Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019

  • 22 Réponses
  • 4161 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

Rem10

  • ********
  • 4 818
    • Voir le profil
  • Home Park: r
Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #15 le: 31 mars 2020 à 12:49:35 »
C'est marrant mais je n'ai pas de bons souvenirs de Hansa, les 2 gros coasters sont bons mais il pour le reste ce parc ne m'a pas spécialement marqué. Si on rajoute le fait que les lunettes soient interdites, ils ne sont pas prêt de me revoir là-bas.

Ton TR est très sympa et m'aurai donné envie si je ne l'avait pas visité avant pourtant.
Coaster Count : 284

Top 30 : 1/Shambi 2/EGF 3/Untamed 4/iSpeed 5/Goliath 6/Colossos 7/Taron 8/Fenix 9/ Katun 10/Flug der Damonnen 11/Silver Star 12/Superman(PWM) 13/Oziris 14/Karnan 15/Alpina Blitz 16/Troy 17/Desert Race 18/Red Force 19/Dynamite 20/Blue Fire 21/Dragon Khan 22/Wodan 23/Baron  24/Oblivion TBH 25/Lost Gravity 26/Shock 27/Fluch von Novgorod 28/Timber 29/Anubis 30/Mystic

Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #16 le: 31 mars 2020 à 22:31:25 »
Content que vous appréciez la lecture  :-).

Ce parc en générale ne m'a pas laissé un si bon souvenir que ça. J'ai préféré le bon vieux Schwarzkopf, au deux Gerstlauer. Fluch est mal exploité et Karnan, j'ai sentie quelques légère vibration, et surtout la mythique forêt de poteau.

C'est vrai que Kärnan vibre un peu au dernier rang. Tu fais bien de le préciser, j'ai oublié de le mentionner tant mes souvenirs du coaster sont bons, j'ai zappé ce petit point noir. Après, ça reste léger et ne rends pas l'expérience inconfortable avec ces trains Infinity. Les fameuses vibrations signature de Gerstlauer sont (je trouve) surtout dérangeants sur leurs modèles à harnais, j'ai Anubis en tête. J'aimerai bien en savoir plus quand tu me dis que Fluch est mal exploité. Tu parles du layout ou de ce qu'ils ont fait autour du ride?

C'est marrant mais je n'ai pas de bons souvenirs de Hansa, les 2 gros coasters sont bons mais il pour le reste ce parc ne m'a pas spécialement marqué. Si on rajoute le fait que les lunettes soient interdites, ils ne sont pas prêt de me revoir là-bas.

Ton TR est très sympa et m'aurai donné envie si je ne l'avait pas visité avant pourtant.

C'est vrai qu'a part les deux coasters phares (et peut être la free fall), Hansa manque encore d'un ou deux "hits" pour en faire un incontournable en Allemagne. C'est vrai que ce n'est pas sur la quantité d'offre que le parc se démarque. Enfait, ce qui me fait dire que ce fût mon parc préféré du trip, c'est l'attention portée au détails de leurs rides, si on ne compte pas les attractions les plus vieilles du parc.
Comparé à Heide, qui propose certes une meilleure offre avec souvent sa dose de théma qui va bien, Hansa a pour moi ce "petit truc en plus", qui te permets une meilleure immersion dans le thème.

*

Thib69

  • ***
  • 67
    • Voir le profil
  • Home Park: Walibi Rhône Alpes
Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #17 le: 31 mars 2020 à 23:19:43 »
Je suis un peu du même avis que Nathan. Hansa a un charme certain! Voir la mer baltique depuis le parc est plutôt cool on a l'impression d'avoir un pied en Scandinavie. L'ambiance dans la  nouvelle zone avec le vieu looper et la tour de chute avec la musique Imascore nous transporte dans un univers que je n'avais pas encore trop vu dans les parcs.

Pour ma part j'ai été surpris par Fluch car je connaissais a l'avance la spécificité de Karnan mais je ne m'étais pas vraiment intéressé à ce second coaster! Pour dire je ne savais pas que c'était un launch et lors du premier tour j'ai été bien surpris!

Concernant Karnan je n'ai pas souvenir que les vibrations m'aient dérangé. Le train va à 127km/h sur un parcours à inversions on peut lui pardonner quelques imperfections!

Hansa vaut le détour. Ce n'est pas à côté c'est sûr mais je ne regrette pas d'être monté aussi haut avec une petite visite à miniatur wunderland le matin c'était top comme journée.

*

sebattractions

  • *******
  • 1 119
  • I am the Passenger ... And I ride and I ride ...
    • Voir le profil
  • Home Park: Mounky Park de Nancy
Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #18 le: 01 avril 2020 à 15:28:48 »
Je viens de lire le topic en entier et bravo !
Tes TR sont très bons : ça se lit bien avec de belles photos   :mrgreen:
2019 : Meeting Nigloland - Europa Park - Parc Astérix - Gröna Lund - Kolmarden - Liseberg - Meeting Walibi Rhône-Alpes - Parc des Combes - Meeting Benelux (Walibi Belgium - Bobbejaanland - Walibi Holland - Toverland) - Linnanmäki - Särkänniemi - Power Park

*

Loulou30

  • ******
  • 668
  • Viens sur CW pendant qu'il est sur TOTNH
    • Voir le profil
  • Home Park: Parc Spirou
Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #19 le: 07 avril 2020 à 23:19:37 »
Très Très bons TR! Tu viens de me faire découvrir Heide et Hansa que je ne connaissais que de noms et qui au final m'attirent pas mal! Si un jour je passe vers le nord de l'Allemagne je ne manquerai pas d'y faire un tour.

