Interview directeur de Walibi Rhône Alpes : Découvrez ses réponses !

Guigui75

Membre
25 Août 2015
79
0
- Quelle liberté est-ce que la CDA accorde à la direction du parc en matière d'investissements?
- Est-ce que cette année marque un changement de stratégie pour le parc avec un abandon progressif du rebranding "Walibi-WAB-SkunX" lancé en 2011 dans les trois parcs Walibi?
- Quand est-ce que fut prise la décision de construire un wooden coaster?
- Quelles sont les raisons qui ont poussé à choisir The Gravity Group?
 
Après ce magnifique essai, je veux parler de 'Timber' et de ça zone, va-t-on avoir une magnifique transformation? Nouvelle montagne russe? Nouvelle attraction a sensation?

Es ce que la théma walibi va-t-elle disparaître? Si oui, sur combien d'année?

Es ce que le parc aquatique va-t-il être améliorer? Si oui, par quoi?

Es ce que dans plusieurs années, va-t-il avoir la construction d'un hôtel?
 

Gleap

Membre
9 Mars 2011
1 745
0
26
Lille
On a aperçu ce genre de poubelles dans le parc lors de la réouverture avec ce nom :

595619poubelle.jpg


A quoi peut-on s'attendre ? Nouvelle zone thématique comme ce fut le cas cette année ? Parc aquatique ? Water coaster ?

Merci à Mehdi pour la photo :wink:
 

[JULIΣN]

Membre
25 Mai 2010
4 120
15
25
Grenoble
Je vais reprendre (un peu) ce que Guigui75 a dit car ce sont des questions essentiels, mais j'aimerais les completer :

- Est-ce que cette année marque un changement de stratégie pour le parc ? Si oui quelle est la nouvelle stratégie?
- Quelle liberté est-ce que la CDA accorde à la direction du parc en matière d'investissements?
- Pourquoi avoir pris la décision de construire un wooden coaster?
- Quel sont les retombés attendus en terme d'évolution du CA et du nombre de visiteurs à court et moyen terme?
- Des investissements sont-il à prévoir à court terme (2-3ans) ?
- Le thème installé en 2011 va-t-il être supprimé petit à petit? Si oui, à quoi doit-on nous attendre dans les années à venir?


Et question un peu méchante mais j'aimerais beaucoup avoir la réponse :
- Pendant plusieurs année (avant Timber donc) le parc n'a pas fait d’investissements significatif et on a senti presque un sentiment d'abandon, avec des allés vide dans le parcs et des attractions enlevé (cf: tomahawk). Pourquoi? Pas de budget? Pas assez de liberté donné par la CDA?





Es ce que dans plusieurs années, va-t-il avoir la construction d'un hôtel?

Pourquoi faire? Le parc se visite en moins d'une demi-journée...
 

aqwnji

Modérateur
Membre de l'équipe
30 Octobre 2008
2 034
43
25
Kintzheim
Guigui75 a dit:
- Quelle liberté est-ce que la CDA accorde à la direction du parc en matière d'investissements?
Question indiscrète tant qu'à faire mais qui pourra nous en apprendre pas mal si le directeur y répond.
Quel est le lien financier entre le parc et la CDA ?
Tout est à 100% à la CDA ? (je ne pense pas)
Quelle sommes (ou proportion) part chaque année du parc à la CDA ? (comme le fait Disney)
Quelle aide (financière encore) la CDA a-t-elle fournie pour l'investissement majeur qu'est Timber et sa zone ?


Pour changer des sous:
Oz'Iris, Huracan, Lost Gravity, Pulsar, Timber, est-ce une dynamique commune ? (au sens appui du groupe, changement de politique)
Monster, Twist, Timber Drop, Oz'Iris, Alpina Blitz, Timber, est-ce une dynamique commune ? (au sens "mince les voisins font des nouveautés, faudrait qu'on se bouge")

Une amélioration du service de transport en commun est-elle envisagée ?
Ont-ils testé d'autres Gravity Group (Twister, ou bien aux Etats-Unis) ? ou au moins d'autres woodens pas moisis (pas ceux de la CDA ou Anaconda, Stampida...)

