[TR] Les trips du Doub

  • 163 Réponses
  • 35522 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #120 le: 10 mars 2019 à 16:27:32 »


Le trip Jean-Monique



Il est de ces parcs qu’on a toujours dans un coin de la tête, et dont on attend la visite de pied ferme, un de ces jours. Ça fait depuis l’ouverture de Piraten que Djurs Sommerland me fait de l’oeil. Depuis 2008, donc. Et il me tardait vraiment de découvrir ce que le parc avait à proposer. C’était l’un de ceux que j’attendais le plus de ce trip. Et c’était aussi l’occasion de se purger de l’infamie de la veille, l’infernal BonBon-Land. Une chose était absolument sûre, de fait, c’est que cette journée ne pouvait qu'être meilleure.

Et ce n’est pas ce qui se profile derrière la végétation qui viendra me faire mentir !

On indgang, on indgang.



La comparaison n'est même plus de mise à peine l'entrée franchie. Le parc jouit d'un entretien au top, de décors très jolis, d'une intégration soignée, donnant d'emblée une image très positive au visiteur pressé d'en découdre avec les machines locales.




N’est-ce pas ?!




Nous laisserons le très appétissant Intamin chauffer comme il se doit avant de nous y frotter, et nous partirons de suite à l'assaut du crédit voisin, à savoir Skatteøen, un Water Coaster Mack. Pourvu d'un parcours presque deux fois plus court que celui de Poseidon, Skatteøen l'emporte haut la main sur son confrère allemand.

Mon petit doigt me dit que c’est par-là.

Mon petit doigt en sait des choses.

Plus qu’à poser son noble fessard.

La déco n'en fait pas des caisses, tout est à sa place, très joliment fait, et le grand-huit assure un confort digne de ce nom. Pas de vibrations intempestives, de la place pour les genoux, le minimum syndical est là. Si en plus on ajoute à ça un layout qui va droit à l'essentiel passé le lift, j'entends par là drop en spirale, helix, re drop avec petite bosse rigolotte pour final dans la flotte, alors on obtient un grand-huit qui s'affranchit de tout ce qui peut être pénible habituellement dans ce type de ride, à savoir les layouts à plusieurs lifts, les traversées de canaux interminables, et finalement le fait de passer plus de temps à attendre qu'il se passe quelque chose plutôt qu'à vivre quelque chose. Et, last but not least, ça mouille ! Un très bon début de visite, en somme !




Quelques mètres joliment décorés séparent la sortie de la station du lift.

Un layout sans fioriture, qui va droit à l’essentiel !

La minute arty du jour.

Quelque chose me dit que ça va rincer…

Presque…

Bingo !

Bon, et puisqu'on est à côté... On a du mal à refréner nos ardeurs. Alors on s'en va derechef à l'abordage du Megalite Intamin, à savoir Piraten ! Et puis, on a une bonne excuse, Julien veut fêter son 300ème dessus, nah !

Direction la suite du programme, et le moins qu'on puisse dire, c'est que le chemin qui y mène est plutôt réussi !

Pour notre défense, comment résister à un tel appel du pied (ou de la jambe de bois) ?!

Mais posez-moi ce cul dans l’train, qu’on en finisse !

Ah ! Bah quand même !

Petite bestiole sur le papier, hein ? 31 mètres de hauteur, 755 mètres de long, 85km/h... Ca ne semble pas si méchant que ça ! Oulalalala, moussaillons... Détrompez-vous... Le pirate va vous envoyer chercher de la crevette plus vite que vous ne le pensez ! Parce que là, boudiou de boudiou... Déjà, pas le temps de comprendre que vous êtes sortis de la gare, que vous avez grimpé les 31 mètres de la bête. Merci le lift à cable. Et là, c'est parti pour une virée de tous les diables. Drop, helix qui ratatine bien la figure, EGF turn dantesque, camelback en mode ejector, 3 autres EGF turns bien fendards, 2 bunny hops qui éjectent encore, et on fait demi-tour pour revenir chez mémé. Et ben bordel, quelle puissance derrière de si petites stats ! Piraten est indéniablement un ride qui met tout le monde d'accord. C'est si fluide (on est sur des skis), si nerveux (sans trop en faire), que ça en est jouissif. Et peu importe où vous vous situerez dans le train, les sensations seront bel et bien présentes; Peu importe l'heure à laquelle vous le riderez, il sera déjà bien nerveux à froid ! Une tuerie incontestable, ça valait bien toutes ces années d'attente ! Me voilà conquis !



Il est communément admis que si on monte…

C’est pour mieux redescendre !

Bah alors ? Ça tortille du croupion ?

Qui dit cheveux en l’air, dit Gs négatifs, on est d’accord !

Et dans le genre, Piraten est loin de se montrer radin !

Même le plus grand des blasés ne se lasserait pas de cet élément.

Oui, vous vous posez la même question que moi à l’heure actuelle…

C’est qui ceux-là ?!

Oui, Piraten, c’est mortel, mais on reviendra plus tard, c’est pas comme s’il restait des choses à découvrir !


Prenons tout de même un instant pour la photo de Julien, qui fête sur Piraten son 300ème crédit !


Alors la suite c'est quoi ? Un polyp ? Bof.

Un hara-kiri ? Bof.

Bof aussi, mais on s'en rapproche, géographiquement et thématiquement !

Alors, oui, le prochain, il ne trompera personne. Il s'agit du dernier né de Djurs, ouvert en 2015 : Vilde Honsejagt. "La chasse sauvage" dans le texte. Bon, là, elle n'a de sauvage que le nom, puisqu'il s'agit d'un Zierer Force Two, comme il en pousse une bonne floppée en Europe ces dernières années. Crédite et puis s'en va. Bon allez, pour dire quelque chose, quand même, puisqu'ils ont là aussi fait l'effort de décorer le tout, c'est mignon tout plein. Et petite pensée pour l'opérateur fou furieux qui jouait son rôle de fermier dégénéré à merveille, en gare, au grand damne de sa pauvre collègue toute calme qui lui faisait face.

On revient à des choses plus terre-à-terre.

Cette hélix sera-t-elle plus fournie en G que celle de Piraten ? Probablement !

Bah c’est tout meugnon !

Attention à ne pas se faire pondre sur le coin du bec.

Après, la storyline, c’est quand même un renard qui veut déchiqueter des poules. C’est tout de suite moins meugnon !

Ce ne sera pas le +1 le plus épique de la journée, mais il a le mérite d’exister !

On va éviter de sauter là-dessus si on ne veut pas envoyer les gamins dans l'espace.

Et, une partie de mini-golf plus tard...

Il est temps pour nous de nous attaquer à un autre crédit fort alléchant du parc. Je veux bien sûr parler de Juvelen, un launch familial des suisses d'Intamin, qui n'a peut-être de familial que l'appellation. Parce que la bête envoie pas mal de steak pour une attraction de cette catégorie !

Juvelen que voilà !

Vous prenez place à bord de quads qui vous serviront à fuir un temple maya, en mode Indiana Jones, parce que vous, oui vous, scélérats, avez touché un bijou sacré, ce qui aura pour effet de déclencher la colère intarissable de la divinité occupant les lieux. D'où le nom de l'attraction, Juvelen signifiant Bijou. Bon, c'est pas cool les gars, rendez le boui-boui. Mais pas avant qu'on ait pu tâter ce layout aussi intéressant que surprenant.

Ça a l’air hostile par ici…




Pas que ça nous dérange, au contraire, on embarque de ce pas !

Non, la pause caca, ce sera pour plus tard. Place au crédit je vous prie.

Si la première partie est plutôt tranquille, après un launch au sein du temple n'augurant rien de particulièrement velu, la chose se corse dès la seconde propulsion passée. Le layout reste intrinsèquement le même, c'est-à-dire proche du sol et faisant s'enchaîner des changements de direction en veux-tu en-voilà. Mais à une allure assez folle qui rend la chose vraiment très amusante, et qui dénote complètement avec ce qu'on pourrait attendre d'un grand-huit "familial". Là, ça boost, ça balance, ça surprend, et c'est vraiment au-delà de nos espérances ! Petit bémol pour les deux dernières bosses, un brin faiblarde. Je ne demandais pas d'ejector, mais un floating plus prononcé aurait été le bienvenu.

En avant pour l’expédition ! G Force ? Pas tout à fait, mais ça envoie quand même pas mal !

Ah tiens donc ! Voilà que monsieur va faire son timide derrière les arbres ! C’est malin, comment je fais mes photos moi ?

Ne te cache pas, on t’a vu !

En route pour le second launch, cramponnez-vous jeunes intrépides !

Un petit temple, une petite cascade… On aime faire les choses convenablement à Djurs Sommerland.

Finissons-en là pour les crédits, avec le dernier du parc, répondant au nom de Thor's Hammer, un Bobsled Gerstlauer au parcours identique au G'sengte Sau de Tripsdrill.

Mh… Un gros marteau, ça doit être par ici.

Salut toi.

Lagertha en mode « pas contente ».

Et Ragnar en mode, euh…

Bon bah Thor en mode « faites pas chier », voilà.

Alors, qu’est-ce que ça vaut cette histoire ?

Ça vaut que c’est le genre de bécane toujours sympa qu'on est content de trouver sur son chemin. C'est pas le ride du siècle, y a pas de quoi se taper le cul par terre, mais c'est l'assurance de bien se marrer sur l'ensemble du layout. On est sur de la petite drop en spirale, des virages à plus de 180°, des bunny-hops qui font des guilis là où j'pense... Et puis c'est vraiment smooth. Bref, on est dans le fun, et c'est ce qu'on veut !

Valhalla rising.

Valhalla still rising.

Petite balade bucolique, à la cool, tel la mésange volant de branche en branche.

Euh, soit, mais le gros dindon pourrait-il baisser son t-shirt siouplait ??

Vous ferez gaffe, y a un boulon qu’a sauté.

Watch your head!

Quelques helix après les bunny-hops, et on rentre à la maison !

On continue à jouer les vikings ? Non ?

Pourtant ça a l'air fun.

"Monsieur Cannibale... Je ne veux pas mourir..." (chanson populaire)[/i]

God bless Denmark.

Petite pause basket pour se rendre compte qu'on n'avait pas avec nous les deux futures stars de la NBA.

La maintenance est tellement nickelle à Djurs qu'ils arrivent même à faire fonctionner leur Topple Tower !
Chose assez rare pour être soulignée !

"Tu fais ça en France y a 35 morts et incendie général", le retour.

Et si on continuait à faire notre marché, nous ?

Rayon attractions aquatiques, on aura droit à un Flume et un Raft tous deux signés Interlink, et datant des années 90. Là, par contre, c'est un RAS absolu. Dommage, parce que la météo du jour nous donne la preuve que, même au Danemark, le thermomètre peut dépasser les 20°. Rendez-vous compte ! Ah, et on me signale dans l'oreillette un mini-flume de 3 mètres de hauteur. Ok. Next.



Ceci dit, y a quand même la petite théma dans la file du raft.

Et c’est fort plaisant.

Bon, après, le raft en lui-même…

Pas grand chose à signaler.

Tout comme le flume, mais il permet de prendre des arcs-en-ciel en photo, rendez-vous compte…

Derrière ces murs se cache la nouveauté 2017.

Dont voici déjà toutes les infos !

Et en complément, c'est cadeau !

Et puis on s'est aussi dit que quand même, fallait assurer le minimum syndical de cringe dans cette visite, alors on s'est lancés dans la file de Jungle Safari, un Boat Ride également fourni par Interlink, en 1994. Pas sûr qu'il y ait eu beaucoup de choses retapées depuis le ride original, parce qu'on reste sur un truc un brin daté et creepy, avec un côté Jungle Cruise du pauvre assez appuyé. Pas la plus grande réussite de Djurs Sommerland, en somme !

Beau rafiot.

Je me sens un tantinet observé.

Bah oui, mais qui l’a laissé piloter celui-là ?!

Mec, j’suis pas sûr, mais j’crois qu’il y a un énorme rhino derrière toi…

Plus vrais que nature.

