a assez attendu ! Il est temps...

Une deuxième légende en une semaine, ça fait beaucoup !

Alors on s'harnache bien comme il faut...

Et c'est parti mon kiki !

Plus possible de faire marche arrière !

Dive !

Y a rien de plus photogénique que ça.

Passage riche en intensité...

...Mais pas autant que celui-là !

Il faudra un temps d'adaptation pour retrouver ses esprits.


Furius Baco

La bête noire du parc que ce coaster. Tomber en rade 5 fois en une journée, c'est quand même un peu lourd ! Avec 2h45 de queue, ça l'est d'autant plus ! Et c'est ce que nous avons fait pour pouvoir le rider de nuit la première fois. Pour les 55 secondes que dure le tour, ça fait mal au zguègue !
Alors, une fois que nous nous mettons en place pour la Front-line, c'est avec une attitude limite euphorique ! D'ailleurs, l'embarquement est très marrant à l'avant. En effet, pendant que nous nous plaçons tranquillement, abaissant notre harnais et clipsant la ceinture, nous avons une vue directe et dégagée sur le train, à peine à une quinzaine de mètres de nous, dans la zone de launch. Et le voir partir, c'est franchement marrant ! Mais là, c'est à notre tour...
Le train avance donc pour se placer dans ladite zone, et un pre-show se met en place. Un putain de singe vient péter la machine du viticulteur qui ramasse son pinard, ce qui a pour effet d'innonder le laboratoire de vinasse ! Et tout à coup, tout devient silencieux.

Retour vers Furius Baco.

La gare et les vignes.

La fameuse machinerie du pantouflard...
Parce que s'il daignait ramasser son raisin comme tout le monde ce gros fainéant, on ne serait pas catapulté à 135km/h en 3,5 secondes !

Le quai, enfin...

Et vlan ! 135km/h dans la gueule, pour un launch un peu incliné en hauteur qui arrache vraiment !
La descente en bout de launch produit un très bel airtime, mais complètement haché par la vibration à la limite du supportable du train. Et encore, j'étais devant (j'avais laissé les places intérieures à ma copine, par politesse). Le circuit en huit n'est pas très intéressant, si ce n'est ce passage à fond les ballons dans un tunnel (et en étant sur les côtés, ça produit son petit effet !) et l'In-Line Twist assez sympa ! Suivi du passage au-dessus du lac, lui aussi, planant. Puis nous sommes déjà sur les freins de fin de parcours.
Alors certes, il y a d'énormes vibrations, certes le circuit est foutrement banal, mais le launch est tellement bon que le coaster en devient assez amusant (sous réserve de se placer au premier rang !). Du moins, jusqu'à la première descente. Après, c'est déjà plus chaotique ! Mais surtout, je ne le dirai jamais assez, mettez-vous à l'avant. A l'arrière, ça doit être un vrai supplice.

Et paf ! Le train de devant qui démarre à toute berzingue !


Stampida

Bordel de merde de putain de nom de Dieu de chiotte de double putain de foutre la biroute pas en l'air que même si c'était un gosse Jacques Dutrou en voudrait pas ! Voilà comment caractériser, de la façon la plus noble qui soit, cette merde de Stampida.

Jamais je n'ai autant juré dans un coaster que ce jour-là. Je le haïssais. Je voulais qu'il souffre, le brûler dans la nuit, lui faire du mal. Ce coaster, c'est une horreur sans précédent. Du genre Anaconda c'est EGF à côté. Commençons par les trains KumbaK, dessinés par le petit-fils d'un bourreau hollandais, avec un habitacle favorisant les fractures du tibia et des côtes à chaque virage, des lap-bars vous déchirant les cuisses, et des vibrations à faire palir de honte les mecs d'Intamin quand ils veulent créer un vibrocoaster tel Furius Baco.
Le plus dommage dans l'affaire, c'est que les deux parcours de ce dueling sont pas mal conçus, et pourraient être très sympa ! Mais là, non, c'est le top du zéro, pour ne pas dire le plus mauvais coaster que j'ai ridé à ce jour. Je préfère même une pomme, dans laquelle on ne souffre pas ! Pourquoi n'ont-ils pas gardé les trains CCI d'origine ?!

L'horreur a maintenant un nom, un visage, et en plus elle est en duelling ! Super !

Machine de torture hollandaise.

Livraison possible en deux coloris.

Et vous savez le plus terrible dans cette histoire ?

C'est que les espagnols sont heureux et lèvent les mains pendant le tour !

La meilleure partie du layout : le retour en gare.

Du coup je pose sur la citrouille. Histoire de m'occuper l'esprit et de ne pas aller foutre le feu maintenant à ce sale tas de bois.


Tomahawk

<p>Un Wooden Junior CCI où on n'a presque pas de place pour mettre les gambettes, poussif et vibrant, et au parcours n'ayant d'intérêt que l'intéraction avec celui de Stampida. Bref, passons ! Et accessoirement, ça fait toujours +1...

Rien de bien fou sous le soleil.

Un junior pour préparer les futures victimes de Stampida.

En attendant, ça fait +1 cette histoire !


Tami Tami

Construction de Sesame Street oblige, le coaster était fermé pour le visiteur.

Tami Tami pendant la construction de Sesame Street.


Restait Tutuki Splash, un Spillwater 20 de nos amis suisses d'Intamin qui mouille bien comme il faut, mais à la grotte Chewing-gum qu'il serait bien de nettoyer, puis des Flat sans intérêt du type Volpaiute (Flipper au ralenti de chez Huss) avec son habitacle inconfortable qui augure bien de l'horreur que doit être ce type d'attraction dans une fête foraine lorsqu'il est poussé à pleine blinde, et de Serpiente Emplumada (Sombrero, Gerstlauer) que l'on n'a pas fait, et un Break Dance. Ajoutez à cela la tripotée d'attractions pour enfants, et le compte est bon.

Tutuki...

Splash ! Comme ça vous savez pourquoi ça s'appelle comme ça, si y avait un doute.

Le flume local, du doux nom de Silver River Flume.

Le raft local, du doux nom de Grand Canyon Rapids, qui ne mouille pas outre mesure.

Et quelques flats inutiles, genre ça...

Ça...

Ça...

Ou ça.


Mais attendez, je parle des Flat inutiles, mais, je vous attends dire : "Et Hurakan Condor ?!!!" ... Alors, cette Giant Drop Intamin propose une chute de 88 mètres de haut, avec la possibilité de prendre place à bord de nacelles Floorless. Pour avoir testé les deux, la Floorless est évidemment la meilleure, et offre un bon lot de sensations (et ne brise pas les burnes), même si de courte durée ! Cette attraction, c'est du pur bonheur, même si j'y suis allé seul étant donné qu'Oriane redoute les tours de chute libre ! Toutefois, côté opération, pour mon premier tour, c'était une vraie galère ! Deux nacelles fonctionnaient sur les cinq à cause du vent, et pour six personnes dans la file single rider, j'ai mis un peu plus de 2h avant d'embarquer !

La vache, ça grimpe pas mal hein !

Alors ? On hésite ?

Parce que moi, pas du tout !


Malgré le monde, PortAventura reste un très bon parc, et le séjour dans l'hôtel Caribe est à recommander. Silencieux, aux chambres spacieuses et aux lits démesurés, le tout avec vue sur Hurakan Condor qui dépasse de la cime des arbres. En fait, le parc manque vraiment de dark rides ou d'attractions familiales comme on en trouve à Efteling, EP, ou Disney. Le gros point noir restant les opérations, excessivement mauvaises, qui auraient sûrement porté un gros coup sur ce séjour si on n'avait pas eu les coupes-files.
Au-delà de ça, ce séjour était tout bonnement génial, et je recommande ce parc à quiconque ne l'a pas encore visité. Très animé et vivant, avec de très bonnes attractions comme Dragon Khan, Hurakan Condor ou Templo del Fuego, il n'est pas possible de s'y ennuyer un instant !

Woody vous dit à bientôt pour un nouveau TR, et vous la souhaite bien bonne !


Temps d'attente pour nos rides sur les trois journées


Montagnes-russes :

Dragon Khan : 5 à 60 minutes
El Diablo : 20 minutes
Furius Baco : 45 à 165 minutes
Stampida : 10 minutes
Tami-Tami : Fermé
Tomahawk : 40 minutes


Dark Ride :

Aucun


Water Rides :

Grand Canyon Rapids : 5 minutes
Silver River Flume : 5 minutes
Tutuki Splash : 5 minutes


Autres attractions importantes :

Hurakan Condor : 5 à 120 minutes
Sea Odyssey : 10 minutes
Templo del Fuego : 20 à 50 minutes
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:15:40 par Doubick »

*

Rem10

  • ********
  • 4 679
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #18 le: 29 avril 2016 à 08:04:19 »
Merci pour tes TR !

J'ai fais Waly à la même période que toi, et même impression, tout est à jeter hors du Monster ! Quoi que je serai moins critique sur le Waly Coaster, il passe bien mieux que Super Wirbel à défaut d'être exceptionnel je trouve. A l'inverse, le Monster est très bon en terme de sensations mais je préfère la variation de sensations d'Oz' (Gs positifs et négatifs alternés) aux Gs positifs très intenses.

A l'inverse totalement de Waly, PAv fait rêver, encore plus avec Shambi maintenant et bientôt un cran au-dessus encore avec la future tuerie qui s'annonce !
Coaster Count : 285 (2019 : +74)

Top 30 : 1/Shambi 2/EGF 3/Untamed 4/Goliath 5/iSpeed 6/Colossos 7/Taron 8/Fenix 9/Flug der Damonnen 10/Superman(PWM) 11/ Katun 12/Silver Star 13/Oziris 14/Karnan 15/Alpina Blitz 16/Troy 17/Desert Race 18/Red Force 19/Dynamite 20/Blue Fire 21/Dragon Khan 22/Wodan 23/Baron  24/Oblivion TBH 25/Fluch von Novgorod 26/Shock 27/Lost Gravity 28/Krake 29/Mystic 30/Timber

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #19 le: 02 mai 2016 à 00:29:36 »



Road, rides & french fries !




Nous avions décidé avec ma demoiselle adorée de commencer doucement, tranquilou, avec un parc que je ne connaissais que par quelques avis pas très ragoutant, mais sans avoir lu le moindre TR. Ce que je savais, c'est que Bellewaerde abritait un Boomerang Vekoma, un Zierer moisi, et la nouveauté qui n'en est pas vraiment une : Jungle Mission.

C'est donc sans en attendre grand chose mais avec une certaine envie de découverte (comme toujours chez moi), que nous mettons le cap vers Ypres, partant d'une bourgade nordique à 9h30 le matin. Première remarque, comme tout parc de la CDA qui se respecte, Bellewaerde est très cher pour la prestation, à savoir 6€ de parking et 28€ de billet d'entrée (nous les avons pris pour 23€ sur internet, pas fous). Après avoir raqué pour le parking et avoir garé la park-mobile dans une herbe glaiseuse qui nous aura servi de place, nous voici arrivés devant l'entrée.

Mesdames et messieurs, roulements de tambours... C'est l'entrée !

Et ça, c'est une salle de réception sur la gauche de l'entrée. Y en a qui se mariaient je crois... Se marier à Bellewaerde, faut quand même le faire !

Bon, on présente nos tickets pre-open, et nous passons l'entrée du parc. Première constatation, malgré ce qu'on en dit, c'est quand même très vert, fleuri, et l'entretien se fait ressentir. On est loin, très loin, à des années lumières d'un Walygator, et par conséquent, une de mes premières craintes concernant le parc s'estompe.

Avouez que ça a quand même plus de tronche en arrivant que les affichages du Crédit Mutuel à Walygator !

Qu'on ne me dise pas être de mauvaise foi, je ne fais que constater !

Et on continue le petit tour d'horizon vers la droite du parc, avec les indispensables Balloon...

L'indispensable mega tour de chute libre qui fout une branlette à tout Hurakan Condor Stand-up...

L'indispensable photo de Dieu...

L'indispensable petite grande roue...

L'indispensable petit train qui a le bon goût de toujours être de bonne humeur...

L'indispensable Crazy Bus...

Et l'indispensable Papillons transgéniques - The Ride

Nous continuons notre avancée pour arriver près d'une attraction à tutures Zamperla, nous faisant tourner autour d'un enclos de walibis, parce que c'est super chouette. Et comme ce genre de bestioles, ça branche Oriane, ce sera notre première attraction du trip !

Nom de Dieu de nom de Dieu, je sens qu'on va s'éclater !

Je vous laisse une onride pour que vous constatiez à quel point c'est vraiment super chouette.

Et la première photo Trente millions d'amis du trip ! Bordel, qu'est-ce que je vous gâte !

Un petit parcours plein de bambins borde l'attraction, mais je ne m'y serai pas aventuré.

M'enfin, les walibis ça va bien, sortons vite de là et continuons notre avancée... Mais voilà que nous croisons...

Notre grand ami Babar qui ne met même pas la trompe devant la bouche quand il baille. Top classe le mec.

Et un petit bâtiment orné de végétation... On se croirait presque à Efteling dis-donc !

Ainsi qu'un carrousel qui a déteint sur le fushia...

Et un Tea Cups où je serais tenté de dire : Même remarque que la précédente.

Des fois que vous soyiez perdus...

Voici également l'attraction pour Halloween qui m'a l'air bigrement terrifiante !

Ah ! Nous arrivons du côté du Far-West, et je sens que le premier crédit du trip pointe le bout de son nez ! Vous me direz, un Zierer, ça s'entend à des kilomètres à la ronde avec un peu de chance ! Quand tu penses que Formule X ou Anubis ne font pas un pète de bruit... Alors, découvrons un petit peu la zone !

Au bout de cette allée, se trouve Keverbaan, le Tivoli Large Zierer du parc, avec un parcours toujours aussi bien conçu, qui n'oublie pas de briser les côtes et de déchirer les cuisses !

Cette zone est tout de même, à mon sens, la plus jolie du parc.

Bon, allez, place au Zierer qui fait mal, qui est nul, et qu'on est content une fois les deux tours passés et qu'on peut en descendre ! En plus, on était à deux avec Oriane dans un seul wagon, plus de places oblige... Imaginez un peu le bonheur !

Le fun à l'état pur.

Vraiment, ça va être formidable.

Excitation intense ? Non ? Ah, d'accord.

Tout ce qui est fait n'est plus à faire.

Enfin pour l'instant c'est encore à faire, alors vivement que ça se termine !

Parce qu'en plus on ne dirait pas comme ça, mais c'est assez long ces conneries une fois à l'intérieur !

Allez, +1, on passe à la suite.

Allez, je vois apparaître la cime d'un gros truc jaune un peu rouillé non loin de là, et le doux bruit du +1 m'attire irrésistiblement. Nous voilà donc dans la direction du cette saloperie de Boomerang. Et le tout premier exemplaire, en plus ! Je la sens mal cette affaire...

On approche dangereusement les mecs !

Bon bah, maintenant qu'on est là, va bien falloir y aller !

La petite bête qui monte, qui monte, et qui assomme !

Je plains ces gens. Sincèrement.

Douleur et perdition.

Total, nous l'avons fait pour commencer tout à l'arrière. Alors que la marche avant, ce n'est pas la panacée mais que ça se laisse faire, en marche arrière, ça devient directement une véritable horreur. Les Gs vous écrasent contre votre harnais, avec la sensation cradingue que votre squelette souhaite s'échapper de votre corps, des baffes, et une impression nauséeuse à l'arrivée. Après un deuxième tour à l'avant plus tard dans la journée, cette sensation est plus atténuée, mais les baffes sont par contre plus importantes ! Bref, une merde ! Paraît qu'il compte parmi les plus douillets des Boomerang Vekoma... Pas pressé de me taper les autres alors !

Prenez place jeunes inconscients... Prenez place... Gnark gnark gnark !

Et dire que Vekoma en a vendu une cinquantaine de modèles...

Le passage en marche-arrière est un désastre. Franchement désagréable.

Tenez bon. Passé ce Cobra Roll, le calvaire prendra fin.

Non mais va falloir arrêter avec les photos de cette connerie là !

Aaaaaaaaah ! Vous voulez me faire faire un AVC ou quoi ?!

Face à cette connerie de Boomerang, se trouve une petite place où sont regroupés un 4D proposant le même film qu'à Efteling (ce me semble), un break dance, une Topple Tower (c'est triste tant c'est nul ça aussi !) et un dark ride du nom de Los Piratas, que nous avons fait, en exclusivité totale trop exclusive pour vous. Comment ça y a rien d'exclusif ?

En s'approchant de cette place aux allures d'Amérique latine, voilà que le décor est posé.

Oh, une tête.

La place avec le 4D en face et le break dance à gauche, le tout pris depuis la Topple Tower.

Topple Tower que voici.

Et Break Dance que voilà.

Et un peu plus à gauche, le flume, la tête, et des sombreros en bas à gauche.