CC: 43 (+12)
Parcs faits: Spirou (Home Parc), DLP*4, Futuroscope*2, Europa Park, Phanta, Efteling, Vulcania, Cigoland, Piratland.
Prévus en 2020: Phanta, Vulcania, Futuroscope,  (Ok Corral?)

Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #20 le: 13 avril 2020 à 12:51:57 »
Encore merci pour vos retours  :-)!

Aujourd'hui, un chapitre un peu spécial et une petite pause dans les parcs avec la visite de Hambourg, ainsi que Miniatur Wunderland. Etant donné que Hambourg n’est pas vraiment une petite ville (plus de 1.8 millions d’habitants enfait); je me suis dit que ce n’était pas possible de la visiter simplement un soir en rentrant d’un parc comme pour les autres villes, j’y suis donc resté une journée complète. Quant à Miniatur Wunderland, je n’avais pas réellement prévu sa visite au départ, je l’envisageais simplement au cas où j’avais du temps libre dans la journée. J’ai finalement bien fait d’y passer, car Miniatur Wunderland est simplement incontournable si vous passez à Hambourg! Avant de commencer le TR, je tenais à m’excuser pour la qualité déplorable des photos (encore plus que pour les autres TR), car j’ai dû beaucoup zoomer sur mes photos, et la qualité du zoom de mon vieux téléphone n’est vraiment pas bon… C’est d’autant plus le cas pour les photos ou il y a une faible luminosité.

---------------------------------------------------------------------------
MINIATUR WUNDERLAND

Alors je l’ai cité plusieurs fois maintenant, mais Miniatur Wunderland, c’est quoi? Sur le papier, c’est le plus long réseau de train électrique miniature au monde (rien que ça). Dans les faits, c’est également le palais du modélisme par excellence. Du modélisme poussé à un niveau si pharaonique... j’ai d’ailleurs vraiment eu du mal à me lancer dans la rédaction du TR tant il est difficile de décrire à quel point le détail est poussé. Chaque millimètre carré des maquettes est travaillé, toujours de manière à raconter quelque chose, de donner vie à un monde en miniature. Donc avant de rentrer plus en détail dans la visite, j’ai jugé utile de vous donner ces quelques chiffres histoire de mieux se rendre compte du bordel.

 Miniatur Wunderland, c’est :

-   Une surface d’environ 1500m²
-   15 km de rails parcourus par plus de 1000 trains
-   Plus de 9000 voitures
-   Plus de 260 000 figurines
-   Environ 389 000 LEDs
-   Quelques 35 millions d’euros investis

Bien que je remarque que j’ai du mal à cacher mon enthousiasme, le but n’est pas de faire la promo de ce « musée » mais bien de vous montrer à travers ces chiffes, tout le travail apporté par les équipes pour nous pondre Miniatur Wunderland. Les bases étant posées, place à la visite  :-).

J’arrive en fin de matinée devant l’entrée, située dans l’ancien quartier industriel de la ville de Hambourg, qui était composée notamment de grands entrepôts. Construction entreprise par deux frères jumeaux, les frères Braun, l’attraction à ouverte en 2001 après plus d’un an de travaux, et s’est ensuite agrandie au fil des années. Arrivé devant la billetterie, je demande un ticket, tarif étudiant. On me dit que comme je n’ai pas pris de billet daté (date + heure de visite) en avance, j’avais deux solutions: soit revenir un autre jour avec un billet et une heure de visite; soit faire la file avec les autres gens dans mon cas et essayer de se greffer avec d’autres groupes. La dame du guichet estime environ 1h30 à 2h d’attente. Bahh c’est qu’il y a du monde la dedans, je m’y attendais pas! Mais bon, on ne peut pas laisser les gens se marcher dessus dans le bâtiment et c’est normal qu’il y ai une limite de capacité. Comme dans mon cas je ne me suis pas imposé la visite, j’ai laissé tomber. Tant pis, y’a pleins d’autres choses à faire dans la ville. Je fais signe à la dame que j’abandonne la visite, c’est tant pis pour moi j’avais qu’à m’y prendre à l’avance. Puis la dame me retient : « Attendez, il y a un groupe qui va partir dans deux minutes. Il y a souvent des gens qui réservent un horaire et finissent par ne pas venir. Comme vous êtes tout seul, il y a peut-être une place qui peut vous être libéré ». Vous l’aurez compris, c’est bingo pour moi et je rentre sans avoir besoin d’attendre  :-D. J’ai vraiment eu de la chance. Si vous y prévoyez une visite, je vous conseille de ne pas faire comme moi mais de prendre un billet à l’avance, vous serez sûr de pouvoir passer sans attente… L’entrée est à 15 euros au tarif normal, ou 11 euros tarif étudiant.