Du jetski avec un croco, pourquoi pas. J’essaierai pas en vrai.

Hey toi !

Je crois que je préfère faire un tour de Wave Swinger, c'est moins creepy.




Ou alors, autant aller faire les singes dans cette aire de jeux.




Ok, bon, après, c'est peut-être nous qui allons être creepy.

On aura pas eu le temps de s'attaquer au parc aquatique, qui fermait très tôt qui plus est. Oui, parce que Djurs dispose d'un parc aquatique, tout à fait. Et qui n'a pas l'air dégueu, soit dit en passant ! M'enfin, on était probablement trop absorbés par notre partie totalement épique de mini-golf. Quoi, vous attendez un avis sur Djurs Sommerland ? Vous n'avez pas encore compris ?! On vient de visiter le meilleur parc du Danemark, et vous n'avez pas encore saisi à quel point c'était bien ?! Mais qu'est-ce qu'on va faire de vous, franchement... Djurs, c'est le pied. C'est charmant, les opérations sont nickelles, les attractions de très bonne facture, y a une des meilleures montagnes-russes européennes, l'entretien est irréprochable... Ca y est, vous commencez à piger que c'est un incontournable en Europe ? Ah, bah il vous en a fallu du temps ! Après la nouvelle montagne-russe, je verrai bien un bon gros Dark Ride s'ajouter à l'offre de Djurs. Je sais que c'est vraiment casse-gueule, à moins d'avoir un énorme budget, de se lancer dans un tel chantier. Les DR sont certainement parmi les attractions les plus délicates à concevoir si on veut obtenir un résultat qui tire son épingle du jeu. Mais je les en sens absolument capables. Allez, on enchaîne avec quelques derniers tours de Piraten, et on se retrouve demain pour de nouvelles aventures !




T’as vraiment cru qu’on allait partir sans te dire au revoir ?




C'est mal nous connaître...




À ciao bonsoir Djurs Sommerland. Mais on se reverra dans quelques temps, c'est promis.

*

Rem10

  • ********
  • 4 554
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #121 le: 10 mars 2019 à 19:10:13 »
Très beau TR, merci !

Juvelen me tente un peu moins depuis que j'ai goûté au (très !) bon Yukon Quad au Pal. Enfin j'imagine facilement que ce soit une tuerie vu le niveau de son clone français^^

Par contre Piraten continue de me faire rêver, ça a l'air tellement bon ! Par rapport à Alpina (inspiré de Piraten) c'est très au-dessus ou pas ?
Coaster Count : 241

Top 30 : 1/Shambi 2/Taron 3/EGF 4/iSpeed 5/ Goliath 6/ Desert Race 7/Flug der Damonnen 8/ Katun 9/Silver Star 10/Superman (PWM) 11/Karnan 12/Oziris 13/Alpina Blitz 14/Black Mamba 15/Red Force 16 /Dragon Khan 17/Troy 18/Blue Fire 19/Wodan 20/Baron 21/Fluch von Novgorod 22/Oblivion TBH 23/Shock 24/Krake 25/Timber 26/Anubis 27/Wood Express 28/Lost Gravity 29/Mystic 30/Yukon Quad

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #122 le: 10 mars 2019 à 19:20:21 »
Par contre Piraten continue de me faire rêver, ça a l'air tellement bon ! Par rapport à Alpina (inspiré de Piraten) c'est très au-dessus ou pas ?

Merci m'sieur ! Et bien figure-toi que je ne suis pas retourné à Nigloland depuis... 2006 ! Le Bat Coaster était encore en fonctionnement ! Pourtant, c'est à 1h30 de chez moi. Scandaleux, je sais. Mais d'après les dires des camarades qui étaient avec moi à Djurs, oui, Piraten est très au-dessus. Alpina est honorable, mais Piraten le surclasse complètement. C'est la version pour adultes, pour ainsi dire.

*

Rem10

  • ********
  • 4 554
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : Re : Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #123 le: 10 mars 2019 à 19:30:47 »
Merci m'sieur ! Et bien figure-toi que je ne suis pas retourné à Nigloland depuis... 2006 ! Le Bat Coaster était encore en fonctionnement ! Pourtant, c'est à 1h30 de chez moi. Scandaleux, je sais. Mais d'après les dires des camarades qui étaient avec moi à Djurs, oui, Piraten est très au-dessus. Alpina est honorable, mais Piraten le surclasse complètement. C'est la version pour adultes, pour ainsi dire.
Je confirme c'est scandaleux  :scream: Surtout avec un CC pareil^^

Sachant qu'AB est excellant (probablement un des tous meilleurs coaster de France), ça annonce la couleur !
Coaster Count : 241

Top 30 : 1/Shambi 2/Taron 3/EGF 4/iSpeed 5/ Goliath 6/ Desert Race 7/Flug der Damonnen 8/ Katun 9/Silver Star 10/Superman (PWM) 11/Karnan 12/Oziris 13/Alpina Blitz 14/Black Mamba 15/Red Force 16 /Dragon Khan 17/Troy 18/Blue Fire 19/Wodan 20/Baron 21/Fluch von Novgorod 22/Oblivion TBH 23/Shock 24/Krake 25/Timber 26/Anubis 27/Wood Express 28/Lost Gravity 29/Mystic 30/Yukon Quad

*

ImaginersJon

  • ****
  • 151
    • Voir le profil
  • Home Park: Walibi Belgium :p
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #124 le: 11 mars 2019 à 01:32:48 »
Oh tu m'as trop donner envie de faire Piraten je le fais en mai il à l'air terriiiiible que du positif sur celui là  :love:

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #125 le: 11 mars 2019 à 03:01:12 »


Le trip Jean-Monique




Ah ! Les parcs Lego ! Ouais, c’est pas ce qui fait le plus rêver au monde, on est d’accord. Tu vois, la preuve qu’on peut se mettre d’accord sur quelque chose, non mais ! Et puis là, on a à faire au tout premier parc Lego qui soit. Rappelez-vous, il s’agit là d’une marque danoise, alors c’est un peu le fleuron du savoir-faire local. Une de leurs entreprises qui a réussi à s’établir à l’international ! Du coup, on imagine qu’on va avoir le top du top, qu’ils vont proposer un truc redoutable, à l’image d’un Disney ou d’un Universal dans leurs parcs phares ! Pour le savoir, rien de plus simple, suffit de suivre le guide !

Ah, y a déjà du monde qui s’amasse. Bien.




Après une journée off à base de promenades et de baignade dans la Baltique (ouais, y en a qu’ont pas froid aux yeux), on attaque cette journée placée sous le signe de… la pluie ? Pas tout à fait, en tout cas, c’est bien grisâtre. C’est marrant, chaque fois qu’on a eu à visiter un parc un peu déprimant, le soleil ne daignait pas pointer le bout de son nez. C’était le cas à BonBon-Land, c’est maintenant le cas à Legoland Billund. Comme quoi, y a des signes.



Evidemment, qui dit Legoland, dit Lego partout.




Mais vraiment partout.




Et à part d'horribles bestioles cauchemardesques, est-ce qu'il y a quelque chose dans ce parc ?


Oui, il y a quand même quelques attractions.




Et la première à passer au détecteur à foirade, c'est Ghost : The Haunted House.

Dont voici l'entrée.




Un petit 3/4 fesse de l'attraction.


Ça y est, détecteur à foirade, voilà qu'il commence à être mauvaise langue. Bah pour le coup, oui, je suis mauvaise langue. On s'attendait à un Dark Ride un peu cheap, au final on a eu droit à un petit Walkthrough joliment fait avec à la clef une mini free fall à mi-chemin entre London Dungeon et Mistery Castle. Et c'était plutôt sympa ! Bon, on n'a pas vraiment compris ce que ça racontait, mais qu'importe !

Il s'agit bel et bien d'un walkthrough qui vous mènera vers la Free Fall.




Et le tout s'avère plutôt réussi !




On se perdrait presque.




Quelques interrogations textuelles subsistent, comme ces traces de pas.




Mon petit doigt me dit qu'on approche...




Et il avait encore raison ! Mais comment fait-il ?!




Bon, c'est vrai qu'à la base, si on est venu à Legoland, c'est parce qu'il y avait du crédit à aller chercher. C'est un peu le motif premier. Donc dès qu'on croise le premier, on ne se fait pas prier. Quand bien même il s'agisse d'un Powered Mack. Dragen, c'est son nom. Comme pour la version de Legoland Deutschland, le grand-huit situe sa gare dans un chateau et propose une première partie toute en Dark Ride. C'est pas d'hier, mais ça reste assez réussi. Une fois cette première partie achevée, place à la seconde, la partie coaster ! Bon, place plutôt à l'ennui, parce que ce qui se fait de mieux sur Dragen, après le Dark Ride, c'est le retour en gare. +1, et merci.

Par ici le crédit !




J'le voyais un peu plus terrifiant que ça, le Dragen...




Un peu de théma dans la file, ça ne fait pas de mal.




Ah non mais y a des choses plutôt bien faites, on est d'accord !




Place maintenant à l'embarquement...




... et à l'emmerdement.




Sans transition, l'homme sans calebard.


Sans transition encore, place au crédit suivant, j'ai nommé X-treme Racers ! Mais c'est quoi ça ?! Un furieux Intamin ? Un launch S&S ?? Non. Une Wilde Maus Mack. Ah. Et puis une très mauvaise en plus. Du genre freinée sans arrêt mais avec quand même des à-coups dans les côtelettes.

Je crois que ce qu'il y a de plus extrême ici, c'est le nom de l'attraction.




Pour le reste, faudra repasser.




Mais genre, plus tard.




Beaucoup plus tard.




Alors, où c'est qu'on va ?




Bah chercher le dernier crédit pour essayer de rattraper tout ça, tiens ! Je veux bien sûr parler du dernier coaster en date du parc, Polar X-Plorer (2012).

Ça m'a tout l'air d'être par ici.




Il a peut-être ses chances, me direz-vous, puisqu'il s'agit d'un Zierer avec, on peut le dire (y a prescription), une portion free fall en fin de parcours. Ah ! Y a quelques Gs, quelques floatings, mais... c'est hyper court ! Passé le lift, il faut à peine plus de 20 secondes pour entrer dans le bâtiment de la Free Fall ! Et la partie Free Fall, justement, est bien faiblarde, le sas est absolument vide et les effets grotesques (une projection sur un petit écran face au train, et c'est tout). Et c'est là que le bas blesse. Parce que ce qui est censé amener de l'adrénaline au tout, comme la cerise sur le gâteau, dessert (lol) finalement complètement le ride en cassant un rythme certes pas dantesque, mais tout de même engageant. Finalement, on ne retiendra que les 20 premières secondes de ce Polar X-Plorer, qui sont qui plus est sympathiques, mais sans plus. Bon. Retour en gare, le train s'arrête un coup devant un bassin à manchots, et merci. Pas de quoi sauter au plafond, en fait. Ni même en refaire un tour.

Bon, là, y a eu restriction budgétaire pour la déco.




On n'était pas les seuls à vouloir essayer la bête.




Mais on est au Danemark, les opérations sont bonnes, alors tout va pour le mieux !




Et c'est parti pour... 20 secondes de grand-huit ? Ouais.




Parce qu'ensuite, vous entrerez là-dedans, pour la Free Fall, et ce sera la triste fin du fun.




Mais avant, profitons un peu de ce que l'attraction a à proposer, car même si c'est pas la folie furieuse,
ça reste assez rigolo.




Non ?




Si.




Un arrêt pas forcément nécessaire devant les manchots. Soit.




D'ailleurs, ensuite, on a même assisté à un spectacle, enfin... Une conférence sur les manchots. C'était bien Julien ?


Ça a l'air !




Ah, et puis si vous avez besoin de nous en tant que pompiers volontaires, même si on a l'air hyper motivé et que plus personne ne veut le faire, ne nous prenez pas. On s'est essayé à cet exercice, et je pense qu'en vrai, on aurait réussi à déclencher plusieurs incendies en essayant d'en éteindre un. Pas probant, donc.

Gardez nous éloigné de ces tenues le plus possible.