RIP

Direction Los Piratas donc, un indoor boat ride in the darkness of hell in which you might be frightened. Bon, comme pas mal de coins à Bellewaerde, on pense directement à un Disney avec une grosse restriction de budget pour cette attraction. C'est pas trop mal pour un parc de cette taille, mais ça ne casse pas trois pattes à un canard non plus. C'est néanmoins typiquement le genre de ride qui doit être l'attraction qui vous tient à coeur quand vous l'avez faite enfant. Et comme je sais que vous aimez les photos, je vous en ai ramené quelques-unes.

Voici l'entrée !

Une story-line à faire frémir Siluj !

Tiens ! Vliegende Hollander ! Ah non... Mais on y retourne dans 4 jours !

Hello toi !

Hey Bill, t'as pas l'air en forme !

A pas l'air super garni votre trésor les mecs...

Fata Morgana ?? Mais non !! C'est dans 4 jours on t'a dit !!!

Allez Bob ! À la flotte !

Ces pirates sont néanmoins assez inventifs.

Ce squelette se caresse frénétiquement l'entre-jambe. Et si vous n'êtes pas contents, c'est pareil !

Et pour tout ceux qui veulent jeter un oeil au layout...

Bon, après avoir mangé tranquillement, voici que la minute 30 millions d'amis pointe le bout de son nez... Vous êtes prêts ? C'est parti !

Oh, une biquette...

Oh, des lémuriens qui ont la dalle !

J'en connais une qui adore les biquettes.

Il est temps pour nous d'aller tester la nouveauté de l'année, à savoir Jungle Mission.

L'entrée de Jungle Mission.

Alors qu'est-ce qui s'y passe ? Un Tow Boat Ride tranquille voguant sur des eaux où se trouvent divers animaux, des effets de flottes (qui ne mouillent pas) et un village indien où nous attendent quelques autochtones prêts à nous arroser. Sauf que, une fois encore, on n'est point du tout arrosés ! Bref, assez bidon comme attraction, comme les 9/10ème des attractions du parc en fait !

Embarquement immédiat !

Les flamands belges côtoient les flamands roses.

La fontaine à droite s'arrêtera avant que vous puissiez être arrosés.

Petit passage devant la cage aux folles.

Après que les mayas se soient fait piquer leur trésor dans Los Piratas, les aventuriers sont accueillis assez froidement !

La majorité du parcours propose de partir à la découverte de nos amis les bêtes.

Allons voir ce que donne le flume du parc. Déjà, ça débite incroyablement vite. Les bûches descendent la dernière drop toutes les 7 secondes montre en main, ce qui est assez impressionnant. Ensuite, le parcours en lui-même est banal au possible, bien qu'un peu thématisé quand même... La vitesse de la bûche dans le canal nous fait faire un tour en moins d'une minute, et l'arrivée n'est pas très humide. Bref, un flume dans la moyenne, ni mieux ni moins bien qu'un autre.

Bon, c'est vrai que les Water Rides qui mouillent sur le vieux continent, on les compte sur les doigts de la main... N'y voyez rien de scabreux.

Ca va mouiller ?

Oui ?!

En fait pas tant que ça... Oui, mais t'inquiètes pas, y a Niagara pas loin.

Après cette expérience non très humidifiante, il est temps de s'attaquer à ce que nous pensions être une maison hantée, mais s'avérera finalement être une Mad House, j'ai nommé Houdini. A noter que dans la file d'attente, pour nous terroriser encore plus, le parc n'a rien trouvé de mieux que de nous mettre du Céline Dion en boucle. Une expérience traumatisante.

Voici la fameuse demeure du magicien Houdini.

Le pré-show est de suite moins intéressant que ceux de la Villa Volta ou du Défi de César, et se boucle relativement rapidement. Après, le programme de la Mad House est assez bien fichu, même si maintenant ça ne nous surprend plus !

Eux, par contre, risque de ne plus distinguer l'envers de l'endroit !

Sorti de là, il était temps de passer à une attraction tout à fait conceptuelle, j'ai nommé Bengal Express. Un petit train qui nous fait entrer dans deux enclos où se trouvent d'une part des lions, et d'autre part des tigres. Bon, jusque là, rien d'anormal. Seulement, on pourrait croire que le tour prendra fin une fois sorti de ces enclos... Mais non ! Bellewaerde a l'extrême honneur de vous mener faire un tour dans la station d'épuration qui se trouve en son sein, qui chlingue à bloc et qui pollue la moitié du parc de par sa puanteur. Franchement, une attraction pour vous faire visiter une station d'épuration, j'avais encore jamais fait ! Et puis la cohérence avec Bengal Express, les tigres et les lions, va falloir me la trouver !

Allez, en route mauvaise troupe !

Shere Khan a faim.

Simba, lui, s'en fout royalement.

Voici la station d'épuration mesdames messieurs.

Et un peu d'eau qui donne envie d'aller barboter !

Concernant le raft, j'en ai jamais fait d'aussi nul. Toute la bouée est ressortie sèche comme un papy lors de la canicule de 2003, et l'intérêt thématique avoisine le zéro pointé. Bref, inutile.

L'entrée du raft, si ça vous branche..

Ca va les gars ? Vous voulez un peu d'eau ?

Après la station, je vous mets un peu de fleurs, histoire de vous rappeler qu'il y a quand même un effort de fait dans ce parc !

Bucolie, bucolie...

Alors... Où est-ce qu'on va bien pouvoir aller ?...

Et bien c'est direction de Niagara que nous nous dirigeons. Après avoir constaté que la tour Screaming Eagle ne fonctionne pas (grrr...), nous regardons la belle vague qui inonde les bateaux du Shoot the Chute voisin. Considérant que les Spillwater Intamin mouillent bien, mais que les Shoot the Chute Hopkins mouillent beaucoup plus, c'est avec un grand sourire que nous pénétrons dans la file d'attente de Niagara. Nous constatons que les gens sortant des rafiots sont trempés jusque dans le bénard, et ça, ça fait plaisir ! Allez, embarquons. Le lift est monté assez lentement, puis demi-tour en hauteur pour une belle descente et une réception qui ne pardonne pas. L'expression "you might get wet" dans la file d'attente prend ici tout son sens ! Didiou que c'est humide, et que c'est tellement fun qu'on se le sera enchaîné 3 fois histoire de bien se doucher le nez !

Pour l'instant, tout est sec...

Là par contre, planquez vos miches !

Elle est pour qui la grosse vague ??

Ah c'est sûr, ça change du Raft !

N'est-ce pas Oriane ??

Par contre, la Space Shot Huss, elle, est désespérément fermée au visiteur.

Et ça, c'est tristoune.

Du coup on fait un coup de toboggan...

On fait une bise à Peter Pan...

On va tester le Boomerang au premier rang... Moindre cata, mais cata quand même.

Non mais sans déconner... Qu'est-ce que c'est que cette tronche ?...

Il est temps de partir de Bellewaerde aux alentours de 17 heures. A savoir que nous sommes arrivés vers 10h15. Mais avant de partir...

Des carpes ! Vite ! Donnez-moi une canne !

En voilà une !

.... Dire que ça fait une semaine que je suis fier de cette blague... Pour ceux qu'y n'en ont pas compris toute la subtilité, euh... Est-ce qu'il vous arrive de comprendre des trucs, parfois ?

Allez, ce coup-ci, on dit au revoir Bellewaerde !

Au final, le parc est assez grand, mais les attractions proposées sont toutes assez vieillottes ou inintéressantes. Il n'y a que Niagara qui se fasse avec plaisir, car Houdini et autre Los Piratas ne sont pas non plus d'un intérêt mirobolant. Alors, peut-être que la Space Shot est chouette, mais ne l'ayant pas faite, je ne peux rien en dire. Au pire, vous pouvez aussi vous rabattre sur Bengal Express, et visiter la merveilleuse station d'épuration de Bellewaerde. Malgré tout, les avis négatifs concernant le parc m'ont paru un peu éxagérés. Comme dit au début du TR, le parc est entretenu, joli, même si la station d'épuration chlingue et fait tarte. C'est fleuri, tout fonctionne (apparemment je n'ai juste pas eu de bol pour la Space Shot) et les opérations sont rapides. Bref, même si les attractions ne sont pas dantesques, nous avons passé une bonne journée dans ce parc (bien que je ne compte pas y retourner tous les ans, mettons-nous d'accord !). En gros, le parc plaira avant tout au petit frère qui pourra faire une bonne floppée de minutes Trente millions d'amis dans sa journée, et ce au grand désarroi du grand frère qui n'aura pas vraiment de thrill rides à son goût.

Sur ce, je vous fais une bise, et je vous dis au prochain TR !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:16:22 par Doubick »

*

Rem10

  • ********
  • 4 679
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #20 le: 02 mai 2016 à 08:31:59 »
Je n'avais jamais vu de TR de ce parc.

Je ne regrette pas de ne pas l'avoir mis dans mon trip de septembre  :-D
Coaster Count : 285 (2019 : +74)

Top 30 : 1/Shambi 2/EGF 3/Untamed 4/Goliath 5/iSpeed 6/Colossos 7/Taron 8/Fenix 9/Flug der Damonnen 10/Superman(PWM) 11/ Katun 12/Silver Star 13/Oziris 14/Karnan 15/Alpina Blitz 16/Troy 17/Desert Race 18/Red Force 19/Dynamite 20/Blue Fire 21/Dragon Khan 22/Wodan 23/Baron  24/Oblivion TBH 25/Fluch von Novgorod 26/Shock 27/Lost Gravity 28/Krake 29/Mystic 30/Timber

*

Boub08

  • ********
  • 1 544
  • Living in a Yellow Submarine
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #21 le: 02 mai 2016 à 23:25:55 »
Tes trips sont très bien écrits, ponctués d'humour (surtout celui sur walygator) et d'informations techniques. C'est un régal que des les lire.  :mrgreen:

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #22 le: 04 mai 2016 à 00:00:11 »



Road, rides & french fries !




Allez, ce coup-ci, on met les voiles direction Adinkerque, au bord de la mer du Nord, pour visiter un parc ma foi fort sympathique, j'ai nommé Plopsaland. Au programme, vous le savez tous, 7 crédits, dont un petit truc qui m'attirait depuis pas mal de temps, à savoir Anubis ! Tous en voiture, on décolle pour le pays de Maya l'abeille ! Si c'est pas fantastique ça !

Après une petite heure de tuture, voici que nous arrivons sur le parking de Plopsaland, avec, diantre de diantre, un sacré paquet de populace de sortie ! Paraît, selon Scott, qu'on avait droit à une affluence estivale ce jour-là ! Bon, on ne va pas se décourager les mouflets, on va récupérer notre Guest Star Scotty, et partir à la conquête de ce petit parc !

J'en connais une qui est toute contente de passer la porte de Plopsaland !

Oui, pas de doute, nous sommes bien arrivés à bon port !

Il est donc temps d'entrer dans le parc et de découvrir tout ce qui s'y passe. Les mascottes du parc sont toutes à l'entrée, l'occasion pour nous de prendre quelques clichés avec des personnages plus ou moins connus dans nos contrées !

Du genre Flip la sauterelle, un pote de Maya l'abeille...

Ou Plop qui joue avec les couettes des petites filles... Tant que c'est les couettes, ça va.

Avançons donc dans le parc, et passons la verrière qui sert de "Main Street", pour arriver sur la grande place du parc.

Place qu'affectionnent grandement les grands et petits bambins !

À l'architecture assez spéciale...

Et aux propositions exquises ! Surtout lorsqu'il s'agit non pas d'une série mais d'un crédit !

Passé un grand porche afin d'avancer dans le parc, nous tombons devant un layout tout bleu, tout sinueux et silencieux, qui donne décidément bien envie à tonton Doubick et toute la clique !

Ça, c'est pour tout à l'heure ! Et ça va être très chouette !

Comment il est l'airtime là-haut mesdames messieurs ?

Faisons donc durer le mystère, et allons faire un tour au Bois de Plop, histoire de voir ce que ça donne. 40 bonnes minutes de file d'attente, et ce un peu partout, alors qu'Anubis n'en comptait que 15 maximum toute la journée, ça fait quand même beaucoup de monde ! Mais que ne ferait-on pas par soif de découverte !
La file du Bois de Plop est assez bruyante mais avance tout de même. On ne se retrouve pas à stagner bêtement comme dans bon nombre d'entre elles, et c'est tant mieux ! Une fois dans notre bateau, nous découvrons un dark ride riche en détails et bien mignon, même si ça n'est pas encore la majestuosité (néologisme ou non, telle est la question) de dark rides made in Efteling ou Disney. Toujours est-il que pour un petit parc (qui grandit tout de même à une vitesse hallucinante), cette attraction est un très bon atout !

Arrête d'insister ! J'ai dit tout à l'heure !!!!

Le bois de Plop, c'est par là les poulets !

Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on y bosse dur !

On y cueille aussi des champis pour se détendre après le boulot.

On y met du lait en bouteille...

On y tricote des chaussettes...

Et on y prend l'apéro, la vie en somme !

Tiens, une grande roue ! Y aurait pas un crédit dans le coin des fois ?

Non monsieur, un carrousel c'est pas +1, vous ne m'aurez pas.

Ah, on dirait qu'un spectacle se prépare...

Qui n'est pas prêt de commencer, puisque Maurice est tombé dans le cors !

Ce qui n'empêche pas le chef d'orchestre d'agiter la baguette. The show must go on.

Allez, sortons, et contournons par la droite, c'est à dire à l'extrême-est du parc, pour découvrir un peu la zone.

Espérons simplement qu'Oriane n'ait pas vu cette attraction. Auquel cas on n'y échappera pas.

Bon, elle n'a rien vu, sauvés ! On va donc pouvoir continuer à avancer vers la zone pour des mioches.

C'est du jamais vu cette attraction ! Quoique...

Tout pareil que le commentaire précédent !

Les Tintin et Milou belges, nommés de Samson et... Je sais plus quoi... (je vais me faire taper sur les doigts moi...)

Et cette attraction dans lequel il s'agit d'éteindre l'incendie qui s'est déclaré.

On y apprend à conduire sur des routes un peu mieux entretenues que les routes belges traditionnelles.

Dans ce bâtiment se cache le futur Mayaland.

Notez un joli carrousel à double étage au fond de la zone.

Bon, allez, je ne peux plus résister, c'est pas ma faute à moi, mais je ne m'appelle pas Lolita. Anubis est là, face à moi, et vraiment, je craque ! Alors, go ! Allons dans la file d'attente !
Une dizaine de minutes de file à tout péter, ça va, on devrait supporter ! Puis voilà le temps d'embarquer. Comme d'habitude chez Gerstlauer, l'assise est confortable, mais les harnais sont assez flippants. Durs et très épais (je parle toujours des harnais, pour ceux du fond), ce qui doit être assez périlleux dans des rides qui vieillissent mal.

Bref, on ferme les harnais, check, et dispatch. Petit virage sur la droite, puis nous voilà arrivant tranquillement dans la zone de launch. Et paf ! Ce launch est très puissant, soudain et agressif, ça réveille bien les mirettes, et c'est fort surprenant ! En un mot : Excellent !
Puis vient le top hat avec un airtime très puissant au sommet, quoi que cassé sur la seconde partie. Ensuite, s'enchainent un très bon Dive Loop, la section de bloc très bien prise avec un chouette virage sur la droite en sortie, de même qu'un très bon Immelmann. Puis seconde zone de bloc, avec encore une fois un bon virage, mais une perte d'intensité et d'intérêt du parcours, qui ne se résume plus qu'à quelques virages. Toujours est-il que l'heartline-roll finale est très sympa, et que ce grand-huit décoiffe bien ! Petit mais costaud... Très costaud ! Et ce n'est pas les deux trois virages assez peu intéressants sur la fin qui viendront ternir l'intérêt du coaster ! On l'aura fait 6 fois, avec toujours le même plaisir.

Je dénote seulement quelques vibrations sur les places arrière à l'entame du Top Hat, mais rien de bien méchant. Les meilleures places restent cependant à l'avant.

Anubis, c'est ici les filles !

Ils s'en vont le coeur vaillant, et ils ont raison !

Il est planant ce Dive Loop hein ?

Allez hop, dans l'Immelmann !

A fond les ballons les poulets !

Bon allez, direction Draak maintenant, le powered du parc. Bon, c'est nul, mais au moins ce n'est pas complètement inconfortable. Ai-je vraiment besoin d'en dire plus à propos d'un Powered Mack ??! Bon, si, d'accord : La gare extérieure et le pilot-car sont très jolis.

Euh mec, euh... J'veux pas être lourd hein mais, euh... L'entrée c'était en bas...

C'est l'éclate totale dans le Powered Mack.

C'est bel et bien plus que jamais l'éclate dans le Powered Mack.

Parés pour Dragster !!!

Par contre, rien ne prépare à un Star Flyer. Rien.

Bon allez, sortons vite de Draak, et partons à la conquête des autres crédits du parc. Prochain sur la liste : Rollerskater ! Un Junior Vekoma pas super confortable, un peu vibrant, et donc nécessairement, pas top ! Néanmoins, le passage dans la machine à laver est cultissime, est fait donc de ce coaster un crédit nécessaire au compteur de tout coaster fan qui se respecte !

