Week-end parisien - Trip Report des 20, 21 et 22 juin 2020

  • 0 Réponses
  • 529 Vues

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

*

richardcrete

  • *
  • 485
  • Fan de RCDB
    • Voir le profil
  • Home Park: Cigoland
Week-end parisien - Trip Report des 20, 21 et 22 juin 2020
« le: 16 octobre 2020 à 13:53:22 »
Voici mon quatrième TR, consacré au Parc Astérix !


Week-end parisien, jour 1 : le Parc Astérix vide ! – Trip Report du 20 juin 2020

Après avoir commencé la saison 2020 en douceur, il est temps de faire un vrai parc, et pour moi de visiter le Parc Astérix.


Le Parc Astérix, c’est quoi ?

Ai-je vraiment besoin de présenter le Parc Astérix ? Bon, pour ceux qui ne suivent pas dans le fond je vais quand même raconter rapidement son histoire.

Situé à Plailly dans l’Oise, ce parc est très connu en France.

Le parc ouvre en 1989, après deux années de travaux. Il compte déjà à son ouverture Goudurix, coaster Vekoma. En 1997, Tonnerre de Zeus, coaster Custom Coasters International, ouvre ses portes. 10 ans après son ouverture, Parc Astérix SA fusionne avec le groupe Musée Grévin-France Miniature, et le tout sera finalement racheté par la Compagnie des Alpes en 2002. Dix ans plus tard, le coaster Bolliger & Mabillard OzIris et la zone Égyptienne ouvrent au public. En 2017, c’est un coaster familial Gerstlauer, Pégase Express, qui complète l’offre du parc.

Garés devant Pégase Express sur le (superbe) Parking 2, c’est parti !

Malgré la fatigue et un mal de crâne qui pointe le bon de son nez, il y a de quoi passer une bonne journée !

Pas les meilleurs crédits pour débuter

On entre dans le parc pour attendre les retardataires, le temps de prendre quelques photos de la jolie maintstreet qui se dessine devant nous !

Une mainstreet courte mais plutôt jolie !

Mais on a pas trop le temps d’admirer les bâtiments non plus. Direction pour le premier ride de la journée, et loin d’être le meilleur, Discobélix. Ce Disk’O Coaster Zamperla a un débit plus qu’exécrable, il faut donc le faire tôt dans la journée. Malgré la faible affluence due aux restrictions pour lutter contre le Covid-19, on attend quand même une bonne dizaine de minutes.

C’est mon deuxième Disk’O (grand modèle), hâte de voir si il sera meilleur que celui de Nigloland. L’avantage qu’il a, c’est sa thématisation : c’est une belle réalisation ! Côté sensations, je le trouve moins bon que le Grizzly, qui arrache plus. Note : 2/5.

Un énième Disk’O qui a le mérite de faire +1, et d’avoir une jolie théma !

Pour notre deuxième attraction, direction un nouveau crédit, Le Vol d’Icare.

Ce coaster est sans intérêt. En effet, ce Hornet Zierer est inconfortable dû à son assise très étroite, où les passagers se mettent les uns derrière les autres. Malgré le retrack de 2017, le coaster vibre et provoque de nombreux à-coups. Son seul point positif est sa thématisation plutôt sympathique. Note : 1,5/5.


Une gare plutôt jolie…
… pour un coaster inconfortable.

On continue la visite de la zone Grecque avec le mythique… Oui c’est bien lui que l’on entend crisser au loin, Tonnerre de Zeus. 35 minutes annoncées, mais nous passons quand même entre les jambes de Zeus.

Le passage sous la culotte de Zeus, un classique !

Anciennement réputé pour ses airtimes, ce wooden coaster Custom Coasters International a perdu de sa superbe. Je me place à l’avant dernier rang et c’est parti pour le lift. La first drop procure un bel airtime, c’est surprenant ! Pour le reste c’est… vibrant. Tellement vibrant que ça en devient désagréable ! Seul un quart des camelbacks procure des airtimes (plutôt bons d’ailleurs) et pour le reste, on ne ressent rien.

Tonnerre de Zeus subit actuellement un retracking réalisé par Gravity Group, et c’est (pour l’instant) pas fameux. Deux tiers du coaster ont été retrackés, et même sur ces parties là, ça vibre fort. Même si le pire passage reste l’énorme helix, dans laquelle on se fait très fortement éjecter sur la gauche.