On a déjà fait des sculptures de nous 4, pour immortaliser notre piètre prestation.




On s'est quand même fait battre par des gamins de 8 ans...




On est ensuite allé essayer Challenge of Tutankha... euh... Non, Temple, voilà. Un Dark Ride Intéractif Mack intrinsèquement pas dégueulasse mais où il ne se passe absolument rien. Sitôt fait, sitôt oublié.

Pareil, on n'a pas compris un pet de ce qui se passe là-dedans, mais on a un bien pioupiouté.





Le problème, c'est qu'il ne se passe tellement rien, que tu pourrais bien pioupiouter dans le vide, ce serait pareil.


Bon, mais à part Ghost, y a-t-il une attraction fondamentalement bien à Legoland Billund ? Oui, et on y va de ce pas ! On profite d'ailleurs d'un des rares rayons de soleil de la journée pour s'engouffrer sous le porche d'entrée. Il s'agit de Vikings River Splash, parce que oui, que serait un parc scandinave sans son lot de vikings ? Il s'agit en l'occurance d'un Raft Intamin qui, s'il ne propose rien d'extraordinaire ou de bien humide sur l'ensemble de son parcours, se conclut par une petite drop ma foi bien rigolotte qui vaut à elle seule le temps d'attente. Parce que oui, à nouveau, que serait un parc scandinave sans ses visiteurs prêts à faire la file pour une attraction aquatique alors que le temps est menaçant, je vous le demande ! Ils ne sont pas à ça près !


Bon, après l'attente est de 20 minutes, c'est pas la mer à boire.



Tu ne commettrais pas le terrible affront de nous chier dessus, par hasard ?



Embarquement immédiat.


Le parcours est un poil trop tranquille.


Et la déco, bien que présente, fait un poil famélique.


La fameuse drop !


Enfin non, pas tout à fait.


C'est plutôt ça !


Et, je vous le donne en mille...


Ça fait de la belle vague !


Après, on serait bien allés tâter du Splash Battle, paraît-il bien fun, mais le soleil s'est aussitôt éclipsé.
Et vu qu'on n'est pas scandinaves...


Non, là, c'est encore exagéré compte tenu de la météo.


Un tour de Boat Ride alors ? Non merci. Qu'il y ait du soleil ou pas.


Encore des sculptures de nous 4 ? Bon sang... Quoi, y a un singe ? Bah oui, c'est Fafou, ça me paraît évident !


Non, nous ne sommes pas en Floride.


Ceci dit, une végétation dense et un peu de flotte, ça rend toujours bien !


N'est-ce pas ?


Non mais maintenant, on veut du fun, t'as compris ça ?


Du fun j'ai dit !


Un petit tour de tour ? Si elle chute ? Bah non. Et celle-là, vaut mieux pas.




Hého matelot, tu la vois notre prochaine destination ?


Quoi ? Tu veux qu'on aille faire ça ? Mais c'est quoi ça ?


Un Robocoaster Kuka, en fait. Et c'était le tout premier pour moi, puisque celui de Legoland Deutschland était absolument blindé lors de notre visite, en 2012, et qu'il était hors de question d'attendre 1h30 pour ça. Le concept est simple. Vous montez à bord d'une nacelle deux places installées au bout d'un bras. Puis le bras en question enchaînera des rotations, la nacelle pivotera sur elle-même, et vous serez bringuebalez à droite à gauche selon un programme que vous aurez vous-même définit avant de monter à bord. Si ça peut sembler amusant sur le papier, ça s'avère beaucoup moins sympa une fois à bord. C'est brusque, les séquences sont assez gerbantes, et on a qu'une envie, que la machine nous ramène les pieds sur terre le plus vite possible. Bon. Merci matelot, tes prochaines bonnes idées, tu te les gardes !

Un peu de théma, ça ne fait jamais de mal.


Bon, le problème, c'est que Fafou nous a lui-même fait notre programme...


En sélectionnant au pif à peu près tout ce qu'il était possible de sélectionner !


Rigolez bien, ça va moins faire les malins dans quelques minutes...


Gnark gnark gnark !


Mais alors, qu'est-ce qu'on fait ensuite ? Bah Ninjago, pardi ! Non, il ne s'agit pas d'un Sky Fly comme en Allemagne, mais du nouveau Dark Ride, encore intéractif, de Legoland Billund ! Le tout est une attraction à base d'intéractions avec des écrans, à l'instar de Toy Story Mania ou Maus-au-Chocolat.

J'imagine que là, ils ont mis le paquet !


Dans la file, des petites activités pour occuper les chiards ont été disposées.


Vous incarnerez un apprenti ninja qui devra apprendre à manier les éléments pour combattre les forces du grand dévoreur, qui s'attaque aux forces du bien pour prendre poss... MAIS BORDEL C'EST PAS MANIABLE VOTRE TRUC !!!!! On a beau avoir droit à un tuto aux graphismes post-PS1 avant d'embarquer, on ne comprend absolument pas comment ça marche ! Ça a l'air simple, pourtant, mais je pense avoir moins scoré qu'un manchot ! Allez, sortez moi de là avant que je pique une crise de nerf !

Ce qui est bien, c'est que je devais avoir à peu près la même tronche pendant l'attraction.
Même le personnage n'a pas l'air de comprendre ce qu'il fait !


Gné.


Bon, allez, au moins, il a pour lui d'être esthétiquement bien pourvu.
Loin de Magic Kingdom ou Phantasialand, mais bien foutu. Dommage que le Gameplay soit si hasardeux !


Le temps pour nous de poser nos fesses sur la dernière attraction de la journée, à savoir Lego Canoe ! Qui n'est autre qu'un... Oui là-bas, vous l'avez ? Oui ? Vous avez trouvé ? Un Flume ! Bravo ! Perspicace le mec !

Powatan n'est pas là pour déconner.


Vous l'aurez deviné là aussi, c'est l'entrée. Vous êtes redoutables.


En canoe Simone !


Bon, un Flume de moins de 10 mètres de haut, une seule drop, et un canal à n'en plus finir pourvu d'animaux en Lego tout du long. Ok, on repassera... Ou pas, on a compris !

Un flume qui fait un flop.


On aura beau zoner, on a bel et bien fait le tour du parc.


Et même trop fait le tour.


Je ne sais pas pourquoi, mais on ne s'est pas trop chauffés pour le 4D...


On a longuement hésité, avant de se raviser là aussi.


Nan mais respectez-nous svp.


On a passé l'âge.


Avant la pluie, le monorail ?


Claque nous ton plus gros swing Johnny, qu'on lève de la grognasse !




"Tu fais ça en France y a 35 morts et incendie général", le retour du retour.


Le mot de la fin sur Legoland Billund ? Je veux mon n'veu ! Comme son homologue allemand, c'est poussif. Y a rien à se mettre sous la dent de vraiment bandant. Ça y est, t'as l'image en tête. T'es dégoûtant. Bon, si, en fait, le Raft est cool, mais bien parce qu'il a une drop assez originale, mais pour le reste... Y a bien Ghost, mais une fois passé l'effet de surprise, on y revient pas. Polar X-Plorer ? Si 20 secondes de ride un temps soit peu rigolottes vous conviennent, alors on est bon. Enfin, vous l'aurez compris, Legoland Billund, c'est loin d'être l'éclate. Pourtant, y a moyen de faire quelque chose de bien, de ces parcs Lego. Le problème, c'est pas tant qu'on ne soit pas dans la cible familiale du parc, que le fait qu'ils ne prennent absolument aucun risque, et qu'ils ne proposent rien qui sorte du lot. Tout est aseptisé, déjà vu partout ailleurs, on est déjà lassé des rides avant même d'avoir posé nos fesses dessus... Ça a beau être bien entretenu, assez joli (enfin, pas partout), bien opéré, il manque juste l'essentiel pour un parc d'attractions... Lesdites attractions ! Les Dark Rides sont aux fraises, les grands-huits sont aux fraises, et y a rien de suffisamment accrocheur à côté pour avoir envie d'y revenir ! Et puis, c'est bien trop cher pour ce que c'est. Mais alors bien trop.

"Enfin, pas partout", vous comprenez maintenant ?


Pourquoi diable seules les têtes du mont Rushmore sont en Lego ? T'as peur que ta montagne s'écroule ?

On se croirait dans un jardin des années 90 !


Ouais, là ça commence à jurer un peu trop, ramenez-moi à ce que Legoland sait faire de mieux svp.


Voilà qui est mieux !

C'est vrai que sans être fan de Lego, on peut quand même avouer que ces zones ont de la gueule.

Ah, la petite sirène de Copenhague… Aussi grand qu’en vrai !


La Stavkirke de Borgund, une église norvégienne édifiée au 10ème siècle,
considérée comme la mieux préservée de toutes.
Bon, c'est pas exactement celle-là, hein ! Celle-ci est en Lego.


Alors... Faut savoir qu'on est resté 10 minutes devant cette fusée, parce qu'il y avait un décompte,
et qu'on était complètement excité à l'idée de voir ce qui allait se passer ! Véridique. Alors, 3, 2, 1 !...


Prout.


Faudra vraiment qu'on se perde dans l'espace temps pour qu'on remette rapidement les pieds dans ce parc. Ou alors qu'ils changent leur politique et qu'ils nous ouvrent un RMC sur le thème de La Grande Aventure Lego. Ouais. C'est beau de rêver. Deuxième parc Lego pour le tonton Doub, et le résultat est sans appel : ce ne sont définitivement pas des parcs recommandables.

Je vous laisse sur un teaser de la journée de demain. Parce que pour le coup, c'était vraiment de la science-fiction.
Y a-t-il un rapport avec la Cantina ? Oui. Hélas pour nous, oui.

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #126 le: 11 mars 2019 à 04:09:16 »


Le trip Jean-Monique




Alors là, on est parti pour un sacré sketch, alors attachez vos ceintures les copains. La veille, nous avons donc pris la route au départ de Billund, après notre visite de Legoland. Le parc se situe géographiquement au centre du Danemark. Direction donc le sud-ouest du pays, destination l’île de Rømø. 1h30 de route plus tard, nous arrivons à bon port.

La population est ici très différente, étant donné que l’île, peuplée de quelques 800 habitants, est avant tout un des lieux de vacances préférés des allemands du nord. Nous arrivons dans un hôtel assez peu accueillant perdu au milieu de la forêt, où l’hôte de ces lieux, une vieille sorcière de Salem à tignasse blonde, nous délivre nos clefs sans un sourire. 

Nous nous installons, puis allons manger je ne sais où, ma mémoire me faisant déjà défaut. Ce que je n’ai pas oublié, par contre, c’est la soirée en elle-même.

Il fait nuit, nous sommes installés près de la voiture, nous avons sorti les caisses de bières, le temps est dégagé, il fait plutôt bon. Tout va bien, en somme. Quand tout à coup, un son provenant des bois se fait de plus en plus précis. Nous entendons des rires machiavéliques, au loin, et de la musique. La même, en boucle. Dès qu’elle s’arrête, elle reprend. Les rires se font de plus en plus nombreux. Et nous percevons désormais de quel morceau il s’agit. C’est bien la Cantina de Star Wars, qui passe à n’en plus finir !


Nous sommes restés quelques heures installés près de la voiture, et ce morceau est passé sans discontinuer, pendant facilement 3h. NON-STOP. Les rires, eux, ne se sont pas estompés. Nous n’avons à ce jour aucune explication rationnelle pour comprendre ce sabbat. 

Le lendemain, nous reprenons la route vers la destination du jour : Rømø Lege. Mais qu’y a-t-il de beau là-bas, se demandent les plus curieux. Et bien… Deux Butterfly Heege évidemment ! Quoi ? Vous avez tapé toute cette route et avez consacré une journée entière de votre trip à ça ?! Bien sûr que oui ! Bon, le plan, à la base, c’était de créditer, et d’aller glander sur la plage, pour remonter tout le pays, puisque notre prochaine destination se situe au nord du Danemark. Mais le destin en a décidé autrement. À savoir qu’on est mercredi.

Merde.

Circonspection totale de l'assemblée. Silence de mort. C'est la panique. Même le gamin est stupéfait.