Ah, quelque chose me dit qu'on en n'est pas loin !

Avec le sourire s'il vous plaît !

Les baskets grimpent...

Et dévalent la pente genre celle d'EGF fait penser à une Big Apple à côté.

Et dévalent la pente genre celle d'EGF fait penser à une Big Apple à côté.

Scott est tout heureux dans sa petite basket !

Et les jumelles aussi ! Mais là, une pompe pour 4 pieds, ça fait quand même léger !

Mais ce n'est pas ce détail qui leur fera peur... D'ailleurs, elles lèvent les bras !

Elles semblent cependant totalement exténuées par tant d'intensité.

Non, toujours pas !

Encore moins !

Après un petit tour de bateau pirate ni mieux ni moins bien qu'un autre, allons donc faire du Mack, allons donc faire SuperSplash ! Avec sa partie dark ride qui n'en est pas une, et qui en plus ne sert à rien si ce n'est à mener à l'ascenseur vertical nous montant vers la drop, avec ensuite ladite descente qui n'est pas airtimée et sans intensité, le camelback qui ne fait pas décoller, et l'arrivée fort peu humide, vous comprendrez aisément que ce SuperSplash ne soit pas l'attraction du siècle ! D'autant plus irritant quand on s'est tapé 45 minutes de file !

Non mais le pédalo, ça va, on pouvoir faire sans, vous en faites pas.

Allez, un petit coup de rafiot, et go sur SuperSplash !

D'ailleurs, c'est par ici !

On attend 45 minutes, on embarque, et vient l'ascenseur...

Puis une descente...

Ainsi qu'un Splash qui ne mouille pas, et un long retour en gare.

Bref, SuperSplash, c'est pas super tip-top... Mais mieux encore, si nous allions faire Vleermuis ? Alors là c'est simple. Débit de chiotte, rails pas droits (voire même bombés), ce qui donne de très gros à-coups sur le parcours de droite, et un tour de cuisse famélique pour pouvoir entrer tranquillement dans les nacelles hyper mal foutues. Ensuite, des freins trop secs, un parcours chiant comme la mort, douloureux à droite, et extrêmement court. On l'aura fait une seconde fois en fin de journée pour que j'ai la partie gauche. Bref, inutile, mais ça fait +2...

Un peu de théma dans ce monde de brutes.

Toujours en route vers Vleermuis...

Que voilà de face...

... et de derrière !

Les seules occupations de la (lonnnngue) file d'attente sont de regarder les chauves-souris, ou ce train qui passe.

Une chose est sûre : faut pas avoir trop mangé à la cantine !

Mmmmh le bon gros coup de frein des familles avec l'ascenseur !

Et c'est parti pour euh... 15 secondes de coaster !

Le parcours de droite... Pauvres de vous...

Et un Doubick à fond les ballons, un !

Concernant Dongo's Race, c'est toujours un calvaire ces Zierer... Mais avec la meilleure technique de la planète Terre consistant à se maintenir accroché et penché vers l'avant, les Gs latéraux sont moins douloureux ! Enfin, ça reste une merde, aux head choppers qui risquent bien d'en choper un pour de bon un jour !

Bon, tu le dispatches ton +1 ?

Ah bah quand même !

Bucolie, encore, toujours et à jamais.

Puis il fallait bien tester le Flume ! Assez humide, avec une belle descente en double down, le tout airtimée ! Donc assez sympathique ! M'enfin nous n'étions que deux dans notre bûche avec Scott, et la réception finale est tellement freinée par l'eau que je me suis retrouvé éjecté vers l'avant. Un flume de costauds, en fait... Mais pas désagréable pour autant !

En route pour le rinçage !

Le haut de la drop en double down.

Allez, avant de partir, car la journée s'achève vite, allons faire quelques petits tours d'Anubis !

Skyline.

Lapin.

Et perlinpinpin la file d'Anubis.

Ça c'est du coaster qui me plait !

On ne s'en lasse pas.

Toujours plus de Dive Loop !

La fine équipe est visiblement convaincue !

Bref, Anubis, comme le dirait très philosophiquement Martin Heidegger : "Ça brise concret des culs de mouettes".

Allez, on quitte Plopsaland, sous sa fameuse verrière servant de Main Street.

Et toute la clique est venue nous dire au revoir !

Et on repasse la porte pour quitter le monde de Plop.

Alors, que dire de Plopsaland ? Et bien que je suis très satisfait par le parc ! Malgré le monde, nous avons pu faire et refaire toutes les attractions qui nous intéressaient, les opérateurs sont impeccables (sauf les mous du genou de SuperSplash), allant jusqu'à vous prendre les sacs pour les ranger eux-mêmes. C'est vert, joli, on sent que le parc est vivant, ça donne bien envie de revenir, et pas seulement pour l'excellent Anubis ! Notez également la prolongation du temps d'ouverture de 30 minutes par le parc, pour faire face à l'affluence. Dire qu'à Efteling on ferme les files d'attente à 17h30 alors qu'il y a entre 1h et 2h de queue partout dans le parc (cf. meeting du mois de septembre, pour ce trip on était plus tranquille !  :-P)...  Une chose seulement, je le voyais bien plus grand ! Tout est en fait concentré autour du lac sur lequel se trouve SuperSplash, et rares sont les endroits où on ne le borde pas. Mais attention, ça ne fait pas trop tassé non plus ! Les zones sont tout de même aérées !

Alors, à bientôt Plopsaland, et à vous aussi jeunes intrépides, avec le prochain TR !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:16:43 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #23 le: 05 mai 2016 à 01:06:19 »



Road, rides & french fries !




La suite jeunes gens, avec aujourd'hui un parc giga-supra-trop-top-c'est-génial-fantastico-méga-chouette, j'ai nommé Walibi Belgium ! Bon, j'ai décidé de rédiger ce TR en catégorie, pourquoi pas après tout ? Seront détaillés tout d'abord :

- Montagnes-russes, puis Dark Rides, puis Water Rides, puis le reste en vrac, avant d'émettre un avis général sur le parc.
- Chaque montagne-russe est placée par ordre alphabétique.

Alors c'est parti les poulets, dans le super monde de Walibi, ou disons plutôt pour celui-ci : Vekoma Land !

Déjà, pour trouver le parc, ce n'est pas bien compliqué. Comme pour Astérix, celui-ci se trouve à une sortie d'autoroute, et il n'y a qu'à suivre le chemin pour arriver sur le parking. Seulement, l'adresse indiquée par T'n'P et les billets de parcs nous amène dans le patelin de Wavre, dans une ruelle à sens unique, bref, pas vraiment à l'endroit prévu ! Donc, en y allant, dites merde à votre GPS sur les 5 derniers kilomètres, et suivez tout simplement la route.

En arrivant devant le parc, après être sortis de la Park-Mobile, on s'aperçoit que nous ne serons pas franchement tout seul pour cette journée, alors après s'être départis de la foule à l'entrée et avoir pénétré dans l'enceinte de Walibi, nous nous dirigeons rapidement sur la gauche, là où se trouve Cobra et Radja River, choix logistique intéressant tout en sachant que la grande majorité des visiteurs commence par la droite avec Vampire et Loup-Garou. A noter que, comme Bobbejaanland, le parc se concentre autour d'un lac (sauf pour Flashback).

Quelque chose me dit que nous ne serons pas les seuls aujourd'hui !

Alors commençons vite commençons bien, commençons avec les montagnes-russes, et avec leur temps d'attente !



Calamity Mine (25 minutes d'attente)

Alors ce coaster, c'est la totale lousinette tant il est mauvais. C'est brusque, c'est sans grand intérêt (helix, helix, drop, helix, helix, drop, lift...), assez inconfortable et relativement court. Pourtant, thématiquement, il n'est pas complètement laid, si on retire les trains bleutés ! Bref, il est loin BTM. Trèèèèèèèèèès loin.

Allez les n'enfants, il est par-là le +1 !

Prêts pour le second lift ?

Bah vaut mieux être prêt, parce que vu le pourcentage de lifts sur le layout...

Allez, il est temps.

Ce grand-huit est un désastre. Et ce n'est pas sa montagne qui le sauvera du naufrage.

C'est la cata que je vous dis.


Cobra (Fermé)

Aaaaargh ! Un Boomerang fermé ! Comme je suis triste ! Enfin, mon compteur oui, mais mes cervicales sont aux anges ! On aura remarqué une chose, c'est qu'à Walibi, le tarif d'entrée reste à 32€, mais avec 3 ou 4 attractions fermées derrière, qui restent là pour décorer le parc. Même si Cobra réouvrira, ça fait quand même tâche de le trouver HS en début de saison !

Non, aujourd'hui, Cobra est resté dans sa tanière.

On repasse devant en fin de journée. Le compteur crie famine.


Coccinelle (0 minute d'attente)

Enfin, la Coccinelle était ouverte, pour notre plus grand plaisir ! Que dire à part qu'il s'agit d'un bête Tivoli Small Zierer ? Et bien que c'est un Tivoli Small Zierer...

L'entrée, c'est par-là !

A fond les ballons dans la first drop !!

C'est l'éclate totale à bord.

Faut aimer le fun avant de se lancer.

Parce que ça envoie quand même du steak à chier !


Loup-Garou (45 minutes)

Une des attractions les plus populaires du parc, 45 minutes d'attente, mais surtout une note de 3/4 attribuée par T'n'P, on était en droit de s'attendre à quelque chose de pas mal ! Alors après l'attente en plein cagnard, nous sommes bien heureux de pouvoir nous poser dans des trains confortables et de poser nos sacs dans des bacs pour ne pas les avoir aux pieds. Engageons-nous sur le lift, et une fois au sommet, la première descente arrive. Pas très puissante ni trop airtimée, ça passe bien mais sans plus. Au moins c'est assez fluide. Oui, mais voilà le premier virage... Et là, merde, mais en fait ce n'est pas fluide du tout ! Ca vibre de droite à gauche et de haute en bas, ça tape les reins et le fessier, bref, c'est pas vraiment tip-top ce truc ! Heureusement que c'est confortable, sinon, bonjour l'horreur du truc ! Le jour où ils mettront des trains KumbaK là-dessus, ce sera du bonheur !
Bon, le layout en lui-même est assez basique, simple, mais les quelques camelback dans la structure procure un petit airtime bien sympa, même si entaché par les vibrations... A noter que Vekoma n'a toujours pas compris l'intérêt des bankings... Fallait bien qu'ils nous fassent un beau U plat en guise de demi-tour ! Bref, meilleur coaster du parc, certes, mais c'est franchement pas terrible tout ça ! Quand j'entends certains dire qu'ils aiment ce coaster, tout en crachant sur les "vibrations" de SilverStar ou de Troy, je me fends bien la poire !

Qui veut poireauter 45 minutes ? Enfin, disons aussi qu'une heure après notre passage, la file avait doublé de volume !

Waoh, ça sillonne entre les arbres, c'est un petit peu Boulder Dash ce Loup-Garou !

Bientôt, ce sera pour nous ! "Enfin", comme dirait l'autre.

La fin d'une attente longue et chaude...

Un petit lift à train rouge...

... et un p'tit lift à train bleu ! Au moins, y a deux trains sortis. C'est déjà pas mal !

Hoouuuuu, les trims dans les descentes, c'est pas beau du tout ça !

Un merveilleux banking qui ravira les fans de Texas Giant sur RCT2.

Et l'arrivée dans les structures, avec une chevauchée bien tape-cul qui fait finalement partie des meilleurs éléments du layout !

Les freins de fin de parcours sont juste après cette helix.


Turbine (Fermé)

Ça fait toujours mal au coeur de passer devant ce genre de coaster. Surtout que là, c'est clairement laissé à l'abandon, avec la nature qui reprend ses droits. Turbine fait juste partie des meubles, ni plus ni moins...

Tiens, lui, je crois que ça ne sera pas pour aujourd'hui... Réflexion faite, je crois que ça ne sera pour aucun futur aujourd'hui !

Avec Turbine laissé dans son coin, la zone est relativement vide de monde !

Tiens, un gros caisson abritant un loop. Il doit légèrement se sentir seul là-dedans ! Quand tu penses à la gloire qu'il a connu...

La végétation commence doucement à lui barrer la route.

Et puis une petite vue d'ensemble, de l'autre côté du lac.


Vampire (90 minutes d'attente)

Quoi ?!!! 1h30 pour un SLC ?!! Vous êtes des malades !! Oui... Je crois... Et le comble du bonheur, c'est que la file se trouve, encore, en plein cagnard ! Mêlez à cela le coup de chaud sur la tête aux tartignolles qu'on se prend dans le ride, et vous imaginerez le petit mal de tête sympa à la sortie ! Merdasse de merdasse...
Bon, déjà, commençons par dire que les trains, c'est pas le summum du confort ! Mention spéciale aux harnais-étaux. Ensuite, une fois lancé, qu'est-ce que ça donne ? Un truc poussif, qui ralentit concrètement avant chaque inversion à la manière d'un RNRC (places avant), sans aucune sensation ni de flottement, ni d'intensité, ni de rien du tout. Au moins, le Roll Over ne baffe pas... Ce qui n'est pas le cas du Sidewinder, et pire encore, des Double Spin ! Bref, aux chiottes, caca, prout, et tout élément scatologique qui vous passe par la tête. Dire que c'est un des plus doux SLC... Grrrrr !!

Que ne ferait-on pas pour son +1 ?...

"Aïe, aïe, ouïe, aïe, aïe !"

Ce sapin passe sa vie à côté d'un SLC. Tristesse et abattement.

Et c'est à cet instant qu'on se demande si on ne va pas aider le train, en descendant et en le poussant un peu.

Le festival des baffes commence ici...

... pour s'achever là.

Apparemment, nous n'étions pas les seuls à vouloir rider du SLC !

Harnais de torture moderne.

Tout ce qui est fait n'est plus à faire.

Bon, les coasters, c'est fini ! Et j'ai presque envie de vous dire "tant mieux" ! Attaquons-nous donc aux Dark Rides, le seul en fait : Challenge of Tutankhamon.


Challenge of Tutankhamon (35 minutes d'attente)

Nous voici donc plongés dans des fouilles archéologiques en Egypte, au coeur même d'un temple au sein duquel pèse une lourde malédiction. Armé de votre piou-piou, vous aurez pour tâche de dézinguer le plus de momies et autres gardiens au buste animal et aux jambes humaines, avec à la clef un système de score. Oui, c'est bien un Dark Ride Intéractif (Sally Corp). Et le mieux dans l'affaire, c'est que celui-ci est vraiment très joli ! Les scènes et animatronics défectueux ont été remplacés, et le résultat est franchement sympathique ! Les flingues réagissent bien, et les scènes s’enchaînent sans temps-morts et avec des résultats parfois surprenant ! De loin la meilleure attraction du parc, et Oriane est d'accord avec moi pour le dire !

Prêts à piou-piouter les amis ?

Le docteur Bernard vous explique les enjeux des recherches...

Tandis que le sage du coin vous somme de rapidement mettre les voiles !

Par contre, étant allé en Egypte, je n'ai jamais rencontré de dieu à tête de Transformers comme celui-ci. J'ai dû rater quelque chose lors de mon séjour !

Plus le temps de discuter les filles ! Tirez !

A une seconde près, du feu jaillissait d'un peu partout près du type à tête de mante religieuse. Flûte de zut !

Ceci fait, passons rapidement aux Water Rides, si vous le voulez !


Radja River (10 minutes d'attente)

Il s'agit là du Raft local, complètement catastrophique du fait qu'il mouille moyennement, mais surtout qu'il s'avère être assez violent ! Une opératrice a même pour consigne de rester à un endroit précis du parcours, et ce pour la journée, afin de demander aux gens de se tenir, avant un impact contre les bordures qui pourrait bien vous éjecter hors du rafiot ! Bref, y a quand même deux, trois trucs à revoir là ! Oriane en est sorti avec un bel hématome !

Qui est-ce qui veut des bleus ? Levez la main !

Pour ce faire, il vous faudra embarquer à bord d'une de ces bouées...

Voilà qui est fait...

Impact -10 secondes !


Flashback (60 minutes d'attente)

La seconde meilleure attraction du parc, juste après Challenge of Tutankhamon. La théma' fait penser à l'Oxygénarium, on a droit à un passage avec descente en arrière, une descente en double down avec petit airtime, plus un tunnel qui fait très film de SF complètement kitsch en guise d'introduction ! Mêlé à cela les panneaux dans la file (parc à boeufs intérieur très désagréable, il est vrai) au contenu très sympathique, et vous aurez un bon Flume Ride, qui se paie même le luxe de vous mouiller à la faim ! Bref, bien apprécié !

Impact -10 secondes !

Qui dit lift dit forcément descente !

Ah oui, en effet !

Et le mieux dans l'histoire, c'est que ça reste quand même humide. Surtout pour un Mack !

Et ceux-là vont s'en apercevoir très vite !

Petit passage en arrière, après la première descente.