Et les questions déjà posées sont pas mal  :mrgreen:
 

Julow

Membre
18 Octobre 2015
786
2
28
Bordeaux
facebook.com
Petite question peu importante:
Quels étaient les autres choix (s'il y en avait) de nouveautés pour le parc?
Du coup je rejoins les autres questions déjà posées:
Est-ce que vous avez essayé d'autres wooden qui vous ont poussé à faire ce choix et pourquoi Gravity Group?

Après les autres questions déjà proposées sont très bien :-)
 

Kingofcoaster

Membre
27 Mai 2012
697
0
25
Comme promis, voilà l'interview que j'ai réalisée à Walibi Rhône-Alpes avec Luc de Roo, directeur du parc, le Jeudi 21 Avril. Je me suis inspiré de vos questions : merci à vous d'avoir été si nombreux (et si rapides, surtout) à en poser  :-) !

Je trouve le résultat très intéressant, vous allez voir que le parc est très professionnel et ne manque pas de projets... Bonne lecture à vous ; j'attends vos commentaires !



Mathis : Merci de nous recevoir en ce début de saison ! Je voulais axer cette interview sur trois thèmes : une première partie sur votre rapport à la Compagnie des Alpes et sur le rebranding de Walibi ; une deuxième partie sur Timber ; et une troisième partie sur quelques perspectives d’investissements futurs.

Luc de Roo : Ça me va !

Partie 1 : Le rebranding Walibi, vos rapports à la Compagnie des Alpes

Mathis : En 2015, le parc a accueilli 400.000 visiteurs. Avec Timber et la nouvelle zone Explorer Adventure, quel est l’objectif affiché ?
Luc de Roo : 400.000 et plus ! L’objectif officiel est de faire une progression à un chiffre, qui serait de 5 à 6% ; néanmoins, notre ambition est beaucoup plus élevée. Aujourd’hui, nous avons plutôt une perspective d’investissement rationnelle et mesurée : nous ne voulons pas mettre en péril l’activité du parc avec des objectifs irrationnels : nous avons investit dans une nouvelle zone mais nous ne recherchons pas pour autant une performance de croissance de fréquentation de 15 à 20%. Peut-être que nous allons les faire mais ce n’est pas ce que nous avons prévu initialement. C’est plutôt 5 à 6% donc, ce qui correspond à la tendance du marché, même si nous espérons secrètement plus !

Mathis : En terme de chiffre d’affaire, avez vous également anticipé un « effet Timber » ?
Luc de Roo : Nous ne communiquons pas sur le chiffre d’affaires puisque la Compagnie des Alpes est cotée en bourse… Tout ce que nous pouvons dire, c’est que les visiteurs répondent présents depuis le 9 Avril, et ce malgré le mauvais temps. On a vu hier, mercredi (20 avril), une fréquentation quasiment comparable à ce que nous pouvons faire l’été : c’est certes les vacances mais pourtant nous ne sommes pas sur la période d’été…  De ce point de vue-là, c’est donc bon signe.

Mathis : Quel degré de liberté vous accorde la Compagnie des Alpes en terme d’investissements ? Est-ce vous qui choisissiez l’attraction ou la maison mère a-t-elle son mot à dire tout au long du processus créatif ?
Luc de Roo : C’est dans l’ADN de Walibi Rhône-Alpes que d’être très participatif. Nous avons travaillé avec la CDA et sa jeune équipe (Julien Simon, Fabien Manuel notamment) sur les projets du parc : non seulement Timber, mais aussi les projets qui vont suivre. Nous avons apporté notre expertise de parc Walibi, notre data sur le profil de nos visiteurs, sur ce que nous recherchons, et ce qui se fait à deux heures d’ici, puis nous avons ciblé les différentes attractions.