Bon, comment on gère cette situation ? C'est délicat. On grimpe par-dessus les grilles et on va créditer les Butterfly ? Putain, on n'est quand même pas venu ici pour rien ! C'est pas ce qu'annonçait le site internet du parc !! Allez, on va la jouer plus urbainement. Il s'agit avant tout d'un centre équestre avec une petite zone pour que les gamins aillent se défouler. Julien voit quelqu'un qui semble travailler sur place, s'affairer aux écuries. Ni un ni deux, il se dirige vers elle pour lui expliquer que nous sommes quatre malades mentaux. 3 français et 1 belge venus jusque-là parce qu'ils font un voyage composé d'étapes parcs d'attractions et qu'il serait formidable pour eux de pouvoir ajouter ces deux montagnes-russes à leur compteur, parce que oui, ce sont des montagnes-russes, parce que le sacro-saint coaster-count l'a décidé, et qu'en plus, ils comptent toutes les montagnes-russes différentes qu'ils font !

Stupéfaction de la dame, qui a dû hésiter entre appeler la police et aller se planquer dans son box. Finalement, nous n'obtiendrons pas gain de cause. C'est une personne différente qui est chargée de l'opération du parc (oui, UNE personne), c'est elle qui a les clefs, et aujourd'hui, elle n'est pas là. Ah, c'est ballot. Bon, bah faudra se faire une raison, pas de Rømø Lege aujourd'hui. Pas de +2. Et quelque chose me dit que le jour où on remettra les pieds sur cette partie du globe n'est pas arrivé. Quoique, je suis rancunier, et je n'aime pas rester sur des échecs. Mh...

C'est dommage, ça avait l'air vraiment bien !

RIP.

Et puis, bien entendu, les deux sont juste sous notre nez, visibles depuis le parking.

Et vous savez ce qu'il y a de plus étrange dans tout ça ? C'est qu'au moment où on s'est résolus à revenir vers la voiture, abattus par cette déconvenue, un son est arrivé jusqu'à nos oreilles. Peu perceptible au départ. Alors, je demande le silence, et lance un regard paniqué vers Thibaut. Putain, oui, c'est la Cantina. Comme hier soir. Au moment même où nous prenons conscience que nous avons parcouru tout ce chemin pour rien, la Cantina tonne depuis le fond de la forêt, comme lors de cette célébration démoniaque de la veille. Bordel de merde, cette île est maudite, c'est pas possible autrement ! Et ce que je vous raconte est absolument véridique, timing compris ! Fafou, Minijul et Tee-Bow pourront vous le confirmer ! Mais dans quel monde vit-on ! Quelle cruauté !!

Allez, on sort coaster-count de la poche, on va bien pouvoir se rattraper... Qu'est-ce qu'il y a dans le coin ? Rien ? Et un peu plus loin ? Ah ? Un +3 ? Mais c'est mieux qu'un +2 ça ! À 2h de route, au nord de l'Allemagne, pour partir le soir même jusqu'au nord du Danemark ? Bah qu'est-ce qu'on attend bon sang ?!

*

aqwnji

  • *
  • 1 608
    • Voir le profil
  • Home Park: Cigoland
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #127 le: 11 mars 2019 à 09:44:56 »
Super TR merci, les textes sont agreables a lire et les photos sont belles et illustrent bien.

Je ne peux que rajouter une couche sur Djurs qui est un parc genial ! Et en plus il s'est ameliore depuis votre visite. Les attractions sont au top aussi bien pour du gros coaster que du familial, tout est bien entretenu, soigne et thematise, et il y a quantite d'autres espaces de vie qui rendent le parc agreable (zone de pic nic, aire de jeu...) Bref un must.

Les deux autres parcs ensuite c'est moins ca...

CC:596
2018 : BGT, FSA (K&O), SWO, IoA, USF, Le Caire, KB, GIHPP, SWSA, ZDT, SFFT, SFOT, SDC, WoF, SFSL, BB, SFOG, Dolly, KK, KI, CP, SFGAm, Tov, BBL, Bak, Lise, Skara, TusenF, Fårup, Tiv F, Djurs, Lego B, Energ, Legend, HoPa, EP, Spirou, WB, Plopsa Coo, Petit Prince, WDS, DCP, Jardin d'Acc et Tuileries

*

Stato

  • ****
  • 124
    • Voir le profil
  • Home Park: Gröna Lund
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #128 le: 11 mars 2019 à 10:49:08 »
Un trip report fort divertissant. J'en redemande !

Et énorme, le coup de la Cantina  :mdr:

2019 : Parc Disneyland, Walt Disney Studios, Gröna Lund, Kolmården, Furuvik

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #129 le: 11 mars 2019 à 19:01:38 »


Le trip Jean-Monique




Comme on n’a peur de rien, c’est bien vers Tolk Schau que nous avons décidé de mettre les voiles. Un de ces très nombreux parcs allemands à destination de la famille, genre couple avec enfants de moins de 10 ans. Parce qu’on va être clair d’emblée : le gros coaster, le gros water ou la grosse Free Fall, c’est pas ici qu’il va falloir venir les chercher !

 Nous voici donc à quelques kilomètres de la frontière danoise, dans ce qui s’avère être le parc le plus au nord de l’Allemagne. Ouvert en 1963 comme un bois des contes, le parc s’est peu à peu transformé pour ajouter des attractions et s’étale sur pas moins de 30 hectares, presque aussi grand que le Parc Astérix !

Alors que revoilà le parc surprise !

Par ici les... WC ?

Ah nan, c'était l'entrée.

Qu'est-ce que ça dit dans un premier temps ? Ça dit que c'est très vert ! Pas forcément très entretenu, plutôt vert de type sauvage. La végétation se résume surtout aux arbres de la forêt locale, dans laquelle le parc est implanté, plus qu'à des fleurs, des arbustes et des arbres plantés à la mano de-ci de-là. Le problème, pour le coup, c'est qu'on est au mois d'août, et qu'on a beau être au nord de l'Allemagne, ça tape. Les allées sont toutes faites de pavés, qui ne doivent pas être là depuis hier (c'est quand même bien mieux que le bitume, on est d'accord), mais ne disposent pas d'un pet d'ombre ! Certaines attractions sont posées en plein milieu de celles-ci, sous un cagnard de tous les diables, comme si le but secret et diabolique de Tolk Schau était de flanquer un max d'insolations aux petites têtes blondes venues expérimenter du tourniquet. Qu'ils sont fourbes ces allemands...

À savoir également que le parc se découpe en deux parties. La première en contre-bas, dans la forêt, où se situent la majeure partie des attractions, et la seconde sur une colline où se tiennent des expositions, une luge d'été, des animaux, des sculptures d'animaux, de dinosaures (what ?), et d'horribles sculptures géantes d'insectes. Pour tout vous dire, ces sculptures, c'est pas ce que j'ai foncièrement préféré.

Quitte à avoir l'air malin d'entrée...

Un peu d'ombre s'il vous plaît !

Ouais, c'est un peu mieux. Et un peu d'attractions maintenant ?

Oui, parce que si vous avez lu le chapitre précédent, vous savez que nous sommes venus chercher un +3 à Tolk Schau. Et quel +3 ! Le premier, Butterfly, est un... Butterfly de chez Heege, tout à fait ! Ouvert en 1989, cette attraction de 6m10... Mais qu'est-ce que je raconte moi ! +1 et puis s'en va !

Allez, ça dégage.

Trop de fun tue le fun.

Non, hélas, ce n'est pas compté comme +1.

Comme ça ne suffisait pas, et qu'un Butterfly ça fait vraiment radin dans un petit parc allemand, ils ont eu la bonne idée d'en ouvrir un deuxième, neuf ans plus tard, en 1998 ! Encore +1 !

Petit rappel au cas où t'aurais oublié.

Ah ça y a pas à dire, tant de bonnes choses, ça fait vriller les têtes.

Et comme ça ne suffisait pas... Non, je déconne, pas de troisième Butterfly à Tolk Schau. C'est dommage, on commençait à prendre le coup. À la place, ce sera un Force One de chez Zierer, ouvert dans les années 2000. Le crédit répond au doux nom de Familien-Achterbahn (ah ouais, ils ne se sont vraiment pas foulés pour les noms), et n'a pour seul intérêt que le fait de faire grimper le compteur. En plus il se permet quelques impolitesses de type brutalité. Non mais franchement.

Tiens, mais qui voilà ?

C'est le roi du fun !

Et toi, tu le sens arriver le roi du fun ?

Alors c'est parti mon kiki !

Y a pas à chier, on a bien fait de venir ici.

On profite une dernière fois de la puissance de ce camelback, et on passe à autre chose.

Mais autre chose, c'est quoi ? Ah bah là j'avoue que tu m'en poses une bonne, Maurice. Et bien je vais te répondre que dans tous les parcs allemands de cette taille qui se respectent, on va pouvoir passer en revue le catalogue Heege ! Yeah !

Après les deux Butterfly (parce que faut pas déconner), voici un Nautic Jet !

Bon, ça reste sûrement ce qu'ils font de plus rigolo.

Un Motorschaukel, re-yeah !

Même une tour, mais où s'arrêtera le fun ?!

Certainement sur ce Luna-Loop.

Non, vraiment, je pense qu'on s'en tiendra au Nautic Jet.

C'est ainsi que nous sommes partis à l'ascension de la colline de Tolk, nous sans imaginer que nous allions tomber nez-à-nez avec des tyrannosaures, des hommes des cavernes et autres coléoptères géants... Non, vraiment Tolk Schau, était-ce bien nécessaire ? L'exposition sur les trains miniatures (oui, les trains, c'est leur dada), la préhistoire, les eunuques de Sibérie (non, ça y a pas), je veux bien. Mais des putains d'insectes géants, y avait-il un besoin absolu ?? Non. Non, non et non. Définitivement.

Vous venez d'entrer dans... la "ferme ta gueule" zone... Tin tin tiiiiiiin...

Reste plus grand chose du bois des contes.

Suivez le guide !

On ne lésine pas sur la déco à Tolk Schau.

La "ferme de ta gueule" zone, histoire d'éviter d'effrayer cet éléphant des forêts, peut-être ?

Ou ce tyrannosaure des plaines ?

Ou ce co... ooooOOOOOH MAIS DÉGAGEZ ÇA DE LÀ !!!!

Qu'est-ce que je viens de vous dire ??!!!

Ah voilà, je comprends mieux.

Non mais c'est quoi encore cette horreur au-dessus de ce bâtiment déjà pas bien beau à la base ?...

Jolie déco.

Retour à Legoland ? Pas tout à fait.

Des trains miniatures...

Et grandeur nature ! Cherchez pas à comprendre.

Oula, est-ce qu'on est encore dans le parc au moins ?

Faut croire que oui !

Mais vu la queue qu'il y a, le débit qu'il y a, et la population qu'il y a, si c'est pour freiner tous les 3 mètres...

Parce que quand je dis que ça allait à 3 à l'heure, ça allait à 3 à l'heure...

Du coup, on est plutôt allés faire les cons dans les aires de jeux...

Vous voulez ma peau ou quoi ?!

J'vous avais bien dit qu'il y avait une colline !

Et avons profité de certains endroits agréables, sans bestioles dégueulasse pour surgir du décors.

Tiens, qu'est-ce qu'il y a là-dedans ?

Ah !

AH ! Bah oui tiens, du gastéropode géant maintenant !

Et si on faisait un peu d'archéologie ? Non ? Bon.

Bon, allez, redescendons dans la forêt. Il doit bien y avoir quelques attractions fendardes qui sont jusque là passées au travers, et sur lesquelles vous allez vous éclater !

Tu vois, y a que l'embarras du choix !

Mais oui, tout à fait !

Encore mieux !

Y a pas à dire, on a bien fait de redescendre !

Bon, on arrête les jump scares là !

Oh, mais si vous faites les difficiles, aussi...

Regarde, y a un hara-kiri !

Et ça, toujours pas ?

Allez, le mieux que j'ai sous le coude ?

Non mais à la limite, les Bumper Cars, j'aime bien, mais là on est trop grands.