Compris ?

Don't look down.

Après une heure d'attente, on y arrive enfin !

Faut vraiment que je vous en parle de celui-là ou je peux faire l'impasse ?

Il est temps de passer au reste, que nous n'aurons pas fait, ce me semble, si ce n'est la Mad House locale.

Il y a forcément le sempiternel carrousel...

Les non moins éternelles chaises volantes...

La récente zone pour enfants...

Avec par exemple les indémodables Balloon Zamperla !

Le palais du génie, Mad House qui reste du même niveau que celle de Bellewaerde. Pas mal mais sans plus.

La file d'attente de la bestiole...

Et que dire de Dalton Terror, la tour de chute libre Intamin, si ce n'est que la queue vomissait à l'extérieur et que l'attente était franchement balaise ?
Du coup, on l'a zappée.

Et bien non, nous n'entrerons pas !

Pourtant, ça donne quand même envie...

Bah oui, mais tu ne feras que la regarder aujourd'hui !
A noter que, même si ça ne se voit pas sur la photo, les cinq nacelles fonctionnaient ce jour là !

Sinon, y a aussi la machine à vomi, qui n'donne pas franchement envie !

Egalement, le 4D auquel on a dit merde. Parce que déjà que lorsqu'il n'y a pas de queue faut se faire violence...

Couplé à la grande route, que l'on a faite pour prendre des photos.

On passera aussi sur les auto-tamponneuses, Break Dance, Wipeout trucs pour mômes et compagnie, à moins que vous n'en vouliez vraiment des photos ! Bon, je vous lâche juste un Aqualibi vu de l'extérieur :

Bouais... Ca a l'air d'être assez fade après Tikibad !

Ouais, enfin il est pas très rock'n'roll ton parc !

Oui, et puis c'est nous qui mettons les voiles aussi, alors on dit au revoir à Walibi !

Bon, un avis général sur le parc maintenant ! Côté opérations, déjà, c'est pas franchement le panard ! On est au minimum syndical, les mecs vont à 5 à l'heure (Dalton Terror fonctionnant certes à 5 nacelles, mais avec un départ toutes les 5 minutes, ça fait quand même léger !), et les temps d'attente (même pas affichés !) deviennent vite de longs moments à se tourner les pouces en plein soleil. Après, certes le parc reste vert, mais plus grâce au côté sauvage que floral de la chose !
Côté rapport qualité/prix, euh... Si j'en parle, je risque fort de m'énerver ! Je pense que vous avez de toute façon bien compris la chose ! Mis à part Challenge of Tutankhamon, ou encore Flashback, y a pas grand chose à se mettre sous la dent ! Ajoutez à cela des attractions majeures fermées en début de saison (Cobra surtout, Turbine étant SBNO depuis 2 ans maintenant), et vous comprendrez que Walibi Belgium a bien été le plus mauvais parc du trip, même sans avoir encore lu les TRs des 4 qui suivent !

Sur ce, j'espère que ce TR vous aura plu, et je vous dis à la prochaine !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:17:04 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #24 le: 05 mai 2016 à 14:40:14 »



Road, rides & french fries !




Alors ce parc, bougre de bougre, je ne savais qu'en penser avant d'y aller. Je me disais que ce serait un chouette petit parc, avec des attractions que j'attendais pas mal (Sledge Hummer, notamment), et qu'il y avait de quoi passer une bonne journée, avec ce nouveau Spinning Maurer fraichement ouvert, j'ai nommé Dizz. Ah oui, mais les premières vidéos de la bête apparaissent sur le net, les premiers TR aussi, et il semble être absolument surfreiné... Aïe... Bon, et bien merde, nous y allons tout de même, et qui vivra verra ! D'autant qu'il y a quand même un petit +7 à faire !

C'est parti Simone, en route pour de nouvelles aventures, et pour de nouveaux bouchons aussi, car bordel, à Anvers, quel calvaire ! Le traffic dû au port y est affolant, et on met bien une bonne heure pour faire quelques malheureux kilomètres... Grand Dieu, quelle circulation à la con ! Puis sachant que nous rentrions en France après tous les parcs belges, pour loger chez des amis du ch'nord, on s'est farcie Anvers 4 fois, entre l'aller-retour Bobbejaanland et l'aller-retour pour la Hollande ! Grrr...

Ca y est, il est 10h30, et nous arrivons au parc. Ouf, pas trop de retard, on aura certainement le temps de faire tout ce qu'on veut aujourd'hui, même si le parc ferme tôt (17h, avec certaines attractions fermant à 16h30). Je veux mon neveu, d'autant plus qu'il n'y avait pas grand monde ce jour là !

Quand vous voyez cette éolienne, c'est que vous êtes à bon port !

Et c'est parti pour une nouvelle journée les poulets !

A la rencontre du fougueux Bobbejaan, qui a donné son nom au parc.

Le programme de la journée.

Facilement repérable de par son éolienne en s'en approchant, il vous faudra tout de même passer une grande rue pleine de maisons-closes avant d'arriver au parc. Ensuite, n'oubliez pas de prendre votre jeton pour le parking, aux caisses à votre arrivée, afin de ne pas rester comme nous, comme des cons, devant la barrière en bloquant tout le passage alors que votre co-pilote court en acheter un et qu'on vous claxonne au cul.

Mais je parle déjà du retour alors que nous n'avons même pas commencé ! Entrons donc dans ce parc, pour découvrir l'univers de notre cher Bobbejaan mort il y a peu (c'était un chanteur belge de country). Par quoi allons-nous donc commencer ? Je vois le lift de Typhoon face à moi, et la file d'attente n'est pas loin. Mais non, dirigeons-nous plutôt vers la gauche, pour aller rider Bob Express si vous le voulez bien. Vous le voulez bien ? Alors c'est cool !

Nous voilà juste passés la place devant l'entrée. Bon, Typhoon est en face, mais on va se le réserver pour cet après-midi si vous le voulez bien.

Première étape crédit du jour.

C'est par ici !

Déjà, ce qui frappe, c'est la gueule des trains, complètement flashis sans qu'on ne sache pourquoi plus de sobriété n'a pas été apportée. Mais finalement, qu'importe, puisque le ride en lui-même est plutôt sympathique pour un Powered. Quelque chose à ajouter ? Non ? Alors passons au suivant s'il vous plaît !

Et une onride pour ces m'sieurs-dames, une !

Ainsi qu'un petit bout de layout, et passe à la suite !

Un tram permet de faire le tour du lac autour duquel est construit le parc.

Allez, on ne part pas le rythme, c'est parti pour Oki Doki.

Et comme on a jamais assez de crédit, mon cher Bibi, allons donc claquer ce drôle d'Oki Doki. Family Coaster Vekoma aux Lap-bars particulièrement inconfortables dès qu'on est de grande taille, mais absolument doux comme un agneau, sans vibration aucune. C'est un peu court, mais un chouette petit ride, qui pour une fois ne nous fait pas cracher sur la firme hollandaise à la sortie ! +1 !

Le lift culmine à un peu plus de 16 mètres de hauteur, ce qui très acceptable pour un grand-huit de cette catégorie !

Donnant sur une descente plutôt impressionnante pour les bambins.

On a vu pire pour du Family.

Le ride est fluide, et ça, c'est un bon point !

En tout cas, pour mettre les enfants en condition, c'est nickel.

N'est-ce pas ?

A ce moment là, nous nous trouvons au fond du parc, face à la zone Kinderland surplombée par un clown toujours en train de sourire, car un clown triste, c'est un peu triste.

Ça fout quand même l'angoisse ce bordel...

Tiens, mais que voit-on se dresser à côté de Kinderland ? Serait-ce un Suspended Coaster Vekoma ? Serait-ce donc Dreamcatcher ? Mais oui, c'est bien cela ! Et comme le veut la légende, les roues donnent l'impression d'être carrées, il fait un bruit assourdissant et il est d'un intérêt proche du néant. Emballez c'est pesé, pour ce qui aura été la plus longue attente de la journée (avec Dizz), alors qu'il n'y avait pas grand monde dans le parc.

Tiens, j'ai cru voir un Vekoma...

Mais oui, mais oui, j'ai bien vu un Vekoma !

Oui, et puis il est caca. Et le caca, on n'aime pas ça !

Nous rebroussons chemin après ce tour de Dreamcatcher, pour nous retrouver non loin du Flume extérieur, à savoir Wildwaterbaan (oui, parce qu'il y a un flume indoor) et de Bob Express, afin de rider le Dark Ride intéractif du parc, j'ai nommé The El Paso Special. Plutôt bien fait, avec des pistolets qui permettent une bonne intéraction avec les scènes, étant donné que toutes se déclenchent à la moindre pression de gachette, et que le flingue est, pour une fois, d'une bonne précision. Bonne surprise pour un ride amusant, parfois olé olé, et où l'effort thématique se ressent !

Revenons sur nos pas pour faire du dark ride intéractif.

On va les faire danser Johnny.

Merde, tu tires une drôle de gueule Johnny !

Je ne suis pas sûr que pioupiouter avec une pintade soit très efficace, m'enfin...

Tout est vieillot, les automates comme les décors. Mais ça a du charme !

J'en connais un qui a un peu trop tiré sur la bouteille.

Il est tant de goûter la fameuse bouffe de Bobbejaanland, étant donné qu'aujourd'hui, nous n'avons pas pris de pique-nique ! Et une nouvelle fois, comme le veut la légende, ça n'est pas fameux ! Hot-dogs et frites nous suffiront, nous ne pousserons pas le vice plus loin que cela.

Après l'interlude culinaire du jour, approchons-nous de la nouveauté du parc, se trouvant à l'opposé d'Oki Doki et consorts. Dizz est donc un Spinning Maurer SC 3000 au parcours totalement Custom. Les SC 3000 sont les plus gros Spinning de Maurer, exemple : Les Winja's, Dragon's Fury, Tarantula, tous ceux-là sont des SC 3000, aucun n'ayant à pâlir de sa réputation d'excellent crédit. Puis vint Dizz...

Ca y est Johnny, ce coup-ci, on passe aux choses sérieuses. La nouveauté 2011 de Bobbejaanland.

Avec une théma ni faite ni à faire.

Non, franchement pas convaincu.

Et ce n'est pas l'horriiiiiible gare qui me fera changer d'avis.

La file dure une bonne quarantaine de minutes, à cause des sections de bloc surfreinées et des deux seuls (!) trains sortis sur le parcours. Côté déco', ça ne ressemble à rien, très géométrique et coloré, pour des rails, supports et trains totalement noirs (les trains n'étaient pas encore peints).

Puis ça y est, nous prenons place. Entame du lift, puis arrivé au sommet, toute petite descente avec demi-tour au-dessus du lac. Portion de bloc surfreinée dans laquelle on voudrait descendre du train pour l'aider à avancer. Plus grande descente plutôt sympathique, pour nous mener de l'autre côté du chemin passant sous Dizz, avec une nouvelle portion de bloc qui permet au train de spinner un peu. Enfin, dernière petite portion, très courte, avant le retour en gare. A noter la remise en place du train face aux rails qui se fait assez violemment avec une cal-bar qui vient frapper sous le train pour le bloquer (comme sur tous les Spinning Maurer, en fait...).
Alors, ce Dizz n'est clairement pas au max' de son potentiel au moment où je rédige ces lignes. Mais il y a quand même des petites sensations rigolottes qui font tout l'intérêt de ce genre de grand-huit. Ce qu'on voudrait maintenant, c'est que les freins soient dessérés (envisageable !), et que le parcours soit plus long (inenvisageable). Dans l'état, on lui préférera un certain Crush's Coaster, c'est dire qu'il y a encore du boulot !

Allez hop, on embarque !

Oh, un lift.

Un passage un peu fun dans cet amas de mollesse...

Avec un joli point de vue...

... qui ne rend pas le coaster plus fun pour autant.

Il est mou ton grand-huit.

Y avait pourtant moyen d'en faire quelque chose de bien.

Voilà, j'ai atteint mon quota de photos de Dizz.

On a bien fait de s'engager avant. Parce que vu comment la file de Dizz dégueule, doit y avoir un peu plus de 40 minutes !

Un petit peu de flat rides, ça vous dit ? Pas qu'Oriane aime ça, puisqu'elle m'a attendu pendant que je posais mes fesses sur Sledge Hammer. Par contre, le Fly Away, hors de question, jamais de la vie mes chéri(e)s.

Puis-je vous proposer un petit tour de Sledge Hammer ?

Je pense que vous accepterez sans sourciller !

Le Fly Away, par contre, ce sera sans moi. Merci quand même !

Donc, concernant Sledge Hammer, c'est bien puissant, ça tasse bien au fond du siège dans les creux, et ça fait bien planer sur les sommets. Etrangement, j'ai trouvé ça moins puissant que les Screamin' Swing S&S, mais ça n'en est pas loin non plus, et ça reste carrément bien comme bêbête !

Ca envoie vraiment du steak cette chose.

Après avoir croisé un gros King Kong qui embêtait des petits enfants coincés dans un wagon, nous sommes allés rider Speedy Bob, une bête Wild Mouse, qui ne mérite pas qu'on s'y attarde plus longtemps. M'enfin, au moins, ça n'explose pas la tronche à cause de freins trop serrés comme à Drievliet... A l'origine, il y avait deux Wild Mouse en miroir à Bobbejaanland, mais la seconde a été déplacée à Parque de atracciones de Madrid. Du coup, ça ne ferait qu'un +1 !

Ca ne vous fait pas penser au Sing'ouf de Theme Park World ?...

L'entrée de la Wild Mouse : Speedy Bob.

Avec le Bobbejaan à gros nez.

Quand faut y aller, faut y aller...

C'est tipar, comme dirait l'autre.

L'habituelle drop tape-cul des Wild Mouse.

L'intérêt de ces bécanes est évidemment proche du néant.

Vous voyez le bâtiment Banana Bos ? Et celui renfermant Evolution derrière ?
Et bien voilà, la place pour accéder au bâtiment d'Evolution étant fermée pour travaux, le seul moyen d'accès se trouvait à côté du Splash Battle Indoor, Banana Battle.

Entrée que voilà.

Que d'émotions en cette journée les amis, mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin ! Place maintenant à Evolution, dont l'entrée se fait à partir d'un bâtiment renfermant Banana Battle (Splash Battle que nous n'aurons pas fait). Alors Evolution, c'est LE ride expérimental. Le truc où tu te dis obligatoirement "WTF" à la sortie. Bref, c'est à faire. Déjà pour les trains qui n'en finissent jamais (débit monstrueux), ensuite pour les places qui donnent l'impression de s'asseoir dans son coffre, puis pour les lap-bars qui ressemblent à un tuyau d'aspirateur et qu'il faut :

1° Tirer vers soi
2° Abaisser vers ses cuisses

Les trains à rallonge qui n'en finissent jamais.

Enfin pour le parcours en lui-même... Démarrons avec ce lift circulaire qui établi son ascension dans un GRAND bâtiment assez vide, parsemé néanmoins de projections au plafond, d'un volcan en contre-bas, et de la musique à fond dans la figure. A savoir que le lift est plus long que le reste du parcours ! Dès que vous commencez à dévaler, c'est pour prendre de la vitesse que vous ne perdrez jamais jusqu'à l'arrivée en station, en enchaînant des virages tout en descendant, et ce sans arrêt. Droite, gauche, droite, gauche, headchopper, musique... Evolution est pour moi le meilleur coaster de Bobbejaanland ! J'ai trouvé ça hyper fendard, j'ai vraiment adhéré !

Et comme Oriane appréhende en regardant les lift verticaux, devinez quel sera le prochain coaster que nous ferons ? Oui, bravo. Typhoon. Pour moi, ce type de coaster n'est plus tellement impressionnant. Le lift étant ce qu'il y a de plus stressant sur les Eurofighters, donc en gros, ce n'est pas bien méchant. Il faudra par contre m'expliquer en quoi le looping de Typhoon est intense par contre ! Celui d'Indiana Jones et le temple du péril l'est 50x plus ! Passé le loop, nous remontons pour arriver sur une portion de bloc, demi-tour, puis deux heartline-roll qui passent plutôt bien avec un hangtime rigolo à la clef. Nouvelle portion de bloc avec demi-tour, descente, puis nouvelle remontée vers portion de bloc avec demi-tour. Le reste du parcours se résume à des helix et virages, avec une nouvelle Heartline-Roll encore une fois sympathique. Tout ça pour dire que Typhoon n'est pas révolutionnaire, mais reste une bonne petite machine, mieux que Falcon et Saw. Le premier parce qu'il est trop petit, le second parce qu'il est trop douloureux.

Attendez que je réflechisse... On a bien tous les crédits là ? Bob Express, Oki Doki, Dreamcatcher, Dizz, Evolution, Speedy Bob...
Oui, il ne manque plus que Typhoon ! Allez Oriane, tu n'y échapperas pas !

En général, ça commence par une gare.

Puis un lift.

Puis par un : "Oh, bigre..."

Fatch de con !

A l'entame du creux entre la drop et le loop.