Je rentre donc pour commencer la visite. Sur ma route pour déposer mes affaires dans les casiers (obligatoires mais gratuits), je croise la cantine et ne résiste pas au Curry Wurst qui me fait de l’œil. Un repas plus tard, c’est enfin parti pour la visite! Les maquettes sont réparties sur plusieurs étages, et regroupées par sections, au nombre de 9, à savoir:

   -   L’Allemagne centrale
   -   Knuffingen, une ville fictive il me semble.
   -   L’aéroport de Knuffingen, qui est certainement la pièce maîtresse du bâtiment.
   -   Hambourg, et le quartier où est construit Miniatur Wunderland.
   -   L’Autriche
   -   Les Etats-Unis
   -   La Scandinavie
   -   La Suisse
   -   L’Italie, avec notamment Venise magnifiquement reproduite

Mais sont présents également pleins d’autres scènes comme par exemple un festival de musique, des grottes, des stades, etc... Voici donc une première salve de photos, montrant globalement le paysage qui est proposé:


On commence le voyage en Miniature avec la ville de Venise.


Quand on essaie de se placer à hauteur d'homme, l'immersion est d'autant plus grande.


Toujours en Italie. Avec tous ces kilomètres de rails, il y a toujours une gare dans le coin.


La Suisse et son paysage alpin, avec tant de relief qu'elle est visitable sur plusieurs étages.


Hambourg et sa célèbre Philharmonie de l'Elbe, qui s'ouvre de temps en temps en se coupant en deux pour en découvrir son intérieur.


Dans les US, une représentation assez libre du strip de Las Vegas, avec au fond ce qui représente le New York New York Hôtel et son Big Apple coaster.


Je ne me souviens plus de quel artiste était représenté en concert dans ce stade...


Allez, petite dose de crédit avec cette Wild Maus histoire de ne pas trop être dérouté!


C'est une bonne idée et c'est assez impressionnant de voir le nombre de figurines pour ce festival. Mais avec DJ bobo sur scène?! Non merci  :-D

Déjà au travers de ces photos, les maquettes transpirent le travail. Pourtant, elles ne peuvent en rien représenter ce que l’on voit réellement. Il faut vraiment le voir de ses propres yeux pour réaliser l’importance du travail réalisé. Pour vous dire, même en tant que visiteur c’est impossible de discerner tous les détails! Il y a un nombre innombrable de scènes donnant de la vie à tout cela: comme par exemple un accident de voiture, des éboueurs dans leur travail, un événement RedBull, des embouteillages sur la route, et j’en passe. En plus de ces scènes de la vie courante, il y en a pleins d’autres qui tiennent de ce que je vais appeler des « easters eggs ». Vous savez, ce genre de scènes un peu cachées et spéciales que l’on peut retrouver dans les jeux-vidéos par exemple, qui sortent de l’ordinaire, ou du contexte. Ici, ces easters eggs prennent la forme par exemple d’un homme se faisant courser par des dinosaures, un ovni se déplaçant au-dessus des montagnes, des pingouins attendant le train avec leurs valises, une scène de crime avec un corps retrouvé dans une rivière, ou encore la présence de Superman qui empêche quelques catastrophes par ci par là. Et là encore, j’en passe.


Un exemple de ces "easter eggs", avec ce personnage coincé dans une bouche d'égout.

Il y a également tout un jeu de lumière dans le bâtiment permettant au tout de passer en mode nuit! Lors de la transition, on passe également par les phases aube / crépuscule. Cela permet d’observer ces centaines de milliers de LEDs disposées dans tout le complexe de faire leur travail, et d’illuminer le tout…Ce cycle jour nuit est certes une très bonne idée, il était un peu petit pour moi. La nuit arrive toutes les 15 minutes et je trouvais ça un peu court. J’aurai préféré un plus long cycle afin de mieux pouvoir observer chacune des phases, car ici on a à peine le temps d’observer sous une lumière que l’on passe déjà à l’autre.


De retour à Venise, mais en mode nuit cette fois-ci.


Du ride, voilà qui est intéressant! Cette fête foraine va être totalement refaite d'ici quelques temps.

Afin de donner encore plus de vie à tout cela, il faut savoir que pleins d’éléments sont mis en mouvement, et c’est sans doute cela qui donne vraiment ce « + » à Miniatur Wunderland: des maquettes oui, mais littéralement en mouvement! Par là j’entends naturellement tous ces trains, mais également toutes ces voitures qui se déplacent réellement sur la route, à l’aide d’aimants placés sous celles-ci. L’illusion est parfaite, on croirait vraiment à un déplacement autonome du trafic, d’autant plus que le souci du détail est poussé jusqu’aux feux de routes qui s’allument la nuit et aux clignotants lors d’un changement de direction.

