Plopsaland ne sait pas gérer le public handicapé

Nico

Membre
20 Avril 2006
1 900
0
29
Lille
J'ai lu, via Ameworld, une histoire qui m'a secouée:

http://simonpasapas.blogspot.be/2011/05/plopsaland-reinvente-le-mot-handicap.html?showComment=1339707341073

Plopsaland réinvente le mot "handicap"
Malgré les grosses averses matinales et le vent, nous voilà partis tous les cinq en voiture en direction de Plopsaland.

En route vers de nouvelles aventures avec Megamindi, Plop et Pat le pirate. Les enfants attendaient cette sortie avec impatience et la mauvaise météo n'y pourra rien changer.

A peine arrivés, Simon tente de se rassurer. Il prend son temps pour sortir de la voiture et se répète à voix basse : "Simon, pas peur...Ooooh non, Simon pas peur!"

Pourtant, à la vue de la foule qui attend aux caisses, Simon se paralyse et ne sait plus avancer. Il se colle à moi et avance aux rythme de mes pas, comme si nos corps ne faisaient plus qu'un.

Comme d'habitude, nous nous dirigeons vers l'accueil pour obtenir le pass qui permet à Simon de ne pas faire la file des attractions, files qui lui sont redoutables, son coeur bat la chamade, il est tétanisé par la foule et par le noir.

A l'accueil, une hôtesse qui ne semble pas parler français ou tout au moins, ne pas vouloir, ne pas pouvoir.
Le débat n'étant pas linguistique, je m'exprime en néerlandais.

A ce moment-là bien précis, je bascule dans un monde irréel et surréaliste. Je n'ai plus l'impression d'être en Belgique mais bien dans un autre monde, le monde de la bêtise humaine!
Aussi bien cette hôtesse que son responsable nous expliquent que notre petit trisomique n'est pas considéré comme handicapé.

Sont considérés comme handicapés, les personnes à mobilité réduite, les personnes malvoyantes et les autistes. Pour les autres, l'attestation délivrée d'handicap ne suffit plus. Il leur faut un certificat médical d'un médecin attestant que la personne est incapable de faire la queue.

Se rendent-ils compte de l'énormité de cette aberration? Ils se cachent derrière leur nouveau règlement qui exclut tout autre forme de handicap et n'ont que faire du reste. Ils restent droit, le regard figé au loin, tels de vrais robots. J'ai presque de la peine pour eux!

L'histoire ne s'arrête pas là.

Désormais, les personnes handicapées qui accèdent au parc d'attractions doivent porter un brassard pour qu'ils soient bien reconnaissables.
Fini la petite carte discrète à présenter au début de l'attraction. Il faut que tout le monde puisse les voir et les pointer du doigt.
Je suis scandalisée, c'est de la discrimination et j'ai le sentiment de retourner à l'époque où on distinguait les juifs par une étoile jaune.

J'ai envie de faire demi tour mais je ne peux pas, les enfants ne comprendraient pas. Je décide d'entrer dans ce parc, à contre coeur. Je suis presque soulagée que Simon n'ait pas été reconnu comme handicapé, nous aurons de la sorte échappé au port de ce brassard immonde.
Nous tenterons de trouver un moyen pour rassurer Simon en n'espérant qu'il parvienne à surmonter ses peurs.

Le personnel du parc ne respire pas la joie et la bonne humeur.
Où est donc la magie et la féérie des joies de l'enfance?
Quel dommage d'avoir troqué cette magie au profit d'une lutte linguistique.

Pour Simon, fini les attractions de petit. Il grandit et commence à être amateur de petites montagnes russes.

Quelle ne fût pas ma surprise lorsque sur une attraction, une surveillante avec une stature de militaire, me fusille du regard et me demande sur un ton aussi doux que son air..."Où est le brassard de votre fils?"
Moi, je respire et je tente de garder mon calme, je tente de me surpasser pour mes enfants et très calmement, je lui explique Simon n'y a pas droit.
Elle, elle m'écoute et comme je m'exprime en français, fait semblant de ne pas comprendre.
Je reste assise sur l'attraction, je la fixe d'un regard noir et un sourire sournois, je ne bougerai pas.
Qu'attend-t-elle de moi? Que je descende de l'attraction car mon fils est différent? Je n'en ai que faire, j'ai tout mon temps!
Devant la foule qui s'impatiente, l'attraction démarre enfin, Simon se régale et s'amuse comme un fou...

Pour quelques instants de bonheur volés pour mon fils, je suis vidée de toute mon énergie.
J'ai envie de crier au monde entier toute cette injustice à laquelle nous sommes confrontés jour après jour.

Cette journée qui devait être un moment de détente en famille a été un pur calvaire. Je suis triste pour Simon et pour mes filles qui sont sensibles à ce regard des autres, regard qui fait mal, surtout lorsqu'on a à peine 2 et 6 ans.

Plus jamais, nous n'irons à Plopsaland!

L'article date d'il y a un an, mais les commentaires très récents font état d'une pareille politique dans les autres Plopsa.


Le débat est ouvert.
 

Spacecoaster

Membre
17 Février 2008
1 684
11
27
Lyon (France)
Constat complètement aberrant! Peut-être que cela a un an mais je ne pense pas que leur politique ait changé... Mais cette histoire me rappelle étrangement celle avec Chab, celle des parcs qui n'acceptent que très mal les handicaps.

Les hôtesses d'accueil semble d'une malhonnêteté à toute épreuve...

Quand au brassard ?! Putain mais c'est incroyable vindieux ! Comme dit, on se croirait revenu au temps de Vichy et la distinction des Juifs! INCROYABLE!

Je ne comprend pas qu'elle n'ai pas porté plainte...
 

Joris73

Membre
8 Décembre 2009
2 711
0
29
Chambéry
Ca montre aussi les tensions dans un pays divisé entre wallon et flamand.
Bref on refuse de dire qu'il est handicapé pour pas qu'il dispose de la gratuité du parc, mais dans le parc on refuse qu'il fasse des attractions ... C'est extrêmement hypocrite !
 

G+

Membre
24 Mars 2011
598
0
39
Tikahyme Bat (ISA)
Nan mais vous vous attendez a quoi de la part des flamands ? Leur parti " Vlaams Belang" a eu la bassesse de forcer un barbecue halal en faisant manger aux gosses des saucisses zwan, parti qui siège non loin de la zone a plopsa et très populaire. Pour dire que la Flandre actuel, elle pue le vieux fascisme exacerbée et je dis simplement: boycotté cet endroit.
 

CharlieFox

Membre
24 Janvier 2011
118
0
Belgique
En parlant de Plopsa, voici un article sur un site d'info belge:

"En début de saison, Plopsaland a limité le nombre d'attractions auxquelles les handicapés ont accès, pour des raisons de sécurité, selon Plopsaland. Plusieurs associations estimaient néanmoins les mesures discriminatoires et Plopsaland était également mis sur la sellette par le ministre flamand Pascal Smet, compétent pour l'Egalité des chances.

"Nous travaillons à une liste d'aptitudes", a indiqué le manager du parc Wim Wauters. "Celle-ci énoncera clairement ce que les gens doivent pouvoir faire avant d'entrer dans l'attraction", comme la faculté de pouvoir se tenir avec les mains en permanence, par exemple. "Les accompagnateurs pourront finalement décider ce qu'ils pourront faire ou non. Mais, au bout du compte, nous avons toujours le droit de refuser l'accès".

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) aurait déjà reçu une centaine de plaintes contre la nouvelle politique d'accès pour les handicapés."