[TR] Les trips du Doub

  • 302 Réponses
  • 94974 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #30 le: 08 mai 2016 à 20:24:06 »


Un petit cow-boy en forme et un alligator estropié




Aaaaaah ! Mais que faites-vous malheureux ? De retour à Walygator ?! Putain ouais... Moi qui pensais ne pas y revenir avant le millénaire prochain (et encore), me revoici devant les portes du parc le plus moisi que la France ait connue.
C'est-à-dire que là, nous étions avec les nordiques, et que la plupart de ces charlots là n'avaient pas ridé Monster, ou n'avaient encore jamais mis les pieds dans cet incroyable havre de bonheur... Et ben les gars, accrochez vos ceintures !

Oh non ?! Ca va pas recommencer ?!!

Nous quittons l'hôtel et arrivons devant le parc, et les hostilités commencent... Caissière désagréable à l'entrée, gugus de la sécurité absolument imbuvables, et pour courroner le tout, l'arrivée de la flotte parce que c'est plus drôle ainsi.

Nous commençons donc à nous abriter à côté de Monster, sous une petite baraque complètement ringarde où chantent toute la journée des allemands proposant diverses saucisses à la vente. Sauf que voilà, Monster ne tourne pas, et que les opérateurs ultra-motivés nous signifient que son ouverture sera impossible tant qu'il pleuvera.
Alors quand ça se calme et qu'il n'y a plus que quelques gouttelettes, on peut se dire que ça y est, on va pouvoir rider ! Sauf que non, car les gouttelettes empêchent l'ouverture d'un monstre B&M, comprenez-vous... Peu importe, nous commencerons par l'incroyable Family Coaster, déplacé pour cette saison 2011.

On ne le croirait pas abandonné comme ça ?

Mais finalement, les opérateurs de Monster décident de reprendre du service, attendant presque la sécheresse du Sahara au mois d'août pour ne pas risquer la vie des visiteurs par un ride d'Inverted sous la pluie. Encore une fois, ce ride, c'est de la fluidité et de la puissance, mais hélas une esthétique désastreuse qui le fait complètement se planter dans mon Top 10. Je préférerais voir un coaster sur du bitume à la Magic Mountain plutôt que de la glaise bien grasse et pleine de limaces comme ici.

M'enfin, heureusement qu'il est là quand même...

Il serait grand temps de faire quelque chose... Parce qu'entre les pissenlits et les parpaings...

En attendant, nous, on va faire du grand-huit !

Continuons donc cette journée loufoque avec les deux nouveautés de l'année, à savoir Südseewellen et Krinoline. Deux rides forains sans aucun intérêt, et gerbaks qui plus est. Nul, nul et encore nul.

Vous vous en doutez, on n'aura pas décroché le gros lot avec Simon.

La première nouveauté de l'année...

Absolument formidable, vous vous en doutez.

Et la seconde, tout aussi formidable, cela va sans dire !

Concernant Walycoaster, autant avant ça passait sans trop d'embuches, autant là ça cogne à vous foutre un bon coup du lapin, mais de côté. Une horreur absolue. Anaconda, pareil, mais en bois. Enfin... ça ne fait pas forcément mal, mais c'est tellement risible que le terme de montagnes-russes ne colle finalement plus avec le concept de "sensation". Ici, on rit autant qu'un numéro de clown au cirque Pinder.

Brûlez moi ça qu'on en finisse ! Et la caravane de Didier avec !

Place maintenant aux opérateurs désagréables et insultants. Sur Monster, par exemple, c'était quand même pas mal. Du genre on ferme l'attraction pour une pause café, puis une pause clope. Du jamais vu, Walygator l'a fait.

Ensuite, le bateau pirate, où l'un d'entre nous s'est juste fait traiter d'abruti quand il a quémandé pour rire s'il y avait "des loopings dans le bateau." L'opérateur lui répond en disant : "Bah non abruti, sinon y aurait des harnais !" Bah ouais tiens, t'es un champion du monde toi, vivement les harnais sur les looper Schwarzkopf.
A propos du Raft, plus rien ne marchait, tout tombe en ruine, et les opérateurs étaient sympas quoiqu'un peu Rock'n'Roll. Avec nous ça passe, mais avec de bons gros puritains, les blagues salaces et bien grasses ne sont pas forcément les bienvenues. On ne sait jamais sur qui on tombe.

On ne sait pas s'il s'agit d'un Raft ou d'un Round Boat Ride.

Je ne parlerai pas de la Grande Roue rouillée qui fait peur (prétérition bonjour), et m'attaquerai à la Terror House, relookée de l'intérieur, une nouvelle fois, pour 2011. Sans intérêt aucun, encore plus minable qu'avant, avec un seul acteur qui essaie de vous surprendre à plusieurs reprises, passant d'une salle à l'autre. Résultat : un bide assuré à chaque fois ! C'est kitsch, c'est laid, c'est phosphorescent et finalement très forain, et ça débite d'une façon catastrophique. Qui donc peut aimer ce parc à la con ?!

Un petit tour de grande-roue, poils au genoux.

Ca fait presque de la peine de le voir dans ce parc...

Alors qu'on aperçoit un crédit entassé au fond à gauche... Qu'en sera-t-il ?

Pourquoi y en a si elle est interdite ?

"Il est interdit de... respecter les lieux". Ah ! Mais c'est pour ça que tout fout le camp !

Bon, on en a assez fait je crois ! Total, c'est vers 16h que nous mettons les voiles tant ce parc est mauvais, direction nos adresses respectives pour une fin de week-end hilarante de médiocrité.
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:19:13 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #31 le: 08 mai 2016 à 22:01:06 »


Un week-end et (encore) des frites




Allez on y va, on prend la voiture pour un week-end direction la Belgique pour commencer, et un petit parc non loin de Liège, j'ai nommé Plopsa Coo !
Enrichi cette année par une nouvelle montagne-russe signée Gerstlauer et répondant au doux nom de Vicky the Ride, il n'en fallait pas moins pour nous donner une raison de venir visiter ce parc plein d'amour et de bucolie. Il s'agit en fait d'un tout petit parc à l'intérieur duquel vous pouvez vous promener sans avoir à payer de billet d'entrée, mais seulement pour pouvoir accéder aux attractions.

Qu'est-ce qui se cache derrière les arbres ?

Non seulement petit, le parc est très vert, avec théma sobre mais qui s'intègre parfaitement au cadre (et quel cadre magnifique !), sans compter que le parc se situe près d'une cascade à laquelle il doit son nom.
M'enfin, de ce côté là, ne vous attendez pas aux chutes du Niagara.

La fameuse cascade de Coo.

Et votre serviteur, absolument désastreux.

Qui sera aujourd'hui plongé dans un décor, je le répète, plein d'amour et de bucolie.

A la découverte de Plopsa Coo.

Mais alors, qu'y a-t-il comme attractions là-dedans ? Déjà, deux crédits, un junior Terrain Coaster Vekoma, et un Spinning Gerstlauer. Sinon, beaucoup d'attractions pour les bambins, des luges d'été, un Skyflyer, des karts en mode tondeuses à gazon, des télésièges...
Vous l'aurez compris, fans de sensations fortes, vous risquez de rester quelque peu sur votre faim, et ce n'est pas Vicky the Ride qui viendra arranger les choses !

La nouveauté 2011 : Vicky The Ride.

Alors Vicky, parlons-en. Le parcours s'effectue sinueusement et gracieusement le long d'une allée du parc, et la gare du coaster est particulièrement mignonne. Déjà, je suis surprise
par la taille des nacelles. Ca change de Maurer, le volume est beaucoup plus important. Et le ride en lui-même ? Hélas, pas grand chose à se mettre sous la dent. Ridé 5 fois, le grand-huit
peine à spinner, c'est mou, on ressent déjà quelques vibrations après 3 mois d'ouverture, et on se demande si certains éléments seront passés tant on se traine. Alors ok c'est mignon, mais ultra-gentillet (trop), et ça fait regretter les 3,5 millions d'euros d'investissement qui auraient pu partir dans autre chose. Le débit est absolument catastrophique. 20 personnes devant vous = 15 minutes d'attente. Heureusement que la fréquentation du parc reste assez basse...

Petit problème de réglage d'appareil photo : celle-ci sera donc en noir et blanc.

Pour ce qui est du grand-huit, c'est surtout absolument mou du genou !

Et ça aura été le cas sur les 5 tours !

Pourtant ça paraît pas mal comme ça, non ?

Même avec cet angle là ?

Bah autant vous dire que non d'emblée, ça évitera les déceptions.

Et tout cela est bien dommage...

La bête avec un peu de hauteur.

C'était pas terrible, hein ?

Pour dire, on va passer au second grand-huit, nommé avec grande originalité : Coaster. Et bien je l'ai préféré à Vicky. Certes ce n'est pas un monstre de sensations, mais on sillonne entre les arbres, le parcours est plutôt amusant et on ne prend pas d'accoups. C'est triste à dire, mais Gerstlauer est battu par un coaster tout ce qu'il y a de plus classique, 22 ans plus vieux que Vicky, et en plus signé Vekoma. La lose totale.

Voici ce qui est, par défaut, la meilleure montagne-russe du parc. Qui l'eut cru ?

En tout cas, pas moi !

Pour le reste du parc, je vous passe le flume pas franchement humide, les flats rides vus et revus, le labyrinthe avec ses énigmes redondantes, les luges d'été sympathiques mais sans plus (c'est court, et trop biscornu pour pouvoir prendre de la vitesse), tout ça, je vous le laisse en photos.

Ça on connait...

... et on a fait !

Ça on connait...

Et on a fait aussi, notamment pour vous montrer à quel point c'est beau dans l'coin.

Fermez la bouche, vous allez avaler une merdouille.

Ça on connait...

Et malheureusement, on a fait.

Et ça, j'vous l'donne en mille...

On a fait aussi.

Ainsi qu'un coup de luges d'été qui ne cassent pas trois pattes à un canard.

Qui possède un lift en marche arrière, histoire de ne pas se casser la gueule à cause de l'absence de dossier.

Par contre, n'en déplaise à certains, on n'aura pas fait le mini-golf.

Si je rédige ce TR, ça veut dire qu'on a fini par trouver le code, réfléchis deux minutes !

Qu'est-ce qu'on s'amuse quand même !

Ça on voulait le faire, mais on n'a pas pu.

Ça non plus.

Pendant ce temps-là, on cherche encore le fun sur Vicky...

Qu'est-ce qu'ils ont les tajines ?

Ils veulent une minute 30 millions d'amis ? Ouais ok, mais vite fait alors.

Et nous voici aux karts tondeuses à gazon, la meilleure attraction du parc, avec malheureusement un débit une nouvelle fois plus lent qu'un centenaire à la fin d'un marathon.

Parés pour les 24h de Coo.

Dernières explications, du genre "appuie sur la pédale pour avancer"...

Et c'est parti pour une course effrénée !

Alors certes, en terme d'attractions, Plopsa Coo n'est pas le parc du siècle. Toujours est-il qu'il est très agréable de s'y promener, que le cadre verdoyant est très reposant, et... que ne ferait-on pas pour deux crédits ? La journée de demain en sera encore un plus bel exemple... Croyez-moi, vous ne serez pas déçus ! A tout de suite !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:19:27 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #32 le: 08 mai 2016 à 23:25:46 »


Un week-end et (encore) des frites




Ce parc est une légende. Un conte que l'on se narre au bord d'un feu de camp, les nuits de pleine lune, pour frissonner entre amis. Un parc provenant à la fois du plus malsain et du plus grotesque des fantasmes. Il s'agit bien évidemment du "Parc d'attraction -sans s-, cafétéria, station-service, salle de reception", répondant au doux nom de Bal Parc !

Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?

Ah bah ok, j'avais bien lu, je suis pas fou.

T'es sûr que tu veux y aller Doub ? Bah ouais, y a un crédit j'te dis !

C'est vrai que ça fait quand même flipper un max'...

Pour y entrer, vous devrez faire face à un clown issu de "Ca, il est revenu", qui vous demandera la modique somme de 10€€ pour rentrer dans le plus magique des mondes magiques. Celui-ci se met presque à pleurer quand dans la discussion nous lui disons venir de Paris.

Bon bah ça y est, on y est.

Et ça a l'air d'envoyer le pâté !

Ouais, ça va être très chouette, assurément.

Cette photo a presque quelque chose d'inquiétant.

Vous paierez donc cette modique somme pour aller rider le seul crédit du parc, mais quel crédit ! Il s'agit en effet de la Montagne du Dragon, anciennement Dragon de Bei Hei à la Mer de sable, du célèbre constructeur Cavazza Diego.
Une sorte de pomme sans pomme, au parcours circulaire d'un inintérêt déconcertant. Un kiddie comme Zierer ne saurait en faire. Bref, ça valait le coup. A noter qu'il y a un opérateur (forain ?) pour 3 attractions, et qu'il faut attendre qu'il finisse son tour avec une autre attraction pour pouvoir faire quoi que ce soit.

Tiens ! Mais que vois-je ??

Mais oui ! C'est bien ça ! C'est un Cavazza Diego !