Il y a également plus de 200 « boutons poussoirs » disposés tout autour des maquettes et utilisables par les visiteurs. L’appui de ces boutons va déclencher un événement en particulier sur le modèle réduit. Parfois, il est difficile de distinguer exactement où se passe l’action. Je parle par exemple d’un homme qui va couper un arbre… qui s’écroulera sur sa maison, ou un tremblement de terre provoquant l’effondrement d’un bâtiment et dévoilant son intérieur. Ces événements déclenchés par les visiteurs s’ajoutent à ceux qui se déclenchent automatiquement. L’exemple qui m’a le plus impressionné est la déclaration d’un incendie en ville. A partir de là, pleins de camions de pompiers sortent de la caserne et roulent en direction du bâtiment en question. On entend les sirènes et voit les gyrophares des camions, jusqu’à ce qu’ils arrivent devant la fumée libérée depuis le bâtiment.


Une scène "mobile" d'un l'immeuble en feu, avec l'arrivée des pompiers.

Mais la zone qui met le plus en avant tout ce flux de mouvement, c’est l’aéroport, sur lequel je vais faire un petit focus. En effet, celui-ci a quand même mis 6 ans à être construit par une équipe de 80 personnes. L’aéroport comprends une petite cinquantaine d’avions, qui circulent réellement! Stationnement, mise en place des passerelles, déplacement sur le tarmac, décollage, atterrissage, chaque avion à son petit programme de la journée, ce qui donne au tout un véritable planning, comme si l'aéroport était réellement géré par une tour de contrôle. Là encore on a le droit à notre dose d’easter eggs, avec par exemple la présence du Faucon Millenium de Star Wars au milieu de tous ces avions. Vaisseau qui par ailleurs va décoller depuis l’arrêt et verticalement comme un vaisseau digne de ce nom, et non pas sur tout le long de la piste comme les appareils plus classiques et réalistes.


Place à cet immense aéroport!


Que ça soit les véhicules terrestres ou aériens, tout est susceptible d'être en mouvement ici. Les bus au premier plan le sont.


En sortie de stationnement, l'avion roule sur le tarmac jusqu'à se mettre en place...


... pour le décollage! Puis l'avion disparaît dans le ciel, représenté par un mur.

Avant de finir la visite, petit tour dans les backstage histoire de se rendre compte de comment tout cela prend forme. Et c’est ici que j’ai remarqué que la prochaine zone (lors de mon passage encore en construction) est… une fête foraine! Avec son lot de rides bien entendu, dommage que je n’ai pas encore pu en voir le résultat. Le relief et les supports de la nouvelle zone sont définis par des planches de bois découpées. Là-dessus, les modèles fabriqués dans les ateliers vont se greffer pour finalement arriver au résultat voulu.


Dans les backstages, les modèles sont fabriqués dans ce genre d'atelier.


Les tables définissent les différentes zones de la section.


Une collection de rides est en préparation!

Et pour ce qui est déjà construit, comment surveiller ce qui est déjà en place? Pour vérifier que tous ces mécanismes ne tombent pas en panne ? Que les visiteurs ne touchent pas aux modèles? Pour repérer les trains qui déraillent ? Pour garder un œil sur le tout, une salle de contrôle est en place. Dans celle-ci se trouve de nombreux écrans, que les employés surveillent en permanence. C’est assez impressionnant de voir qu’en plus du travail de réalisation, il y a tout ce travail nécessaire de maintenance derrière.


Les trains, véhicules, événements et autres sont surveillés en permanence au travers de ces écrans.

Voilà donc pour Miniatur Wunderland! Vous vous en doutez, ça a été une véritable surprise pour moi qui n’en attendait pas tant, car je ne suis pas un fan de modélisme au départ. Mais même sans être fan, on ne peut pas rester indifférent à ce qu’on a sous les yeux, et on se surprend à s’émerveiller comme un enfant. Le petit point noir tout de même, c’est que malgré une capacité maximale dans le bâtiment, on se marche tout de même dessus tant il y a de monde dans les allées. Un attroupement se crée à chaque fois qu’un événement est déclenché quelque part, ce qui force les gens à arriver parmi les premiers sur son lieu pour y voir quelque chose. Et c’est un peu la pagaille. Pour ma part ça va, je suis grand et trouve souvent un moyen de voir au travers, mais ça peut être frustrant pour beaucoup de personnes. Malgré cela, je ne saurai que vous conseiller la visite de Miniatur Wunderland si vous passez à Hambourg. Et dire que j'ai failli passer à côté! Si vous souhaitez plus d’infos sur les modèles et leur fonctionnement, je vous conseille également de passer sur leur chaîne Youtube, que je trouve vraiment intéressante (https://www.youtube.com/channel/UC99kO6xDZSh2UNA-jdpN7cA).


---------------------------------------------------------------------------
HAMBOURG

Le reste de la journée, je déambulais dans Hambourg, parfois au hasard, parfois comme un touriste (que je suis d'ailleurs) en allant d'un point d’intérêt à un autre. Je ne vais pas raconter toutes les histoires de ce que j'ai visité (ce n'est pas le but premier sur ce forum  :rire:), donc voici simplement des photos en vrac. Si vous souhaitez plus de détails sur la visite, n'hésitez pas à me demander :mrgreen:.