Le loop est réputé intense, il l'est cependant moins qu'Indiana Jones à DLP.

Enfin il envoie quand même du steak haché, je vous le concède.

Le loop passé, ce sera moins coriace, vous en faites pas.

Et voilà, +1, roulez jeunesse.

Les moins téméraires peuvent aussi se rabattre là-dessus.

Une photo iconique, et on passe à la suite !

La dernière attraction de la journée est une fois de plus un ride original, puisqu'il s'agit d'un joli flume indoor, du nom d'Indiana River. Ca mouille raisonnablement dans les drops, la thématique est chouette et le tout dans un fun qui propulse cette attraction sur le podium du parc, en troisième place derrière Evolution et Sledge Hammer.

L'embarquement se fait sur une plaque tournante.

Et l'ascension au milieu des bananiers.

Petit tour d'horizon avant de mettre les voiles; nous n'aurons pas fait Wildwaterbaan, le flume extérieur...

Ni El Rio, le raft Hafema, qui comporte pourtant 2 descentes.

Qu'on ne voit pas sur cette photo.

Ni Banana Battle, le Splash Battle Preston & Barbieri...

Ni la kitschissime grande roue...

Ni les chaises volantes, comme d'hab...

Ni le 4D qui doit pourtant être génial... Nan j'plaisante !

Ni Big Bang, la Hara Kiri Van Egdom, mais à la limite y a pas mort d'homme.

D'autant que l'attente promise par la file qui s'allonge à gauche paraît assez déraisonnable pour ce genre d'attraction.

C'est vrai qu'on a rien fait de très humide, si ce n'est ça.

Avant de clore ce TR belge et de partir pour les Pays-Bas, que peut-on dire de Bobbejaanland ? Et bien que j'entendais beaucoup de monde dire que ce parc était laid et sans âme, alors que justement, je trouve tout le contraire. Certes, niveau théma, c'est pas la panacée, et Dizz est particulièrement moche (je déteste ces nouveaux rails tritubes pour les Spinnings Maurer, qui plus est...). Néanmoins, le parc est bien entretenu, très vert, tout fonctionne parfaitement, et le choix des attractions est original et il y a de quoi passer une journée complète sans se tourner les pouces. Une bonne surprise par conséquent !

La dernière photo, en vous disant à bientôt !

Temps d'attente pour nos rides sur la journée


Montagnes-russes :

Bob Express : 10 minutes
Dizz : 40 minutes
Dreamcatcher : 40 minutes
Evolution : 0 minute
Oki Doki : 15 minutes
Speedy Bob : 10 minutes
Typhoon : 20 minutes


Dark Ride :

The El Paso Special : 0 minute


Water Rides :

Indiana River : 10 minutes


Autres attractions importantes :

Sledge Hammer : 5 minutes
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:17:29 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #25 le: 05 mai 2016 à 18:55:33 »



Road, rides & french fries !




De retour à Kaatsheuvel pour visiter Efteling, avec, je ne vous le cache pas, une très grande appréhension. Et cette appréhension, d'où vient-elle ? Du monde ! Si vous avez lu mon précédent TR concernant Efteling, vous savez où je veux en venir !
Lors de ma dernière visite, ce parc était tout simplement blindé, si bien que nous n'avons pu faire que 5 ou 6 attractions sur la journée, ratant ainsi 4 crédits et des attractions dantesques comme Carnaval Festival. Grrr... Que ça ne se reproduise pas !

Alors voilà que nous arrivons proche du parking du parc, pour nous faire une première frayeur. Merde... Il semble qu'il y ait déjà beaucoup de monde à l'heure de l'ouverture... Nous aurons d'ailleurs poireauté 20 minutes pour nous acheter nos billets d'entrée aux caisses. Alors ça y est, je commence à pester contre ce parc, et on imagine un plan de secours pour se rabattre sur autre chose, genre Walibi Holland ou Phantasialand. Sauf que voilà, nous avons nos billets en main, et il est donc temps de passer les tourniquets d'entrée.

Tuons le suspens, en disant que finalement, nous aurions eu tort de nous rétracter, car nous avons passé la meilleure journée du trip, dans un parc pas si blindé que ça (en tout cas, les files étaient mieux gérées que lors de ma première visite) et qui en fout quand même un max' aux mirettes.

Mais attendez ? Serions-nous revenus à Efteling ??!

Mais par quoi allons-nous pouvoir bien commencer ? Déjà, une petite balade dans le bois des contes, à la recherche de toilettes, puis direction Vliegende Hollander, que ma copine voulait essayer. Toujours le même tarif pour ce coaster. La file est superbe, la gare incroyable, les trains ainsi que la musique, que du bon. Mais la partie coaster se résume finalement à peu de choses. Le Dark Ride, minimaliste mais très bien mis en scène : du noir, une épave, un lift, des projections, des éclairs, et ça suffit à créer une ambiance hallucinante. Pour la partie coaster, c'est ni fait ni à faire. Et n'oublions pas que la réception du splash est encore moins humide que Small World. Entendez par là : Rien, nada, que dalle, pas une micro goutte d'eau sur le futale de Bibi.

Courage Billy ! T'y es presque Billy !

Ca me dit quelque chose ce bâtiment...

Laissez-moi réflechir...

Mais attendez ? Serions-nous revenus dans la gare du hollandais volant ??!

Apparemment oui ! D'ailleurs j'ai déjà vu cette bouille quelque part !

Et j'ai déjà vu cette partie coaster qui sert à que dalle aussi !

Puis vient maintenant la valeur sûre, avec Joris en de Draak, qui nous aura fait un peu attendre car il n'y avait que 2 trains sur le parcours (un water, un vuur). Comme je n'avais pas eu l'occasion de tester la partie Vuur la dernière fois, je me suis rattrapé lors de cette journée. Verdict : La partie Water est définitivement la meilleure. Bien qu'elle soit assez similaire, Water est plus vicieuse, airtimée, avec des changements de direction plus funs, ce qui lui permet de venir se placer devant le ride de feu. Un reproche cependant, c'est toujours trop court, et on en redemande sans arrêt ! :p
Joris en de Draak, c'est le coaster familial parfait, et encore une grande réussite de chez GCI.

Et qui dit Efteling dit petit bijou GCI, donc dit Youpiiii !!!

Et ce n'est pas votre humble serviteur aux yeux écarquillés qui dira le contraire !

Prêts à aller buter du dragon ?

Pour ce faire, allons vers le crédit manquant : Vuur.

Et n'oublions pas de nous harnacher promptement. Un dragon, ça rigole pas.

Dernières vérifications, et sus à l'ennemi !

Le combat fut sanglant; beaucoup de sang, de sueur et de larmes coulèrent. La victoire n'en fut que plus belle.

Histoire que ce soit fait et que nous puissions profiter à fond de notre journée, nous mangeons tranquillement sur les coups de 11h30, puis nous partons à l'assaut de cette connerie de Vekoma bouseux : Python. Qui a le très bon goût, faut-il le rappeler, de posséder des trains KumbaK.

Bon, par contre, personne ne sort victorieux du combat à venir. Et surtout pas les cervicales.

Les montures des défunts jonchent le sol. Ils ont juste retiré les cadavres.

Je la sens mal cette affaire...

Aargh

Alors bon sang de bonsoir, en plus d'être une grosse merde et d'avoir des trains à la con, il se targue d'avoir un débit de goéland constipé. Une fois que nous arrivons en gare, nous nous plaçons devant les portillons, comme le veut la logique. Puis merde, le train arrive...

Les portillons s'ouvrent, et nous découvrons avec horreur que ces trains ne sont pas simplement inconfortables, ils sont douloureux ! A vous ruiner le dos et les épaules le temps d'un ride !

Une fois lancé, le lift monté et la descente entamée, rien ne va plus. Ca cogne, ça baffe, ça fait mal dans tous les sens, les loopings sont violents, mais moins encore que les corkscrews qui sont de véritables supplices, ainsi que le reste du parcours pour revenir en gare. Comme si ça ne suffisait pas, il a fallu que le gogole que je suis avale de la salive de travers et que je tousse d'étouffement sur les 3/4 du parcours. Bordel, à oublier, à détruire, à annihiler. Une nullité sans nom.

Enfer et damnation.

Les pauvres commencèrent à hurler...

La suite n'en fut que plus terrible.

Vous pouvez fermer les yeux, vous n'êtes pas obligé de regarder ce massacre.

Le pire reste à suivre.

Les deux corkscrews achevèrent les derniers survivants sans leur laisser aucune chance.

Nous mettions alors à l'eau les embarcations funéraires, puis y mettions le feu, en les laissant dériver au loin.

Nous quittons cette zone pour nous rendre vers Vogel Rok, un autre Vekoma pas franchement folichon. Dans le noir, avec de la musique qu'il faudrait peut-être baisser tant elle vous arrache les oreilles (et pourtant, j'ai tendance à écouter mon MP3 à fond les ballons), avec comme thématique trois oiseaux, habillé par quelques lasers ainsi qu'un parcours sans surprise et beaucoup trop court. Dommage, j'en avais reçu de bons échos...

Par ici le crédit de la pintade !

Débit absolument excellent, mais crédit absolument décevant.

Trève de coasters : Bobbaan ne réouvre que le 24 avril, il était alors en réhab' annuelle... C'est la deuxième fois que je viens à Efteling, et la deuxième fois qu'il me passe sous le nez !

Voilà un crédit que j'ai décidément du mal à choper !

Il est temps de s'attaquer aux Dark Rides qui font la réputation d'Efteling. Commençons donc par le grand absent de ma dernière visite : Carnaval Festival ! Je crois que rien ne sera plus palant que les photos. Et puis cette musique grand Dieu...

Je sens que ça va être épique.

Embarquement dans quelques secondes ! Si c'est pas génial ça !

Oui ! Ma vie prend enfin tout son sens ! Je suis dans Carnaval Festival !

Pigalle en discrète incursion.

Grindiou qu'c'est toujours la fête là-d'dans !

C'est vrai qu'une bonne binch' s'rait pas d'refus ! Alors à la tienne Etienne !

Bon, par contre j'irai pas prendre l'apéro avec eux, j'veux pas finir en saucisson.

Le dragon c'est sur Joris, c'est pas ici, va-t-en !

La tristesse m'envahit, c'est bel et bien fini.

De Carnaval Festival, nous marchons pour aller vers Droomvlucht. Sur notre chemin, nous nous retrouvons sur des sentiers que je n'avais alors pas encore empruntés. Ce genre de sentiers qui vous montre à quel point ce parc est sublime dans sa finition. A quel point c'est grand, vert, construit, beau, calme... On passe d'un parc cauchemardesque au mois de septembre à un parc paradisiaque pour ce qui est de l'immersion en ce mois d'avril... Incroyable.

La fameuse pagode d'Efteling.

Qui permet des points de vue vraiment pas dégueulasse sur le parc !

Le parc est très, très grand, et comporte quelques allées comme celle-ci.

L'entretien est absolument nickel.

Et puis c'est meugnon tout plein.

Nan ?

Si.

Bien sûr que si.

Et si t'es pas content, c'est pareil !

Ok ??

Le calme se brisa lorsque cette dame, à gauche, a fini dans la flotte.

Du papier, du papier, oui, on a compris.

Nous voilà devant Droomvlucht. Mais, nous nous rendons compte que Raveleijn, nouveau spectacle d'Efteling, va commencer dans peu de temps, nous fonçons alors prendre des tickets (gratuits) pour assister au show. Il nous est distribué des couronnes en papier que nous nous mettons bêtement sur la tête, puis nous montons dans les gradins. Lorsque la scène s'offre à nos yeux, nous n'avons qu'une seule onomatopée à la bouche : Waoh.

La façade en jette.

Vraiment.

Nos gueules un peu moins, certes.

C'est très grand, encore une fois extrêmement détaillé, très joli, et ça n'annonce que du bon pour le spectacle à venir.

Les gradins sont fort jolis...

... mais pas autant que le reste !

Seulement voilà, le spectacle est aussi inutile que les décors sont superbes. Une vaine histoire de coeur, une fois de plus, qui se solde par un happy end obligatoire, avant quoi des chevaliers auront dû se battre contre un méchant dragon mécanique à 5 têtes. Les combats n'ont absolument rien d'impressionnant, seul ce dragon gagne notre attention. C'est d'ailleurs le seul intérêt de ce show pas franchement exceptionnel. Pour couronner le tout, le chevalier vert s'est pété la gueule de son cheval, à la fin du show, en voulant faire des pirouettes devant les demoiselles. Total, son cheval s'est rapidement fait la mal dans les coulisses, et voilà que notre charlot de chevalier courait derrière pour essayer de le rattraper... Grand Dieu d'bon Dieu v'voyez... Toujours est-il que c'était très drôle à voir.

Le pitch est simple : Il faut sauver Dédé.

Ce qui n'est pas du goût de ce vilain monsieur en noir, proche du trône, semblant manipuler un tas de manettes sur sa console,
faisant se dresser un non moins vilain bestiaux mécanique. Petite bestiole deviendra grande ?

Un peu mon n'veu !

Et autant vous dire qu'elle n'est pas super jouasse de vous voir !

MEGA SPOIL DE LA MORT : Le bien triomphera du mal.

Y a pas à dire, le moment où le chevalier vert court derrière son cheval, c'est assez épique.
Ils devraient penser à l'inclure pour de bon dans le spectacle.

Ensuite, nous sommes allés faire ce bon vieux Droomvlucht. Comme d'hab, c'est génial, mignon comme tout, extrêmement détaillé, long, bref, un classique nécessaire à tout parkfan qui se respecte. Et puis, là, il y avait 0 minute d'attente !!

Après Carnaval Festival, on passe le niveau au-dessus.

Quoi ? Ca ne vous rappelle rien cette file d'attente ?

Bon, pour ceux du fond qui n'ont pas lu le TR de ma précédente visite en septembre 2010, faisons un bon en arrière...

Aaaaaah !!!! Bordel !!!!!

Vite ! Vite !! Revenons en 2011 !!!

Ah voilà, c'est tout de suite mieux, on a déjà embarqué.

Et puis y a des petites fées partout. C'est pas mignon les petites fées partout ?

Hein, dis ?

Ah, bah tu vois !

A côté de cela, la Villa Volta, encore un classique... Bon, même si l'intérêt de ce genre d'engin s'atténue de plus en plus à mes yeux, les deux préshows valent le coup d'oeil, et la Mad House en elle-même est fort jolie à regarder.

La Villa Volta, ride historique puisqu'il s'agit de la toute première Mad House.

L'un des deux préshows du ride.

Et l'intérieur de la Mad House.

Maintenant, un saut sur l'excellent Fata Morgana. Allez, on le ride (c'est une nouvelle fois magnifique), et on a la musique en tête pour une semaine ! Na Na Na Na Na Na Na Na Na Na...

La place où se situe Fata Morgana.

Et son très joli bâtiment.

Où qu'on va ensuite ?

Où qu'on va ? Et ben on va aller tester quelque chose que j'attends depuis pas mal de temps : Spookslot. Un peu déçu finalement, car je m'attendais à plus. Il s'agit là d'un show d'animatronics sur une grande scène située derrière un vitrage. C'est certes bien foutu, mais je ne sais pas... Je pensais à une intéraction avec le spectateur, où à des éléments cachés dans la salle pour venir nous surprendre. Mais rien de tout cela. Tant pis !

Voilà un autre très beau bâtiment : celui de Spookslot !

N'est-ce pas ?

Les dédales lugubres ne laissent augurer que du bon...

Hélas, il n'en restera rien de mémorable.

Par contre, ça fait deux jours qu'on zappe malencontreusement tous les rafts, et ça, ça ne va pas du tout.

Mais alors vraiment pas du tout.

Au fait, vous savez quoi ? Il est 17h15, le parc ferme à 17h30, et les files d'attente commencent à être fermées les unes après les autres. En gros, nous arrivons devant Joris pour rider la partie Water, mais sa file vient tout juste d'être fermée... Il est donc temps de choisir une dernière attraction. Allons donc nous poser sur Halve Maen, le grand Pirat Boat du parc ! Ceci fait, on remarque que l'attraction est encore une fois très belle, même si les sensations ne sont pas très différentes d'un bateau pirate de taille standard, même si sa taille pouvait laisser suggérer le contraire. Dommage, je m'attendais à décoller pas mal !

La taille du bateau pouvait vraiment laisser penser que ça enverrait du boudin noir en boîte.

Et bien voilà, ce coup-ci, ça y est, la journée s'achève ! Bilan : Meilleur parc du trip, sans trop de surprise. Mais là, nous avons vraiment pris notre pied, pas comme la dernière fois où c'était plein à craquer. Ici, nous avons vraiment profité du parc, nous avons découvert sa richesse et son unicité, et nous nous sommes dit que quand même, ça valait bougrement le détour. Lorsque nous reviendrons en Hollande, c'est sûr, nous repasserons par Efteling. D'autant plus qu'en 2 visites, il me manque encore Bobbaan !! Aussi, je me rends compte qu'en 2 fois, je n'ai toujours pas fait le tour du parc... Efteling se visite donc sur 2 jours en bourrant à fond, ou en 3 jours en prenant son temps. Noté ?

comment clôturer un TR d'Efteling autrement que par sa majestueuse entrée ?