Et un Cavazza Diego qui nous alpague du regard, faut rien de plus pour nous faire craquer !

Et c'est parti à fond les ballons Michel !

En dehors de ça, nous trouverons pêle-mêle des auto-tamponneuses, un bateau pirate au bord de l'écroulement, des chaises volantes, des balles dans lesquelles vous montez pour marcher sur l'eau (nouveauté de l'année !), un petit carrousel... Mais c'est pas tout ! Il y a aussi un parcours horrifique à pied d'une longueur pharaonique de 5 mètres, des pédalos et un petit train qui, tenez-vous bien, vous emmène faire le tour de Tournehem-sur-la-Hem, la ville qui a la fabuleuse chance d'abriter Bal Parc ! Vous y découvrirez le bar, la mairie, la maison-close, et bien sûr, la station-service !

Si vous voulez organiser votre mariage, Bal Parc dispose d'une belle salle de réception toute prête !

Bon allez, soyons braves, engageons-nous dans le Walkthrough !

Une expérience qui s'avérera traumatisante.

Ponctuée de décors époustouflants.

Et d'une magnifique porte nous indiquant la sortie 5 mètres plus loin.

Quel parc de rêve !

Ça c'est un thrill ride ! Un vrai de vrai ! Parce que tu ne sais pas si ça va s'effondrer ou pas !

Que dire du bateau pirate qu'on entend souffrir à chaque balancement ?

Y a toujours autant de monde.

Ça, mes petits gars, c'est la nouveauté de l'année.

Et y avait foule pour la tester !

Y a quelqu'un dans ce parc ?

Que les amis des bêtes se rassurent, ils trouveront leur bonheur à Bal Parc !

Ils tendront l'oreille pour écouter le doux chant des colombes...

Et y trouveront d'essentielles informations quant à leur jambon préféré.

On prend le temps de vivre à Bal Parc.

Eternelle bucolie, éternelle féerie.

La petite ferme, tout aussi féerique.

Et cette petite maison, tout est merveilleux.

Par contre, il a dû se passer deux trois trucs avec des enfants là-dedans...

Brrrrr...

Mais il est 11h, et le clown nous indique dans une euphorie sans pareille que le train ne partira pas avant 14h, nous exortant à rester. Ce que nous ferons bien sûr ! Quoique, non. Tristesse et mélancolie d'un parc qui sent le roussi.

C'est bien tentant ce petit train, mais curieusement, on ne se sent pas d'attendre 3h,
donc ce sera pour une prochaine fois ! (ou pas)
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:19:44 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #33 le: 11 mai 2016 à 00:11:52 »


Un week-end et (encore) des frites




Après la légende Bal Parc, partons un petit peu plus au sud pour aller visiter un autre parc de la région, à savoir Dennlys Parc. J'en avais quelques retours comme quoi c'était un parc
familial sympathique et plutôt mignon. Mon avis est tout autre.

En route pour l'aventure qu'il a dit.

Une chose nous rassure, le standing de l'entrée revient à un niveau plus correct que Bal Parc.

C'était pas difficile, je vous le concède !

Après avoir raqué les 13,50€ par personne nécessaire à notre entrée dans le parc, nous découvrons Dennlys, d'abord situé au bord d'un petit cours d'eau, auquel se frotte un moulin rattaché à une maison en briques. C'est mignon, oui, mais le reste ?

On va le voir le reste, mais déjà regarde ça, c'est joli non ?

Un merveilleux combo pour une journée mémorable !

Le reste est assez décousu. On a des coins plutôt jolis (l'entrée), et d'autres comme le fond du parc avec son raft vert et des flat rides douteux comme des grenouilles fluos ou des hélicopters de la même espèce. On passe du mignon, au kitsch jusqu'au mauvais goût. Rien de transcendant donc.

Donc là, on est d'accord, ça va.

Là aussi.

Mais là ça ne va pas du tout.

Et là non plus. Mais attendez de voir le raft...

Concernant les crédits, le parc en possède deux. Tout d'abord, Furio, un Mine Train Soquet aux bankings hasardeux habituels et au parcours sans intérêt.

Très jolie gare ! Oui, il m'arrive de manier l'ironie. Je suis un être d'esprit, vous savez !

Un train qui fleure bon le Pas-de-Calais.

On quitte la boîte en parpaings...

Puis une fois le lift franchi, le verdict est sans appel...

C'est nul !

Vraiment !

En même temps c'est du Soquet, donc j'vois pas vraiment à quoi tu t'attendais.

Tu pensais trouver des bankings ?

Ou un layout surprenant et sinueux ?

Arrête la fumette Doub ! Et rapidement !

Profitons de la sortie de Furio pour aller faire un tour dans le Walkthrough horrifique qui jouxte la sortie. Sera-t-il aussi incroyable qu'à Bal Parc ? Oh oui ! Au moins !

Déjà, il a l'air aussi long !

Avec un troll vampire qui se prend pour Dracula mis en valeur par des parpaings (décidément)...

Oui, parce que le vrai Dracula, il était là !

Ce garnement m'a l'air plutôt sympathique.

Reste alors le crédit le plus récent, sur lequel je fêtais mon centième, à savoir Nitro. Il ne s'agit non pas d'un Mega Coaster B&M mais bien d'un Preston & Barbieri. Ah oui, c'est déjà pas la même. Rajoutons-en une couche, il s'agit d'un grand-huit conçu sur le principe de l'anneau de Moebius. Entendez par là qu'il y a deux tracks visibles (comme s'il y avait deux crédits), qui ne forment en faite qu'un seul et même circuit fermé ! Vous comprendrez donc l'horreur que constitue un très mauvais coaster conçu sur ce principe... Ah ! Je vous ai bien mis en jambes, hein !  Alors, ce centième crédit, ça donne quoi ? Et bien ça donne dans le banking involontairement foireux, dans les virages extérieurs soudains et violents, dans le douloureux et le lamentable. En fait, on essaiera bien difficilement d'anticiper ce parcours sans queue ni tête pour éviter de se faire chahuter et/ou cogner dès le premier virage (ultra serré) venu. C'est un combat de 2 minutes entre vous et l'esprit malade du concepteur de ce layout de l'enfer. Parlons de l'inconfort total des trains, et vous aurez le gros lot ! Et le clou du spectacle : Vu que c'est un Moebius... quand on a finit la partie de gauche, c'est rebelotte pour la partie de droite ! HAHAHA !! Sortez-moi de làààààà !!!!!

Un crédit mauvais au possible, qui vaut le prix d'un spinning Maurer, et ça, c'est impardonnable. Voici l'exemple d'un mauvais choix de la part d'une direction de parc.

Direction la machine à bobos.

Et croyez-moi, là, y a rien pour rattraper l'affaire !

Parce que lui, dans le genre saloperie, il place la barre très haut !

Et vous l'aurez compris bien malgré vous dès ce premier virage !

Hélas il sera trop tard.

Votre popotin et vos côtelettes vous mépriseront pendant des semaines.

Votre compteur lui, pourra peut-être vous signaler que vous aurez fait votre centième. Et quel centième !

Le reste du parc se visite en 20 minutes montre en main. Il y a bien le raft qui est la meilleure attraction du parc : C'est forain certes, mais ça mouille assez et ça reste fun tout en étant court. Le reste oscille entre des chevaux galopants, des tacots, une grande roue et des flat pour gosses. Bref, du tout bon quoi !

La meilleure attraction du parc. Ouais. C'est pas hyper glorieux, c'est clair.

Ça rince pas des masses, mais vu le temps, on leur pardonnera.

Vous l'aurez compris par vous-mêmes : la gare rose fuchsia et le slide vert pomme, ça va vraiment pas être possible.

Le reste des attractions est comme qui dirait... Déjà vu.

Un sempiternel petit tour de grande roue...

Pour vous montrer les 3/4 de la superficie du parc. Ah bah merde, y a pas grand chose là-dedans...

Non parce que bon, y a des chevaux, qu'on a évidemment fait...

Y a des tacots...

Qu'on a évidemment fait aussi...

On aura tenté, sans grand talent, de lancer une chaussette dans la bouche du Jean-Marie...

Oui mais après, qu'est-ce qu'il reste à faire ?

Ça ?

Ça ?

Ou ça ?

A la limite y avait bien ça...

Parce que bon, ça je le sentais pas.

Bon... Dennlys Parc, disons le clairement, c'est pas tout à fait ce que j'attends d'un parc familial digne de ce nom. Déjà, y a un vraiment problème avec le personnel. Les bonjour sont en option, et v'là l'ambiance pourrie qu'il y avait ce jour-là ! Ca tire des gueules de 20 mètres de long là-dedans, c'est assez désastreux.
Autre chose et pas des moindres : l'offre du parc. Vous l'aurez compris, y a pas grand chose à se mettre sous la dent, le pire étant l'investissement complètement raté dans Nitro, qui aurait tout à fait pu être remplacé par quelque chose de bien meilleur, et pour le même prix, ou pas beaucoup plus cher ! Va vraiment falloir qu'ils se sortent les doigts du popo pour proposer ne serait-ce qu'une attraction qui sorte du lot, parce que la concurrence voisine a tendance à prendre beaucoup d'importance. Pour rappel, Bagatelle est à 42km de là, Bellewaerde à 64, et surtout : Plopsaland à 65km... Peut-être qu'il serait bon de suivre l'exemple de Fraispertuis City, qui, malgré son budget, investi dans des attractions autrement plus qualitatives.
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:19:59 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #34 le: 12 mai 2016 à 01:21:32 »



Un B&M qui fout la gaule !




Oyez oyez braves gens ! Nous voici réunis pour découvrir en avant-première le tant attendu OzIris, qui conforte le renouveau des parcs français en terme de montagnes-russes, en faisant suite à l'excellent Monster de Walygator ! 4h pour découvrir ce chef-d'oeuvre, qui tape carrément dans le très haut du panier ! Et quoi qu'en diront les photos, il n'aura pas flotté une seule seconde, nickel non ?

Je sens que ça va être un grand moment !

Ce TR sera donc consacré à la bête, qui montre ses jolies miches dès la sortie d'autoroute, annonçant de-ci de-là de nombreux cris de damoiselles et damoiseaux. Arrivés au parc, nous attendons, la clique et moi-même, l'ouverture des grilles pour enfin assouvir le désir de ride qui commence bougrement fort en ce début de saison !
Ah ! Ca y est ! Les grilles ouvrent, mais l'attente n'est pas finie, puisqu'on nous fera patienter un petit plus loin, devant le grand splash. L'attente devient franchement insoutenable.

Puis enfin, c'est la libération. Nous partons tels des conquérents à l'assaut de la nouvelle zone qui se cache derrière Menhir Express et Périférix, nouvellement nommé SOS Numérobis. Les grondements du monstre se font entendre, et le son si propre aux installations B&M me colle des frissons de plaisir.
Lorsque nous entrons dans la zone, nous découvrons le coaster qui sillonne majestueusement le long des allées, au-dessus de nos têtes et sous nos pieds. Une intégration fantastique qui se calque merveilleusement à la zone épurée, sobre et d'un excellent goût. Visuellement et musicalement, car la musique qui englobe les allées ne joue pas le rôle du vilain petit canard, loin de là !

Enfin, le voilà...

La gare a quand même bien d'la gueule !

En fait, c'est la zone entière qui a de la gueule, avec notamment cette Tour Eiffel en obélisque !

Le dressage tel qu'on le pratique dans nos salons respectifs remonte à l'Egypte ancienne.

Même si le temps est menaçant, je sens que ça va l'faire...

L'entrée, ça va être par là !

Je sens que ça va me plaire cette histoire...

Et comment qu'on est impatient !

Nous entrons maintenant dans la file qui circule le long du ride, avec quelques points permettant de belles photos. Cela reste simple cependant. A l'intérieur, ladite file prend une autre dimension. C'est bourré de détails, d'humour (la référence à la ToT est excellente), on y découvre le layout dans la gare qui est peint sur le mur en hiéroglyphes, tout est absolument charmant.

Première remarque à l'intérieur... C'est superbe !
Cette file contient tout l'humour de la BD, l'esprit y est totalement respecté !

Il n'a pas l'air commode le père Iris. Même en statue.

La momie sera de retour le temps de réajuster ses bandelettes.

La bande est heureuse de pouvoir enfin en découdre !

Le layout est inscrit en hiéroglyphes sur les murs.

Ils vous plaisent les escaliers en perspective ?

Faut pas être pressé...

Cette panne intempestive nécessitera une introduction d'un autre ordre...

Il est fort Iris.

Les organes des mages imposteurs ont-ils fini dans ces vases canopes ? (on apprécie celui de droite)

Iris fait aussi dans le numéro de magie type Pinder.

A chaque recoin de la file, on trouvera des détails.

Et on trouvera aussi ce qui sera certainement le premier chewing-gum collé sur un mur de la file.
Ça n'aura pas traîné !

Voici la dernière salle avant l'embarquement.