Go pour Hambourg, avec pour commencer son Hôtel de ville.


Située le long du fleuve de l'Elbe, la ville est constituée de tout un dédale de canaux.


En plus des canaux, les bâtiments religieux y sont nombreux également: comme ici l'impressionnante ruine de l'église de Saint-Nicolas, détruite lors de la Seconde Guerre mondiale.


L'ancien quartier industriel est certainement le plus populaire de Hambourg. Sur cette photo, on voit l'entrée de Miniatur Wunderland.


La popularité du quartier est certainement due à la présence de ces points de vue, où la verticalité des bâtiments tranche bien avec la planéité des canaux.


La Philharmonie de l'Elbe, symbole de la ville, observée un peu plus tôt en miniature.


Le long des quais, des modèles historiques de navires (authentiques ou de reproduction) sont exposés, et pour certains visitables.


Proche de l'historique (mais un peu triste) quartier de Sankt Pauli, se trouve cette grande statue de Bismarck. Les tags lui donnent un aspect original!


Quand on prends un peu de hauteur, on remarque bien l'immensité du port de la ville  :mort:.

Bien que la ville soit super intéressante d’un point de vue historique et parfois architectural, je l’ai trouvée moins « belle » dans son ensemble que les autres villes visitées dans le trip. Elle a un style différent, plus industriel. Voilà pour cette journée, pas encore totalement finie puisque je dois me rendre à Brême le soir même afin d’y passer ma dernière nuit allemande du trip. Le lendemain, c’est direction les Pays-Bas pour le retour aux parcs et aux coasters, avec le (pas si fou) Slagharen!

*

Loulou30

  • ******
  • 668
  • Viens sur CW pendant qu'il est sur TOTNH
    • Voir le profil
  • Home Park: Parc Spirou
Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #21 le: 13 avril 2020 à 13:51:36 »
Pour la photo ou l'on voit un concert, ça ne serait pas le live aid à Wembley?

CC: 43 (+12)
Parcs faits: Spirou (Home Parc), DLP*4, Futuroscope*2, Europa Park, Phanta, Efteling, Vulcania, Cigoland, Piratland.
Prévus en 2020: Phanta, Vulcania, Futuroscope,  (Ok Corral?)

Re : Trip Hanse / Pays-Bas - Juillet 2019
« Réponse #22 le: 03 mai 2020 à 14:14:28 »

Pour la photo ou l'on voit un concert, ça ne serait pas le live aid à Wembley?

Bonne question, je ne saurai pas te répondre  :-(.

Nouveau chapitre aujourd'hui. J'ai mis du temps, j'ai eu des problèmes avec mon pc et j'ai failli perdre toutes mes données, dont mes photos de Trip... mais tout est heureusement réglé, c'est parti!

---------------------------------------------------------------------------
BRÊME

En fin d'après-midi, j’ai donc quitté Hambourg et prends la route pour environ 1h30 avant d’arriver à Brême où j'y passerai la nuit. Ça me permet de diminuer le temps de route vers la Hollande le lendemain matin. M'étant installé assez tard dans le dortoir de l'auberge, je n'avais pas prévu de m'éterniser dans la visite de Brême. C'est qu'il y a énormément de circulation dans cette ville, même si tard!? Je galère à circuler, à me garer... La nuit est déjà tombée, je me contente de visiter rapidement le centre-ville.


Visite rapide de la jolie ville de Brême


En voici sa cathédrale. On peut voir qu'on est toujours dans la Hanse.


Avec l'architecture qui s'y prête.


L'Hôtel de ville (je vous aurai présenté celui de chaque ville  :-D).


Quand la nuit commence à tomber, le soleil laisse place à de jolis éclairages. Dommage qu'on ne puisse pas bien s'en rendre compte étant donné la qualité de mon appareil.  :-(

C'est super beau. Il y a quelque chose que je trouve bizarre, pourquoi il y a t'il tant de monde sur la route pour si peu de gens dans la ville? Non là c'est bizarre, alors oui la nuit est tombée, mais le centre est vide, presque fantôme! Je m'apprête à rentrer quand j'entends une musique... je ressens que ça vient de loin, donc la musique doit être assez forte. Par curiosité, je me rapproche. Et là j'arrive sur les rives de la Weser, fleuve qui longe la ville. Sur cette rive, du monde, beaucoup de monde! Beaucoup de musique, de chapiteaux, de stands d'alcools et de bouffe, et c'est long, très long, je dirais environ sur deux kilomètres. Je comprends ici que la ville tient son festival, ouvert au public. Bon bah, je ne me coucherais certainement pas si tôt finalement...


Totalement par suprise, je tombe sur le festival de la ville!


A boire, à manger, ou autre, tous les stands typiques qu'on peut retrouver dans ces événements sont présents.