Temps d'attente pour nos rides sur la journée


Montagnes-russes :

Bobbaan : Fermé
Joris en de Draak (Vuur) : 50 minutes
Joris en de Draak (Water) : Pas fait
Python : 40 minute
Vliegende Hollander : 25 minutes
Vogel Rok : 0 minute


Dark Ride :

Carnaval Festival : 0 minute
Droomvlucht : 0 minute
Fata Morgana : 0 minute


Water Rides :

Pirana : Pas fait
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:17:50 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #26 le: 05 mai 2016 à 21:43:22 »



Road, rides & french fries !




Et voilà, nous reprenons une nouvelle fois la route pour cette avant-dernière journée. Le parc d'aujourd'hui, vous l'aurez compris, se trouve être Toverland. Situé à l'est des Pays-Bas,
à quelques kilomètres de la frontière allemande, le parking se rempli (enfin... tout est relatif s'agissant de Toverland...) de voitures aussi bien hollandaises que belges et allemandes.
Une situation géographique qui permet au parc de ne pas se faire bouffer par les quelques mastodontes du genre situés non loin de là.

La raison première de notre visite, vous la connaissez certainement. Il s'agit de Troy, une belle bête GCI qui pointe son nez dans la zone extérieure du parc, aux côtés de Booster Bike.
Vous ne pourrez pas la rater, c'est la bestiole la plus visible du parc, dès l'arrivée sur le parking. Assez imposante, elle permet de passer un sacré moment en mode ERT quand le parc est vide comme aujourd'hui.

Celui-là, pour le louper, faut le vouloir !

Mon petit doigt me dit que ça va envoyer du lourd...

Nous y voilà !

Accueillis, bien entendu, par la mascotte !

Alors c'est parti, arrêtons de tergiverser, garons la voiture, et dirigeons-nous vers l'entrée de Toverland.

Bon bah allez, y a plus qu'à.

Coucou toi.

Par quoi on commence ?

Déjà, la conception du parc est originale, puisque sa surface s'étend dans deux grands hangars, un bleu d'abord et un vert ensuite, avec en plus une zone extérieure contenant les attractions les plus intéressantes du parc. Sa conception permet au parc d'être ouvert tout au long de l'année, bien que la partie extérieure soit fermée en période hivernale. Nous avançons près du premier hangar, où nous prenons la pause avec la mascotte du parc. Enfin, nous entrons. L'espace est respectablement vaste, et contient quelques classiques, tels Chaises volantes, Hara Kiri + Toboggan indoor, une petite structure d'escalade, des tasses, un Junior Coaster Vekoma du nom de Boomerang, des petits rides pour bambins, une maison intéractive dans laquelle on active des scènes à l'aide d'une baguette magique (inédit !) et un Jump'in Star.

Bon alors, à quoi ça ressemble ce parc ?

Bon, c'est pas là-dessus qu'on passera les meilleurs moments de la journée.

Ni là-dessus.

Toujours pas.

Non plus.

Y a du mieux, mais c'est pas encore ça.

L'honneur est sauf pour ce coup-là : ceci n'est pas un crédit.

Le deuxième hangar contient des attractions type Kontiki, un très gros Flume ainsi que des bob électriques qui vont faire une balade à l'extérieur, une Fun House, une Flying Wheel Metallbau Emmeln, ainsi que des structures de jeu et d'escalade. A l'extérieur se trouvent Troy, Booster Bike, un carrousel, un Pirat Boat, un labyrinthe, un parcours assez acrobatique et quelques petits jeux conçus pour les enfants. Bref, rien que ça promet que Toverland sera un petit parc sympathique à visiter !

La visite justement, commençons la avec le premier crédit des trois de cette journée, j'ai nommé Boomerang. Ne vous fiez pas à son nom, c'est bien un Vekoma, mais ce n'est pas une merdouille vendue dans le monde comme des petits pains. Il s'agit là d'un Junior Coaster ancienne génération, un peu vibrotant et inconfortable, notamment à cause des ses lap-bars pour deux, et non individuelles.
Bref, c'est pas folichon, et je préfère de loin les bestioles comme Oki Doki à Bobbejaanland, qui se démarque notamment de par sa surprenante fluidité.

Il est là le +1 !

Et attention, c'est un +1 de compét' !

Donc c'est parti.

Bon, bah y a rien de bien dingo, mais on s'en doutait un peu.

Mais le compteur s'en fout que ce soit dingo ou pas.

Et c'est bien là l'essentiel !

Bon, ce n'est pas grave, on s'en fout quelque peu, car étrangement, on ne s'attendait pas à mieux ! Nous filons au deuxième hangar histoire d'aller y essayer le Bobkart made in Wiegand, j'ai nommé Woudracer. Première chose, l'attraction possède un débit à la limite du lamentable, si bien qu'elle nous aura permis de faire la file la plus longue de la journée. 15 minutes, c'est vrai que c'est assez énorme ! Comment ça vous êtes chez Disney et vous faites 90 minutes de queue pour Crush's Coaster ? Ici on est à Toverland mesdames-messieurs !
Bref, ce bob alors, au lieu de blablater ? Et bien, même si ils sont bridés, ça reste toujours rigolo à faire ce genre de truc. On garde certes le levier baissé tout le long car la
vitesse est quand même l'intérêt premier de la chose (et avec ce bridage, c'est presque pénible !), mais qu'importe ! M'enfin, je préfère tout de même les bonnes luges mécaniques !

Y a de quoi faire pour les bambins...

Et pour les un-peu-moins-bambins !

C'est amusant, mais ça ne casse pas des briques pour autant.

En attente du départ.

La Fun House, Villa Fiasco (Fun House), n'a quant à elle rien d'exceptionnel.

La seule chose qui la différencie d'un modèle de foire, c'est qu'elle est jolie.

Non ?

Après, pour le reste, rien de nouveau sous le Soleil.

Par contre, ce qu'on retient de Toverland, hormis Troy et Booster Bike, c'est bien son Flume possédant pour théma' une belle tête de Yoda dans sa partie indoor qui vous crache à la gueule de façon aléatoire, un peu à la tête du client. Deux descentes, une en arrière (la remise vers l'avant se fait d'ailleurs sur une plate-forme située en plein milieu d'un lift !) et l'autre, en extérieur, de 15 mètres de haut. Résultat, c'est un chouette flume, pas très humide cependant, mais plaisant tout de même ! Surtout quand le bonhomme vert vous lâche un gros glaviot sur le coin du nez !

Le flume à tête de Yoda : Back Stroke.

Embarquement imminent.

A droite, la descente en arrière. A gauche, la plate-forme rotative située sur le lift.

Accroche-toi bien Jeannot !

Ce petit bonhomme qui garde la tour du lift et vous pointe du doigt va vous faire descendre aussi sec !

Et sa très jolie dernière descente...

Quittons donc ces hangars pour mettre le nez dehors. La grande stature de Troy se dessine en face de nous, avec le bruit des trains dévalant le parcours, et le vent s'engouffrant dans cet imposant corps de bois. Mais ce sera sur Booster Bike que nous poserons d'abord nos fesses. 5 minutes d'attente, un premier ride au dernier rang, pour un Vekoma une nouvelle fois assez confortable.
Grand Dieu, est-ce possible ? Oui ! Et mes lectures stipulant que les couilles en prenaient pour leur grade s'avèrent être fausses. Aucun problème de ce côté là, juste lors des virages où on pendouille un peu trop dans le vide.

Après le flume, la moto !

Sans cela, le coaster propose une petite accélération rigolotte, avec quelques floatings sur chaques bunny-hops. Ca se refait avec plaisir, même si le côté lassant d'un parcours plutôt linéaire pointe le bout de son nez après quelques rides. Cependant, Booster Bike reste une bestiole sympathique, possédant une drôle de théma' à coups de bécannes et de plantes aliens transgéniques !

Tiens, où sont la glaise et les mauvaises herbes ? Mais non andouille, on n'est pas à Walygator !

On prend place.

Une photo, deux crédits.

C'est parti mon kiki !

Et un Doub onride, un !

Demi-tour, toute !

Ces petits bunny-hops sont, après le launch, les éléments les plus amusants du parcours.

Tiens ! Un gros poney !

Voilà qui nous intéresse grandement !

Nous y voici nous y voilà, 2 crédits ont été claqués, nous allons maintenant affronter le troisième : Troy !

Belle bête !

Bonne nouvelle, comme partout, la file est absolument vide, et nous n'aurons qu'à gentiment patienter un tour pour pouvoir nous placer au dernier rang.
Et puis vient le moment de nous installer dans le train. Les portillons s'ouvrent, on s'assoie. Comme toujours chez GCI, les trains sont très confortables de vrais canapés. On attache la ceinture, on abaisse la lap-bar, et dispatch !

Après cette très longue file, on se demande...

Où est-ce qu'on va se mettre ?...

Prenez place...

Et c'est parti m'sieurs-dames !

Deux petits virages précèdent le beau lift de ce wooden de 33 mètres de haut. Là-haut, on admire le parking, puis on s'engouffre doucement dans la descente en spirale, plus impressionnante à l'extérieur qu'à bord.

Il prend de la vitesse, et il n'est pas prêt d'en perdre, je vous le garantis !

Mais voilà qu'arrive un virage à plat puis une remontée dans les structures qui apportent un beau lot d'intensité, et m'ont collé un voile noir à chaque tour, qu'importe la place.

Ca swing dans le tas de bois !

Vraiment, ça dépote bien cette histoire.

Ensuite, nous nous trouvons assurément dans un coaster GCI. Ceux-ci sont repérables par leur layout très biscornu, bourré de virages et de changements de direction. De nombreux tours de ces bêtes sont nécessaires avant de connaître leur parcours. Après la remontée dans les structures, se suivent un gros demi-tour avec virage relevé, un petit floating avec rechute dans les structures, virage vers la droite, puis vers la gauche en changement de direction. Au bout de quoi, une descente plus pentue s'offre à nous, permettant un floating, le tout dans un virage.

Pas de doute, on a bien affaire à un GCI.

Et un virage à fond la caisse, un !

Là, nous nous préparons à prendre le second demi-tour, plus serré tout à droite du layout avant le fly-through. Mais un beau camelback précède ce demi-tour, pour ce qui est selon moi le meilleur élément du parcours. L'airtime à l'avant y est vraiment très sympathique. Le fameux demi-tour, donc, fly-through, puis petite descente pour sortir de la gare. Puis un nouveau virage vers la droite pour redescendre vers la masse structurelle du coaster.

Le meilleur élément du parcours !

Fly-through à fond les ballons.

On en sort aussi vite qu'on y est entré : à fond les ballons.

Vient alors un autre très bon élément du parcours, deux chouettes changements de direction à pleine blinde, droite-gauche-droite. Très fun ! S'en suivent un grand virage relevé sur la droite, puis une spirale, encore plus grande, vers la gauche. Celle-ci contient d'ailleurs quelques dénivelées qui permettent de trouver des floatings alors que le train se trouve dans cette spirale. Enfin, nous arrivons sur les freins finaux.

Alors ? C'était bien hein ?

Du haut du lift, jusqu'ici, il y en a pour un peu plus d'une minute de ride, à 87km/h, sans que le train ne vienne à ralentir !
Ce parcours tortueux et la vitesse du tout sont les atouts majeurs de Troy. Seulement voilà, chez GCI, on n'est un peu radins en airtime, et les floatings sont souvent de bien maigres consolations. Le seul bon airtime se trouve avant le deuxième demi-tour qui nous amène vers le fly-through.
Et encore, il faut être placé à l'avant du train pour décoller un minimum. Secondement, Troy souffre de petites vibrations constantes, un peu à la manière d'une crécelle. Deux défauts qui font dire que Troy n'envoie pas assez le gourdin, et développe un inquiétant parkinson. Rien à voir avec Tonnerre de Zeus, Loup Garou ou Stampida cependant ! Il est largement ridable ! Troy n'est donc pas excellent, mais demeure tout de même un très bon coaster. Preuve en est, on l'aura ridé un bon paquet de fois sans être lassés. Sâchez seulement une chose, la bête est bien meilleure à l'avant qu'à l'arrière !

La photo arty du jour.

Nous avons également fait les quelques petits rides de la zone extérieure, genre Paarden van Ithaka (chevaux longchamps), le carrousel local, ainsi que Scorpios (un Pirat Boat ma foi amusant, qui possède en plus des fontaines sur le sol à ses extrémités, qui vous arrose lors des premiers passages du bateau).

Les fameux jets, à droite.

Et à gauche.

Cette zone troyenne est très jolie.

En tout cas, j'adhère à 400%.

Petit parcours pour les nuls...

... et pour les plus braves.

Petit pique-nique face à Troy...

Oui, on a fait ça aussi.

Et ça. Aucune dignité. Même la gamine se marre.

A l'intérieur, hangar bleu, le Hara Kiri et le toboggan indoor (moins bien que les Hara, comme souvent). Egalement, Toverhuis, la maison dans laquelle on active des scènes avec une baguette magique. Ce n'est pas encore totalement au point, mais l'idée est plaisante et peut donner quelque chose de très convenable par la suite.

Ci-devant, la maison de notre chère sorcière Tover, mascotte du parc croisée à l'entrée.

Viser les cibles violettes déclenchera des interactions avec le décor.

Et il y a pas mal de possibilités !

Et ce dans toute la maison.

Ca fonctionne également à l'extérieur.

Si vous activez le capteur sous le cul de l'âne à la fenêtre, il vous pètera à la gueule,
au fou rire général des personnages de l'attraction.

Au final, Toverland est encore une fois une bonne surprise. Le parc est certes petit, mais le choix des attractions lui permet de sortir du lot et de passer un très agréable moment. C'est vert, très propre, bien entretenu, et on rit en pensant à ce que peut faire un petit parc comme celui-là, et à ce que fait un parc comme Walygator. Mais bon, ce n'est pas bien grave, car Didier, c'est le plus fort !

Il est maintenant temps de quitter ce petit parc, qui nous aura bien plu ! Mais je ne vous laisserai pas sans une dernière photo de Troy.

Et voilà jeunes gens ! Le dernier parc de ce trip batavo-belge, c'est pour demain !


Temps d'attente pour nos rides sur la journée


Montagnes-russes :

Boomerang : 0 minute
Booster Bike : 0 à 5 minutes
Troy : 0 à 5 minutes


Dark Ride :

Aucun


Water Rides :

Back Stroke : 5 minutes


Autres attractions importantes :

Woudracer : 15 minutes
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:18:08 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #27 le: 07 mai 2016 à 00:25:06 »



Road, rides & french fries !




Et oui, la semaine s'achève, et c'est déjà le dernier parc du trip. Quoi ? Déjà ? Malheureusement, oui, mais c'est pas faute d'attendre le prochain. Mais réjouis-toi, des trips, y en aura d'autres ! Et puis tu n'as même pas encore parlé de Drievliet ! D'ailleurs, parlons-en. Il s'agit d'un parc citadin, un petit peu excentré par rapport à La Haye, et situé près d'un quartier bien huppé de la ville. Le parc, quant à lui, est très petit, et se visite en un rien de temps. 2 heures peuvent suffire à en avoir fait le tour, pour peu qu'on ne soit pas du genre à enchainer les attractions plusieurs fois d'affilée (ce qui n'est pas mon cas).

Commençons donc cette visite par une minute trente millions d'amis, si vous le voulez bien, grâce au pâturage longeant le parc.
Et si vous ne le voulez pas, c'est pareil !

Nous arrivons donc sur le parking pour apercevoir, non loin de nous, une Wild Mouse, ainsi que les rails rouges de Formule X. Un train de ce Maurer passe la première inversion dans un silence absolu, contrastant bien avec les GCI de ces derniers jours. L'entrée expose une thématique de temple romain, et nous découvrons que les attractions qui l'avoisinnent ont été complètement modifiées, thématiquement parlant. Le blanc de l'Afterburner devient bleu, munit d'algues et de tentacules s'agrippant à la structure. L'enterprise possède désormais une étrange pieuvre médusée en son centre, et le Break Dance vous propose des requins, poissons, et autres crustacés. La cohérence avec l'entrée ? Pensez donc, Drievliet n'en a que faire, et ce n'est pas Formule X (Schumacher...), situé non loin de là, qui viendra prouver le contraire !

Une entrée type temple romain, en forme de préaut d'école maternelle, pourquoi pas !

Une statue romaine, des flats thématisés sur les rêveries sous-marines, une montagne-russe Schumacher Style...
la cohérence est à son apogée à Drievliet !

A ce niveau là, je ne la cherche plus, la cohérence !

Et j'imagine que vous non plus.

Après, si vous aimez les fruits de mer, vous serez aux anges !

Mais vraiment !

Première attraction de la journée ? Sans façon, merci !

C'est vendeur, mais non, vraiment !