Et là beaucoup trop grands...

Et si on fait bouing-bouing, on les envoie tous sur la Lune...

On aura pas compris la fascination qu'ils entretiennent pour les trains, pourtant l'explication doit être logique.

C'est pas pour autant qu'on allait faire un tour de petit train...

Non, te fatigue pas, je pense que ce sera tout pour aujourd'hui. Je ne vais pas tirer sur l'ambulance. On sait très bien en venant à Tolk Schau que ça ne va pas être l'éclate du siècle. Parce qu'encore une fois, on n'est pas du tout dans la cible. Après, certains petits parcs ont prouvé qu'il était possible de satisfaire tout un panel de visiteurs, sans débourser des mille et des cents pour s'offrir des bécanes qui chatouillent le bas du ventre. Là, le premier qui me vient à l'esprit, c'est Freizeitpark Ruhpolding, un autre petit parc allemand dont on n'attendait pas grand chose et qui s'est finalement avéré être une excellente surprise. Tolk Schau, ça fait très famille, dans le sens où on a l'impression qu'il n'y a que les locaux qui y vont, et qu'ils y viennent régulièrement. Limite la grosse Bertha de la brasserie demande des nouvelles du petit Jurgen à la cliente, tu vois ce que je veux dire.

La déchirante séparation, il est temps de partir...

Mais ça fait quand même bien vieillot, certaines attractions sont posées là un peu à l'arrache (surtout les petits jeux pour enfants, type tourniquets, balançoires). Il en va de même pour la déco qui part en sucette sans qu'on ne comprenne pourquoi, je ne reviendrai pas sur mon expérience traumatisante avec les insectes. Mais c'est pas désagréable en soi, c'est ça qui est étrange. C'est vieux, dans son jus, certes ça macère un peu, mais y a pas de véritable scandale. C'est beaucoup moins laid qu'un Märchenwald im Isartal, ou même qu'un Fantasiana, par exemple ! Et puis, comparativement à la veille (Legoland Billund), on n'a pas l'impression de se faire voler. Oui, j'ai réussi à comparer Legoland Billund à Tolk Schau. Tout à fait. Et j'en suis fier. Allez, il est temps d'y aller. C'est pas comme s'il y avait 4h de route à se farcir pour rejoindre le nord du Danemark, mais il y a carrément 4h de route à se farcir pour rejoindre le nord du Danemark !

On aurait bien laissé Julien, là, peut-être un peu triste à l'idée de partir.
En mode creepy dude seul sur son tourniquet dans un parc plein d'enfants.

*

Rem10

  • ********
  • 4 554
    • Voir le profil
  • Home Park: WRA
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #130 le: 11 mars 2019 à 19:40:19 »
Tient j'ignorait totalement l'existence de ce parc ...  qui ne fait pas du tout rêver  :fou:
Coaster Count : 241

Top 30 : 1/Shambi 2/Taron 3/EGF 4/iSpeed 5/ Goliath 6/ Desert Race 7/Flug der Damonnen 8/ Katun 9/Silver Star 10/Superman (PWM) 11/Karnan 12/Oziris 13/Alpina Blitz 14/Black Mamba 15/Red Force 16 /Dragon Khan 17/Troy 18/Blue Fire 19/Wodan 20/Baron 21/Fluch von Novgorod 22/Oblivion TBH 23/Shock 24/Krake 25/Timber 26/Anubis 27/Wood Express 28/Lost Gravity 29/Mystic 30/Yukon Quad

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #131 le: 12 mars 2019 à 03:55:32 »


Le trip Jean-Monique




Retour aux choses sérieuses aujourd'hui. Tout comme Djurs Sommerland, le voisin Fårup Sommerland est un parc qui me faisait de l’œil depuis bien longtemps. Outre le fait d’avoir Sommerland en commun dans le nom, ces parcs ont à cœur de proposer à leurs visiteurs une expérience de qualité, se traduisant par un entretien nickel chrome du site, des opérations toutes aussi bonnes, et un choix d’attraction ma foi fort intéressant. Ok, on est un peu en-deça de Djurs à ce sujet, mais quand même, il y a de quoi passer un très bon moment.

 Ouvert en 1975, Fårup est de 6 années l’aîné de son concurrent direct, Djurs.

Le parc se situe tout au nord du Danemark, la ville la plus importante et la plus proche du site étant Aalborg, qui se trouve à 1h30 de voiture de là. Autant le dire tout de suite : c’est bien paumé. Après être allé fouiner un peu dans Wikipedia, je peux vous faire un petit historique du parc, qui doit son ouverture à… l’essor des supermarchés ! En effet, la famille au commande de Fårup, qui gagnait grassement sa croute dans le commerce des produits d’épicerie, a vu son chiffre d’affaire dégringoler dès l’émergence des supermarchés, dans les années 70. Ils ont donc tout plaqué pour se tourner vers un nouveau marché en plein essor… Celui du loisirs ! Et c’est ainsi qu’est né Fårup Sommerland. Voilà, vous savez tout. C’est génial, hein ?

Tu sais ce qui serait encore plus génial ? Ce serait qu'on visite le parc.

Oui oui, on y va, roooh ! Je vous trouve bien pressés, hein !

Ce qui est sûr, c'est qu'il va y avoir de quoi s'occuper aujourd'hui !

Et on commence d'ailleurs avec une attraction qui n'est pas indiquée sur les panneaux, et qui sera ni plus ni moins que le premier crédit de la journée, à savoir Pindsvinet ! Bon, calmez votre enthousiasme, vous en faites trop. Il s'agit tout de même d'un Family Zamperla, alors on va y aller mollo.

Mollo oui, mais décidés !

J'en connais un qui a encore la tête dans le gaz...

Je ne sais pas si Pindsvinet l'aidera à se réveiller, toujours est-il qu'on est parti !

Et c'est du lourd !

Assurément du lourd.

On a un évènement à fêter aujourd'hui ! Plus qu'un crédit, et Thibaut fêtera son 200ème ! Du coup, le choix s'est porté sur Orkanen ! C'est comme qui dirait assez différent du coaster précédent. Il s'agit du dernier né du parc, un Suspended Family Coaster des hollandais de Vekoma, dans son modèle 453 mètres. Le grand-huit, haut de 19 mètres, envoie voler ses passagers à une vitesse atteignant 75km/h, dans un parcours parfaitement intégré au-dessus/en-dessous/au-travers d'un bassin créé pour l'occasion, le tout avec une douceur absolument délectable. C'est très planant, parfois puissant, mais toujours bien dosé !

Quelque chose me dit que ça va être bien !

C'est par ici que ça se passe !

Mais c'est qu'il est tout content d'aller chercher son crédit !

Allez hop, plus de temps à perdre !

Ce coup-ci, c'est la bonne !

C'est simple, on n'a pas à craindre une quelconque secousse, un quelconque à-coup, on a juste à se laisser porter par le layout qui passe comme une lettre à la poste et qui propose une bonne petite dose de Gs, malgré son appellation familiale ! Un peu comme Juvelen à Djurs, en moins farouche cependant.

Une très bonne petite montagne-russe, qui a en plus pour elle d'être sobre mais absolument superbe. La grande classe.

Petit passage dans sous le bassin du meilleur des effets.

Demi-tour, toute !

"J'aimerais mieux être un oiseau..."

"Ça plâne pour moi !" Bon, c'est bon, t'as fini avec tes références nulles ?

Vous reprendriez bien une petite dose de Gs ? Mais avec plaisir !

La suite du programme ? Mais bien entendu ! Il s'agit du Wooden voisin, signé S&S, ouvert en 2004, et répondant au doux nom de Falken. Les Wooden S&S sont rares, il n'y en a que 4 dans le monde. Et celui-ci est le seul à ne pas être ancré dans le sol américain !

Tiens, mais que vois-je ? Un Wooden !

Après une très courte attente, plus qu'à poser un cul.

Bon, après, il a pu avoir bonne presse jadis, mais aujourd'hui, sans être mauvais, le grand-huit est plutôt passable. Le layout est sympathique pour une bestiole de cette taille (rappelons qu'il dépasse à peine les 600 mètres pour 20 mètres de hauteur), mais il souffre d'incessantes vibrations qui vous prendront du début à la fin du ride. Elles ne sont pas violentes comme sur les affreux Stampida et Gwazi, mais parasitent tout de même le tout et empêchent le chain-ride sous peine de maux de tête. C'est bien dommage, parce que vu l'affluence du jour, on aurait pu en profiter beaucoup plus !

Ready ?

La question ne se pose pas, allons voir de quel bois Falken se chauffe !

D'un bois un brin trop sec pour nous convenir.

Mais ce ne sont pas les bonnes idées qui manquent, en atteste ce headchopper.

C'est d'autant plus regrettable, parce qu'on sent vraiment le potentiel du grand-huit, et on se dit que s'il n'y avait pas ce problème, ce serait un chouette Wooden familial, et ça, ça ne court pas les rues. Alors, pour nuancer, comprenez que Falken est loin d'être à jeter. Son parcours combine camelbacks bien fournis en Gs négatifs, tunnel, passage en structure, proximité de la végétation... Une addition de petites choses qu'on aime ! Je ne sais pas d'où vient le problème, des trains ou de la structure, mais c'est sûr qu'après 12 ans de bons et loyaux services, et vu le coût que nécessite l'entretien d'un Wooden, les premières rides apparaissent comme le nez au milieu de la figure.

Du coup, on rentre au bercail, et on passe à autre chose.

Et cet autre chose, c'est Lynet, un Launch Coaster Gerstlauer au parcours unique, qui peut se diviser en trois parties distinctes de par ses breakzones. La première et meilleure comprend le launch vous envoyant à 80km/h en 2 secondes. La portion propulsée étant assez courte, le tout s'avère particulièrement nerveux et assez fournis en guilis dans l'zizi. Puis top-hat et camelback bien fournis en Gs négatifs comme on les aime.

Constatez par vous-mêmes !

Next target en approche.

L'entrée/gare de Lynet est ma foi bien jolie.

Roh bon sang... Pas ces harnais...

Quand faut y aller, faut y aller !

Côté top-hat, c'est nickel !

Côté camelback, idem !

Ensuite, par contre, c'est déjà plus la même chanson...

Et le Jukebox change ici.

Ensuite, la seconde partie, beaucoup moins bonne, comprend deux inversions : une corkscrew et un heartline-roll. Beaucoup moins bonne, parce que le gros problème de Lynet, c'est d'être un Gerstlauer, muni de trains Gerstlauer, et donc... de harnais Gerstlauer. Vous savez, ces blocs de béton qui vous déboîtent la machoire à la moindre secousse ? Bah voilà, on y est. Alors même si Lynet ne vibre pas des masses (ça passe même plutôt tranquillement), les tous petits à-coups suffisent à vous pourrir le ride et envoyant votre molaire dire bonjour au horse-collar.

Attention les dents...

J'vous avais prévenus !

C'est dommage, parce que le layout est intéressant, même remarque que Falken !

La troisième partie, elle, ne comprend que 3 maigres virages avant de vous envoyer sur les final breaks. Du coup ? Comme Falken, c'est pas mauvais en soi, mais le circuit est tellement parasité qu'on a du mal à prendre du plaisir dessus. On est relativement tranquilles lors de la première partie, et au moment même où on quitte la première zone de frein, la chose dégénère. C'est dommage, mais c'est ainsi. À partir du moment où on anticipe les éléments, on arrive à en profiter. Si on se laisse simplement porter par le layout, c'est le dentiste assuré.

Voilà qui conclut cet avis sur Lynet !

Un petit barbeuc à la cool, et on repart.

À noter ces tables placées par le parc dans des endroits très verts,
où on peut apporter sa PROPRE bouffe ! Prenez des notes, parcs français !

Mais c'est qu'il y a de la déco par ici !

Aussi intéressant que ça puisse paraître pour la digestion, c'est non merci,
on a encore 2 crédits à aller chercher nous !