Timber est le 3ème wooden coaster en France. Les deux premiers sont, disons, de la « première génération » (Anaconda date de 1989, Tonnerre de Zeus de 1997). Ces coasters en bois sont plutôt linéaires… Avec Julien Simon (ndlr : fondateur de Trips’n’Pics) qui a une bonne connaissance des parcs de loisirs et les équipes du parc, nous sommes allés tester différentes attractions. Il y a avait à chaque fois un membre de chaque département : opérationnel, technique et marketing. Quelqu’un de la technique pour savoir précisément ce que coûte l’attraction : souvent nous achetons mais nous ne nous rendons pas compte du coût réel… Quelqu’un de l’opérationnel pour savoir ce que nous sommes capable d’assumer en terme d’opérations et de maintenance, et quelqu’un du département marketing : sommes-nous capable de vendre l’attraction ? C’est comme ça que Timber est arrivé !

Donc de la liberté, nous en avons. Nous sommes encore en réunion pour 2017 ! Nous estimons à Walibi Rhône-Alpes qu’il y a plus dans 10 que dans 2 têtes… Nous encourageons donc volontairement cette interaction avec les équipes de la Compagnie des Alpes. Nous sommes assez ouverts, nous partageons beaucoup car nous sommes une petite équipe, donc nous n’avons pas la prétention de tout savoir.


Mathis : Petit flashback. J’étais là pour l’annonce du rebranding de Walibi, en 2011. Il y a eu depuis une vraie refonte du parc : tout ou presque a été réhabilité, mis aux couleurs des WAB et des Skunx. Pour autant, c’est aujourd’hui, en 2016, qu’un vrai investissement conséquent dans une nouvelle attraction voit le jour. D’où vient ce laps de temps important : stratégie trop floue ? difficulté à appréhender ce nouveau Walibi ?
Luc de Roo : Il y a eu effectivement ce rebranding. La genèse était de communiquer la marque Walibi à l’extérieur des parcs, créer de l’évènement… Nous sommes plusieurs parcs à porter la marque Walibi, avec tous des profils différents. Pour notre parc, qui avait plus de 30 ans, parc vieillissant, ce lifting était le bienvenu ! Pour nous, ce nouveau Walibi a donc été hyperpositif. Dans la foulée, nous avons quand même enchainé en 2012 avec la Bambooz’River, attraction qui existait déjà auparavant et que nous avons retiré en 2005/2006 suite à quelques problèmes. Dans la foulée, nous nous sommes dit qu’il fallait avant tout pérenniser le parc. Ce n’est pas qu’il était en danger avant, mais on partait dans tous les sens.
Deuxième chose : nous avons retiré des attractions vieillissantes : le Baron (devenu OnAir), la Grande Roue… Nous avons voulu faire les choses par étape : nous avons refait le Boomerang, devenu l’EqWalizer avec les nouveaux trains, nous avons rajouté quelques petites attractions pour enfants…

Pour revenir à votre question : Walibi reste notre mascotte : il accueille les visiteurs sur le parc à l’entrée. Il y aura toujours des touches Walibi, comme vous avez pu le voir dans la zone Explorer Adventure, avec la Scie Phony par exemple (nom du stand de retrait de photos sur Timber et le WoodStock Express), etc… Concernant ses amis (les 2 groupes), c’est quelque chose sur lequel nous allons moins jouer, car nous nous sommes rendu compte que les visiteurs voulaient avant tout des attractions. Nous n’avons pas la prétention d’avoir comme Disney une vraie histoire derrière le parc. Il faut que nous nous re-concentrions sur ce que nous savons faire. Nous avons certes ce Walibi rajeuni, qui est « fit & well », mais voilà, nous n’allons pas non plus pousser l’histoire de ces mascottes beaucoup plus loin.

Mathis : C’est quand même un vrai changement de stratégie ! On voit que Walibi Belgium et Walibi Holland ont plus ou moins arrêté d’introduire les mascottes dans leurs nouvelles créations… C’est donc c’est une vraie décision de moins mettre en avant les mascottes comme élément principal, mais de les utiliser comme support pour créer de nouveaux univers autour d’elles.
Luc de Roo : Exactement. Mais dans tout ce que nous allons aménager dans 7/8 ans, elles seront toujours là par petites touches.

Mathis : Pas de disparition pure et simple chez vous, alors ?
Luc de Roo : Non, pas du tout.