Electro, Rock, Rap ou autre, tous les styles passaient dans les nombreux chapiteaux présents. Y'a pas à dire, la ville à employer les grands moyens. Du moins, je suppose que la ville en est l'organisateur étant donné la gratuité du Festival dans un lieu public. Je me coucherai tard finalement. C'est pas très grave, demain c'est visite de Slagharen, j'en aurais pas pour la journée, je pourrais me lever un peu plus tard.

---------------------------------------------------------------------------
SLAGHAREN

Fini l'Allemagne! Départ pour la Hollande aujourd'hui. Je ne me lève donc pas si tôt, je prends mon temps pour rejoindre tranquillement la voiture. Il y a le temps aujourd'hui: seul la visite de Slagharen est prévue. Après un peu plus de 2h de route, je me gare sur un parking Gratuit situé dans le village de Slagharen (le parc portant le nom du village). Celui-ci se situe dans la rue «Dokter Willemslaanpour » (pour ceux à qui ça peut être utile  :mrgreen:), et se situe tout de même à une quinzaine de minutes à pied du parc, mais permet d'économiser les 8.50€ du parking officiel. Les parkings sont chers en Hollande…

J'arrive donc devant l'entrée vers midi, et il n'y a personne au tourniquet  :?. Je rentre donc par le Guest service et présente ma carte d’abonné Bobbejaanland, qui décidément s'est bien rentabilisée. L'entrée m'est gratuite, puisque Attractiepark Slagharen appartient également au groupe Parque Reunidos. Je rentre dans le parc en passant par le passage des employés derrière les bureaux  8-).
Je n’ai pas pu prendre le plan du parc donc je n’en ai pas de photo.


L'entrée du parc. Il est vide!? Non il est déjà plein de gamins, j'arrive juste un peu tard.

Slagharen, c'est parti! Comme Fort Run, la thématique du parc est l'univers Western. Je voulais commencer la présentation du parc par un « Slagharen, c’est un petit parc Hollandais sans prétention… » Avant que je lise que ce parc est enfait le deuxième plus fréquenté du pays derrière Efteling, avec plus de 1 million de visiteurs annuel! Soit plus fréquenté que WH dans ces dernières années, bien que je ne sais pas si WH est passé devant depuis Untamed. Le parc aquatique et le Resort environnant doivent y être pour beaucoup. Lors de ma visite, je me disais que le parc ne devait pas avoir une trésorerie extraordinaire, mais elle doit finalement être plutôt correcte (si elle est bien gérée), étant donné la fréquentation et l’appartenance à un « grand » groupe (aussi décrié peut-t-il être). Le parc à ouvert en 1963 et fût dirigée par la famille Bemboom jusque 2012 avant d’être revendu au groupe Espagnol. Groupe qui a fait bouger les choses dans le parc après son rachat, et est à l’origine de GoldRush, aujourd’hui l’attraction phare de Slagharen.

Dès mon entrée dans le parc, je remarque qu’il y a effectivement pas mal de monde là-dedans. Et la crainte que j’ai eue en voyant tous ces bus sur le parking se confirme: c’est blindé de gamins venus en bus. Mais genre vraiment, que des gamins. Très peu de familles… Ça veut dire que l’on entend des cris peu importe l’endroit où on se trouve. D’autant plus que le parc ne s’étend pas sur une grande superficie, ça fait vraiment un concentré de bruits dans toutes les allées. Bon tant pis, j’accepte la contrainte et commence la visite. Sur le plan organisation, le parc se découpe en deux partie, gauche et droite depuis l'entrée, séparée par une trèèès très longue rue (elle paraît si petite sur le plan). Si longue d'ailleurs qu'un téléphérique a été installé pour la traverser de part et d'autre. Pas sûr en revanche que ça permet d'aller plus vite vu la lenteur du machin. Au fond derrière le parc se trouve le Resort, et à l’avant un autre bout de ce dernier ainsi qu’un petit parc aquatique que je n’ai pas testé.


La main street séparant le parc en deux, avec toutes ces boutiques.

De l'autre côté de cette rue remplie de boutiques, de restos et de jeux d'arcades, se trouve Goldrush, la raison principale de ma venue ici. Mais je vais encore un peu attendre avant de le tester, et rester dans la partie droite du parc où se situe l'entrée, thématisée autour des Romans de Jules Verne. Je n'ai pas fait beaucoup de rides dans ce coin-là. Parmi ceux que j’ai fait, on va commencer par l’un des deux coasters du parc, le junior coaster Vekoma simplement nommé Mine train. Pas grand-chose à noter et c’est du classique pour ce modèle: pas vraiment de drops ou de bosses, mais un concentré d’hélices et de virages. La gare abritée en bois est sobre, fait le taff.


Rien de spécial à signaler pour le junior Vekoma, visible depuis l'entrée du parc.