Place à l'avant dernier crédit de Fårup, Mine Expressen, qui se trouve être un grand-huit notable dans l'histoire du parc, étant donné qu'il s'agit du tout premier, ouvert en 1992 ! À part ce fait, rien à retenir, c'est un Family Vekoma qui sillonne à travers les arbres, bla bla bla, pas besoin d'épiloguer 15 jours.

L'entrée est toute mignonne, j'apprécie.

La gare est très probablement la même qu'à l'origine.

Un point positif quant à ce crédit, il est vraiment très proche des arbres.

Très, très proche.

Ce qui me permet de m'autoriser une minute arty.

Et ainsi de passer au dernier crédit avec un sentiment de fierté non négligeable. Sortez l'étendard, faites chanter le coq, entonnez la marseillaise, ce crédit, c'est le fleuron de la France, le fleuron de Charles de Gaulle, des Lumières et de Brie-Comte-Robert. Ce crédit, c'est un Spinning Reverchon ! Main sur le coeur !

Flagermusen que ça s'appelle. Alias la "chauve-souris".

Et contre toute attente, c'était pas très bien.

Et pour en avoir le cœur net...

... il nous a fallu l'essayer.

Le verdict est sans appel...

C'est d'la merde.

Ok, le tour des montagnes-russes, c'est fait. Orkanen sort vraiment du lot et se ride en boucle, Falken et Lynet se rident aussi mais pêchent par leur manque de confort, et les autres sont soit hors d'âge, soit sans intérêt. Et le reste des attractions alors ? Bah on va voir ça tout de suite, tiens ! On retrouve en fait tout ce qu'un parc peut comporter d'attractions classiques. J'entends par-là Flume, Raft, la panoplie habituelle de Flat Rides type Wave Swinger, 4D, carrousel, Family Tower Zierer, Tea Cups, train panoramique, Mini Jet... Mais aucun Dark Ride. Visiblement, ça n'a pas l'air d'être leur truc au Danemark, parce qu'à part à Tivoli Gardens et à Legoland Billund, aucun Dark Ride à signaler sur l'ensemble du trip ! Et je doute qu'il y en avait à Rømø Lege, même si on n'a pas franchi la grille du parc.

On va donner sa chance au raft, tiens !

Verdict sous peu...

Comme ne le souligne pas cette photo, le raft est vraiment très bon,
bien accidenté, bien bordélique, on recommande !

Sortez le parapluie.

Le flume maintenant ?

Puisque vous insistez !

Première descente...

Deuxième descente... Et alors ? C'était comment Thibaut ?

Merci Thibaut !

On s'est aussi farcis le 4D...

Avec un film se déroulant à Europa Park ! Cherchez l'erreur !

Bon, ça, on ne se l'est pas farcis.

Le parc dispose aussi d'un parcours aventure hyper casse-gueule,
et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on s'est bien marré !

Et de quelques classiques qu'on ne peut pas ne pas croiser dans un parc digne de ce nom.

Après, de là à monter dessus, c'est une autre histoire...

Qu'on ne racontera pas.

Non, c'est bon, on a déjà trop fait les zouaves aujourd’hui.

J'ai dit non !

Ah par contre le gros bouing-bouing... Mais je ne réponds de rien quant au vol plané de la gamine !

Si on a réussi à venir jusque là, c'est qu'on a déjà le permis, réfléchis un peu !

Mais vous savez ce qu'il y a de mieux à Fårup Sommerland ? C'est son parc aquatique. Oui, vous lisez bien. Quand bien même on est au bord de la mer du Nord, au nord du Danemark, ils ont mis le paquet sur le parc aquatique. À 15h, on avait déjà bien fait le tour du parc, le soleil s'est enfin levé, la température monte, et on a décidé de s'y aventurer. Et qu'est-ce qu'on s'est marrés ! On a vraiment passé un très bon moment. C'est du fun à n'en plus finir.

C'est par ici qu'on rigole !

Avec Thibaut, nous avons voulu faire les mariolles, et nous sommes lancés à l'assaut de l'Aqualoop local. Vous savez, ces toboggans où, après qu'une trappe ce soit ouverte sous vos pieds, vos dévalez une pente méchamment raide pour négocier une quasi inversion dans le tube ? Bah voilà. Et c'était un vrai sketch.

Le fameux aqualoop.

Thibaut est le premier à passer. Il monte dans le sas, en me regardant comme pour la dernière fois, un peu le même regard qu'il m'a lancé du haut de la Sky Tower à Tivoli Friheden. La porte se ferme, je le sens tout constipé. Puis, un bruit de chasse d'eau plus tard, le voilà qui disparait, non sans pousser un cri de barbare emporté par les sabots du minotaure. Et quand je suis passé, ce n'est pas une chasse d'eau qui m'a donné le signal, mais le chant d'un Tyrol. Lorsque la trappe s'ouvre, on ne comprend rien à notre vie. C'est le noir absolu, on ferme la bouche pour ne pas boire la tasse, et on se laisse malmener sans comprendre une seule seconde ce qui est en train de se passer. Quelques secondes plus tard, nous voici dans le bassin de réception, d'abord hébété, puis complètement hilare. À ne manquer sans aucun prétexte !

Non loin de là, une espèce de rivière sauvage très, très, très sauvage. Le parcours se divise en deux, dès le départ. On peut choisir un chemin assez accidenté, mais plutôt tranquille, et un autre complètement rock'n'roll et surréaliste, faisant que, lorsqu'on attend pour une bouée au niveau des bassins de réception, plus bas, on voit régulièrement des bouées arriver les premières, et des visiteurs débouler après. C'est un vrai challenge que de rester les fesses sur sa bouée dans ce bazar ! Le but était donc simple, ne pas passer par là tout de suite, histoire de s'échauffer... Et devinez ce qu'il s'est passé lors de notre premier passage...

On se place à 4 dans le premier bassin, au début du parcours. Chacun tient la bouée de l'autre, formant ainsi une chaîne. On se dirige gentiment vers le parcours le plus soft. Le courant est avec nous, et nous y entraîne. Jusqu'au moment où Thibaut lâche ma putain de bouée, et que je me retrouve entraîné... vers l'autre côté ! Impossible de lutter contre le courant, je m'y dirige tout droit en damnant la terre entière ! Et ce qui devait arriver arriva, je bascule dès la première agression du parcours, et dégringole jusqu'en bas en ayant perdu ma bouée ! Sous les rires machiavéliques de mes camarades, cela va sans dire... Les autres slides sont un peu plus quelconque, mais restent quand même amusants. Cependant, je vous recommande très vivement ces deux-là !

Au final, après 2h de barbotage, le parc aquatique ferme ses portes, le temps pour nous d'enchaîner quelques tours d'Orkanen avant de mettre les voiles et de quitter l'avant-dernier parc de ce trip !

La gare d'Orkanen est décorée avec simplicité, et avec brio.

Et c'est parti pour les derniers rides de la journée !

Appétissant, n'est-ce pas ?

Autant qu'il y paraît !

Mais oui Falken, je t'aime moins, mais t'es beau aussi !

Mais oui Lynet, je t'aime encore un peu moins, surtout tes foutus harnais, mais t'es beau aussi !

Profitons-en pour glisser la petite conclusion qui va bien. Fårup est un poil en-dessous de Djurs. Niveau montagnes-russes, rien d'extrême, mais de l'excellent familial avec l'inlassable Orkanen sur lequel on pourrait rester installé des heures durant. Comme dit dès l'intro, le parc jouit de très bonnes opérations, d'un entretien au poil et d'un personnel souriant et aux petits soins. L'offre en terme d'attractions reste plus qu'honnête, le raft et le Vekoma en tête, et, même si Falken et Lynet ne sont pas exempts de défauts (putain d'inconfort), ils restent des rides que vous pourrez faire deux ou trois fois, pour peu que votre tolérance aux vibrations soit importante. À côté de cela, le parc aquatique est loin d'être anecdotique, et comblera parfaitement votre journée avec un moment de fun assuré et très révélateur du soin apporté à chaque décision prise par le parc pour satisfaire le visiteur.

Si vous souhaitez passer une nuit à Fårup, le parc dispose désormais de son hôtel,
situé juste en face d’Orkanen et Falken.

Certaines boutiques font aussi office de bar.

Mais nous, ce sera plutôt en terrasse, avec une petite mousse avant de partir !

Il manque cependant quelque chose à Fårup. C'est l'ambiance. Pas de musique dans les allées et pas d'attraction véritablement immersive. Il n'y a aucune faute de goût, tout ce qui est fait est très bien fait, mais on voudrait que le parc développe son univers et souhaite nous y plonger. Toujours est-il que nous avons passé une très bonne journée ici, et que nous reviendrons avec plaisir lorsque le parc nous proposera une nouveauté alléchante. Et ça arrivera bien, tôt ou tard !

En attendant, place aux adieux déchirant avec notre Kadjar,
que nous laissons au Danemark pour prendre un ferry direction... la Suède !

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #132 le: 13 mars 2019 à 15:59:18 »


Le trip Jean-Monique




Comment mieux conclure ce trip qu'avec le haut du panier en matière de parcs d'attractions en Europe ? Comment ne pas être excité à l'idée d'enfin découvrir le fameux Liseberg, dont ne me parle depuis un temps si reculé qu'on n'avait pas encore découvert le feu dans nos cavernes ? C'est donc à Göteborg, en Suède, que se tiendront les deux dernières journées de ce trip, toutes deux consacrées au parc citadin de la ville. Liseberg, "colline de Lise", se situe à flanc de colline (no way!), presque au centre de Göteborg, encore mieux placé que le jardin d'acclimatation, pour que nos amis parisiens se situent. Et la comparaison ne s'arrête pas à la localisation, mais si je commence à rentrer dans ce jeu là, vous allez tous sortir vos fourches et monter à l'assaut de notre escroquerie parisienne. Alors, prends une grande inspiration, reste calme, détends-toi, et profite de ce TR qui, j'en suis sûr, te fera prendre un billet d'avion dans les plus brefs délais pour aller créditer en Suède.

J'ai comme l'impression qu'on approche !

Sur votre droite, ce sera plutôt champêtre.

À gauche un peu plus urbain, avec, pour nos amis du vertige...

Une piscine sur ce bâtiment, mais tout à fait !

Allez, place aux choses sérieuses !

Pas de doute possible, on a bien changé de pays.

En entrant dans Liseberg, même constat que pour la plupart des parcs danois : l'entretien est nickel, c'est propre, c'est chiadé sans en faire des caisses, on adhère à 4000%. Il y a un côté Tivoli Gardens assez prononcé ici, les deux parcs se ressemblent dans pas mal d'aspects (le côté vintage, la présence d'une scène pour accueillir des concerts, un kiosque pour danser, les allées pavées et bordées d'arbres et de fleurs...), tout en ayant chacun un charme et un cachet qui leur sont propres.

Mais alors, quelle sera la première réjouissance du jour ? Ce jour, nous sommes un vendredi, le parc ouvre relativement tard, en milieu/fin d'après-midi, pour fermer en fin de soirée ! Donc on a bien eu le temps de se reposer, là on est d'attaque !

Non, on ne va pas commencer par Helix, que vous déjà pouvez apercevoir à droite.

Miam !

De toute façon, il est encore fermé pour le visiteur, la bête est en test. Donc autant commencer par le traditionnel premier crédit tout pourri, histoire d'en être débarrassé et de se mettre en jambes ! Et l'heureux gagnant, ce sera Rabalder ! Non, pas le Plug & Play situé dans ce même parc, RAbalder. C'est pas la même !

Ici, il s'agit d'un Force Two Zierer.

Vous serez surpris d'apprendre que nous n'avons même pas besoin de monter à bord pour savoir que le RAS est total.

Par contre, pour choper le +1...

... là y a pas tellement le choix !

Y a l'air d'y avoir des choses intéressantes par là-bas !

Tu veux parler des chaises volantes ?

De ce Flying Tiger ?

Ou de ces bumper-cars ?