Ici, le point négatif ira à la station, nous qui attendions de voir les fameux effets au départ des trains.
Sauf que voilà, rien de mirobolant, et c'est presque radin en décibels. A noter aussi le débit du ride, qui s'améliorera certainement, car en cette journée d'essais, c'était un départ toutes les 5 minutes !

Pour ce premier tour, ce sera le premier rang !

Nous prenons place et découvrons le coaster à l'avant pour commencer. Confort toujours aussi optimal chez B&M, et c'est le départ si convoité. Ça y est, c'est parti. Le moment tant attendu est arrivé.

On s'installe...

Et on décolle !

Le train monte rapidement les 40 mètres du lift, et n'a quasiment pas le temps de s'incliner au sommet que nous plongeons à folle allure dans une first drop tout simplement incroyable, et sacrément raide pour un Inverted ! C'est puissant, rapide, bourré de Gs positifs, et le contraste avec le Dive Loop planant qui suit juste derrière n'en est que plus fascinant. Ensuite, Overbanked Turn dans lequel le train reprend sa force, vertical loop avec voile noir assuré, drop planquée suivi par un tunnel jouissif (attention les pieds !), Immelmann qui enfonce dans le siège à la mode Monster, et ce n'est pas fini, nous n'avons fait que la moitié du parcours !
Pas le temps de reprendre ses forces, que le train descend après un virage dans un tunnel brumeux, sous un lac, au foot-chopper déconcertant. L'inversion suivante consiste en une Flat Spin mélangée à un Zero-G Roll dantesque, puis helix, drop bien airtimée, et voilà le meilleur Zero-G Roll qu'il m'ait été donné de faire. L'appellation prend ici tout son sens, le train effectuant une rotation en nous laissant flotter, sans plus rien toucher, en harmonie avec l'air, la gravité, et le mouvement du train. Fan-Ta-Stique. Pour finir, une hélix moins puissante que sur Monster, certain seront deçus, pour moi c'est le bon compromis après le parcours de dingue qui a précédé. On arrive sur les freins finaux complètement déboussolés, sur le cul, et on en sort chamboulé. Et dire que le coaster n'est pas encore chaud !...

Quand faut y aller, faut y aller !

Cette drop est franchement excellente... Et carrément inclinée pour un Inverted !

L'intensité varie totalement avec ce Dive Loop très planant.

Là par contre, on ne plane plus du tout !

Un beau Vertical Loop comme on les aime, qui vous colle bien au fond du siège !

L'Immelmann qui suit est du même registre.

Allez hop, on plonge dans le tunnel !

Oui, comme ça, absolument !

C'est bien brumeux là-dedans...

Attention les pieds !

Et on enchaîne avec l'hybride Zero-G / Flat Spin.

La suite du parcours est assez planquée, donc transition vers l'helix,
pour vous dire que vraiment, c'est un putain de grand-huit.

A l'arrière, on retiendra la surpuissance de la first drop qui arrache vraiment. C'est pas un EGF, mais bigre, quelle drop ! Le reste du parcours étant cependant moins intense, je préférerai le premier rang. Et on enchaîne, et on enchaîne, jusqu'à plus soif, pour ce qui devient un incontournable du monde des grands-huits, et ceci, à quelques dizaines de bornes de Paris.

Et puisqu'il y avait d'autres petites choses d'ouvertes, je vous en fais profiter en photo... Pour plus de détails sur ces rides, je vous renvoie à mon TR du 10 avril 2010 sur le Parc Astérix que vous trouverez ici : https://forum.coastersworld.fr/les-trip-reports/(tr)-les-trips-du-doub/msg303391/#msg303391 !

Nostalgie enfantine totale. Quand j'étais gamin, j'avais peur de monter là-dedans.

Scandale total n'est-ce pas ?

Oui, ça nécessite au moins autant de cris les gars.

Le meilleur et le pire de France sont dans le même parc.

Et on ne remercie pas les first timers qui nous auront obligé à nous le retaper.

J'en connais un qui n'a toujours pas changé sa culotte...

Bon, c'est vrai que c'est un rodéo ce ride... Mais je l'aime bien !
Nostalgie encore ? Toujours est-il que ça swinguer Tee-Bow !

Et tu t'en rendras compte très vite !

C'est de pire en pire chaque année, mais on est encore dans le supportable.

Par contre d'ici 5/6 ans, ça risque de pas être la même chanson...

Un dernier p'tit tour d'OzIris pour la route...

Pour se dire que franchement, on a de la chance d'avoir ça si près de chez nous !

Et voilà, c'est déjà fini ! L'occasion pour nous de vous faire un bisou...

... et de remercier tous ces gens pour leur merveilleux travail.

Allez, fais pas la gueule Thibaut, y en aura d'autres !

Sur ce, je vous la souhaite bien bonne jeunes gens, et je vous donne rendez-vous ici même pour la suite !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:20:16 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #35 le: 14 mai 2016 à 22:26:23 »


D'un dieu nordique à Bram Stoker




Ce parc fait partie de ceux qui n’ennuient jamais. De ceux dans lesquels on prend plaisir à retourner; dont on attend même le moment des retrouvailles. Et il ne s’agissait pas là d’une simple visite de courtoisie, puisqu'Europa Park s’est doté, pour 2012, d’un GCI flambant neuf. Il était donc évident pour nous de l’inclure à ce trip de début de saison.

Et voilà ! On est revenu ! Et avec grand plaisir, il faut le dire !

Heureux qui comme Doubick, est venu à EP.

A l’ouverture des portes, nous nous dirigeons instinctivement vers le Wooden, et là, y a rien à dire : Quand on arrive devant, ça en jette. Et s’il n’y avait que devant ! La file d’attente, la gare, tout est à tomber.

Les réjouissances du jour : Wodan !

Ah oui, ça a de la gueule, on est d'accord !

Et que dire de la gare ?

C'est tout plein de détails, comme on aime !

L'entrée de Wodan.

Ces deux messieurs très aimables siègent dans cette salle de la file d'attente.
Bon, ça manque un peu de hauteur sous plafond pour ces pauvres bougres.

Y avait aussi ce mec-là. Très sympathique au demeurant !

Ces gardes tournent la tête à l'arrivée et au départ d'un train.

Ce qui signifie, vous l'aurez compris, qu'on est déjà dans la gare !

Bon alors ! Voyons voir ce qu'il a dans le ventre !

Allez, envoie ! On meurt d'envie là !

On meurt d'envie... On meurt d'envie... Bah ouais. Mais l’aventure aurait pu être vraiment parfaite si le coaster avait été autre chose qu’un canapé lancé à toute allure. Parce que du vent dans les cheveux, ça on en a ! Mais les sensations, on les cherche encore. Pas de petit guili dans le bidon du Doub, ô tristesse, quelle cruauté !
C’est pas mauvais en soi, qu’on se mette d’accord ! C’est juste un tantinet mollasson, suffisamment pour qu’on pousse sur nos pieds pour décoller pendant les bosses, ou dans les nombreux turns que comporte le parcours. Alors certes, GCI n’est pas un grand spécialiste des airtimes (encore que…), préférant les changements de direction à gogo, le tout à grande vitesse. Là, les changements de direction se font sans fougue aucune, et les floatings sont beaucoup trop légers sur les bosses pour être intéressants. On l'aura fait en début et fin de journée, et même en ayant tourné toute la journée, il n'y avait pas tellement de différences. Néanmoins, ça reste d’une douceur fantastique (on glisse dans la structure) et d’un confort optimal. Dommage que ça me rappelle à ce point mon salon.

Bon, les lifts, jusque là, ça va, on connait !

La meilleure partie du ride, la first drop.

Loin d'être mauvais, le grand-huit manque pourtant cruellement de pêche !

Même si cette photo semble nous indiquer le contraire.

Ce qui est sûr, c'est que je lui préfère franchement Troy.

Et ce, sans hésitation aucune !

Pourtant, y avait clairement le potentiel !

Un nouvel head-chopper qui relancerait l'intérêt d'Atlantica ? Penses-tu !

Côté valeurs sûres, pas besoin d’aller bien loin, juste quelques dizaines de mètres à côté, pour trouver l’entrée de Blue Fire. Comme lors de notre précédente visite, il reste l’incontournable ultime du parc, toujours aussi doux et surprenant dans ses inversions de plus en plus dantesques (l’heartline-roll en laissera plus d’un sans voix). Un grand-huit dont on ne se lasse pas : la maxime des excellents grand-huits.

Toi, tu m'as manqué.

Donc, à cet instant, je jubile.

Le launch est mou, mais on s'en fout, parce que tout le reste, c'est du tout bon !

Et on y va crescendo avec du sympathique...

Du très sympathique...

Et du putain de sympathique de la mort qui tue !

Juste à côté, y a le Splash Battle préféré de Tee-Bow.

Il est toujours là Maurice. Toujours agrippé.

Et puis un petit coup de flume pour la route, tiens.

C'est moins dantesque, mais y a la partie indoor dans la grotte qui sent le pin !

Bon, pour le reste, c'est on ne peut plus classique.

Le simple fait de se balader à EP est très agréable. Le parc est vraiment très joli.

Parfois un peu toc, mais qu'importe !

Un parc allemand sans conte n'est pas un parc allemand.

On flane, on flane...

On passe la tondeuse à gazon...

On prend la pose avec un singe.

Et on constate à nouveau que l'entretien est vraiment nickel.

C'est joli comme tout !

Jusqu'à arriver chez les suisses.

Et l'heure du repas approchant...

On se laissera tenter par une petite raclette !

Bon, j'ai le souvenir qu'habituellement, elles sont plus copieuses, m'enfin, passons.

On pourra continuer avec Silver Star, voyage fort agréable, pas dénué de quelques vibrations, mais loin de valoir sa réputation de B&M bas de gamme qu’il se coltine depuis fort longtemps maintenant.

Combien de crédits sur cette photo ?

Un crédit qui culmine autant en Allemagne, c'est moins difficile à décompter !

Le creux de la first drop est vibrotant, mais rien de bien méchant rassurez-vous.

C'est très soft, certes, mais je garde beaucoup d'affection pour ce grand-huit.

J'ai toujours autant de plaisir à le rider !

Pour les autres attractions, Eurosat toujours aussi barré ! Bon sang que c’est marrant ce bordel. Oui, oui n'en déplaisent à certains, je trouve ça marrant !

C'est pas le ride le plus doux du monde, mais le côté bourru m'amuse vraiment !

Euro Mir toujours aussi long, désagréable et inintéressant, Atlantica toujours aussi caca, Poseidon toujours aussi inconfortable, Pegasus toujours aussi court et fluide, Alpenexpress toujours aussi magnifique, Schweizer Bobbahn toujours aussi naze… Concernant le reste, toujours ce pot-pourri de ce qui se fait de plus légendaire dans les resorts d’Orlando (Piraten in Batavia, Geisterschloss).

Une question nous revient sans cesse...

Quel est l'intérêt d'Atlantica ?

Est-ce qu'au moins ça va mouiller maintenant ?

Je vous laisse le temps d'une photo pour répondre.

Et la réponse était non, bravo !

Le seul intérêt de cette Wild Mouse reste évidemment son ascenseur vertical qui tangue de gauche à droite.

Rares sont les powered qu'on refait avec plaisir. Celui-ci en fait partie.

Difficile de s’ennuyer dans ce parc. On n’hésite pas à monter dans les attractions médiocres déjà testées par le passé, avec en plus un certain entrain. Je ne sais pas, il y a comme une aura ici. Quelque chose qui fait qu’on s’en fout. Que même quand c’est pas terrible, c’est pas si mal; que même quand c’est très bien, c’est vaaaaachement bien. Bref, un hit européen, à n’en pas douter une seconde.

On s'en fout même quand on monte sur Volo Da Vinci.

Et qu'on a l'air super malins.

Parce qu'on survole les parterres de fleurs, et que c'est beau les parterres de fleurs.

On a aussi fait un tour de tacots, parce que c'est bien les tacots.

Droomvlucht sorti de sa boîte.

Par contre, là, on a regretté.

Parce qu'on veut bien être sympa, mais ça devient malsain.

Vraiment.

Vraiiiiiiiment.

Du coup on s'est rabattu là-dessus...

Et c'était pas forcément mieux.

Constate par toi-même.

Non, c'est bon, j'ai ma dose là.

Mais le comble du malsain, c'était peut-être la présence du mur de Berlin !
Un peu curieux dans un parc d'attractions, m'enfin.

C'est toujours plein de nostalgie que nous nous dirigeons vers la sortie du parc.

Pour ceux qui veulent un avis plus détaillé sur le parc, je vous renvoie à mon tout premier TR (04 avril 2010), en cliquant sur ce lien : https://forum.coastersworld.fr/les-trip-reports/(tr)-les-trips-du-doub/msg303386/#msg303386.