Il faudra revenir tester tout ça si des nouveaux trains (type Timberliners) seront mis en place dans les prochaines années. Note : 3/5.

Le lift paraît très haut d’en bas !

Le dernier camelback, là où le coaster se traîne vraiment…

Ah les bons vieux trains PTC… on croise les doigts pour avoir des timberliners !

Le temps est maintenant venu de faire ce que je redoutais le plus dans la journée, Goudurix.

Considéré comme l’un des pires coasters, ce MK-1200 Vekoma est imposant sur son lac, et son layout à 7 inversions est intéressant sur le papier. La réalité est tout autre : je m’installe dans le fond du train, ce qui n’est pas une bonne idée. La first drop ne sert à rien, et j’ai l’impression que ma tête va taper dans le premier rang à chaque inversion tellement elles sont serrées.

Entre les baffes, son siège inconfortable au possible et sa longueur interminable, Goudurix est à raser d’urgence ! Je lance un appel à la Compagnie des Alpes : faites quelque chose contre cette horreur, pour l’amour de dieu ! Note : 1/5.

C’est beau, mais qu’est-ce que ça fait mal !

Le loop, certainement l’inversion qui fait la moins mal du layout !

Je crois que Goudurix vient de me donner le coup de grâce : mon mal de tête et ma fatigue s’aggravent, c’est de pire en pire.

Heureusement, nous passons dans la zone À travers le temps (qui est vraiment jolie, malgré la fermeture du Transdemonium), pour rejoindre un petit groupe qui n’était pas avec nous le matin.

La zone À travers le temps, c’est plutôt mignon aussi !

C’est aussi l’occasion de manger : le buffet du Cirque étant annulé à cause de la Covid-19, nous nous rabattons sur Caïus Pizzarium. Bon, 12€ et quelques pour une pizza pleine d’huile, c’est pas terrible.

De bons coasters l’après-midi !

Pour débuter l’après-midi, nous nous redirigeons vers la zone Grecque, et plus précisément vers Pégase Express, dernier coaster construit par le parc.

Comme pour la plupart des coasters du parc, ce Family Coaster Gerstlauer profite d’une bonne thématisation. Pour du familial, c’est un très bon coaster, mais je m’attendais à mieux. Malgré la longueur du coaster et la partie en backward plutôt fun, je suis déçu de l’absence d’airtimes et de la présence de vibrations après seulement 3 saisons d’activité. Note : 3/5.

Une gare bien thématisée !

Le coaster longe le raft Romus et Rapidus, c’est un bel emplacement.

Les mains en l’air !

Bon, et si on allais faire le meilleur coaster du parc, OzIris ?

C’est avec beaucoup d’admiration que je découvre la zone Égyptienne, qui renferme l’Inverted Coaster B&M du parc, OzIris. La thématisation est vraiment superbe, on en prend plein les yeux. Il est temps d’aller l’essayer. Il n’y a personne dans la file d’attente, on a donc même pas le temps de voir les nombreux détails de la thématisation. Je me place à l’arrière du train, côté gauche. C’est mon premier Inverted (si on exclut Arthur à Europa Park), je ne sais pas trop ce que ça va donner !

Le train gravit les 40m du lift, et s’engouffre dans une first drop absolument dantesque ! La première partie du layout est très rythmée où en enchaîne Dive Loop, Loop puis Immelmann très rapidement. La deuxième partie fait de ce layout un chef d’œuvre, grâce au Zero-G-Roll et au Flat Spin qui procurent 0G. On a l’impression de planer entre le harnais et le siège pendant une seconde, c’est dingue. Note : 4,5/5.

Une première partie plutôt intense…

… et une deuxième partie aérienne !

Toutes les deux entrecoupées d’un beau footchopper !

OzIris est génial, mais j’ai définitivement mal à tête, je me sens vraiment mal. On décide d’aller créditer SOS Numérobis (dont je n’ai pas de photos), et c’est le drame.

En effet, ce Tivoli Medium Zierer ne paye pas de mine, c’est un mauvais crédit (je lui préfère La Ronde des Rondins de Fraispertuis City, anciennement au Parc Astérix justement, c’est dire). C’est inconfortable et on se fait éjecter sur le côté à chaque virage, c’est donc sans intérêt. Note : 1/5.

Après les trois tours que fait le coaster, je sors, et… c’est la « galette ». Vous en connaissez beaucoup vous, des fans de coasters qui vomissent à cause d’un Tivoli ? Bon et bien maintenant vous en connaissez un.