Rien de tout ça ! Oh, mais je vous trouve d'un cynisme aujourd'hui ! C'est du jamais vu, hein ! Que d'impatience, c'est dingue... Bon, nous aussi on l'est, on ne va pas vous le cacher... Et quand bien même on voudrait faire durer l'attente, on y arriverait pas. Il est temps pour votre humble serviteur de s'engager derechef dans la file non pas de Balder, comme vous pouviez l'imaginer, mais d'Helix ! Pour ça, nous empruntons un escalator de 3km, qui nous mène dans un bâtiment abritant l'entrée d'Helix d'un côté, celle d'AtmosFear de l'autre.

"Qu'est-ce qu'on attend pour faire la fête ?"

"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?"

Il se passe de chouettes choses du haut de cette colline !

Et la vue n'est pas dégueu !

Qu'en pensez-vous ??

Quant à la file en elle-même, on a rien compris à ce qu'il se passe ou ce que ça raconte. On monte, on descend, on tourne, on re-tourne, le tout dans un décors futuriste/pré-fabriqué très étrange (sans être laid pour autant), avec une soundtrack qui défonce bien sa maman (merci IMAscore), et des jeux d'éclairage bleus et verts qui mettent en évidence... Je ne sais trop quoi. M'enfin, c'est pas vraiment pour les subtilités de la théma qu'on est s'est engagé dans cette file, mais bien pour ce qu'il y a au bout, et Ma Ma Mia ! Qu'est-ce qu'il y a au bout !

Ne cherchez pas, on n'a pas compris non plus.

Attention, pas de thermomètre dans l'fion.

Y a pire comme crédit pour fêter son 350ème mon bon Fafou !

Bon, on ne va pas rappeler à quel point ces trains, ces assises et ces lap-bars sont formidables. C'est spacieux, confortable, la liberté de mouvements est excellente, bref, du petit lait ! Alors on pose un cul, first ride first row, on abaisse la lap-bar, et c'est parti pour 2 minutes 10 de jouissance absolue. Dispatch. Le train commence par une petite descente en sortie de gare avec une corkscrew pour s'échauffer, puis petite balade entre les arbres avant d'arriver sur le premier LSM.

Allez, ça dégage !

Place à la petite mise en jambe qui va bien !

Et vu du bas ! Mais quel metteur en scène ce Doub !

On est chez Mack, alors les LSM sont très gentils, pas boostés aux amphets comme chez Intamin. Allez, c'est peut-être le petit point noir du ride, les launchs ne sont pas assez burnés et manquent de patate. Pour le reste, c'est nickel chrome. Parce qu'après le launch en question, on a droit à une nouvelle corkscrew qui passe du feu de Dieu, de suite après être sorti des LSM, et le côté Terrain Coaster prend maintenant tout son sens. Parce que oui, comme vous avez pu le remarquer, Helix est construit à flanc de colline, et son layout exploite totalement le terrain, tout en s'enchevêtrant avec Lisebergbanan et le flume local. Tant et si bien qu'il nous arrive à plusieurs reprises d'être surpris par la dénivelée d'une drop, comme sur celle qui arrive maintenant ! On arrive sur la bosse, et on ne voit pas que derrière, ça descend beaucoup plus que ce qu'on imaginait ! Et ces petites surprises ajoutent beaucoup à l'intérêt de la découverte du layout !

Ce coup-ci c'est vraiment parti pour la session de rodéo !

Et hop, ça swing !

Le layout épouse les aspérités de la colline avec une certaine majesté !

La petite surprise, c'est donc cadeau, place maintenant au Norwegian Loop, élément qui passe crème, aussi beau à l'extérieur que fun à l'intérieur ! Un camelback bien fourni en Gs négatifs plus loin, le train s'engouffre dans un Zero-G Roll un brin trop burné pour porter ce nom là, et vient casser sa ligne avec un virage sur la gauche pas piqué des hannetons ! Un demi-tour plus loin, nous voici sur le second LSM, qui nous envoie directement sur les deux meilleurs éléments du parcours : le top-hat inversé et un camelback qui cache une drop de malade, et dont la bosse est très loin d'être avare en Gs négatifs. C'est un bonheur sans nom ! Pour le coup, je vous recommande chaudement l'arrière du train, vous vous ferez tirer avec une telle puissance par le poids de la bécane que vous remercierez chaudement la lap-bar de vous avoir sauvé la vie !

C'est pas beau ça ?

Le Norwegian Loop, un élément aussi fun qu'esthétique !

Mamène...

À peine entré dedans que le train le quitte !

Il virevolte et surplombe Liseberg de la plus belle des manières.

Place maintenant au second launch et au top-hat inversé !

Un élément qui combine puissance et hauteur pour un effet des meilleurs. Ça rime.

Helix a indéniablement la classe !

Mais le meilleur reste à venir avec cette bosse bien vicelarde !

Là, c'est décollage assuré, tout en vous recommandant vivement de vous placer à l'arrière !

Ni plus ni moins qu'un grand moment de bonheur !

Deux crédits pour le prix d'un !

Le train négocie ensuite quelques virages à la Cheetah Hunt, dans un layout qui, globalement, fait grandement penser à du Intamin, et conclue de superbe manière avec une In-Line Twist qui vous fera décoller du siège à coup sûr.

Quelques changements de direction dans la densité végétale...

Dans laquelle se cache une In-Line Twist elle aussi bien vicelarde !

Mais ces vices là ne sont pas pour nous déplaire, bien au contraire !

Et ben mes aïeux... Quel périple ! Quel grand-huit de compétition ! Certains se plaindront peut-être des launchs trop softs, pour moi ce ne sera que du détail tant tout le reste est excellent. Le layout est varié, surprenant, exploite à merveille le terrain, et surtout, le rythme ne se tasse jamais pendant les plus de 2 minutes de ride ! Helix, c'est un grand-huit de Top 10, tout simplement. Alors on a enchaîné, enchaîné et enchaîné les rides, sans jamais se lasser. Et là, il me tarde juste de revenir à Liseberg pour reposer mes fesses dessus ! Parce que ça bute, incontestablement.

Allons donc tester un autre grand-huit propulsé, avec un système hydraulique ce coup-ci, non pas à LSM. Vous aurez tous reconnus Kanonen, un Accelerator Intamin de poche ouvert en 2005. Rien à voir avec nombre de ses confrères, celui-ci se situe dans une catégorie bien plus basse ! 440 mètres de long, 24 mètres de hauteur, pour une vitesse de pointe de 75 km/h, on est bien loin des Dragster et Kingda Ka ! Mais alors, que veut ce modèle réduit ? Pour le savoir, va falloir prendre place !

Par ici le crédit !

Prêts ou pas, on y va.

Le tour commence en gare, avec des battements de coeur qui préfigurent le launch à venir. Boum boum... Boum boum... Boum boum... Paf ! Le train est lancé ! La vitesse a beau ne pas être rocambolesque, les launch hydrauliques, ça fera toujours le taff ! C'est puissant et très nerveux, ça fait mouche à chaque fois ! Petit top-hat hélas pas très fourni en Gs negatifs, une petite bosse à la sortie inclinée franchement fun (mais gare à la guillotine), un Loop assez serré qui donne la sensation de se dilater une fois la première partie franchie, j'entends par là qu'il écrase bien au départ pour laisser respirer en sortie. S'ensuit un changement de direction bien nerveux qu'il faudra anticiper pour éviter de se manger le harnais, une bosse avec un léger floating et une in-line twist un peu mollassonne.

On aurait bien aimé un peu plus de Gs !

Parce que, de là à te traiter de radin, il n'y a qu'un pas que je franchirai... de ce pas !

Le reste du layout étant carrément planquée, c'est la dernière photo que vous aurez ! Et toc !

Alors, verdict sur Kanonen, l'Accelerator compact de Liseberg ? C'est sympa, mais sans plus. On passe un peu par tous les états. Ça va vite, mais pas trop; ça surprend, mais pas trop; On en profite, mais pas trop. Bah oui, parce qu'un top-hat, c'est toujours sympa, bien que celui-ci soit assez avare. Du coup, on a quand même envie de lâcher les mains et de se laisser porter ! Problème, c'est qu'il faut rapidement retrouver ses esprits pour se cramponner dès l'élément suivant, parce qu'avec ces foutus harnais de la mort, c'est le coup du lapin assuré. Le ride est dans une moyenne qui l'empêche de franchir la case de l'anecdotique. Surtout quand on voit les bécanes qu'il y a autour, on ne s'y attarde pas vraiment. On en aura fait 2 tours lors de notre visite, et on n'aura pas regretté de ne pas en faire davantage.

Tiens, tiens, tiens... Mais que vois-je ?...

En avant Guingamp !

Kanonen a pour voisin direct un autre de grand-huit de Liseberg, et pas des moindres, puisqu'il s'agit de Balder (ou Camelback The Ride), un Plug & Play Intamin, le deuxième en date après Colossos (Heide Park). Des stats vraiment pas dégueux, le coaster proposant à ses passagers un circuit de plus d'un kilomètre, culminant à 36 mètres de hauteur pour une vitesse de 90 km/h. Il a été designé par les bureaux du sieur Stengel et veille sur le parc avec une allure irréfutable !

Voilà un grand-huit qui me fait lui aussi baver depuis fort longtemps, et c'est trépignant d'impatience que je me trouve derrière les portillons d'accès au quai. Lorsque ceux-ci s'ouvrent, je sais déjà que je m'apprête à rider une bestiole qui marquera ma vie de coasterfan. On prend place au fond du train, on abaisse la lap-bar, dernières vérifs des opérateurs, et c'est la dispatch !

Ça y est, je ne tiens plus en place.

À peine le temps d'arriver en-haut du lift que le train entame sa folle virée avec un virage bien relevé servant d'entame à la drop. On se fait aspirer à toute vitesse là-dedans, et la sensation de chute est à la fois bluffante et terrifiante !

Nan mais quelle entrée en matière, mes enfants !

On remonte aussi rapidement sur un camelback très fourni avant de faire demi-tour, camelback à nouveau, très fourni lui aussi, mais je vais arrêter de le préciser, car ils le sont absolument tous sur Balder ! Celui-ci a la particularité d'être enfermé dans un tunnel dès la cassure de la bosse, ce qui rajoute une sensation de vitesse absolument délectable !

Dans ce tunnel vous attend un camelback qui vous enverra directement au pays du bonheur.

Un demi-tour plus loin, et nous poursuivons avec deux camelbacks, le premier dans les structures, le deuxième à travers des palissades de bois. Là, le train perd en vitesse avant d'entamer le virage suivant, c'est un peu dommage, et le camelback suivant s'en ressent.

Certains demi-tours, passé la moitié du layout, sont un peu apathiques... Mais pas celui-là !

Demi-tour encore, à vitesse réduite, puis deux nouveaux camelbacks dans les structures, sur lesquels le train reprend une excellente vitesse, qui vous fait décoller du siège à chaque cassure de bosse ! À nouveau demi-tour, et quelques camelbacks plus loin, voici les freins de fin de parcours. Et ben bordel ! Si on met de côté les quelques virages un peu mollassons du ride, quel run ça a été !

On essuie les larmes, parce que la vitesse a de quoi vous titiller les yeux !

C'est vif, c'est nerveux, c'est rapide, c'est la foire aux airtimes, et à peine arrivé qu'on ne souhaite qu'une chose : y retourner ! Et vu l'affluence, on s'est pas privé, ça a été une petite séance de marathon Balder ! Et à la nuit tombée, je ne vous explique même pas le pied que ça a pu être... Allez, Balder, c'est validé, c'est amplement validé !

C'était bien, hein ??

Mais oui Gori, on y retourne !

Après ça, si on se faisait une petite pause Dark Ride ?

Ouais, bah c'était pas forcément la peine, hein !

Alors, on poursuit avec quoi ?

On poursuit non pas avec les crédits, mais avec les Water Rides du parc, à savoir le Flume (signé Arrow) et le Raft (signé Intamin). Le premier, Flume Ride de son nom, vous emmènera vous promener dans la colline, vous donnant à découvrir une superbe vue sur l'ensemble du parc, ainsi que des spots vraiment pas dégueux pour approcher davantage votre nez d'Helix et de Lisebergbanan ! Pour le reste, il s'agit d'un flume à multi-lift (vu le terrain, vaut mieux), proposant deux drops très rapprochées l'une de l'autre, et donc bien funs, et plutôt humides !