Pour les autres, on se retrouve tout de suite pour la suite du trip !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:20:30 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #36 le: 15 mai 2016 à 02:04:00 »


D'un dieu nordique à Bram Stoker




Visiter une légende, c’est toujours un moment particulier. Et là, c’est juste le parc dont j’entends parler depuis que je suis gamin. Vous imaginez donc dans quel état j’étais en apercevant, au loin, les cimes de Mystery Castle et de Black Mamba…

Passé les grilles, pas possible de se contenir. Ca saute de joie et ça s’excite dans tous les sens. Normal quoi ! C’est Phantasialand ! C’est Black Mamba, les Winja’s, River Quest, Colorado Adventure, Talocan, Mystery Castle, Hollywood Tour (euh…). Et le tout nouveau : Maus-au-Chocolat ! Rien que ça !

Directement après l'entrée, nos yeux iront vers Mistery Castle.

Les réjouissances de la journée.

Bon, bah ça va le faire aujourd’hui ! C’est donc vers notre première destination que nous nous dirigeons, à savoir Talocan. Et on découvre alors la superbe du parc. Les yeux grands ouverts dans les allées, thématisées presque à outrance, le long de Colorado Adventure, et au sein du quartier Deep in Africa. On ne m’avait pas menti. On ne m’avait pas survendu ce parc : c’est magnifique.

Waoh.

Feng Ju Palace, la Mad House non testée du jour.

Et une petite photo avec Quetzal pour bien commencer la journée !

Arrivés à destination, c’est avec émerveillement que nous assistons aux premiers cycles à vide de Talocan avant son ouverture. Et croyez-moi, c’est juste majestueux. Et une fois dedans, pas d’appréhension à avoir, car on est loin des machines à laver de fêtes foraines ! Et si toutefois la bête s’avère trop imposante pour ces dames, elles pourront attendre les plus téméraires et s’en prendre plein les mirettes juste devant la fosse dans laquelle s’enfonce Talocan. Spectacle garanti.

Ah ! Y en a une qui se chauffe, là !

Bon ! Bah ce sera la première de jour !

Talocan ! Talocan !

Votre serviteur et ses joyeux drilles, la tête à l'envers s'il vous plaît !

Et à cette hauteur, ça fait pas forcément les malins !

De l'extérieur, les effets du ride sont absolument spectaculaires !

Et du spectacle, elles en auront aussi avec la destination qui suit : Black Mamba. Certainement le B&M le plus thématisé à ce jour. De la file d’attente, à la gare, à l’intégration même du ride qui sillonne dans les allées et qui en impose de par sa présence qui paraît, on pourrait le croire, ancestrale.

Tiens ! Mais que vois-je ?!

Qu'est-ce qu'on attend ?!

Sa majesté nous attend.

Bon. On devrait survivre à l'attente.

La file d'attente est absolument superbe.

Mais vraiment, cette gare… Si bien foutue qu’on la croirait en vie. Qu’on croirait qu’elle est habitée par quelque chose de supérieur à nous. A chaque dispatch, c’est du spectacle. Entre chaque dispatch, c’est du spectacle. C’est juste fantastique.

C'est flou, certes, mais c'est la gare ! Et ma gare préférée, d'ailleurs !

Et quand vient notre tour, sur la surexcitation. Après toutes ces années de photos de chantier, de lectures de TRs tous plus enthousiastes les uns que les autres : C’est enfin pour nous. Et putain, qu’elles auront valu le coup ces années d’attente ! C’est bien simple, Black Mamba fini directement dans le Top 3, et c’est pas démérité ! Des footchoppers en veux-tu en voilà, une vitesse extrêmement bien gérée tout du long, des accélérations parfois écrasante, notamment en entrée et sortie de Vertical Loop… En fait, ce ride a tout pour plaire. De la théma grandiose aux sensations qui font mouches, c’est de très haute volée, comme le reste du parc qui est décidément un incontournable à l’échelle européenne (mondiale ?).

Les tam-tam de la bande-son du lift le rendent complètement épique.

Et maintenant, messieurs-dames, le dieu du foot-chopper ne va pas vous épargner !

Le seul élément vraiment aérien du parcours, c'est ce Vertical Loop.

Ensuite, gare aux gambettes !

Parce que ça sillonne dans tous les sens !

Du genre où tu sens les mottes de terre te caresser les orteils !

Le Saint-Graal du B&M thématisé.

Ca frôle la caillasse !

Une merveille absolue. On pourrait le regarder sillonner pendant des heures.

Pour ce faire, il vous suffira de prendre une chambre au Matamba !

On en profite pour jeter un oeil sur le chantier de la nouveauté de l'an prochain...

Et pour faire un truc aussi spectaculaire que les deux précédents.

Mais la grande surprise, que dis-je, l’inattendu, est la destination qui suit. Bah oui parce qu’on va parler d’un Mine Train Vekoma là. Et qu’en la matière, BTM c’est sympa, Calamity Mine c’est caca, donc advienne que pourra ? Mais oui, mais là, il s’agit de Colorado Adventure, et qu’en l’occurrence, ce grand-huit est un BTM qui aurait pris un bon gros paquet d’amphets’ !
C’est bien simple, tu ne lèves pas les mains là-dedans. C’est tellement agressif et punchy que t’as plutôt intérêt à t’accrocher, à te visser le cul dans le siège, et à résister aux attaques du train qui dévale avec fureur un layout très tortueux ! Et s’il est déjà difficile de faire face à la fureur de Colorado Adventure de jour, le passage dans le noir après le second lift est hilarant de vice et de n’importe quoi ! On notera aussi une descente improbable après le troisième lift (en terme de hauteur, sur ce type de grand-huit, c’est vraiment du jamais vu), et on comprendra facilement que ce coaster est un hit irrévocable en la matière !

Celui-là, c'est un peu la surprise du chef. Disons que je ne m'attendais pas à un ride aussi velu.

Et eux ne s'y attendent certainement pas non plus !

Et pourtant...

Le coaster traverse les allées avant de s'engouffrer dans des tunnels.

J'aime autant vous dire que si vous ne l'avez pas encore fait, ça va vous faire tout drôle le jour venu !

La suite est tout aussi improbable, puisqu’il s’agit de River Quest. Kézako ? Un Raft dans lequel on prend l’ascenseur, qui comporte 3 drops, et qui a le bon goût de savoir rincer pas mal. Vous ne me croyez pas ? Pourtant je vous assure que c’est ce que propose cette attraction. C’est dantesque, c’est original, c’est bien branlé, c’est du Phantasialand, quoi !

L'entrée. Comment ça vous aviez compris ?

Comme la plupart des attractions du parc, River Quest est une réussite.

La file d'attente longe le ride.

Non, vraiment, le hic total, c’est pour la suite. Plus exactement, pour Mistery Castle.

Mais alors, en quoi est-ce un hic, vous demandez-vous ?

C’est joli, c’est étrange, c’est prenant. A l’intérieur, on entre dans une drôle de salle, trèèèèèèèèèèès grande, avec plusieurs nacelles alignées. On schliess die Bügel, les opérateurs en blouse blanche vérifient les harnais, se rendent au centre de la pièce, et c’est parti kiki. Tout s'éteint. Et tout à coup, on est éjecté une première fois, puis une deuxième ! Le show commence à s’enflammer, l’ambiance devient mortel, ça va être géniale !!! Mais… Quoi ? QUOI ?? ON REDESCEND ??? QUOIIIIII ??????? Ca a à peine commencé qu’on descend ????!!!!!!!! Ca a à peine commencé que c’est fini !!!!!!! Aujourd’hui, je n’ai toujours pas compris. C’est déjà fini ? Mais… Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? C’est un peu comme si tu arrivais en haut d’un lift mais qu’il n’y avait pas de parcours derrière. C’est si frustrant que c’en est mesquin. Bouh Mistery Castle ! Bouh !

Au moins, c'est très beau. C'est déjà ça de pris.

Et en portrait, c'est quasi vertigineux !

Ayant trop joué à Resident Evil 4, j'ai toujours peur que ces armures se mettent à bouger.

C'est pas en forçant la perspective que ça le rendra moins court !

Profitons de la pause culinaire pour vous dire que c'est pas trop cher, et pas mauvais !

La suite, c’était Temple of the Night Hawk. Tellement inutile que je ne vois même pas l’intérêt d’en parler. C’est long, dans le noir, tout se fait dans un calme gênant, et c’est tellement mou qu’on pourrait lire le journal dedans sans que les feuilles se retrouvent pliées par le vent. C’est une vraie tristesse cet engin.

Une photo vous suffira. Et si vous n'êtes pas content, c'est dommage !

Je voulais passer à la suite, c’est-à-dire aux Winja’s qui virevoltent gracieusement au-dessus de Wuzz Town. Mais c’est tellement inattendu ce bazar que je n’ai pas envie de spoiler quoi que ce soit. Les Winja’s, c’est unique, et c’est à faire plutôt qu’à lire. Sachez simplement que c’est plein de surprises, et vraiment sans égal ! Une chose seulement, si malheureusement vous êtes trop court en terme de temps pour profiter des deux crédits, sachez que notre préférence se tourne vers Winja’s Fear, avec un beau camelback pour commencer comme il se doit. Et ça, c’est pas un spoile, puisque ça se voit très bien en offride !

Le spinning vrai !

L'entrée se situe à l'intérieur de Wuzz Town.

Et deux crédits pour le prix d'un !

Ce parc accumule vraiment les tueries. Si ce n'est Mystery Castle. Eh oui ! Je suis comme ça !

Deux parcours symétriques ? Pas du tout !

Ce camelback, sur Fear, est fun au possible.

Vous pourrez flâner dans Wuzz Town autant que vous voudrez,
impossible de découvrir tous les secrets des Winja's sans être dans un des trains !

Il y a une autre attraction mythique à Phantasialand. J’ai nommé Race for Atlantis. Et si ce simulateur est si légendaire, c’est pour les plus mauvaises raisons du monde. C’est hideux, c’est gerbo, et plus daté que Schlittenfahrt Schneeflöckchen (mais si, vous savez, le fameux dark ride du quartier russe d’Europa Park). A faire néanmoins, ce serait trop dommage de passer à côté d’une légende. Et puis, si vous êtes dans le coin, profitez-en pour faire Hollywood Tour, vous m’en direz des nouvelles !

Un simulateur pareil, dans un parc pareil, c'est vraiment de la science-fiction.

Je préfère, et de loin, faire ça plutôt que le simulateur.

Vraiment.

Même ça ! Je suis ouvert, moi !

Tu veux une autre mauvaise attraction Phantasialand ?

Un dark ride tout vieillot qui dure 20000 ans ! Cool !

Geister Rikscha (le dark ride horrifique local), dans le genre, c'est pas mal non plus !

Nous finirons sur Maus-au-chocolat, en disant simplement qu’alors que notre Disney parisien attend désespérément son Toy Story Mania (qui sera finalement très désuet s’il arrive un jour, d’autant plus que le doublon avec Buzz sera des plus perturbants), Phantasialand l’a reçu, lui, en 2011 ! Alors, je ne suis pas le plus grand fan de ce type d’installation, mais quoi qu’il en soit, c’est superbement réalisé (rien de bien étonnant pour Phantasialand), jusqu’aux plus petits détails, que ce soit dans la file d’attente que dans le ride en lui-même. Et en plus, le joujou a le bon goût d’être franchement long, au poing de faire lâcher la pression sur la fin tant ça tiraille dans le bras ! Un must qui vient compléter l’offre déjà bien complète de Phantasialand, et qui conforte le parc dans son statut de cador européen.

La souris se trouve sur cette place.

Ici, plus précisément !

Les barrières classiques délimitant la file d'attente sont remplacées par des décors.

La gare de la souris. J'aurai fait un score minable je crois.

C'est joli par ici.

Qu'est-ce que t'en dis ?

Même le carrousel fait envie !

Au final, pour une première, Phantasialand aura tenu plus que toutes les promesses qu’on aurait pu espérer. C’était bluffant de A à Z, sauf peut-être Mystery Castle, pour lequel je n’ai toujours pas compris ce qui s’était passé. La frustration m’habite toujours. Mais franchement, si vous n’avez jamais visité Phantasialand, je n’aurais que trois mots : « Qu’attendez-vous ?!!!! ».
Et si vous avez déjà visité Phantasialand, je n’aurais que 6 mots : « Qu’attendez-vous pour y retourner ?!!!!! »

Vous l’aurez compris, Phantasialand, c’est de la bombe. Mais de la bombe qui pète bien quoi !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:20:49 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #37 le: 15 mai 2016 à 12:52:35 »


D'un dieu nordique à Bram Stoker




Ah ! Walibi Holland !… Là, avant même d’arriver au parc, on est un peu partagé entre les bons et les mauvais pressentiments. Parce que d’accord, y a Goliath. Mais y a aussi celui qui est considéré comme le plus mauvais SLC du continent, un boomerang Vekoma, un clone de rock’n’roller coaster, et un Wooden dont on ne sait pas trop ce qu’il en sera, juste que c’est du Vekoma, et qu’en l’orrurence, le bien tape-cul Loup-Garou du voisin belge ne fait pas office d’exemple en la matière.

M’enfin, y a un Mega Intamin les gars ! Alors on s’détend, et on y va le coeur vaillant !

Pourquoi je sens que ce sera moins bien qu'hier ?

Non mais ces mascottes... C'est le comble du ringard ! C'est juste pas possible !

Bref ! On y est !

Oula, c'est laid.