Il y a également Apollo, le Wave Swinger (chaises volantes) du parc qui est assez inédit. Le ride est bizarre mais rigolo. Alors déjà il y a la partie supérieure, qui est une grande sphère représentant la lune (d’où le nom Apollo). Cela a pour conséquence d’avoir des chaînes très longues entre le point d’attache et l’assise: ça fait bizarre à voir, mais en plus cela permet de pouvoir faire des rotations de la chaise une fois en l’air, en se balançant avec les jambes comme sur une balançoire. C’est déjà un peu possible sur les Wave Swingers « classiques », mais ici on peut vraiment aller plus loin et faire un 180° complet de chaque côté, dire bonjour à son voisin de derrière  :-D. En plus de ça, il n’y a pas de pylône central qui peut s’élever. On commence donc à tourner en ayant toujours les pieds au sol, et ce pendant quelques tours avant que la force centrifuge soit suffisamment grande pour nous faire décoller. Là aussi, ça permet de s’amuser même si les semelles en prennent un coup.


Voilà un wave swinger pour le moins original!

De ce côté du parc, on a également une free fall Fabbri proche de l’entrée, nommée…Free fall. D’une vingtaine de mètres de haut, c’est sympa mais ne casse pas 3 pattes à un canard. Puis c’est du forain… Non j’ai vraiment du mal avec le principe de poser du forain à long terme dans un parc. Je n’en ai pas de photo.Voilà déjà pour tout ce que j’ai testé dans la partie de droite. J’aurai pu tester l’Enterprise local (encore nommé comme le modèle), mais je ne me sentais pas tout frais pour tester ça ce jour-là. J’aurai aussi pu tester le twist’n’splash Mack Expedition Nautilus (le premier de ce modèle que je vois), qui certes avait l’air rigolo mais trop de gamins dedans. Je n’ai pas fait le flume Reverchon Ripsaw Falls non plus pour les mêmes raisons. Le reste, ce sont des boutiques, des stands de jeux, et des attractions pour les tout-petits, rien qui ai pu m’intéresser. Côté déco, on est sur du très sobre. Même trop peut-être, juste quelques façades en bois pour nous rappeler qu’ici c’est le Far West. Non pas que ça soit moche, mais l’ensemble fait vide et manque un peu « d’âme ». Un manque de végétation, de props, de petites scènes ou je ne sais quoi qui pourrait donner vie à la zone. Même les quelques objets de théma présents font un peu trop plastique. Vu le soleil tapant du jour, je parlerai aussi de manque de zones d’ombre…


Non merci pour l'enterprise, je veux garder le repas dans mon estomac!


Pas de tour de flume non plus, je n'ai pas le courage de braver la file pleine de gamins d'autant plus que le ride n'a pas l'air bien particulier.


Un twist'n'splash c'est déjà plus original, mais je ne le testerai pas non plus.

Allez on passe de l’autre côté du parc, j’ai assez attendu pour la star locale: Goldrush. Ce coaster est un Infinity Gerstlauer ouvert en 2017. Ce fût une bien grosse arrivée comparée à ce que proposait déjà le parc, à savoir pas grand-chose en termes de coasters. C’est mon 3ème de ce modèle après Fury et Kärnan. C’est aussi celui que j’aime le moins. Pourquoi? Bien principalement à cause de son layout trop court. Alors oui certains n’accordent pas d’importance à la longueur d’un ride d’autant plus qu’on peut l’enchaîner facilement. Mais ici, même avec relativement peu d’attente (dans les 10 minutes en moyenne), ça reste frustrant tant le tour se fait rapidement. Pour ce qui est du parcours, on commence par un triple launch: avant-arrière-avant. Je ne suis pas fan des triple launchs, c’est toujours super mou comme départ… ici, même le launch arrière est décevant, ce qui n’est pas le cas sur Fury. En revanche et comme sur Fury, le Hang time sur la fin de la dernière inversion lors du launch en arrière est génial!  :love: Puis « launch » en avant et on arrive sur le top hat qui passe bien avec un petit airtime au sommet. Puis immelman, camelback avec airtime correct à l’arrière, virage, dive loop puis fin du tour. Au final, je ne vais pas cracher dessus: Goldrush reste un bon coaster, surtout par rapport à ce que propose le parc, et offre quelques sensations sympas comme notamment deux airtimes corrects et un Hang time plus que correct. Mais comparé aux autres Infinity que j’ai pu tester, il m’a paru en dessous. Je suis aussi conscient que Goldrush reste un coaster sans prétention. Pour ce qui est autour du jouet, la théma est fidèle au reste du parc: un bâtiment à base de planches, sobre mais pas moche, entouré de zones « vides » à savoir du sable et des galets. La file se faisant en plein soleil  :oops:.


Une vue globale de la plus grosse machine du parc: Goldrush.
 

La gare est sobre, fait le boulot sans être jolie, ni moche.


Après quelques launchs biens mous mais un très beau Hang time, on passe ce top Hat avec un peu d'airtime.


Parlant d'airtime, on peut en retrouver un joli sur cette bosse si on se place à l'arrière du train.


Après 2 ou 3 virages et inversions, c'est déjà la fin. Verdict? Il y a de bonnes choses la dedans mais c'est bien trop court!