Le Flume n'est pas d'hier, datant de 1973 !

Après une jolie balade dans les hauteurs, on redescend sur Terre.

Le Raft, Kållerado, a été une vraie surprise, sans doute le meilleur que j'ai pu faire depuis Popeye à IOA, et certainement le meilleur en Europe ! C'est marrant, c'est pas dans le nord de l'Europe qu'on s'attend à trouver de bonnes attractions du genre, et pourtant, entre celui de Fårup et celui-là, y a pas photo, les vikings détiennent les meilleurs Raft du continent ! Le circuit est long, très rock'n'roll, on se retrouve même à faire la course avec d'autres bouées, on se dépasse dans des bouchons improbables... Vraiment très chouette !

Ce raft, c'est du grand n'importe quoi !

Et c'est pour ça qu'on l'aime !

Et si on remontait un peu dans la colline en allant faire de la banane ? Non ? Y a un crédit à faire en-bas avant ? Ah ? Une banane aussi ? Stambanan ? Et c'est quoi ça ? Un Mini-Coaster Preston & Barbieri ? Ah oui, mais c'est pas bandant tout ça ! C'est vrai, mais ça fait +1 !

Oh, et puis t'es un peu difficile toi, ça a quand même l'air vachement bien !

Bon, d'accord, ça l'était pas. Mais faut goûter avant de dire "j'aime pas" !

Ça, c'est joliment intégré, mais pas besoin de goûter avant de dire "non".

Extirpons-nous rapidement de là, y a trop de bambins au m² !

Allez, ce coup-ci, on va aller voir la vraie banane. Et de la banane de collection, étant devenue le grand-huit iconique de Liseberg ! En même temps, quoi de plus normal pour ce Schwarzkopf ! Lisebergbanan emmène ses passagers sillonner la colline depuis 1987, presque 30 ans de bons et loyaux services, avec son parcours tout en helix suivant le dénivelé naturel, et long de 1340 mètres ! Le tout avec une très bonne vitesse et une douceur inégalable, comme seul tonton Anton en est capable ! La sensation d'être sur des skis n'a jamais été aussi proche, le rythme ne faiblit jamais, le débit est si monstrueux que vous n'attendrez jamais bien longtemps, et il épouse si bien le terrain qu'il ne pourrait tout simplement pas être déplacé ailleurs ! Bref, du petit lait, qui donne à comprendre au visiteur que, décidément, Liseberg, c'est de la bombe.

En piste, camarade !

C'est parti pour 3 minutes de chevauchée sans discontinuité !

Comme une impression qu'il fait partie de la colline, qu'il a toujours été là.

La banane est prête à s'élancer.

Alors elle se mettra à descendre...

... pour mieux remonter !

Que de bucolie !

Une photo, 3 crédits.

Croyez-moi, vous grimperez là-dessus à plusieurs reprises pendant votre visite !

Les crédits, c'est fait, mais qu'est-ce qu'il reste à faire à Liseberg ? Très bonne question, mais alors, c'est que t'as pas les yeux en face des trous, parce que...

Comment t'as fait pour ne pas voir ça ?

Non, parce que... même en-dehors du parc, on ne voit un peu que ça, quoi.

Fût un temps, Liseberg possédait une tour d'observation. La cabine culminait gentiment à 85 mètres de hauteur, sensation de hauteur justement renforcée du fait que ladite tour soit placée en-haut de la colline. Puis, Liseberg a eu l'idée de faire appel à Intamin, en 2011, pour convertir cette tour d'observation en Giant Drop, dont la chute ferait une centaine de mètres de hauteur. Ils sont sympas chez Liseberg. Amis du vertige, bonjour.

Il est temps de s'engouffrer dans la file d'AtmosFear...

Êtes-vous vraiment prêts ?

De toute façon, c'est pas comme si vous aviez le choix.

Il vous reste encore un peu de temps pour faire un point sur votre vie.

Temps écoulé !

Un point, non pas sur sa vie, mais sur AtmosFear ? Si la sensation de hauteur et de gigantisme de la bête impressionne et intimide, on se dit que la chute doit quand même être assez mémorable ! L'ambiance délivrée dans le bâtiment pendant l'attente aidant beaucoup à faire monter la pression. Hélas, dans les faits, la tour est assez molle du genou, et si on ne crache pas sur une bestiole de cette taille (parce que ça fait quand même son petit effet), on regrette simplement de ne pas être aspiré brutalement comme on peut l'être sur certaines machines plus modestes. Ce n'est pas mauvais en soi, mais on s'attendait à plus !

Au rayon gros flat rides à sensations, on a aussi ce Sky Roller, nouveauté de l'année.

Cet Afterburner, qui n'est pas la nouveauté de l'année.

Ce Star Shape, pas fan du concept après avoir testé celui de Skyline Park.

Et le seul qu'on ait fait parmi ceux-là, à savoir Uppswinget, l'excellent Screamin' Swing S&S, à flanc de colline svp !

Et y a pas à chier, ces machines, c'est du fun plus qu'il n'en faut !

Ah non, là on commence à racler les fonds de tiroirs.

Bon, ça, théoriquement ce n'est pas une attraction à sensations...

... enfin ça dépend pour qui.

Y a un bouton qui les titille là...

Eux, le vertige, ils connaissent pas.

N'empêche, y a une chouette vue de là-haut !

Tu crois qu'ils auraient peur là-dedans ? Y a bien 3 mètres de hauteur quand même !

Sans plus attendre, la suite du programme !

Quoi, les gros tacots ? Nan !

On se refait un petit Balder avant ? Allez, c'est bien parce que t'as été sage !

La dernière attraction qui nous faisait franchement envie, c'est Hotel Gasten, la célèbre Terror House du parc. C'est la seule attraction qui ne soit pas comprise dans le pass permettant de rider toute la journée (rappelons que Liseberg est aussi faisable en Pay per Ride, pas franchement intéressant pour nous). On ajoute donc quelques écus pour aller noyer nos yeux dans la débauche de décors proposée par l'attraction. On l'a fait le deuxième jour, un samedi, où le parc était plus que blindé. Du coup, l'attente était assez longue, même pour une attraction en supplément ! Mais l'ambiance est clairement de la partie, même dans la file. C'est délétère et sombre, des acteurs passent entre les visiteurs, d'autres se collent aux fenêtres à l'intérieur du bâtiment, en mode Jump Scare, bref, il nous tarde d'y être.

La flippe est à une encablure.

Tout se situe à l'intérieur de ce bâtiment.

Plus qu'à prendre nos tickets, et on y va.

Voilà qui est fait !

Chiasse incoming.

Faites pas cette tête, ça va bien se passer.

Et ça s'est bien passé... Oui et non. Je pense que notre expérience a souffert de l'affluence du jour. En fait, ça n'a pas été très immersif. Notre groupe était trop grand, les passages comportaient trop de visiteurs à la fois. On se tenait aux épaules les uns des autres, et tout est passé à vitesse grand V pour que le débit soit de la partie.

On a enchaîné les salles sans avoir vraiment le temps de nous rendre compte du tout, sans être pris par les effets de surprise, on a juste pu constater à quel point c'était beau là-dedans. Je me souviens d'une salle incroyable, submergée par l'eau, où tout était sens dessus dessous. On a trouvé ça un peu limite, de nous faire torcher ça si vite alors que c'est pas franchement donné. On n'a pas pu en profiter pleinement, et l'expéditif s'est transformé en frustration. Du coup, on n'en est pas sorti avec un souvenir impérissable. Et c'est bien dommage.

Qu'à cela ne tienne, on se rattrape avec une petite valse,
proposée par l'orchestre qui joue au kiosque tout l'après-midi.

Avant d'aller taper un petit ride qui, lui, n'a rien d'expéditif.

Pas de concert après la danse,
mais sachez que Liseberg programme tout de même des artistes de renommée internationale !

Y a de quoi accueillir du beau monde !

Voilà qui vient clore le trip Jean-Monique, avec bien sûr une petite conclusion sur Liseberg : c'est pha-ra-o-nique. Le parc se hisse très haut dans ma liste de coups de cœur, et devient, avec Phantasialand et IOA, l'un de mes parcs préférés. L'ambiance est toujours au top grâce au fait qu'il s'agisse d'un parc citadin où, à l'instar de Tivoli Gardens, les gens se réunissent pour profiter d'un moment entre amis, en famille, à aller voir un concert, danser au kiosque, se promener dans les allées, boire un coup sur une des nombreuses terrasses, bref, vivre, tout simplement ! Et ça, ça ajoute beaucoup au dynamisme de l'ensemble !

Sans oublier le fait qu'à part Hotel Gasten, les opérations sont nickelles, le parc est superbe, les employés froids comme des suédois mais, quand on sait que c'est plus culturel qu'autre chose, on se rend compte que ce n'est rien de plus que de la politesse. Et les attractions... les attractions... Helix, Balder, Lisebergbanan, Uppswinget, Kållerado, et dans une moindre mesure AtmosFear... Comment résister, franchement ? Je suis sûr qu'Hotel Gasten doit aussi être très bon, pour peu qu'on ait le temps d'en profiter ! Alors, arrêtez ce que vous êtes en train de faire, prenez un Ryanair, et allez vous dégourdir les jambes à Liseberg. Vous ne pourrez être qu'enchantés !

On conclura notre seconde et dernière journée avec quelques rides nocturnes,
en commençant par la banane...

Helix, pour lequel il aura fallu prendre son mal en patience, parce que c'était bondé !

Mais ça en valait la peine...

Vraiment la peine !

L'excellent Balder, bien entendu !

... avant de gentiment mettre les voiles.

Déjà nostalgiques, mais sûrs d'une chose...

... on reviendra bientôt, Liseberg !

Pour l'instant, il est temps de rentrer chez nous, et on se retrouve rapidement pour de nouvelles aventures !

*

Tee-Bow1731

  • ********
  • 2 145
  • DLP, plus grosse arnaque parconautique du monde.
    • Voir le profil
Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #133 le: 15 mars 2019 à 00:32:52 »
Mon Doub, merci !  <3
Tant de souvenirs qui remontent grâce à ce TR, toujours bien écrit et agréable à lire.
Je me suis marré comme jamais en lisant la partie sur l'improbable histoire à Romo Legge.
Des trips comme ça on a pas l'occasion d'en faire tous les ans, ça restera un super souvenir, que ce soit au niveau coaster qu'au niveau humain.  :love:
Bobbejaanland, Plopsaland, Holiday Park, Fraispertuis City, Walygator, Plopsa Coo, Parque de Attracciones, Parque Warner Madrid, Boudwijn Park, Walibi Belgium, Phantasialand, Movie Park Germany, Toverland, Walibi Holland, Disneyland Paris, Parc Asterix, Thorpe Park, Port Aventura, Gardaland, Movie Park, Mirabliandia, Liseberg.

*

Doubick

  • *******
  • 1 083
  • "Where dreams come true"
    • Voir le profil
Re : Re : [TR] Les trips du Doub
« Réponse #134 le: 15 mars 2019 à 12:00:46 »
Mon Doub, merci !  <3
Tant de souvenirs qui remontent grâce à ce TR, toujours bien écrit et agréable à lire.
Je me suis marré comme jamais en lisant la partie sur l'improbable histoire à Romo Legge.
Des trips comme ça on a pas l'occasion d'en faire tous les ans, ça restera un super souvenir, que ce soit au niveau coaster qu'au niveau humain.  :love:

Haha, ouais, c'était vraiment au top comme trip, on aura bien rigolé ! Quelle histoire à Romo, c'était vraiment de la science-fiction, c'était tellement improbable qu'on aurait cru que c'était mis-en-scène pas un esprit diabolique et malveillant, c'était n'imp' !  :mdr:

 

Related Topics

  Titre / Démarré par Réponses Dernier message
24 Réponses
4466 Vues
Dernier message 16 mai 2010 à 23:19:25
par Barge
5 Réponses
2160 Vues
Dernier message 27 août 2014 à 20:58:41
par Rem10