Et qu’est-ce qui nous sourit en entrant dans le parc, sur la droite, avec un clin d’oeil bien pervers ?

Oh non...

Mais oui, c’est bien ça. Speed of Sound, soit le Boomerang de Walibi Holland. C’est pas franchement pour me plaire tout ça ! Mais concédons qu’ils ont changé les trains, donc peut-être que l’expérience ne sera pas si traumatisante que ça. Et la théma dans tout ça ? Parce qu’elle aussi a subi un lifting assez prononcé ! Et bien c’est d’un ringard très propre aux Walibi actuels tapant dans la d'jeunsseurie. Comme un papy qui essaie de se la jouer jeune, ça ne fonctionne pas. Et la musique très High School Musical, ça n’était pas des nécessités les plus absolues.
Mais alors, ces nouveaux trains ? Ces nouveaux harnais ? Bah oui. Et oui. Faut bien le dire. Ca annihile pas mal de problèmes. Ca m’écorche presque de le dire, mais ça rendrait le truc plutôt sympa. Naaaaaan, je déconne. Ca limite vraiment les secousses et règle les problèmes intolérables d’inconfort, mais c’est quand même de la merde en boîte ces engins. Enfin là, quoi qu’on en dise, ça se fait sans maux de tête, donc c’est déjà ça !

Tu sens l'odeur de l'étron, là ?

Oula oui ! Et ça sent fort !

Bon bah allez... Embarquement...

Ca va cogner !

Ah, tiens ! Ca a l'air de passer !

Et là aussi, mais que se passe-t-il ? Une faille dans la matrice ?

Bon bah au final ce sera juste naze mais pas douloureux. C'est déjà ça de pris !

Un gerbotron à 10h, ça botte quelqu'un ?

La commission du bon goût déplore un excès de fluo par ici.

On ne se marchait pas dessus pour recevoir de l'eau sur le coin du nez.

T'imagines la théma de Dizz qui se propagerait dans toute une zone ? Bah c'est ce qu'ils ont fait ici !

C'est vraiment la catastrophe.

La suite, c’est Drako, le Tivoli Medium du parc. Quoi, vous voulez vraiment que j’en parle ? Ca va aller oui ? C’est pas parce que ça sort des bureaux Stengel que c’est révolutionnaire !

En avant pour le +1.

Ah ouais ! C'est pas pour les mauviettes !

Faut être fou pour monter là-dedans !

 Et le Flume, on en parle ? Oui parce que c’est sympa… Mais ça ne vaut pas Flashback, chez le voisin belge, qui rayonne un peu dans ce parc tout moisi du cul. De toute façon, un double down sur un flume, c’est toujours marrant. Tu y ajoutes une descente en arrière, et c’est encore plus marrant. Par contre, un flume qui ne mouille pas, c’est moins marrant. Mais là on est au nord de la Hollande, il fait 15 degrés par temps nuageux/pluvieux. Donc pour aujourd’hui, on ne lui en voudra pas.

Si y a un truc qui est mieux à Walibi Belgium, c'est le flume.

C'est l'éclate complète.

Pour la bête qui suit, son plus grand défaut, c’est sa comparaison avec un certain Expedition GeForce. Parce qu’évidemment, face à la tuerie teutonne, il ne fait pas le poids. Mais il va arrêter de faire son blasé celui-là ?!! Parce que oui, c’est quand même pas de la merde cet engin ! Mieux encore, Goliath est une très bonne machine, qui vaut à elle seule la visite de Walibi Holland ! Après le lift à câble plutôt rapide, on a droit à un premier camelback absolument dantesque (devant, c’est décollage assuré), suivi par un Stengel Dive tout droit sorti de vos rêves les plus fous : bien tordu, bien abrupt, et sans concession ! S’en suit l’élément le moins intéressant du parcours : une helix pour faire demi-tour. Après ça, un joli changement de direction, et rebelote que je t’envoie une helix et un changement de direction. Non mais oh, c’est pas très inspiré tout ça, tu peux nous donner quelque chose d’un peu plus croustillant oui ?! Y a pas à demander bien longtemps, puisqu’on a droit à deux jolis bunny-hops qui font bien décoller mémé, avant de sillonner le parcours en zigzag pour le retour en station.
Alors oui, c’est moins bien qu’EGF, mais y a suffisamment de passages dantesques pour que ce crédit soit un très bon crédit ! Et c’est pas pour nous déplaire, loin de là !

Les joueurs de RCT reconnaîtront forcément.

Bon, chez Six Flags, on sait faire avec les grands-huits. Par contre avec les gares...

On ne va pas se plaindre de l'attente.

Je ne sais pas pourquoi, la pespective de ce +1 m'enchante plus que le précédent.

C'est curieux, hein ?

Allez hop !

Ah oui ! Ça décoiffe ! On est d'accord !

Oriane et Mr Gou, au premier rang, sont bien d'accord aussi !

Un petit coup de S-Turn, et c'est fini.

Pause culinaire du jour.

La suite, aïe, c’est vrai qu’il y a la suite… Bah là, c’est déjà moins folichon. Déjà y a Xpress, un RNRC sans show (ah si, y a un tunnel et trois loupiotes) et en plus inconfortable. Donc c’est super. Mais si, tu sais, avec les mêmes appuis-tête abominables de Super Wirbel ! Oui, on n'appuie jamais sa tête dans un Vekoma, je sais...

Retour sur Terre, retour aux mauvais crédits !

Alors on embarque...

On vérifie que personne ne s'envole...

Et en route pour la merdouille !

Déjà que RNRC dans sa boîte n'a pas grand intérêt, je vous laisse imaginer X-Press.

La suite du programme ?

Ce sera un gros tas de bois.

Et ce gros tas de bois, c'est Robin Hood, Le Wooden Vekoma. Mieux que son comparse belge, mais suffisamment banal pour ne pas marquer les esprits outre mesure. Les 45 minutes de file parce que le parc préférait faire tourner la bestiole avec un seul train n’ont certainement pas aidés à s’en faire un bon apriori. Et pour couronner, quand on l’a fait, c’était sous une pluie battante, limite de la grêle, caché sous la capuche ! La seule solution pour ne pas se faire éclater la tronche, c'était de ne laisser paraître que le bout du nez en-dehors du sweat ! En gros, on a fait un Wooden dans le noir ! Classe, non ?

45 minutes de file. Pourquoi sortir un deuxième train, après tout ?

Vous l'aurez compris, y a rien de bien transcendant.

Ça reste sympathique, mais ça va pas plus loin.

Vous aurez remarqué que depuis tout à l'heure, je prends les photos du même endroit. Ca n'avance pas des masses !

Ah bah quand même !

Et +1, merci m'sieurs-dames !

Et là, messieurs dames, roulements de tambour… Nous allons parler du célébrissime El Condor !

Oh putain...

Fuyez, pauvres fous !

Trop tard...

Alors là, c’est bien simple, c’est la foire aux masos. Aux tarés de la tarte, aux dingos de la beigne. Chaque centimètre de rail est parsemé de torgnoles toutes plus vilaines les unes que les autres. Et le plus drôle dans tout ça, c’est l’état dans lequel vieillit ce machin. Mr Gou et le jeune éphèbe Nicolas ont eu la grande idée de se mettre tout à l’arrière, pour faire les cakes, comme on dit.
Sauf que voilà, à l’arrière, sur un SLC lambda, c’est déjà très douloureux, mais alors sur l’un des pires SLC de la planète (le pire ?), c’est éminemment douloureux. Surtout quand, comme Mr Gou, vous faites le malin en tapant sur les poignées du harnais alors que vous êtes dans le lift, et que celles-ci vous restent entre les mains ! Il était complètement hébété, avec les poignées qui s'étaient complètement décrochées du harnais, et qu'il tenait à bout de bras ! Imagine-toi, un SLC dans lequel tu ne peux même plus te tenir, et dans lequel tu as pris place à l'arrière !
Pour Oriane et moi qui avions fini notre tour et qui regardions la scène de l’extérieur, c’était l’hilarité la plus totale. Pour Nicolas siégeant à ses côtés, il en était de même. Mais pour Mr Gou, ce fût un caca bien mou en bonne et due forme. Surtout lorsque, arrivé en haut du lift, le train, dans un craquement tempétueux, a entraîné ce pauvre Mr Gou dans la perplexité la plus totale, ne sachant à quoi se rattacher, à quoi se tenir pour éviter les innombrables beignes du terrible El Condor. Mr Gou n’avait plus alors qu’à subir. Et nous qu’à rire. Mais rire… A se pisser dessus.
Quand enfin, arrivé en station, Mr Gou présente les poignées dévissées et sortis de leur habitacle à l’opérateur, celui-ci, d’un air avisé, remboita les poignées à gros coups de poings, et dit dans un hollandais très accentué, quelque chose comme : « Het zal zijn als dat ! » (« ça ira comme ça »).

Tu le sens que ça va faire mal là ou pas ?

Ce crédit, c'est un autel dédié au culte de la barbarie.

T'as mal pour eux, hein ? Imagine-toi dedans.

Serrez les fesses, y a que ça à faire !

Mais quelle horreur, mais quelle horreur, mais quelle horreur...

Imagine deux minutes Mr Gou sans ses poignées...

Chaque photo permet de se rendre compte que c'est un cauchemar.

...

Ça se voit que je passe un bon moment, là ?

La meilleure partie du layout.

Ouais, vaut mieux le faire de cette place, t'as raison.

Pour le reste du décor, on a droit aux tacots, à un Splash Battle, à une grande roue, à un Top Spin, à une Space Shot (rigolote, ceci dit), à une piste de karting, à un frisbee, à un Sky Diver, ainsi qu’à une Mad House plutôt bien fichue avec, en prime, un preshow s’il vous plaît !

C'est l'éclate dans les tacots.

Et en français, s'il vous plaît !

Là ça va, c'est pas trop pollué par la nouvelle imagerie ringarde type Wab & Skunx (rien que ces blazes, quoi...).

La grande roue locale.

On aura fait l'impasse sur Excalibur.

Le Splash Battle, pas pris d'assaut à cause du temps, vous vous en doutez.

La Space Shot, avec ce monsieur qui se fait un peu dessus.

Un ride toujours assez rigolo.

Hein que c'est vrai ?

Les tondeuses à gazon, ce ne sera pas pour aujourd'hui !

Les sombreros, on passe notre tour.

Bon, le Sky Dive, on a passé notre tour aussi.

Vous comprendrez bien.

A la limite, on se rabattrait plutôt là-dessus.

La Mad House, j'ai nommé Merlin Magic Castle.

Et cette scène vide (je pense que c'est pas plus mal comme ça).

Ça sert à rien qu'on essaie, parce que vu l'équipe de francs-tireurs qu'on est...

L’offre est on ne peut plus classique et ne différencie pas tellement ce parc de Walibi Belgium, si ce n’est dans la bonne idée d’avoir installé Goliath, seule et unique attraction de Walibi Holland valant les kilomètres (merci Six Flags). Vous l’aurez donc compris, on est très loin du must, ceci confirmant l’arnaque que représente Walibi en Europe. En espérant qu’un jour ces parcs dépassent le stade de l’arnaque pour devenir d’honnêtes majors européens. Même si j’ai du mal à y croire. Mais si espoir il doit y avoir, cela viendra certainement de Walibi Holland. Wait & See.

Bon allez, un dernier petit tour de Goliath...

Et si j'en crois cette averse digne de la mousson, il est temps de mettre les voiles !

Le roi du burger vous dit à tout de suite pour le prochain TR !
« Modifié: 14 août 2016 à 20:03:42 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #38 le: 15 mai 2016 à 13:18:59 »


D'un dieu nordique à Bram Stoker




Alors que des gens viennent ici pour faire du ski en intérieur, nous, nobles français de notre état, venons en conquérant pour rider de l’alpine avant de nous attaquer au parc du jour.
Nous arrivons alors sur un tout petit parking, puis empruntons à pied un chemin qui nous mène vers un tunnel doté d’escalators qui grimpent vers notre destination. L’endroit est plutôt glauque, assez étrange, sentant l’humidité et l’urine.

Où qu'il se planque le crédit ?

Ah, ça a l'air d'être par-là.

Des escalators thématisés !

Ah. En fait pas vraiment.

Théma Wab & Skunx.

Puis, de là-haut, une vue imprenable sur les usines à gaz et les centrales nucléaires du coin se fait attendre. Décidément, la situation géographique de cet alpine est des meilleures ! Nous achetons nos jetons, et enfin, c’est à notre tour ! Alors on s’élance ! Vite, la dégringolade ! Les accélérations et l’adrénaline dans les virages serrés ! Bah oui, mais non. C’est ultra-mou, c’est ultra-court, la dénivelée est grotesque et en plus les luges sont bridées. Super… Heureusement qu’il y a le cadre pour rattraper le tout ! Ah non, même pas. Bon, bah ça fait +1, c’est déjà ça de pris…

Oh la belle vue !

En piste messieurs-dames !

On prend place.

Et on y va !

Y a même un tunnel, tu vois l'délire ?

Bon, bah c'est pas sensas', hein...