Mais c'est qu'il insiste en plus !

Y a l'air d'y avoir la fiesta dans la grange.

Et ouais ! Y a Maurice qui est venu gratter son banjo !

Le public est en transe.

Et il est venu nombreux !

La bergerie est pleine, revenez plus tard !

Ça donnerait presque envie de monter sur une cocotte. Encore une fois, n'y voyez rien de grivois !

Alors ?! Les crédits ! Oui, oui, j'y viens, et vous n'allez pas être déçu, je vous le garantis ! Au plus proche de nous, se trouve Twistrix, un Spinning Maurer unique en son genre, et qui ferait bien de le rester. C'est gerbos, sans intérêt, sans sensation, sans fun... Que dalle, si ce n'est vous retourner l'estomac avec allégresse. Il s'agit clairement du plus mauvais coaster du parc, même derrière la Wild Mouse, pourtant bien à chier dans son genre.

Faites place au crédit gerbos ! Faites place !

Le concept est on ne peut plus simple. Tout d'abord, on s'assoie, puis on abaisse sa lap-bar.

Puis on enchaîne avec le lift.

Et pour couronner le tout, on quiche ! Ah dis donc... c'est vraiment génial.

En parlant d'attraction géniale, regardez ce qui nous attend...

Kopermijn, c'est le nom de cette Wild Mouse également signée Maurer. Elle est située dans un quartier type Far-West, au nord est du parc par rapport à l'entrée principale. Une machine terriblement brise-côtes, surfreinée à chacune des sections de bloc, ne proposant rien d'autre qu'un peu de violence à vos vieux os. Pas vraiment folichon jusque là, hein ?

Croyez-moi, celle-là, dans le genre violente/freins serrés à fond, elle est à mettre dans le haut du panier !

Ca vous fait envie, hein ?

Mais si, j'en suis sûr ! Alors c'est parti, on embarque !

Aïe aïe aïe !

Attention... Drop tape-cul !

Allez, prenons un peu de distance par rapport à cette chose, ou on va tous devenir fous à force de prendre des coups.

Pour continuer dans les joyeusetés, laissez-moi vous proposer Dynamite Express, un Powered Mack joliment intégré, mais dont l'intérêt avoisinne le zéro pointé.

Bon, il a quand même pour lui d'être plutôt joli, et surtout, surtout... de faire +1.

La théma est plutôt soignée pour un parc de cette taille.
Le quartier a, fort heureusement, échappé à l'invasion de fruits de mer de l'entrée.

Pour le reste, rien à signaler.

Mais lui a l'air de dire que c'est bien. Comme quoi !

L'intégration est soignée, c'est déjà ça de pris.

Tous nos espoirs résident désormais dans Formule X, le coaster qui nous a décidé à faire le déplacement.

On compte sur toi. Fais pas le con.

La transition Antiquité / Fruits de mer / Far-West / Schumacher est assez rude.

La file d'attente restera vide toute la journée, l'occasion pour nous de bien se rendre compte du potentiel de la bête en le ridant à plusieurs reprises. Déjà, nous prenons place dans des X-Car confortables au premier abord. Les opérateurs nous abaissent nos lourdes et amples lap-bars, et c'est parti.

Allez, le +1, c'est pour maintenant !

Launch à 70km/h en 2 secondes.

Et avec un Doub onride en prime.

L'accélération ne se fait pas attendre, placée au détour du premier virage. Ah, c'est un peu short tout ça, pas très puissant, voire même un peu mou. Mais tant pis, puisque la première inversion passe bien ! Hélas, le reste est déjà moins sympathique... Bon, pour le virage de demi-tour, ça va, mais le petit camelback qui suit n'est pas des plus agréables, avec une lap-bar qui tire véritablement sur les jambes. L'heartline-roll venant juste après, même tarif. On pendouille beaucoup trop, ça tire sur les gambettes, bref, on a du mal à y prendre son pied ! Sans parler de l'overbanked turn qui n'apporte pas que très peu de Gs, aussi bien positifs que latéraux, donc avec pendouillage sur le côté à la clef. Enfin, les freins de fin de parcours qui nous ramènent gentiment vers la station.

Première inversion.

Et hop ! Immelmann, le Doub la tête en bas !

Un autre point de vue.

Sortie de l'Immelmann, avant le virage relevé (et la fin de l'intérêt du grand-huit, hélas...).

L'heartline-roll est beaucoup trop molle.

Ce petit camel n'est pas des plus agréables.

Petite vue aérienne, parce que c'est comme ça, et que je l'ai décidé.

Et la partie la plus désagréable du parcours : l'heartline qui fait pendouiller les jambons.

Formule X est donc une déception, proposant une toute petite première partie rigolotte mais ne cassant pas 3 pattes à un canard, puis passé la première inversion, un parcours pas des plus agréables qui perd progressivement en force, et ça se ressent !

Mais alors, bougre d'âne, qu'y a-t-il de vraiment bien dans ce parc ? Quelque chose qui vous fasse revenir avec plaisir ? Franchement, rien. Le nouveau cinéma "5D" (si on en croit les affiches) est plutôt sympa, même si les effets tournent un peu en rond, et le reste se compose d'un Flume de foire, d'un Dark Ride fantômatique vide, quelques flats gerbos et d'attractions banales que l'on peut trouver dans 95% des parcs aujourd'hui. Rien pour vraiment proposer une offre originale et qui permette au parc de se démarquer. Au moins, les employés sont agréables et rapides, ce qui n'est pas toujours le cas partout.

Le programme pour la suite ?

Le 5D ? Mouais... C'est pas ça qui va nous faire sauter de joie.

T'as quoi d'autre à proposer ?

Le train fantôme local ? Disons qu'avec des décors à l'intérieur, ça aurait peut-être été mieux.

Mais enfin... C'est de l'autre côté la sortie !...

Le flume ? Bof, c'est un flume de foire, rien de très palpitant !

Bon ok... On va faire le flume.

C'est bon ? T'es content ?

Tant mieux alors !

On aura pris ce monorail, pour faire quelques photos du parc.

De Formule X.

Et de la verdure environnante.

On sera monté sur cette grande roue, pour les mêmes raisons.

On aura fait notre petit tour de Pirat Boat...

Et non, nous n'aurons toujours pas fait de Wave Swinger, vous y avez cru hein ??

Par contre, on a visité le musée du parc, avec de merveilleux sujets antiques déposés dans les socles à droite.

C'est vraiment superbe !

Et on aura conclu le trip sur la meilleure attraction de ces 7 derniers jours !

La rénovation récente de quelques quartiers et attractions du parc est aussi un grand plus, bien que la cohérence ne fasse pas parti intégrante des moeurs locaux. Finissons tout de même sur une bonne note, en disant que c'est toujours bien mieux qu'un Jardin d'acclimatation côté attractions, mais qu'il n'y a malheureusement rien de marquant ou d'atypique dans le bon sens du terme, si ce n'est deux Maurer, à savoir Twistrix et Formule X (enfin, "l'atypisme" de Twistrix, en s'en passerait volontiers). Le premier s'avérant être clairement mauvais, et le second tout de même pas terrible... Je vous le donne en mille, la visite de Duinrell (Tikibad !) vaut largement plus le coup que son voisin Drievliet.

Voilà donc que le trip se termine, avec déjà une petite pointe de nostalgie car quand même, tout ça, c'est quand même bien poilant ! Qu'à cela ne tienne, je vous donne rendez-vous pour un prochain parc, et j'espère que la lecture vous aura été agréable ! A bientôt les loupiots !

Ah ! Et vous me ramènerez Oriane quand vous la croiserez ? Vous serez sympa, merci.
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:18:26 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #28 le: 08 mai 2016 à 14:45:30 »



A stealth trip in London




C’est totalement à l’'arrache que nous décidons de visiter Thorpe Park, alors que nous sommes, Oriane et moi, en vadrouille sur Londres pour y visiter les trésors culturels qu'’elle recèle. En effet, nous sommes allés manger dans un Burger King la veille, sur Camden, et voilà que pour deux menus achetés, une place pour le parc était offerte ! Sachant qu’'une place sans réservation antérieure coûte 50£€, on n'’allait pas s'’en priver !

Nous voilà donc, en un mardi matin lambda, sur la route du parc londonien abritant la véritable tuerie qu’'est Stealth ! Mais c’'est en transports en commun que nous nous y rendrons. Un peu cher, un peu long aussi, mais qu'’importe quand on sait ce qui nous attend… !

Après un voyage en train + bus, nous voilà devant les grilles du parc.

On a bien dû mettre 2 heures à venir porte à porte, mais qu'importe, il faut ce qu'il faut.

Classique poireautage pour accéder aux caisses et retirer nos billets, puis nous entrons dans le parc. Vous m'’imaginez le sourire béat en apercevant la tuerie Intamin non loin de là… ! Le parc est situé sur une île. Nous empruntons donc le pont qui se trouve après l'entrée, et c'est parti !

Ces montagnes-russes me disent quelque chose...

Ce hangar tout pas beau également...

Cedar Point ? SFMM ?

Mais attendez, cette chose au fond...

Ah ça y est ! Je sais ! Ce popol géant m'indique que nous sommes à Thorpe Park !

Allez, en route mauvaise troupe, nous passons un hangar d’'entrée très laid pour débarquer sur la place centrale de Thorpe. Rien que là, ce qui est sûr, c'’est que le parc n’'a pas décidé de se spécialiser dans la théma’ ! Les attractions sont posées au petit bonheur la chance, et la cohérence n’'est pas pour être un fort de Thorpe ! M'’enfin, tant pis, je vous dis qu'’il y a Stealth, alors on s’'en fout !!!!

Commençons donc par Flying Fish, premier des six crédits du parc. Un petit Mack sans grand intérêt, avec théma’ poisson, qui ne déroge pas à la règle quasi générale « What that fuck ??!! » de Thorpe Park.

Premier crédit de la journée, et pas des moindres !

Petite mise en jambe avant le géant voisin.

Ça ne décoiffe pas autant, je vous le concède !

Ça c'’était pour le crédit moisi, mais maintenant, ne faisons pas durer le suspens… Qui n’'a pas durer plus loin que les six premières lignes de ce TR, certes, mais qu’'importe ! Parlons donc de Stealth ! 20 minutes d'’attente pour la first row, en prenant en compte un bon quart d’heure parce que les opé’ devaient nettoyer une quiche. Vomir dans un coaster comme celui-là, je ne vois pas trop comment c'est Dieu possible, m’enfin… !

C'est par ici m'sieurs-dames !

Tout un programme !

Une vingtaine de minutes d'attente, et ce sera en first row !

Bref, arrive donc notre tour, où nous avons eu le temps de regarder la belle structure du monstre, et de voir partir 2 trains à folle allure. Les portillons s’'ouvrent, nous prenons place, abaissons nos harnais, et attendons le départ.

Ça fait moins les malins là, hein ?

Le train se met doucement en place… 3, 2, 1, gooo !!!! Et bam ! C’est parti mon kiki, démarrage de feu, excellente vitesse, on se sent bien écrasé lors de la montée, bel airtime au sommet du top-hat, descente puis second airtime sur le camelback. Freins. Ca dure 10 secondes, mais putain que c’'est bon, dommage seulement qu‘'on soit freiné si tôt !… Ce qui est sûr, c’'est que je me dis vivement Dragster et Kingda Ka !

C'est parti Maurice !

Bonheur total.

Ne regardez pas en bas !

Quoique... Vous n'avez pas vraiment le choix !

C'est bon, reprenez votre respiration, c'est fini.

Ce qui est vraiment dommage, c'est que ce soit freiné sur le camelback. A part ça, c'est du tout bon !

Ah bah ouais, ça fait tout drôle hein !

Pour ce qui est du reste des attractions, c’'est déjà moins folichon. Nemesis Inferno est un véritable kiddie B&M, à savoir qu'’on ne ressent pas de réelle poussée, pas d'’intensité ni quoi que ce soit qui définisse un coaster de la firme helvète. Ah si, une chose, sa fluidité.

Ca reste du B&M, mais c'est certainement l'un des Inverted les plus mollassons de la firme helvète.

Ne vous y trompez pas, ce Vertical Loop n'a rien d'intense.

C'est beaucoup trop soft, beaucoup trop doux. Pas franchement sensationnel.

Pas de quoi hurler au scandale, mais c'est tout de même franchement paresseux !

Néanmoins, ça reste très au-dessus de la majorité des grands-nuits français. C'est dire...

Intense ou pas, ça reste beau à regarder.

Vous pensez vraiment que ça nécessite autant de cris ?

C'est parti !

C'est joli !

Et c'est fini !

Bon, là ils auraient pu faire un effort. Parce que dans le genre très laid, ça se pose là !

En espérant trouver un peu plus de puissance dans la nouveauté 2012. Le fameux prototype de Wing-Rider B&M.

En route vers la prochaine étape.

Et la prochaine étape en question, c'est Colossus. Pour tout vous dire, je m'’attendais à bien pire. Alors certes c'’est inconfortable, certes ça vibrotte, mais bien moins qu'’un Looper Vekoma que l'’on peut trouver par paquets de 15. Après, niveau parcours, c'’est pas folichon. La drop n'’a de dropesque que le nom, dans le sens où aucun airtime/aucune poussée, que ce soit du G+ ou G- n'est à signaler. Le cobra-roll, loop et autres corkscrews ne sont pas extraordinaires, mais le pire de tout, ce sont les légendaires Hartline-roll du ride, bien désagréables et gerbaks. La cinquième cachée est absolument inutile, pire, on la hait, car elle fait suite à 4 inversions déjà bien pénibles, histoire de bien enfoncer le clou de la pénibilité !

Bon, c'est pas que ça m'enchante, mais il me faut le crédit.

Ces trains... Le top de l'inconfort made in Intamin.

Colossus est intéressant pour une chose : Voir l'évolution du constructeur en le comparant à Stealth.

La drop est aussi plate qu'une route de campagne.

Toutes les inversions de Colosses sont anecdotiques, si ce n'est les heartline-rolls qui sont excessivement désagréables.

Les harnais de la mort seront votre pire ennemi.

Ce cobra-roll paraît vraiment tout étriqué une fois à bord.

La sortie du cobra-roll ravira les amateurs de trains carrés.

L'un des deux corkscrews.

L'enfilade d'heartline-rolls est très désagréable, surtout la cinquième planquée au détour d'un virage.

Saw The Ride, je l’'attendais celui-là. Notamment pour sa partie Dark Ride. Et puis comme je n'’ai pas été outré par Typhoon, je me disais que ce coaster ne pouvait être mauvais.

L'avantage de ce type de théma, c'est que ça ne doit pas coûter bien cher.

Pas cher, mais efficace.

La gare de Saw.

Bon bah, y a plus qu'à !

Et bien vous allez voir que c’'est changeant. Pour mon premier ride, j’'ai pris place à l'’avant. La partie Dark Ride est sympa, bien que trop courte, et le ride en lui-même était étonnament punchy, intense, avec de l’airtime et de belles poussées positives, plutôt chouette donc mais encore une fois trop court. Toujours est-il que j’'en suis ressorti avec une bonne impression. Mais pour le second ride...… C'’est une toute autre histoire….

Situé face à Colossus, il faut avouer que ce gros Eurofighter a de la gueule.

Y a pas foule, on va pouvoir enchaîner un deuxième tour.

Pour le second tour, je me suis assis à l’'arrière, et là, mes aïeux...… Ca a cogné, tremblé tout du long, je me suis pris une immense torgnole derrière le crâne en sortant des midbrakes, si bien qu'’en quittant le ride, j’'ai plongé ma main dans mon sac pour en sortir une aspirine tant j'’avais mal à la tête. Fucking headache.
Vous savez ce qu'’il vous reste à faire, comme Furius Baco avec ses places extérieures !

A l'avant, ça passe, à l'arrière, ça casse.

C'est fou de trouver une telle différence sur un grand-huit à deux rangées !

La Terror House, Saw Alive, est quant à elle fermée au visiteur, pour le plus grand bonheur d'Oriane !

Oh ! Bah c'est dommage de rater ça dis voir !

C'est quoi la suite du programme ?

X : No Way Out, pour finir avec les coasters. Coaster ? Mais comment peux-tu qualifier cette merde d'’attraction, dans laquelle un visiteur est censé s’'éclater ? Non parce que là, bon sang, faut comprendre le principe. Ca va en arrière, en avant, mais surtout en arrière. C'’est dans le noir, c’est incohérent, ça freine sans arrêt, ça fout le vomi…... Mais quel intérêt bon sang ?! Qui a construit une merde pareille ?!!! Vekoma ? D’accord, je comprends.

A moins que vous ne chassiez le crédit, passez votre chemin.

Sympa le couloir ! Les toiles d'araignées sont voulues ?

Bon allez, on craque, et on y retourne !

En se disant que c'est vraiment une bonne bécane !