Mathis : Plus globalement, sur le marché des parcs à thème : ça bouge beaucoup, les nouveautés sont nombreuses comme vous avez pu le voir à l’IAAPA ; y a-t-il justement une nouveauté ou une tendance qui vous intéresse particulièrement ou vous a spécialement marqué ?
Luc de Roo : Ce qui m’a marqué, c’est que certains coasters aujourd’hui ne font pratiquement plus de bruit. Quand je vois Lost Gravity (à Walibi Holland) par exemple : c’est une attraction à sensation qui pourrait complètement être mise dans un village, ou dans une ville : elle fonctionne, et ne fait pas de bruit si l’on enlève le cri des gens. J’ai bien aimé ce type de produits !

Après il y a tout ce qui est réalité virtuelle embarquée… Je pense que ce type d’attractions est bien intégrée dans des parcs comme Europa-Park, serait intéressant à Walibi Belgium, en somme, surtout des parcs que je qualifierais de « pro-urbains ». Pour nous, nous l’étudions aussi, mais le parcours est tellement long… Le jour où nous arriverons à de la réalité virtuelle, c’est que nous aurons vraiment tout terminé sur le parc : voierie, restaurants, sanitaires…


Mathis : Ca n’est pas dans vos plans à court terme, donc ? Pourquoi ne pas le tester sur le WoodStock Express, par exemple ?
Luc de Roo : Non, franchement non. Si nous devions poursuivre le travail sur le WoodStock Express demain, nous travaillerons plus sur le décor intérieur et la capacité de l’attraction. Nous devons travailler sur nos fondamentaux et nous avons encore du boulot dessus.

Mathis : Pour être honnête, ça nous rassure en partie ! Les passionnés que nous sommes avons parfois peur de cette sur-invasion du virtuel sur la thématisation réelle…
Luc de Roo : Vous savez, nous sommes un parc familial et régional. Plus de 80% des visiteurs sont des familles avec enfants. Je ne vais pas dire qu’Europa-Park est un parc d’ados : l’offre est tellement pléthorique que ça touche à toutes les générations mais nous concernant, nous nous inscrivons dans un univers naturel : nous allons déjà travailler là-dessus, en restant sur des attractions à coûts d’entretien responsables. Si le coût est trop élevé, nous n’entretenons plus et ça devient catastrophique.


Partie 2 : Tiiiiimber.

Mathis : Revenons un peu sur cette belle nouveauté 2016, si vous le voulez bien : quand la décision de construire un wooden coaster a-t-elle été prise ? Quelles étaient les autres options envisagées ? 
Luc de Roo : L’idée du wooden coaster est venue en début d’année 2015, quand nous avons échangé avec François Fassier. Avec les équipes de la CDA, nous avons commencé à affiner le projet, et puis au mois d’Avril, nous avons commencé les benchmarks, que ce soit à Quassy ou à Grona Lund pour Gravity. Pour d’autres fournisseurs, nous nous sommes rendus dans d’autres parcs… La décision de travailler avec Gravity s’est faite vers le mois de Mai, ça fait donc tout juste un an !

Au départ, nous ne parlions que d’un coaster. Nous savions que nous devions mettre des sanitaires, mais ça s’arrêtait là. Et puis, le projet avançant, les dessins arrivant, un peu comme pour tout, nous nous sommes dit : « et si on ajoutait ça ? si on faisait ça ? ». Nous avons commencé à rêver, à se faire plaisir. Et puis ce rêve est devenu réalité : nous avons habillé le Scratch (ce qui n’était pas prévu), nous savions que nous allions faire un nouveau point de restauration mais nous n’avions pas prévu de faire deux terrasses, qui ont été rajoutées entre temps : on a triplé la surface & doublé le budget du restaurant. Nous avons aussi installé Volt-O-Vent, non prévu non plus. Tout en restant dans notre enveloppe budgétaire, nous avons donc pu faire tout ça. Tout ça s’est en fait bousculé en Septembre 2015 ! Ca a été très vite ! Il faut savoir que l’ambition était au départ d’ouvrir le restaurant mi-Mai, et Timber cette semaine-ci (semaine 16).