Et c'est fini, on remonte.

Un dernier coup d'oeil sur la magnifique vue, et merci d'être venu !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:21:35 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #39 le: 15 mai 2016 à 17:13:24 »


D'un dieu nordique à Bram Stoker




Quelques kilomètres à côté d'Alpincenter Bottrop, se dressant au milieu d’autres centrales nucléaires, se situe Movie Park Germany. Un parc pas spécialement vendeur mais relativement connu des fans européens (bien moins du public lambda, si ce n’est des locaux).

Je crois qu'on tient le bon bout.

Schloß Beck, ce sera pour une prochaine fois.

Pourquoi celui-ci est-il connu des fans ? Tout d’abord parce qu’il abrite 6 crédits, et que parmi eux, un Wooden RCCA, j’ai nommé Bandit ! Mais si, vous savez ? L’un des plus pitoyables constructeur de grands-huits au monde ! C’est bien simple, ils n’ont fait que 7 coasters, mais ils ont réussi l’exploit de faire 7 innommables bouses ! Bien joué les gars !

Et voilà, on y est !

On est pas allé un peu trop au sud là ?

Ah non, c'est bon, on est bien à MPG.

Alors, par quoi va-t-on commencer ?

Et bien, la première destination n'est pas à créditer au rang des bouses, puisqu’il s’agit de Jimmy Neutron’s Atomic Flyer, un Suspended Family Coaster conçu par Vekoma. Et la première chose qui frappe, c’est le confort et l’ergonomie des sièges. Une fois dans le vif du sujet, la seconde chose qui frappe, c’est la douceur. Alors certes, ce n’est pas un ride sensationnel, mais super bien foutu et correspondant parfaitement au public ciblé ! Pour un grand-huit de cette catégorie, rien à dire, c’est que du bonheur !

Et le crédit en question, le voilà !

C'est remarquablement confortable pour du Vekoma.

C'est évidemment peu sensationnel, mais c'est très agréable tant c'est smooth !

Je crois que ces jeunes gens seront de mon avis.

Bon, c'est vrai qu'on aura fait qu'un Splash Battle durant ce trip. Celui d'EP, qui n'a rien de mémorable.

Celui-ci rincerait-il plus ?

Nous ne le saurons pas !

Et ce n’est pas vraiment ce qu’on pourra dire de l’autre family local, de la même firme batave. En effet, Backyardigans : Mission to Mars est un coaster qui a déjà de longues années derrière lui, ayant ouvert en 1996. Et ça se ressent dans sa brusquerie, même si on reste très loin de la souffrance que peuvent générer certains Vekoma. Toujours est-il que c’est pas glop !

Vekoma nous rappelle à son célèbre savoir-faire, après la fulgurance du précédent crédit.

En tout cas, la différence entre les deux est flagrante.

Même sur un layout aussi bidon ils sont capables de mal faire !

De même pour la Wild Mouse locale, à savoir Ghost Chasers, sur-freinée et assez inintéressante, même dans sa théma qui descend plus de la plastoquerie foraine (on me permettra ce néologisme) qu’à la finesse parconautique.

On aime les Wild Mouse.

Allez, c'est pas que ça nous enchante...

On aime surtout leurs virages très agréables...

Et leurs drops tape-cul...

C'était bien, hein ?

Entre ces trois crédits, se situe le flume de MPG, à savoir Dora’s Big River Adventure. Vous l’aurez compris, ce ride est thématisé sur Dora l’exploratrice. Côté un peu plus positif, il sait se montrer assez humide quand il le veut, donc attention à vos fessiers !

L'avantage d'une théma comme ça, c'est que ça ne coûte pas bien cher !

Ne vous y trompez pas, le ride peut s'avérer assez humide.

C'est vrai que t'as quand même pas l'air hyper malin là-dedans.

Bon, les flats pourris, c'est non.

Et celui-là encore moins !

Je trouve le parc plutôt mignon, contrairement à ce que j'attendais !

C'est parfois inégal, mais ici ça le fait carrément !

Bon, le 4D, on s'en passera.

Mais enfin, la joie se laisse observer. Doublement d'abord, parce que pour les gars au fond de la classe qui n'avaient toujours pas compris le titre du TR "D'un dieu nordique à Bram Stoker", ils auront enfin tilté ! Et la deuxième raison, c'est parce qu'on a bien apprécié ce crédit ! Nous arrivons donc devant la devanture très jolie de Van Helsing’s Factory. Nous traversons la file très convaincante de par son décor et ses jeux de lumière, pour arriver sur le quai. En prenant place, nous partons pour un ride qui va nous offrir beaucoup de punch, entremêlant des parties dark rides à de vraies sections coaster, puis à un passage d’anthologie, dans le noir, où la voiture, lancée à toute berzingue, s’en va négocier une portion type Wild Mouse très, très, très vicieuse.
C’est court, et c’est dommage, parce qu’on en aurait voulu plus. C’est à refaire sans hésitation. C’est très décoré, y compris dans le ride lui-même, la musique colle hyper bien, et cette mesquinerie de portion Wild Mouse vous surprendra à chaque fois. Ca manque toutefois de hauteur, et comme je l’ai dit plus tôt, c’est beaucoup trop court !

Voilà qui est intéressant !

La théma est très soignée, que ce soit dans la file d'attente ou dans le ride !

A défaut de vous montrer l'intérieur, puisque les photos ne donnent rien, je vous montre le Van Helsing's club !

Et je vous montre même que les panneaux des chiottes sont thématisés pour ces dames...

Et pour ces messieurs !

Un lieu de rencontre entre érudits et astrophysiciens.

Une petite photo de la boutique, et on est bon !

Sans transition aucune, direction le Pier de Santa Monica ! Et oui, on voyage, on voyage !

Si bien qu'on aura même fait un crochet par Orlando !

La grande roue locale.

Ça a une bonne bouille par ici, je trouve !

Par contre, à Santa Monica, c'est le Pacifique. Par la mare aux canards !

La machine à laver...

Et l'indétrônable Wave Swinger.

Et maintenant, ça va être du beaucoup moins bon. Du genre qui tasse les vertèbres à coups de massue. Du genre grotesque et inutile. Du genre qui fait du bruit et qui met des coups. Du genre Bandit. Donc là c’est simple, c’est nul de A à Z. Mais alors NUL. Du layout jusqu’au train qui fait du trampoline sur les rails. C’est comme un Anaconda, mais en plus rapide et en plus violent. Je ne dirais pas que c’est pire, puisqu’Anaconda est certainement un des plus ridicules de la planète de par la difficulté qu'il a à passer les bosses, ses sacs de sable pour stabiliser les trains, etc… Je dirais simplement que si vous prenez des claques dans Anaconda, alors vous prendrez des droites dans Bandit. Tout est daté là-dedans. Tout. Quand est-ce qu’on va brûler cette saloperie ?

Ah oui, c'est tout de suite moins bien que Van Helsing là !

Et quand je dis "moins bien", c'est de l'euphémisme !

Miam.

Tu le sens le mauvais grand-huit qui tasse ce qui est tassable, et plus encore ?

Si t'aimes te faire filmer en train de prendre des coups de fouet, tu aimeras ta vidéo onride sur Bandit.

J'ai une douleur fantôme dans l'ensemble des lombaires.

C'était bien ?

Evidemment que non ! Allez, on s'tire de là !

Arrêtez où je vais déprimer… Oui parce qu’en face, c’est MP-Xpress. Encore un SLC, youpi ! Bah c’est bien dans la moyenne hein ! Ca fout des droites et c’est méchamment inconfortable. Si t’as le malheur de toucher l’appui-tête avec ta caboche, c’est migraine assurée. Encore une réussite de nos amis hollandais. On ne tergiversera pas plus sur cette machine. C’est naze.

Oula, c'est accueillant ça !

C'est vrai qu'on aime bien passer d'un truc pourri à un autre.

Quoique, pas tellement en fait !

Enfin, c'est pas comme si on avait le choix !

Alors c'est parti Dudul !

C'est moins violent qu'El Condor, m'enfin c'est comme comparer des crottes entre elles, quoi.

Catastrophe intégrale.

Un SLC ne comporte aucune inversion qui puisse être correctement appréhendée par votre cerveau.

Du coup c'est la panique.

Devinez où ça baffe ? Partout ? Bonne réponse !

En général on revient tous en station la gueule dans le harnais, à moitié crevé, comme lui.

On s’est rendu au spectacle Shadows of Darkness, avec pour thème Van Helsing, mais on s’est barré en plein milieu tant c’était mollasson et chiant, donc ne vous conseillera pas d’y aller.

Alors ? Qu'est-ce que ça vaut ?

Oula c'est nul ! On s'casse !

Ensuite, on s’est tapé le Disk’O, à savoir Crazy Surfer.

C'est pas qu'on a notre dose de Disk'O...

Mais pas loin !

Après un petit coup de Van Helsing, direction une belle tour qui nous faisait de l’oeil depuis le départ. Certainement la plus flippante du vieux continent. Il s’agit bien de High Fall, pour ceux qui ne suivent pas. Une tour floorless de 61 mètres de hauteur, conçue par nos amis d’Intamin, avec un bel effet tilt au sommet, et ça, c’est cadeau ! Autant vous dire que là-haut, vous ne faites vraiment, mais alors vraiment pas le fier ! Oui, parce qu’à 60 mètres avec une scelle de vélo entre les jambes, et penché vers l’avant, y a franchement pas de quoi être serein ! Et quand vient la chute, vous pouvez me croire, vous sentez tout le poids de la nacelle vous tirer comme une merde vers le bas ! Et ça c’est bon ! Attention toutefois aux coucougnettes, le freinage pouvant être assez brusque pour le service trois pièces !

Ah là, ça va tout de suite moins faire les malins !

Quand il faut, il faut !

Douce angoisse.

Discussion testamentaire avant le départ.

On n'sait nin ce qu'on fait dans cette machine du diable.

Attention au tilt !

Et c'est la chute Jean-Paul !

Attention les bignoles !

On dira du boat ride sur l’Âge de glace qu’il n’est pas vraiment folichon, pour nous attarder sur le ride le plus WTF du trip, à savoir Alien Encounter. Est-ce que quelqu’un peut me dire qui a conçu ce bordel ?? Il s’agit d’un Indoor Boat Ride Intamin thématisé sur… Euh… Une base extraterrestre dans une grotte ? Un truc dans le genre ? Un gros trip labyrinthique entrecoupés de descentes, de sections en avant, en arrière, de bruit, de trucs indescriptibles, se concluant par une chute plutôt humide ! J’ai toujours pas compris ce qui s’est passé là-dedans, mais une chose est sûre, c’était assez déconcertant !

Et c'est haut la main qu'Alien Encounter décroche le titre de ride le plus WTF du trip !

Quel rapport avec la théma ??

Qu'est-ce que c'est que ce foutoir ?

Bon bah allez, on va bien voir.

Embarquement.

D'accord.

Ça fume.

Ça ne mouille pas vraiment. Vous n'imaginez simplement pas ce qui vient de se passer dans ce volcan. Vraiment.
Et vu que j'ai pas de photo de l'intérieur, faudra que vous y alliez, nah !

Après un dernier coup de High Fall et de Van Helsing, l’heure sera venue pour nous de conclure ce trip. Nous dirons alors que MPG est un parc plutôt sympathique, plutôt joli malgré quelques fautes de goût, avec deux très bonnes attractions et une autre assez intrigante, mais qu’il manque clairement d’une grosse tuerie coasterienne qui fasse hurler ces dames et ces gentilshommes. On compte sur eux pour nous la sortir dans les années à venir ! Après quelques photos avec Patrick et Bob l’éponge, il sera temps pour nous de faire route vers la Belgique pour aller boire des bières, et de rentrer le lendemain dans nos foyers respectifs ! Un trip, c’est décidément toujours trop court, mais toujours plein de souvenirs.

Avec de prendre la route, on fera forcément un petit tour des mascottes. Alors : 1...

2...

Et 3, le compte est bon !

Et voilà ! C'est fini pour ce trip ! On vous fait des bisous partout (ou presque),
et on vous donne rendez-vous pour le prochain !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:21:45 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #40 le: 15 mai 2016 à 19:01:32 »



Deux monstres sacrés sur la colline




Il paraît qu’il y a un énorme Hyper B&M qui a ouvert à PortAventura cette année. Plutôt que de croire les rumeurs, autant aller voir par nous-mêmes, non ? Bon, sachant qu’il y a deux ans, on est déjà venu à PortAventura, j’vais pas te refaire tout le topo non plus, hein ? Si un avis plus détaillé vous intéresse, je vous renvoie vers ce TR : https://forum.coastersworld.fr/les-trip-reports/(tr)-les-trips-du-doub/msg303593/#msg303593; Il sera plus favorable, car le parc a vraiment sombré dans le n'importe quoi lors de cette seconde visite !

Bon... Profitons un peu du calme avant la tempête, si vous le voulez bien.

Après ces deux photos de notre pied-à-terre, on peut y aller.

C'est parti pour le Tibet !

Et le Tibet, c'est tout au fond !

