Une visite en Gaule occupée [19/06/2021]

Frost

Membre
1 Avril 2020
19
1
31
Lille, France
Bonjour à tou(te)s !

Je profite de mon premier post dans cette section pour vous décrire notre visite du Parc Astérix ce samedi 19 juin 2021.
Je vous exposerai aussi quelques remarques et réflexions que je me suis faites pendant cette visite.


Commençons d’abord par la visite !

Départ de Lille à 8h30, c’est tout droit pendant 1h30 pour arriver vers 10h au parc. Bonne gestion des flux de voitures par les employés présents, la longue file avance quasi-continuellement.
Nous atterrissons finalement sur le parking 2, qui fait office de théma à Pégase.

Une file d’attente est déjà formée au niveau du contrôle des sacs, mais tout avance plutôt rapidement. Scan des billets, passage au portique, et nous voilà en Gaule occupée !

Notre dernière visite remontait à 2014 alors ni une ni deux, nous nous dirigeons directement vers Pégase Express pour le créditer. La jolie file d’attente longe les rapides puis entre dans le bâtiment de la gare, avec de très jolies vues sur le parcours et quelques traits d’humours bien pensés.
Avec 4 trains sur le parcours, le débit était plutôt correct et nous embarquons rapidement.
L’expérience, sans être impressionnante sera malgré tout très sympathique. Quelques vibrations à déplorer dans une partie en arrière néanmoins très fun !

Nous nous dirigeons ensuite vers Goudurix pour vérifier si le retracking réalisé il y a quelques années a eu un effet bénéfique pour le coaster.
Depuis la passerelle, le train qui s’engage dans le butterfly semble prendre des transitions taillées à la scerpe : c’est manifestement mal barré.
Et le constat est déchirant une fois à l’intérieur : les harnais font mal (je suis plutôt grand) et le ride est un déchaînement de vibrations, transitions toutes plus foireuses et baffes. Le seul moment sympa c’est le looping vertical qui a le mérite d’être fluide comparé au reste de ce qui nous est infligé. Rien à garder, une torture.

Pour nous consoler, nous traversons le parc pour nous rendre sur OzIris. Deux trains sillonnent le parcours dans leur rugissement caractéristique, on pourra en profiter pendant les 40 minutes d’attente annoncées.
On aura finalement patienté une bonne heure avant de pouvoir se poser en first row, après un embarquement chaotique à cause des casiers à sac devant lesquels tout le monde s’attroupe.
Vient le dispatch et… Quelle merveille, rien n’a changé dans mes souvenirs ! La first drop est toujours démente, les inversions hyper variées s’enchaînent et toujours cette petite surprise dans le tunnel juste avant de monter dans l’Immelmann… Le coaster n’a pas pris une ride, et s’il fallait trouver un défaut ce serait l’assise qui me faisait un peu mal au dos.
On décide de le refaire en profitant de la file single rider, via laquelle nous serons choisis après 15 minutes pour combler deux places.

Avant d’aller manger, nous faisons un petit saut par SOS Numérobis pour le crédit. Sans grand intérêt mais beaucoup de fun, et un +1 !

Après notre repas aux Fastes de Rome qui, bon à noter pour les concernés comme nous proposent une variation végétarienne, nous nous engouffrons dans Le Défi de César pour digérer.
Certes ce n’était peut être pas la meilleure idée, mais étant plus omnubilé à comprendre le fonctionnement de l’attraction qu’à suivre l’histoire, ça ne m’a finalement pas fait grand chose. Il me semble qu’il y avait un pre-show dans cette attraction, si tel est le cas nous l’avons bypass, sans doute par manque de monde.