Mathis : Le chantier a dû être assez complexe… Pouvez-vous nous parler de moments marquants, qu’il s’agisse de moments euphorisants où le chantier a vraiment pris forme, ou de moments plus stressants ?
Luc De Roo : Il y a eu plusieurs étapes, en vérité. Tout d’abord, la dalle de béton pour Timber. Nous devions couler le béton tout en tenant compte de la météo. Ca a été très tendu, nous avions dès le départ deux semaines de retard… Cela voulait dire une ouverture fin Avril-début Mai. Nous avons pu rattraper ce retard avec différentes entreprises (entreprises locales pour ce qui est du montage !) même si pour elles aussi c’était un challenge.

Un autre moment marquant a été le début du montage. Elle n’a pas été construite en enfilades mais sur différentes zones à la fois. Nous avons vraiment prié pour que les raccords soient bons ! Après ça, il y a eu tout le travail de voirie. C’était un grand moment : il fallait manager les sociétés qui coulaient le béton poreux et les sociétés qui travaillaient sur site ; bref, ça n’a pas été facile… Après ça, les bâtiments… Il y a eu différentes étapes, positives ou moins positives car il y a évidemment eu un peu de tension. Le moment ultime, je dirais, a été le premier jour de test de Timber où nous avons testé avec les mannequins remplis d’eau et les équipes : et ça, c’était bien !


Mathis : Petite analogie au rugby, grâce à une question qui m’a été suggérée par un membre du forum : si on peut considérer que Timber est un essai, à quand la transformation ? Vous parliez tout à l’heure de Lost Gravity, est-ce un grand-huit qui potentiellement pourrait avoir du sens, ici ? C’est un coaster compact, à inversions, c’est assez unique ? Quand peut-on s’attendre à ce genre de choses à WRA ?
Luc De Roo : Je vous dirai ça en fin d’année… J’ai fait l’attraction, ça m’a plu, et on pourrait clairement l’avoir chez nous, même si la restriction de taille est assez importante.

Mathis : On dit souvent que les woodens coasters demandent beaucoup d’entretien en terme de maintenance, de vérification. Quel sera l’impact de cette nouveauté sur le service maintenance du parc ?
Luc De Roo : Nous sommes encore aidés par les équipes de Gravity Group actuellement. Timber, ça représente 2h de contrôle visuel par jour sur l’attraction. Contrairement à l’Anaconda, qui date de 1989 et que je connais bien pour avoir travaillé 4 ans là-bas, ici nous sommes sur un montage différent. Nous avons par exemple sur Timber des structures métalliques qui empêche aux rails de s’écarter. Nous avons donc en quelque sorte facilité en amont la maintenance de l’attraction. Maintenant, en terme de voie, il y aura des périodes de resserrage de boulon, à des périodes précises : il faut éviter de le faire lorsque le bois est trop sec, encore plus quand il est trop mouillé (donc pas en hiver) car le bois gonfle à ce moment-là. Après, le coaster ne fait pas 1,2km, seulement 450 mètres. Les trains, eux, sont assez basiques : il n’y a pas de grosses contraintes permanentes de contrôle. Ils vont être contrôlées en fin d’année par Gravity et nous allons voir comment ils évoluent mais globalement, si je compare à nouveau Timber à l’Anaconda, nous avons ici des roues latérales et d’anti-soulèvement : chaque mouvement est compensé. Le train ne voyage pas de gauche à droite tout le temps, comparé à l’Anaconda…

Pour résumer, on estime donc 2h d’entretien par jour, ce qui n’est pas négligeable, mais nous allons aussi essayer d’optimiser tout ça. De même, un wooden coaster est une attraction qui se vit. Le bois s’entend et vous allez sentir en écoutant le grand-huit qu’il peut y avoir un problème, comparé à un coaster métal où vous allez entendre le problème dernier moment, quand la roue va déjanter ou casser. Là, vous pouvez anticiper les éventuelles défaillances.


Partie 3 : Perspectives d’investissements futurs.