Avant de m’attaquer à la bête en elle-même, je vais devoir commencer par le plus chagrinant. Qu’est-ce qui se passe à PortAventura ? Qu’est-ce que c’est que cette politique de faire payer un pass aux personnes souhaitant accéder à la front-row ? Qu’est-ce que c’est que cette gestion exécrable des visiteurs ? Oui parce que, quand on s’engage dans la file de Dragon Khan qui annonce déjà 1h de queue, et qu’on se retrouve à faire 3h30 DE QUEUE AVANT DE MONTER DESSUS SANS QUE PERSONNE N'AVERTISSE DE QUOI QUE CE SOIT, y a de quoi rager sévère, non ?!
Et qu’est-ce que c’est que cette hygiène abominable ? Tu m’étonnes qu’on voit trainer des rats dans le parc ! Les poubelles dégueulent dans tous les coins, les déchets trainent dans la file d’attente, la grotte de Tutuki Splash est proche de l’effondrement sous le poids des chewing-gums, et le parc aquatique est… Ouh la, le parc aquatique. Déjà que les toboggans n’y sont pas bien folichons, alors si en plus en rajoute les mouchoirs usés trainant dans les files d’attente humides (donc qui collent sous les pieds), les pansements usés dans les bassins, les tampons usés trainant dans les allées, et les papys qui se foutent à poil au milieu des gamins qui dansent en farandoles autour d’eux dans les vestiaires, alors y a vraiment de quoi péter un plomb ! C’est un parc d’attractions ou un sabbat, à la fin ??? Je peux vous dire que lorsqu’une nana est venue nous voir à la sortie du parc pour qu’on remplisse une enquête de satisfaction, on y est pas allé de main morte !

Classe !

Toutes les allées étaient comme ça. Miam.

Ouais, on tirait tous plus ou moins cette gueule là.

Ou celle-ci, mais là c'était sur la fin, donc c'est normal.

Et la grotte de Tutuki, ils s'en occuperont un jour ?

Pour en revenir aux choses plus sympathiques, parlons de la raison de notre venue : Shambhala ! On le voit alors qu’on est déjà assez éloigné du parc, culminant aux côtés de Dragon Khan avec fierté et allure ! La zone de Shambhala n’est, quant à elle, pas très étudiée, assez pauvre en détails. La file d’attente est d’ailleurs un parc à boeufs très monotone et particulièrement désagréable. Seuls sont mis en valeur le splash prenant place à côté du lift, et le lift lui-même, très impressionnant, culminant à 76 mètres de hauteur.
Après la longue attente (moins que Dragon Khan toutefois, enfin y a pas de mal), voilà que nous grimpons enfin dans un train de Shambhala. Et là, premier regret. Pourquoi serrent-ils autant ? Tant de crans enclenchés, si bien que j’ai les cuisses tout étriquées, alors que dans Silver Star, par exemple, j’ai plusieurs centimètres de libres pour pouvoir bouger ! Ici, c’est pas loin du saucissonnage.

Ah oui, c'est difficile de passer à côté !

Dragon Khan qui paraissait si énorme, paraît maintenant tout petit !
Qu'à cela ne tienne, les deux coasters se marient parfaitement !

N'est-ce pas ?

Surtout quand ils sont synchrones !

N'en déplaise aux détracteurs !

Allez, c'est parti !

On alterne les photos de jour et de crépuscule ! Eh ouais ! Je suis comme ça !

Bon. Bah ce sera pas pour tout de suite !

Mais une fois le moment venu, croyez-moi, ça va le faire...

Pour parler du ride en lui-même, que vous dire si ce n’est que c’est une tuerie absolue ? Le lift fait bien monter la pression, et la first drop est tout simplement sensationnelle. Le head chopper au bas de la drop vous fait aussitôt baisser les bras, avant d’embrayer sur un camelback dantesque, très saillant, doté d’un floating interminable. Vient alors l’esperluette, très planante, puis un bunny-hop et un nouveau camelback bien fendard qui descend tout droit vers le splash. Et c’est reparti pour un long floating sur le camelback qui suit, avant d’enchaîner sur un nouveau camelback. S’en suit une zone de frein aux freins très desserrés, puis un bunny-hop.
C’est fini. Bon sang que c’est génial cette machine. Quelle fougue, quelle force, quel génie ! En espérant que cette histoire de lap-bar trop serrées ne soit que provisoire (là, c’était quand même les trois derniers crans !).

Le plus haut grand-huit d'Europe, il est là !

La first drop est dantesque !

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il déchire méchamment des culs !

C'est bien simple, le layout ne souffre d'aucune fausse note !

La sensation de liberté est totale.

Je pense que ces gens sont d'accord avec moi !

Inédit et tout à fait intéressant : l'esperluette !

Le fameux splash.

Qui ne mouille ni les riders, ni les spectateurs, mais qui est fort attrayant visuellement !

De toute façon, j'ai bien envie de vous dire que tout le ride est attrayant !

La moindre bosse vous fera décoller du siège.

Demi-tour final.

Je me le suis aussi fait de nuit et en first row. Je vous laisse imaginer le bonheur qu'a été le ride !
Le tout, sans payer de supplément, puisque la file était vide !

Shambhala est approuvé par la fine équipe.

On aura pu découvrir la nouvelle zone pour enfants, Sesamo Aventura, trop colorée pour moi, mais ça plaît aux gosses. On y aura glingé un crédit qu’on avait loupé en 2010, à savoir Tami-Tami, un Family Coaster Vekoma (RAS sous le soleil de Salou).

La Sesamo Street était en construction lors de mon dernier passage.

Ils y ont amené l'arbre de Gardaland !

Tout est trop coloré, mais que voulez-vous... Les enfants aiment ça !

Nous, on passera en coup de vent ! L'intérêt de cette zone restant le point de vue qu'elle offre sur les deux B&M.

Eh hop ! On rattrape le crédit loupé en 2010 !

Une photo, trois crédits.

Il était grand temps que Shambhala voit le jour pour venir aider le pauvre papy Dragon Khan, qui reste un très bon looper oldschool mais qui commence à se faire vieux, en attestent quelques vibrations pas rédhibitoires, mais assez nombreuses !

Il était prévu 1h de file, ce qui est déjà pas mal. On en aura fait 3h30 !

Du coup, on était tous plus ou moins dubitatifs...

Et on a fini carrément en colère !

Après, je vous rassure, les vibrations ne rendent pas le ride infaisable, loin de là !

C'est qu'il approche quand même des 20 balais le monsieur !

Et pas tous les coasters si âgés peuvent se targuer d'avoir cette fougue !

Ou d'être aussi beaux !

Terminons en disant que le petit coup de pinceau qu'il a reçu lui a fait du bien !

Rien à voir cependant avec Furius Baco, qui m’avait laissé sur une impression plutôt positive en 2010, mais qui est descendu en flèche dans mon estime après un tour excessivement douloureux et désagréable (à l’arrière du train, certes). Le lunch est puissant, très chouette, mais le reste, quelle horreur !

Je ne l'avais pas encore fait à l'arrière. Bah c'était la première et la dernière.

D'habitude, Furius Baco culmine à des temps d'attente pharaonique. Là, curieusement, ça allait.

Enfin c'était pas meilleur pour autant !

On ne parlera pas de Stampida non plus, certainement le premier coaster d’Europe à brûler sur ma liste, mais on répétera néanmoins que Hurakan Condor et Templo del Fuego sont quand même de très grands hits !

N'y va pas Fafou ! Ne monte pas sur Stampida !

Ah ça, "Good Luck", j'te l'fais pas dire !

Oh putain, de nuit en plus...

Bon, là-dessus si tu veux, mais prends un journal.

En plus, sans la Terror House, c'est tout de suite moins dynamique.

Sinon, il reste toujours la valeur sûre : Hurakan Condor !

Avant cela, il faudra te mesurer à la toise Chuppa Chups !

Après deux jours passés sur le parc, nous nous en irons avec un souvenir très amer par rapport à la gestion du flux, à l’insanité environnante et à la politique inadmissible du parc. Certes Shambhala est une excellente montagne-russe, qui montera sur le podium de beaucoup, mais ça n’excuse pas tout. Une visite excessivement désagréable.
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:22:01 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #41 le: 15 mai 2016 à 21:16:06 »


Y a pas qu'Astérix en Picardie




La veille de ce jour du 12/07, nous étions devant chez moi, comme des glands, à nous demander ce que nous allions bien pouvoir branler le lendemain. La question s’est réglée plutôt rapidement : Nous irons au Parc Saint-Paul, parc jusqu’alors inédit pour nous. 6 crédits à 1h de la maison, on ne crache pas dessus, qu’on se le dise !

Comme convenu, nous prenons la route le lendemain, direction l’Oise profonde et le Parc Saint-Paul. Une fois les grands axes quittés, nous nous retrouvons dans des bleds complètement inconnus, si ce n’est des locaux les plus ancrés. Nous tombons d’ailleurs nez à nez, en pleine campagne, avec une voiture de La Poste postée en pleine route, longeant une forêt sur son côté gauche. Scène bien évidemment évocatrice pour tout admirateur des Visiteurs qui se respecte.

Messire, messire !

Et c’est alors qu’en continuant sur ces routes calmes et reculées, nous arrivons devant l’entrée du site du Parc Saint-Paul. Pas spécialement accueillant, ponctué de deux panneaux indiquant le Parking visiteurs, nous nous aventurons sous le portique, prêts à voir un fantôme de jeune fille apparaître devant la voiture. Welcome to Silent Hill ? Ca peut y faire penser, en tout cas !

Ça a l'air d'être là.

Bingo !

Un peu plus loin, on se rassure. Il y a des voitures sur le parking. Y a vraiment de la vie dans ce patelin alors ? Faut croire ! Ce qui ne nous a pas rassuré, en revanche, c’est le clown qui nous a accueilli à l’entrée du parc ! Entre ça et Bal Parc, ils se sont passés le mot dans le mauvais goût, c’est pas possible !

Allez, on y va !

Angoisse totale.

Le programme du jour.

Bon, nous faisons nos premiers pas dans le parc, très vert, mais disposé un peu à l’arrache. Côté gauche, sur arrivons très rapidement au premier crédit, plutôt prisé par la jeunesse (la jeune jeunesse, j’entends). Il s’agit, que c’est original, d’une pomme DAL Amusement Rides Company, du nom non moins original de Family Coaster. RAS, mais premier +1 !

Juste à côté de l'entrée du parc, nous attendait le premier crédit.

Instantanément bombardé N°1 de mon classement !

Bon, c'est vert, mais y a aucune qui se détache dans ce parc.

En continuant notre chemin sur la gauche, nous tombons sur une vraie originalité ce coup-ci. En tout cas de l’inédit pour nous. Un grand-huit très tortueux du constructeur russe le plus timbré de la planète : PAX. D'ailleurs, le grand-huit semble avoir été victime de quelques erreurs de calculs. En effet, les éléments sont passés bien trop rapidement pour prétendre à la douceur et à la tranquillité d’un grand-huit familial (qu’il est censé être). Du coup, à l’intérieur, ça a l’air d’être le grand n’importe quoi ! Ni une ni deux, nous fonçons donc sur Wild Train. Une fois dans le lift, tout va pour le mieux. Nous sommes assis à l’arrière, et… Oula, l’avant du train commence à descendre… D’ailleurs, l’avant descend un peu vite à mon goût ! Mais, ralentis ! Tu tires l’arrière du train qui est encore au milieu du lift ! L’arrière du train accélère ! Merde, la bosse du lift !

Et là, je vous laisse juste imaginer. La bosse du lift, passée à toute allure. Et cette bosse, elle est bien cassée comme on les aime, hein ! Et bien, messieurs dames, cette bosse, c’est un ejector, pour peu qu’on se mette à l’arrière. Merci PAX pour ces approximations en terme de calculs, parce que cette bosse, elle va en faire pleurer plus d’un ! Il est néanmoins dommage que le reste du parcours ne soit qu’une salade de virages (dont certains d’une brusquerie assez désagréable), ponctuée par un petit bunny-hop qui fait quand même son effet.

Ça va être le bordel.

Allez, c'est parti.

Les derniers pourront s'accrocher autant qu'ils voudront, ça ne les empêchera pas de décoller !

La suite consiste en une série de virages biscornus et assez brusques.

Je crois que ce n'était pas prévu pour bourriner comme ça.

Ouais, lève pas trop les mains quand même, ça risque de te faire drôle.

Beaucoup vodka coulée pour faire montagne-russe.

Alors, il existe une montagne-russe qui accumule le grand n’importe quoi du lift de Wild Train, mais sur tout son parcours. Un parcours pensé par un vieux russe porté sur la boisson, qui a délivré les dessins finaux de sa bête avec 15 grammes d’alcool dans le sang. Et cette montagne-russe, elle est juste quelques dizaines de mètres plus loin ! Il s’agit de Formule 1, tellement n’importe quoi qu’il compte une victime à son palmarès : une femme ayant été éjectée du train. Et en fait, il suffit de le regarder en offride pour comprendre le bordel. Virages inclinés, bosses très vicelardes prises à pleine vitesse, parcours étriqué qui ferait passer les virages de Wild Mouse pour des hélix de mauvais Intamin, etc…

Là, ça va être au-delà du bordel.