Devenir la risée de CoastersWorld à cause de ça... (Crédit photo : @JR-80)

Je mets un peu de temps à me remettre de cet incident. Pendant que les autres vont faire Attention Menhir !, le Cinéma 4D et nouveauté 2019 du parc, je me pose… et m’endors sur un banc. Je crois que petit somme m’a remis d’aplomb, surtout qu’il me reste encore un coaster à découvrir, et il s’agit de La Trace du Houra.

Ce Bobsled Mack Rides est plutôt fun, et la sensation de vitesse est plutôt présente. Pour le comparer à Schweizer Bobbahn à Europa Park, ses courbes sont plus amples et il semble donc moins inconfortable. Mais il s’agit tout de même d’un ride avec une lap bar qui fait mal et des vibrations trop présentes. Concernant la thématisation, c’est la seule du parc pour laquelle je n’ai pas accroché. Note : 2/5.

Un train loin d’être sublime, même chose pour la gare…

Le lift, seul point de vue intéressant que j’ai réussi à avoir.

On enchaîne avec deux attractions aquatiques. La première, Menhir Expr… blindé. On se rabat sur le Grand Splash, Shoot the Chute Intamin. C’est une attraction sans grand intérêt. Déjà, sa thématisation est loin d’être bonne, et à part les jets d’eau avant la drop, ça ne mouille pas.

Un attraction sans grand intérêt…

Nous testons alors Romus et Rapidus, raft construit aussi par Intamin. Et c’est déjà mieux ! Ça mouille plus et les points de vue Pégase Express sont sympathiques. Le seul reproche que je peux faire, c’est la durée du ride, c’est trop court !

Belle vue sur Pégase Express !

On retourne faire Pégase Express, je passe mon tour. En revanche, je retente ma chance sur Tonnerre de Zeus, et je tiens le choc, je crois que c’est passé. On a même le droit à un arrêt lift de 20 minutes (on a bien failli cramer au soleil), à cause de l’autre train qui est arrivé trop vite dans les freins finaux !

Après ça, retour dans la zone Égyptienne pour refaire OzIris. Pendant que les autres en font un tour, je fais quelques photos. mais je ne peux pas repartir sans avoir testé un deuxième tour de ce beau B&M. Cette fois-ci, je suis placé au front row, à droite. La first drop est moins bonne, mais les inversions sont prises d’une façon différente, c’est assez sympathique. L’avantage principal est de vraiment voir où on va, et la sensation de footchopper dans le tunnel est décuplée !

C’était le dernier ride de la journée. Avant de rentrer, on prend une petite photo, avec la distanciation s’il vous plaît !

Coucou !

Demain nous irons au Parc Saint Paul, alors une bonne nuit s’impose !

Pour conclure

J’avais entendu de nombreuses critiques sur le Parc Astérix, notamment sur la gestion des opérations de ses attractions. Vu l’affluence, je n’ai pas pu vérifier ce côté du parc (et tant mieux).

Concernant les qualités et les défauts que j’ai pu observer, il en ressort plusieurs. La thématisation est un point fort du Parc Astérix, les derniers investissements (OzIris, Discobélix, Pégase Express) sont judicieux et bien thématisés. OzIris est un point fort à lui tout seul, c’est un excellent coaster. Concernant les défauts, ils se portent vers la qualité des autres crédits. Tonnerre de Zeus est mal en point, Pégase Express est familial, et le reste est loin d’être bon (mention spéciale à Goudurix bien sûr).

Dans les prochaines années, Tonnerre de Zeus sera complètement retracké et des nouveaux trains arriveront (du moins on l’espère). Pour 2023, un Blitz Coaster Intamin dont le layout a été dévoilé à l’IAAPA 2018 sera construit à Plailly, et ça risque d’être absolument dingue.

Le Parc Astérix est un bon parc, il lui manque encore quelques petits ingrédients pour qu’il soit très bon !
CC/Parcs 2020 :  101 (+70) Savoie Mont Blanc, Bresse, Markstein, Lac Blanc, PA, PSP, Foire Beauvais, Jardin d'Acclimatation, Niglo ×4, EP, Waly, Fraisp, Foire Mulhouse, Tripsdrill, HoPa, Lioran, Klotten, Foire Neuwied, Phanta, Tov, Hasenhorn, Steinwasen, Gutach, Schwaben, Didiland
Niglo sur PlanCo
Niglofans.fr