Mathis : Pouvez-vous rappeler quelques chiffres concernant le plan d’investissement à 10 ans, qui a donc démarré cette année ?
Luc De Roo : Nous parlons d’une enveloppe de 30 millions, en comptant l’investissement de cette année. Ce n’est jamais gravé dans le marbre : le contexte est un peu plus tendu qu’il y a quelques années. Il est très évolutif et dépendant du contexte sécuritaire, politique… Aujourd’hui, nous avons une ambition clairement affichée. Ceci étant, nous faisons partie d’un groupe qui nous aide à investir massivement. Si demain, les résultats du groupe, autant sur les parcs de loisirs que sur les domaines skiables ou à l’international devaient connaitre un ralentissement sensible, il y aurait une revue globale des investissements du groupe.

Ce qui est extrêmement positif, c’est qu’aujourd’hui, il y a un plan. Avant, nous n’en parlions pas, ou très peu. Nous ne parlons pas d’un plan à 1 ou 2 millions par an ; mais d’un plan de 30 millions sur 10 ans maximum, sûrement moins, suivant la vitesse à laquelle nous allons progresser. Si cette année, nous atteignons l’objectif 2017, ça va certainement aller plus vite… Nous parlons d’un plan de long terme. Nous venons à peine d’entamer 2016 en terme d’expérience visiteur ; nous, nous sommes déjà sur 2017 en terme de nouveauté.

Mathis : Et donc, pour l’instant, pas d’indice sur la nouveauté 2017 ? Rien du tout ?
Luc De Roo : Non (sourires).

Mathis : Un autre évènement qui marche bien est votre évènement Halloween : il prend de l’ampleur petit à petit. Est-ce pensable d’imaginer des nocturnes à terme, comme ça se fait à Walibi Holland ou à Walibi Belgium ?
Luc De Roo : Oui, c’est tout à fait imaginable ! La preuve : la zone Explorer est prévue pour fonctionner de nuit. Le Timber, allumé, est une vraie cathédrale… La facade du Scratch, elle aussi, est éclairée. L’éclairage de la zone peut être adapté suivant divers évènements : soirées VIP, nocturnes Halloween… Donc oui, à terme, nous pourrions aboutir sur des nocturnes à Walibi à cette occasion. De toute façon, nous en ferons sans vouloir en faire. Cette année, Halloween se termine le 2 Novembre alors qu’avant, on terminait le 31 Octobre. Avec le changement d’heure, à 17h, il fera noir. Le parc sera donc illuminé. Nous allons voir comment se passe Halloween cette année, mais c’est clairement quelque chose que nous allons développer. Peut-être des nocturnes que les week-ends, au départ (c’est-à-dire les Vendredi et Samedi soir) pendant les WE d’Halloween, et puis les saisons prochaines, nous ferons peut-être aussi des nocturnes à d’autres moments, avec visites continues ou entrées spécifiques. Ce que l’on sait, c’est que nous allons développer l’offre Halloween sur la zone Explorer l’année prochaine. Nous allons nous agrandir et proposer d’autres expériences.

Mathis : Comment attirer des visiteurs plus excentrés du parc ? Je me souviens de Walibi Sud-Ouest, qui pensait à un hôtel. Est-ce quelque chose auquel vous pensez ?
Luc De Roo : L’hébergement, nous y pensons. Nous partons toutefois du principe qu’avant de faire de l’hébergement, il faut étoffer notre offre sur le parc. Nous sommes ouverts 130/140 jours par an. Il faudrait arriver à rentabiliser cet hébergement l’hiver… Nous avons déjà quelques pistes. Ce qui est encourageant, c’est qu’il y a de la demande. Mais je vous cache pas que je préfère privilégier investir sur le parc. Après, nous pourrions avoir un partenaire ou acteur spécialisé avec qui nous pourrions nous associer et travailler. C’est quelque chose auquel nous pensons, depuis 2007 ou 2008.

Mathis : Ca me fait un petit peu penser au Pal, assez proche de votre situation sur le plan de la localisation  qui a marqué un grand coup avec son hôtel thématique et a réussi à prolonger l’expérience du parc…
Luc De Roo : L’avantage du Pal, c’est quand même leur zone animalière qui permet une expérience différente. Nous devons pour notre part repartir sur un modèle économique différent. Demain, quand nous serons ouvert plus de jours, nous pourrons y réfléchir plus sérieusement.