Nous enchaînons donc avec 3 tours de Stealth, parce qu'’il faut au moins ça quand on vient à Thorpe Park, puis je découvre le plaisir des Screaming Swing S&S, ma foi très sympathiques, même si le débit laissait ici à désirer étant donné qu’une seule nacelle fonctionnait. Néanmoins, très bel engin, planant et puissant à la fois !

Prochaine étape : la meilleure attraction de Thorpe après Stealth !

En début de matinée, deux nacelles fonctionnaient.

Ensuite, c'était un peu moins probant.

Mais une fois le Doub dedans, ça devient très, très probant !

Pour les autres flat rides, j’'en aurai testé deux, à savoir Detonator, une petite tour de chute Fabbri plutôt costaud et très sympathique, et aussi Slammer, un Sky Swatter S&S assez peu répandu, et ce n’est pas plus mal ainsi. L’intérêt de cette tapette à mouche n’'étant pas franchement digne de recevoir notre attention.

Detonator, la très chouette petite tour de chute.

Et Slammer, la tapette à mouches qui n'a pas grand intérêt.

Pour ce qui est du reste des flats non ridés par la compagnie, il y a du Top Scan, de l'’Afterburner, du Magic Carpet et de l’'Enterprise. Mis à part l’'Afterburner à la limite, très peu pour moi, merci !

Là ce sera un non catégorique.

Là aussi...

Là également...

Et là de même, merci quand même !

Y a quand même des gens qui montent là-dedans à Thorpe !

Le parc fermant tôt (16h30 !), nous avons privilégié les tours de Stealth, en omettant le très, très humide Tidal Wave, également la nouveauté Storm Surge qui n’'avait de toute façon pas l’'air diabolique (et qui affichait 1h d'attente), mais aussi Saw Alive qui était fermé. Concernant les autres Water Rides, le flume est passé à la trappe de notre côté, mais nous avons fait le Raft, à savoir Rumba Rapids, qui n’était pas très humidifiant.
De toute façon, si vous voulez de la flotte à Thorpe, c’est Tidal Wave et puis c’'est tout !

Qu'est-ce qui se cache derrière cette entrée ?

La nouveauté 2011 : Storm Surge.

Qui n'a pas l'air dantesque, et qui est super courte !

Rumba Rapids, le raft, c'est fait. Mais question humidité, on repassera.

A part ce passage, avant le retour en station, mais c'est bien le seul.

Non, si tu veux de l'eau, c'est vers Tidal Wave qu'il faut se tourner.

N'est-ce pas ?

Conclusion sur Thorpe Park ? Et bien heureusement qu’'il y a Stealth. Parce que pour le reste, c’'est pas franchement tordant. Il y a quand même Rush (Screamin’ Swing) et Nemesis Inferno, coaster qui se fait tout de même avec plaisir tant c’'est fluide et agréable, mais ça n’'empile pas des brochettes pour autant.
Pour les animations, et bien c'’était quand même pas mal ! Il y avait des petits jeux/défis, un peu partout dans le parc, et le tout ne sentait pas la journée moribonde malgré l'’affluence en semaine.

Les paris sont ouverts !

Plus qu'’à attendre The Swarm, et nous retournerons à Thorpe Park, pour revenir taquiner notre copain Stealth qui nous aura manqué d'’ici là, et tâter du Wing Rider B&M, parce que ça a plutôt l’'air sympa ce genre de bestiole !

Et c'est sur cette dernière photo que nous vous disons à bientôt !


Temps d'attente pour nos rides sur la journée


Montagnes-russes :

Colossus : 20 minutes
Flying Fish : 0 minute
Nemesis Inferno : 45 minutes
Saw The Ride : 5 minutes
Stealth : 15-20 minutes
X : No Way Out : 0 minute


Dark Ride :

Aucun


Water Rides :

Rumba Rapids : 0 minute


Autres attractions importantes :

Detonator : 5 minutes
Rush : 15 minutes
Slammer : 0 minute
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:18:40 par Doubick »

*

Doubick

  • *******
  • 1 115
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #29 le: 08 mai 2016 à 19:25:37 »



Un petit cow-boy en forme et un alligator estropié




C'est 14 jours après l'ouverture officielle que plus de 30 fana de coasters ont décidé de se retrouver, pour une journée qui restera absolument gravée dans nos mémoires. En plus d'un ERT avec visite des dessous de Timber Drop en fin de journée, une surprise nous attendait au parc, dont je vous dévoilerai le teneur à l'aboutissement de ce TR.

C'est parti pour un petit week-end fort sympathique bande de charlots !

Déjà, l'accueil se fait dans un esprit tout à fait chaleureux, où le grand boss du parc, Monsieur Fleurent, nous offre bières et cafés pour commencer cette journée dans un petit bar du parc.

Rien de tel pour bien commencer la journée !

Et ce n'est pas eux qui vous diront le contraire !

Le parc, à première vue, est vraiment mignonnet. Une théma' très propre, pas cheap, avec un environnement fantastique, le tout mêlé à un travail rigoureux sur les emplacements des attractions, duquel devrait s'inspirer certains lorrains.

Jugez par vous-mêmes.

Ah oui ! C'est quand même pas dégueulasse !

Timber Drop n'est pas la seule nouveauté de 2011, il y a aussi celle-ci.

Même si l'affluence était forte en ce jour, la gestion des files et de débits nous ont permis de ne pas trop attendre aux attractions les plus importantes, et au niveau du fonctionnement, aucune fausse note, sauf une courte panne sur Timber Drop (qui vient d'ouvrir au public, donc nous l'excuserons !)

Commençons donc le tour de Fraispertuis City avec le premier crédit, à savoir le Grand Canyon. Du Soquet de 2002, grand-huit 100% frenchy donc, souffrant carrément la comparaison avec le jeune et fougueux Timber Drop. Bankings inconnus au bataillon, lift à 3 à l'heure, lap-bars communes pour un confort médiocre, et aucune sensation amusante comme devrait offrir un coaster. Bref, c'est naze, mais c'est pas comme si on s'y attendait.

Premier des deux crédits de Fraispertuis : Grand Canyon.

On prend place pour le +1.

Qui, vous l'aurez deviné, est un lamentable +1.

Mais Soquet et lamentable, ç'est un pléonasme, je vous le concède.

Ce train s'apprête à entrer dans un tunnel aux bankings absolument catastrophiques.

J'espère qu'ils ne tenaient pas à leurs côtes.

En sortant, nous avançons et tombons nez à nez avec le flume, joliment intégré (comme tout le reste des attractions, je vous le rappelle), tout au fond du parc. Car oui, Fraispertuis est franchement minuscule, mais cela ne l'empêche pas de proposer des allées aérées, sans qu'on ne se marche dessus les uns les autres.
Le flume donc, et bien c'est le classique, avec une descente et c'est fini. Pas révolutionnaire, mais c'est agréable de silloner entre les arbres plutôt qu'entre la gadoue, les mauvaises herbes, l'odeur d'égouts et les dalles de béton.

A noter la toute petite descente !

Suivi par le classique, l'indétrônable Disk'O Zamperla, ici nommé La cavalerie. On connait maintenant hein, ai-je besoin d'épiloguer plus longtemps ?

Je pense qu'une photo suffira !

Histoire de bien pourrir le débit de l'attraction, et étant donné que Timber Drop est toujours fermé pour raisons techniques, nous avons décidé de faire un tour de Old America. Il s'agit d'un Convoy Zamperla, autrement dit de petits camions, dans lesquels, évidemment, nous ne pouvons monter qu'à deux grand maximum de par notre corpulence d'adultes. Et encore, à deux, c'est serré de chez serré ! L'expérience, je dois vous le dire, fût amusante !

Imagine 30 zinzins qui font la queue pour cet engin !

L'onride que vous attendiez tous !

Après un petit arrêt mangeoire au Saloon (je n'ai pas goûté la nourriture locale, mais ça n'avait pas l'air répugnant, et c'était plutôt abordable !), direction maintenant Timber Drop (un El Loco S&S) qui a enfin réouvert !

La nouveauté 2011 de Fraispertuis ! L'un des 3 El Loco de chez S&S.

L'attraction est très compacte.

Bon du coup, y avait un peu de monde, mais qu'à cela ne tienne. 20-25 minutes plus tard, me voilà installé dans un de ces trains S&S qui sent le neuf, et voilà la dispatch. La petite bête monte rapidement le lift, et nous voilà à presque 30 mètres de hauteur. Petit virage avant le gouffre, pour une descente qui fût, pendant peu de temps, la plus inclinée au monde, avec ses 113°.

Embarquement imminent.

Headchopper très efficace avec le tronc du séquoïa, et nous voilà sur le virage incliné vers l'extérieur. Plutôt amusant, même si rien de franchement transcendant. Ensuite, la première inversion, qui nous laisse la tête vers le bas pendant plusieurs secondes, puis drop avant de remonter pour partir dans la Heartline-Roll descendante.
Meilleur élément du parcours, même si bien moins puissant que la dernière de Blue Fire. Ensuite, Horseshoe, puis arrivée dans la gare sur des freins magnétiques très agréables.

Verdict ? Déjà, l'attraction est très jolie, bien que la gare ne soit pas terminée. La finition de certains arbres n'est pas des meilleures, mais le boulot reste tout de même de bonne qualité. Ensuite, concernant le parcours, il s'agit là d'un grand-huit qui correspond parfaitement à l'offre de Fraispertuis. Ce n'est pas extrême, c'est même plutôt familial, et ça propose à ce type de visiteurs des sensations sympathiques sans leur décoller les yeux des orbites.

Arriver au sommet de cette drop fait évidemment son petit effet !

En attestent les cris de ces messieurs-dames !

L'heartline descendante.

Un autre point de vue sur le layout.

Le layout se contorsionne vraiment dans tous les sens.

Et hop, on se renverse !

Venons en maintenant à la meilleure attraction du parc, et même du genre en général. Une conception incroyable de la file d'attente où personne, nulle part, ne peut être épargné, un parcours qui ne vous met jamais à l'abris, que ce soit des gens à l'extérieur que des gens dans les bateaux, il s'agit de Pirates Attack !
Un Splash Battle Mack absolument génial, duquel il est impossible de ressortir sans être complètement rincé. C'est simple, c'est un temple érigé au Dieu du délire ce truc !

Ça va être un sacré bordel !

On est vraiment assailli de tous les côtés !

C'est strictement IMPOSSIBLE de sortir avec 1mm carré de sec.

Et ce où que vous soyez, quoique vous fassiez.

Alors ? C'est quoi la suite ?

Après quelques tours de cette merveille, nous enchaînons avec Le cactus, petite Free Fall avec effet Tilt. C'est familial, c'est rigolo, mais notre coeur balance plutôt pour du Intamin.

Un petit coup de cactus...

Et on passe à la suite !

Deuxième expérience dantesque, le Bateau Pirate local. L'opérateur savait qui nous étions, et nous avions le bateau pour nous tout seul. Du coup, il a poussé le tour à plein régime, et l'a bien fait durer 5 minutes. Le balancement était si puissant que j'avais l'impression que j'allais être éjecté du bateau tant je décollais ! Certes gerbak sur la fin, mais un ride inoubliable !

Des tours de bateau pirate aussi extrêmes que celui-là, on en fera pas beaucoup !

Après un second tour de Grand Canyon, un Train du Far-West qui fait le tour du parc, puis un Cinéma Desperado (ciné intéractif, le cul sur des chevaux en plastoc, avec des flingues en plastoc, pour shooter des cibles à l'écran), nous continuons avec quelques passages obligés du parc.

Une photo, deux crédits.

La localisation du parc est quand même géniale, au milieu de cette forêt de sapins.

On a de cesse de se dire qu'un jour, un petit terrain coaster serait le bienvenu...

Non, pas de grande roue pour aujourd'hui.

Et pas de ça non plus, mais merci !

Non, ce train n'est pas un crédit.

Choisissez votre monture, ça va canarder sec !

Notamment la Mine d'or, à savoir le Dark Ride du parc, avec son Gus qui fait caca et que nous surprenons en flagrant déli. Désolé, je n'ai pas de photo de ce mec là ! Ensuite, les Santiags (Sea Storm Ride Zamperla) et le Blizzard (Jet Ride), avec un sacré numéro dedans... Un type qui nous faisait coucou et qui hurlait à chaque fois qu'il nous voyait... Puissant, il est devenu une icône.

On se satisfera de cette photo du dark ride; la prochaine fois, promis, vous aurez une photo du type qui fait caca !

Le dark ride, assez rudimentaire, bourré d'automates qui font pschhit-pschhit, est approuvé par les grands-chefs.

Onride dans les santiags.

Un petit tour de Blizzard, et on est bon !

Ca y est, le parc est fermé depuis 30 minutes, vient maintenant le temps pour nous de l'ERT ! Le grand boss arrive et commence par nous faire découvrir les dessous de son tout nouveau joujou, Timber Drop, et nous compte plusieurs anecdotes à propos de ses rapports avec le constructeur.

En exclusivité, les dessous de la dame !

Qui aura bien sûr droit à sa petite bise.

Et nous à une visite intégrale.

Au pied du lift.

Dans l'antre de la bête...

Et un Doub tout flou au milieu du bazar !

Ensuite, nous allons nous balader dans la zone du ride, et nous caressons la bestiole comme s'il s'agissait de notre propre enfant. Vient maintenant le temps de rider, avec l'attraction, forcément, pour nous tout seuls. Une bonne dizaine de fois pour certains, avec un ERT total qui aura duré une bonne heure et demi.

Et c'est parti pour l'ERT !

L'occasion pour nous de l'enchaîner un bon paquet de fois !

Au crépuscule, qui plus est !

Et ça, c'est quand même le panard !

Il est désormais temps de quitter Fraispertuis, alors dirigeons-nous vers la... Attendez... Que vois-je ?! Une gigantesque table dressée au centre du parc, et Monsieur Fleurent qui nous invite à manger à volonté avec bières ou sodas proposés sans modération ?! Je rêve ou quoi ?!!
Quelques pinçouilles plus tard, non, je ne rêve pas. Nous avons donc dîner à Fraispertuis, en plein centre du parc, avec le boss et son fils, puis quelques-uns d'entre nous (dont je faisais partie), sont allés faire un petit tour dans le parc endormi, et sans visiteur aucun, à la tombée de la nuit. Quelle merveilleuse soirée ! Absolument inoubliable pour les parkfans que nous sommes... Un accueil chaleureux et humain, un truc que je n'avais encore jamais vu.

Le dirlo aime son parc, a un avis sur la concurrence et leurs attractions, et discute avec nous des choses à apporter et à revoir, si ça c'est pas du rêve de môme ! Merci à Coasters World (BenJ et Flo), et à Monsieur Fleurent pour cette journée qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.


Temps d'attente pour nos rides sur la journée


Montagnes-russes :

Grand Canyon : 20 minutes
Timber Drop : 25 minutes (hors ERT)


Dark Ride :

La mine d'or : 0 minute


Water Rides :

Pirates Attack : 0 à 15 minutes


Autres attractions importantes :

Aucune



Et comme vous avez été très, très sages, voici le bonus de la journée, vers 2h du matin... en totale exclusivité pour Coasters World, nous vous apprendrons à momifier votre G+, dans le cas où celui-ci serait alors un peu éméché (un peu ?!!).

Tee-Bow est fier de vous présenter son G+ personnel, présentement en cours de momification.

Comme vous pouvez l'apercevoir sur cette photo d'introduction, il faut tout d'abord recouvrir votre G+ éméché à l'aide d'objets divers et variés qui tomberaient à portée de votre main.

Ici, nous avons par exemple ajouté une paire de pompe à notre G+. Une sur la tête, l'autre sur les cuisses.

Nous avançons bien dans notre projet. Sur la photo qui suit, vous trouverez une idée astucieuse de Vanbi étant de recouvrir ledit G+ de canettes de Leff vides. Ensuite, comme pour marquer l'aboutissement de cette cérémonie, voyons Tee-Bow apporter la coiffe cérémonielle, j'ai nommé "la poubelle des chiottes".


Voici, comme promis, la coiffe dont je parlais juste au-dessus. Parfois compliquée à mettre en place, il est possible que le G+ ne sache pas ce qui lui arrive.


Vient finalement le véritable aboutissement de la chose, lorsque le G+ se trouve ainsi recouvert.

A noter la petite feuille sur la tête qui fait toute la différence.

Au petit matin, le G+ se trouvera frais, disponible, et d'attaque pour une belle journée en votre compagnie.

A noter la petite feuille sur la tête qui fait toute la différence.



ATTENTION !

Il est possible que votre G+ ne soit pas disposé à se laisser momifier. Le cas échéant, il peut décider de se dénuder pour vous effrayer. Qu'à cela ne tienne ! Il vous suffira de l'enrouler dans du papier-toilette pour le maintenir par constriction.

A noter la petite feuille sur la tête qui fait toute la différence.
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:18:55 par Doubick »

 

Related Topics

  Titre / Démarré par Réponses Dernier message
24 Réponses
4806 Vues
Dernier message 16 mai 2010 à 23:19:25
par Barge
5 Réponses
2484 Vues
Dernier message 27 août 2014 à 20:58:41
par Rem10