Un rapide coup d’œil sur l’application du parc nous indique que Tonnerre de Zeus sera à nous après une heure d’attente. Ni une ni deux, nous nous y dirigeons. Le temps d’y parvenir, l’attente aura pris 10 minutes supplémentaire mais nous n’étions pas au bout de nos surprises… Nous aurons finalement passé quasiment 2h30 à piétiner, pendant lesquelles le soleil nous aura tout de même offert quelques apparitions, ainsi qu’une très jolie vue sur une évacuation d’un train de Goudu planté sur le lift :evil:
Apres cette insoutenable attente (nombre de visiteurs ont préféré rebrousser chemin), nous embarquons enfin pour tester le retrack partiel, et je dois dire que l’on sent une vraie différence !
La first drop est dévalée à toute vitesse, vient le premier virage qui passe plutôt bien, puis un enchaînement de transitions tantôt brusques, tantôt fluidesfaisant des allers-retours dans la structure de la bête.
Zeus en a encore dans le ventre malgré son âge, et continue de nous offrir dans sa grande bonté pas mal de fun !
Gros point noir cependant, le débit anémique malgré des ops hyperactifs.

L’attente à rallonge de TdZ ayant grignoté une bonne partie de la journée, nous allons ni une ni deux vers la Trace du Hourra. Une petite demi heure d’attente et des trains qui sortent de la station plus souvent que des baguettes chez un boulanger, pour une descente ni intense, ni impressionnante, mais qui reste sympa à faire.

Nous décidons de terminer la journée par un dernier tour de OzIris grâce à la file single rider, et de tenter un second ride de TdZ mais un orage (de circonstance !) nous en aura empêché, signant également la fin de cette journée.

Nous aurons finalement passé une bonne journée malgré quelques écueils et remarques que je m’en vais à présent vous lister.


Les écueils

Déjà niveau fiabilité : je n’ai jamais vu autant de pannes. La Trace a été fermée quelques temps vers midi avec des trains plantés dans les freins.
L’après midi c’était Icare qui a subit plusieurs arrêts et, comme décrit plus tôt, un train de Goudirix planté sur le lift a fini par être évacué. Il a rouvert en fin de journée avant l’orage.
Je crois que Discobelix et Pégase ont aussi eu droit à leur panne.
Beaucoup de difficultés donc pour cette grosse journée, qui ont probablement eu des effets sur les flux visiteurs.

Les flux parlons en. Malgré une affluence censée être réduite en raison des restrictions sanitaires, toutes les attractions aquatiques flirtaient aux alentours d’une heure d’attente et TdZ culmina à plus de 2h30. Discobélix et Pégase tournaient aussi autour de 50-70 minutes.
Finalement seuls la Trace et OzIris sur 2 trains ne sont que ponctuellement passés au dessus de l’heure d’attente (annoncée…).
D’ailleurs le parc était censé fermer à 18h ce jour, mais des messages ont été diffusés à partir de ma mi-journée pour annoncer une fermeture a 19h en raison de l’affluence. Une bonne initiative.
J’ai l’impression que le parc ne s’attendait pas à autant de monde ce jour, mais ça n’a pas de sens puisque la pre-reservation était obligatoire ! J’ai aussi le sentiment que certaines attractions n’ont plus leur place dans un parc de cette envergure (TdZ avec tes 800 pph… 👀).

Les ops aussi étaient un peu à la ramasse, pas franchement la faute au personnel mais plutôt à certains choix du parc, dont deux m’ont fortement marqués :
  • Filotomatix : on est à Port Aventura ou quoi ? 4 formules différentes, des tarifs prohibitifs et les last row réservées à cette 💩, on en parle ?
  • Les armoires à sacs dans OzIris désorganisent totalement l’embarquement, tout le monde s’entasse devant ça ressemble à rien et forcément ça stack sur les freins même à 2 trains.

En revanche pour le côté positif, la théma des zones est toujours autant une réussite, l’immersion est plutôt bonne. Mention aussi au personnel plutôt sympathique, qui doivent pour certains découvrir leur metier


En conclusion

Bref une journée mi-figure mi-raisin pour ma part. Beaucoup de fun et de bonnes expériences, entachés par quelques accrocs opérationnels.
Je n’avais pas eu ce sentiment lors de ma précédente visite en 2014.
J’ai un peu peur de l’évolution du parc, au vu des choix effectués, qu’il se rapproche d’un Port Aventura à la française… Ce serait dommage.

N’hésitez pas à me donner vos avis notamment sur les griefs remontés. J’aimerai savoir si c’était juste une mauvaise journée comme il peut y en avoir, ou si quelque chose est en train de se passer dans le village gaulois.

Cheers ✌️
 
  • Like
Réactions: Luc70r