Je commence ensuite à me diriger vers le fond du parc et c’est ici que je remarque que j’ai vraiment du temps à perdre puisque je me surprends à faire Eagle qui est un modèle Condor, ce flat soporifique de Huss ou l’on tourne en petits ronds au sommet d’une petite tour. Enfin, direction le dernier ride que j’ai pu faire dans la journée, à savoir un Dark-ride, de son nom Wild West Adventures. Installé dans un grand dôme, on embarque dans un genre de round boat Mack (je ne suis pas sûr que ça soit du Mack), puis on part pour une aventure au far West, au milieu de parfois de Gunfights, parfois de cascades, parfois d’autres scènes. C’est kitsch à souhait, le machin ne doit pas être tout jeune. Comme le tout se fait dans un dôme, les sons résonnent pas mal, on a l’impression d’être dans une piscine municipale avec tous ces gamins. Ça reste sympa à tester.  :-)


L'entrée du Dark-ride, dans un grand dôme.


Voilà plus ou moins à quoi ça ressemble à l'intérieur, on peut voir la gare.

Voilà pour ce que j’ai testé à Slagharen! Avant de sortir, je refais quelques tours de Goldrush et me ballade un peu dans le parc pour voir les zones que je n’ai pas encore explorées, au cas où il y aurait une attraction qui me tenterait encore. Par flemme, ça sera non pour les trois autres flats « à sensations » à savoir El Torito (un octopus), Tomahawk (un troïka Huss) et le bateau pirate The Pirate. Ça sera non aussi pour les flats « d’observation », à savoir Big Wheel la grande roue et la tour d’observation Sky Tower. Il y avait tout au fond une zone assez sympa qui avait l’air neuve, qui concentre des jeux de grimpe pour les enfants. Il y a notamment un mur d’escalade et un parcours d’accrobranche qui mène à Roll Glider, une sorte de tyrolienne mais accrochée sous un rail (ça aurait compté comme un +1 ??).


L'un des nombreux flats que je n'ai pas fait.


Un parcours d'accrobranche avec tyrolienne sur rail a la fin. Crédit ou pas, je ne vais pas le faire  :-D

Petit paragraphe en ce qui concerne les petits regrets de la visite. Le premier, c’est que je n’ai remarqué qu’après ma visite qu’il y a apparemment une fun house. Dommage, ça aurait pu être intéressant de tester ça! L’autre regret, ce sont les attractions qui ont disparues avant ma visite, à savoir un looper Schwarzkopf (qui a été remplacé par GoldRush); mais également Ocean of Darkness, un dark-ride qui paraît-t-il était également bien kitsch, mais original car on embarquait dans des genres de sous-marins (mais sans aller dans l’eau  :rire:). Ces embarcations servent maintenant de spots de protection contre l’eau autour du twist’n’splash. J’aurai bien aimé tester tout ça! Voici quelques photos en vrac du parc :


Le parc comprends de nombreuses attractions pour les petits.


Mais aussi beaucoup de salles d'arnaques de jeux dans ce genre.


Et un parc aquatique!

Au final, mon avis sur le parc? Slagharen n’est pas mauvais, mais ce fût certainement ma visite la moins appréciée du Trip. Il souffre en réalité de ma comparaison avec Fort Fun dans la même veine, que j’ai trouvé bien plus sympa. Le fait que le parc manque énormément de zones d’ombre et de verdure était pour moi le plus gros point noir, étant donné la météo du jour. Les attractions sont toujours accompagnées d’une dose de théma, mais on a l’impression de voir la même à chaque fois, à base de bâtiments recouverts de planches. Je reproche peut être un manque de créativité. Le thème Western permet d’explorer bien plus loin que le cliché des Cow-boys et de la ruée vers l’or, et ça Fort Fun l’a bien compris. Pour ce qui est de la zone Jules Verne, on ne se sent au final pas trop dans un univers particulier. En ce qui concerne la gestion, le parc s’en sort pas mal et reste propre. En ce qui concerne l’offre, pas grand-chose à se mettre sous la dent pour les coasterfans à part Goldrush. Et encore, je ne vous conseille pas de faire de gros détour pour aller le tester. Slagharen reste néanmoins sympa pour les enfants :mrgreen:.

Avant de finir le chapitre, je vous laisse quelques photos que j’ai pu prendre dans les alentours de l’auberge du soir, qui était vraiment magnifique, perdue dans des canaux en pleine campagne. C’est calme, et super reposant après une journée au milieu des cris des enfants. Je vous la recommande si vous dormez dans le coin, elle se nomme The Black Sheep Hostel et est située à Giethoorn, à moins d’une heure de route de Walibi Holland. WH qui sera d’ailleurs le dernier parc pour mon dernier jour de Trip!


Un peu de repos dans un cadre paisible après quelques jours de Trip.


Des maisons de campagne avec paille en toiture le long de canaux, c'est tout joli et me change de l'univers complètement urbain du reste du Trip.


La maison observable ici est l'auberge dans laquelle j'ai pu dormir. Elle est située à moins d'une heure de route de la visite du lendemain: Walibi Holland.