Le ride entier a été conçu par un vieil ingénieur alcoolique.

Et à l’intérieur, ça ne déçoit pas. C’est LE coup de coeur du parc. C’est tape-cul, ça peut être violent, mais impossible de ne pas être plié en deux jusqu’aux freins finaux tant c’est fendard. A chaque fois qu’on passe un élément, on redoute le prochain, qui sera toujours surprenant tant dans son exécution que dans son audace. Mais pour parler d’audace, faut-il que les concepteurs aient été conscients de ce qu’ils faisaient à ce moment là ? Parce que, très franchement, je pense qu’ils ne l’étaient pas ! A faire et à refaire !

Accrochez-vous bien, ça va swinguer !

Vous voyez la cassure et le virage après le lift ? Imaginez la vitesse avec laquelle on aborde cette bosse.

Ça ne paie pas de mine comme ça, hein ? J'aime autant vous dire que vous allez être surpris !

N'est-ce pas Schumi ?

Les virages sont pris à pleine blinde.

De loin la meilleure attraction du parc.

N'est-ce pas mesdemoiselles ?

Pour le reste des crédits, c’est bien moins folichon, puisque nous avons droit à une Wild Mouse Zamperla et à une Mini Mouse du même Zamperla.

Comme ça vous saurez que le crédit s'appelle "Une souris verte". Même si elle est jaune ou bleue.

Bon, ça va tout de suite être moins rigolo.

T'imagines une Wild Mouse conçue par PAX ?

Ou une Mini Mouse par PAX ??

Le bordel que ce serait là-dedans...

Oui, je sais, c'est du Zamperla... On peut rêver, non ?

Ça botte quelqu'un ? Non ? D'accord.

Et ça ? Non plus ? Ok.

J'imagine que je ne vous le propose même pas.

Qu'est-ce qu'on avait dit à propos des dinosaures fluo ?

Dans la catégorie crédits UFO, nous aurons le Téléphérique, une barre avec à sa base, un socle, et à sa tête, des roues. On se met debout sur le socle et on dévale les rails. Sauf que les supports sont tellement proches du rail que je ne sais toujours pas comment j’ai fait pour ne pas me les bouffer. Plutôt rigolo, mais WTF complet.

J'vais me crasher, c'est pas possible autrement...

En fait ça passe, mais j'ai bien cru m'en bouffer deux ou trois !

Ensuite on trouvera un flume thématisé grottes, dinosaures et autres mammouths, qui peut rincer quand il en a envie (les embarcations ne revenaient pas toutes trempées).

Dino Splatch, le flume local.

C'est pas grave, on prend le risque.

En route les kids !

Le parcours comporte une drop en double down et une classique.
Par contre, les dino auraient bien besoin d'un coup de pinceau !

Le double down.

Le mammouth aussi devrait recevoir un petit coup de neuf.

Une petite drop...

Une douche...

Et au lit !

Pour le reste, c’est Wave Swinger, grande roue, pédalos, tacots, bateau pirate, moto-tamponneuses, toboggans, aires de jeux, flat pour kids, mais aussi une tour de chute libre PAX, plutôt pas mal pour une tour de cette taille (40 mètres), mais qui ne laissera pas un souvenir intarissable.

La tour de descente extrême, qu'elle s'appelle... On passera tous ce nom sous silence, ok ?

Y a rien de plus fantastique d'un kéké à casquette sur un col-vert.

Les cols-verts ont pour thématique les indiens dans la forêt picarde.

L'indétrônable.

Je préfère les bagnoles.

Après l'indétrônable Wave Swinger, l'indétrônable grande roue.

Tu permets que je fasse mon tour, oui ?

Après la tour de descente extrême, y a la tour de descente moins extrême.

Un peu d'humour, ça fait pas de mal.

Un petit tour de tacot, ça vous branche ?

Même s'ils sont thématisés avec des boobs ?

Bah si regarde, y a des boobs sur le toit de la ferme. Comment ça WTF ? Et pourquoi pas d'abord ?

Un petit coup d'Arche de Noé, et on y va mémé !

Alors c’est agréablement surpris que nous quittons le Parc Saint-Paul. On en attendait rien, et au final, on repart avec une bonne dizaine de tours de Formule 1, qui s’est avéré bien marrant, le prix d’entrée de 15 balles est on ne peut plus correct, et on aura passé une chouette journée dans un parc qui ne paie pas de mine mais qui s’avère assez sympathique. Sans être extraordinaire, la pioche est plutôt bonne pour ce jeudi de juillet.

Le parc annonçant aussi les concerts à venir de Tal, Colonel Reyel et du Collectif métissé pour cette fin de juillet, nul doute que nous serons de la partie ! Quoique.

Vivement !

C'est dommage ! J'ai cours de belote à ces dates là !

Ça s'ambiancera sous le chapiteau sans moi !

Un dernier petit clin d'oeil à PortAventura, et on y va !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:22:17 par Doubick »


*

Rem10

  • ********
  • 4 879
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #42 le: 15 mai 2016 à 21:48:33 »
Merci pour ton TR !

Faudra vraiment que je fasse un tour dans ce petit parc à l'occasion, ne serai ce que pour le "+7" (ce qui est beaucoup pour un parc de cette taille) mais si en plus c'est un peu fun quand même ça doit valoir le coup.
Coaster Count : 302

Top 20 : 1/Shambi 2/EGF 3/Untamed 4/iSpeed 5/Goliath 6/Colossos 7/Taron 8/Fenix 9/ Katun 10/Flug der Damonnen 11/Silver Star 12/Superman(PWM) 13/Oziris 14/Karnan 15/Alpina Blitz 16/Troy 17/Desert Race 18/Dynamite 19/Hals-uber-Kopf 20/Dragon Khan

*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #43 le: 15 mai 2016 à 22:37:41 »


Des chasseurs de crédits à l'est d'ici




Ce qu’il y a de bien avec les trips assez gourmands en kilomètres, c’est qu’on trouve très souvent quelques parcs sur la route pour faire une halte et aller chopper du crédit. En partance pour l’Allemagne, nous prévoyons un premier arrêt, en début d’après-midi, du côté de Eindhoven, et de DippieDoe Familiepark. Au programme, deux crédits, et quels crédits !

Premier parc d'un trip bien qui en sera bien fourni !

Et on commence sur les chapeaux de roues !

Parlons de la constitution du parc. Il se divise en deux parties : Une zone indoor avec quelques attractions pour gamins, et une outdoor avec d’autres attractions pour gamins, disposées le long d’un lac, dont la plus impressionnante consistant en une petite free fall. Pour les plus grands, du ski nautique est proposé.

Quelques attractions et une aire de jeux compose la partie Indoor.

Toutes dédiées à un jeune public...

Y compris le Break Dance !

La clientèle visée est très familiale. On pense à une grande aire de jeux pour enfants, mais dont les toboggans auraient été remplacés par des attractions déposées en vrac dans un parc qui ne réflechit absolument pas à l’aspect ergonomique de la chose. On pourrait se croire dans un RCT, où chaque parcelle serait utilisée pour y déposer des flat rides pour gosses.

La zone extérieure ne vise pas un public beaucoup plus âgé.

Mais qu'à cela ne tienne, on y trouve notre compte !

Ça, par contre, on n'aura pas fait.

Les amateurs de ski nautique pourront s'exercer sur ce lac.

Et les moussaillons en herbe pourront s'exercer là-dessus.

La machine la plus sensationnelle du parc, c'est ça.

Autant vous dire que le parc est assez dénué de sensations.

Ce regard me dit que Fafou attend ses crédits !

Oui, oui, j'allais y venir ! Donc, côté crédits, on a : Un Tivoli Medium Zierer, du nom de Zeeslang, et un Family du même constructeur, du nom de Tyfoon. Concernant Zeeslang, le Tivoli, RAS. C’est un Tivoli Zierer, que voulez-vous de plus ?

Si c'est pas inédit, ça !

Regardez ça comme il a l'air jovial et sympathique !

Bon, tu nous lâches la grappe avec ton Tivoli ?

L'autre crédit, Tyfoon, le Family Zierer, est doux, mais pas franchement sensas’. A peine fait, à peine oublié. Au moins, ça ne fait pas bobo partout.

Un crédit que le monde nous envie.

Bon, pour dire vrai, ça ne restera pas dans les annales.

Enfin, on est toujours content quand ça fait +1 !

On aura mangé sur place, dans un fastfood à l’extérieur, près du lac. Et la maxime : « la bouffe hollandaise est dégueulasse, surtout dans les parcs » n’en est que plus vraie.

Vous l’aurez compris, rien qui vaille le détour en qui nous concerne, si ce n’est pour le +2. Certains parcs proposent des aires de jeux qui peuvent amuser petits et grands, ici nous aurons eu notre dose en une petite heure à peine. Nous partons donc sans trop de peine vers notre prochaine destination, à une cinquantaine de kilomètres de là.

Le boys band de DippieDoe vous donne rendez-vous en-dessous pour la suite de la journée !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:22:32 par Doubick »


*

Doubick

  • *******
  • 1 188
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
  • Home Park: DLP
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #44 le: 16 mai 2016 à 00:04:41 »


Des chasseurs de crédits à l'est d'ici




Notre arrêt dans ce parc n’est pas un prétexte à chopper du crédit. Si nous nous arrêtons ici, c’est parce qu’il y a de l’inédit dans l’air. Et la curiosité locale, c’est Familieachtbaan (le nom, lui, n’est pas super inédit, nous en conviendrons). Il s’agit d’un coaster fonctionnant à énergie solaire.
L’installation, conçue par ABC Rides, consiste en un bazar économe en énergie, réclamant de vous que vous accédiez à la gare en empruntant quelques escaliers, puisque celle-ci est située au sommet d’une tour de 14 mètres de haut.

Second arrêt crédit, BillyBird Park Hemelrijk !

Cette grotte est en fait une aire de jeux comportant des toboggans.

Une fois que nous grimpons dans l’engin, nous enfilons une ceinture de sécurité ventrale, et avançons vers la first drop. Enfin, avant cela, nous traversons une longue ligne droite surplombant le lac du parc, et dévalons enfin la descente, et ce tout en douceur. Vient alors un petit camelback avec un léger floating, puis un virage surélevé amenant vers les midbrakes. La seconde descente nous amènera vers un nouveau virage, ponctué par une petite bosse qui ne nous laissera pas profiter de sa descente, puisque celle-ci se compose des freins de fin de parcours. Nous descendons lentement jusqu’à la zone de débarquement, et quittons le train avant qu’il n’entame, à vide, le lift pour rejoindre la gare d’embarquement.

C’est très light, très court, le parcours n’est pas spécialement affriolant, ça demande un effort pour monter jusqu’à la gare, mais c’est plutôt rigolo une fois dedans. Ca fait vraiment home-made. On peut souligner la douceur du ride et son concept amusant, même si c'est vrai que passé l'anecdote, on pourra dire qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

Et un crédit à énergie solaire, un !

Il faut grimper au sommet de cette tour pour escompter créditer.

Une fois là-haut, reste plus qu'à faire +1 !

Et faut pas nous le dire deux fois !

C'est tout doux, et c'est aussi assez inoffensif.

Ce qui est certain, c'est que ça se fait sans déplaisir.

Et hop ! +1 pour le Doub !

Le train remontera seul au sommet de la tour.

En empruntant le lift que voici.

Et pour le reste du parc, contrairement à DippieDoe, on s’est bien amusé ! Le parc est même plutôt agréable. C’est une zone de détente, de jeux, le tout conçu pour la famille. Mais entre les installations gonflables, les petites conneries artisanales, des trucs « qu’on comprend pas comment ça marche », un Hara Kiri, j’en cite et des meilleurs, on a réussi à passer une bonne après-midi avant de reprendre la route vers notre destination suivante, à 5h de là ! Si le temps l’avait permis, il y avait même une plage pour pouvoir faire bronzette et aller se baigner dans le lac !

Puis-je vous proposer un petit tour d'hélico ?

Ce truc là, on aura tourné toutes les manivelles dans tous les sens, on aura jamais compris comment ça marchait !

Pourtant on aura vraiment tout essayé.

BillyBird propose des choses simples, mais qui font toujours mouche !

Qui est-ce que ça ne fait pas marrer les installations gonflables ?

En tout cas, moi, j'adhère à fond !

Un petit Hara-Kiri pour la route...

Pète un coup Doub.

Les hollandais, même s'il fait 15 degrés, ils se baignent. Ils s'en foutent.
Bah ouais quoi, c'est le mois d'août quand même !

Et voilà la joyeuse équipe qui composera ce trip d'une dizaine de jours !

Bref, c’est à 50 km de DippieDoe, ça vise la même clientèle que DippieDoe, mais il y en a un qui est vraiment à la ramasse par rapport à l’autre, et vous aurez compris lequel !
« Modifié: 20 mai 2016 à 22:22:42 par Doubick »