Mathis : Dernière question, concernant les fameuses poubelles « Exotic Island » : de quoi s’agit-il ? Nouvelle zone du parc, parc aquatique revue ? C’est quand même étonnant, ces 15/20 poubelles apparues soudainement au fond du parc. Une petite piste ?
Luc De Roo : Peut-être une erreur du fournisseur, qui sait ? Des poubelles sont arrivées, point. Il fallait des poubelles, et puis voilà (sourire). Joker, sur cette question !

Mathis : Très bien, on suivra ça de près, alors ! Merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, et bonne saison !
Luc de Roo : Avec plaisir, merci à vous !
 

Minijul

Membre
14 Mai 2009
5 662
1
43
Lyon
www.minijul.com
Merci pour cet interview très agréable à lire.
Les réponses sont moins langue de bois que ce qu'on aurait pu craindre, même s'il reste quand même très discret sur son rapport au Pal.
Mine de rien il dit pas mal de trucs malgré les contraintes de discrétion qu'impose l'appartenance à un groupe comme la CDA.
La zone Timber montre une réelle volonté des équipes d'avancer très concrètement, et les réponses, même prudentes, corroborent.
 

Rem10

Membre
12 Juillet 2014
5 049
44
Merci pour ton interview, c'était sympa à lire. Et même si il n'y a rien de totalement révolutionnaire, c'est toujours bon de savoir qu'ils vont investir plus dans le parc que les hôtels, qu'ils ne vont pas aller pour le moment vers la VR et qu'ils vont continuer à investir. Sympa aussi cette possibilité d'avoir une version proche de Lost Gravity dans le futur peut-être...
 

Julow

Membre
18 Octobre 2015
786
2
28
Bordeaux
facebook.com
Superbe interview! :mrgreen:
En effet:
Mathis : Et donc, pour l’instant, pas d’indice sur la nouveauté 2017 ? Rien du tout ?
Luc De Roo : Non (sourires).
Il aurait quand même pu te lâcher un mini mini indice. :-D
En tout cas c'est bon signe pour ce parc contrairement à Walibi Sud Ouest qui va sûrement couler avec les nouveaux proprios.
 

[JULIΣN]

Membre
25 Mai 2010
4 120
15
25
Grenoble
Julow a dit:
En effet:Il aurait quand même pu te lâcher un mini mini indice. :-D

L'indice, il est un peu partout je pense:
: Dernière question, concernant les fameuses poubelles « Exotic Island » : de quoi s’agit-il ? Nouvelle zone ?
Luc De Roo : Peut-être une erreur du fournisseur, qui sait ? Des poubelles sont arrivées, point. Il fallait des poubelles, et puis voilà (sourire). Joker, sur cette question !
Enfin bon, super interview merci beaucoup  :mrgreen:


Donc un coaster silencieux compact et à inversion style LostGravity pourrait être envisager... Sympas ça !

En tout cas c'est bon signe pour ce parc contrairement à Walibi Sud Ouest qui va sûrement couler avec les nouveaux proprios.
C'est triste mais ça fera plus de sous à la CDA et donc à WRA...
 

zbouby38

Membre
6 Février 2016
247
0
[quote author=[JULIΣN]
C'est triste mais ça fera plus de sous à la CDA et donc à WRA...
[/quote]
Sa ne changera rien vu que Walibi Sud-Ouest n'appartient plus à la CDA.
 

Mirooz

Membre
27 Janvier 2014
136
0
34
Fontenay sous bois
Merci pour cette belle interview, très plaisante à lire. Les réponses apportées sont intéressantes et ont l'air honnêtes, même si certaines restent discrètes. En tout cas ça laisse quand même entrevoir la possibilité d'un coaster type Lost Gravity, ce qui serait probablement une très bonne chose.

Kingofcoaster a dit:
Timber est le 3ème wooden coaster en France. Les deux premiers sont, disons, de la « première génération »
J'ai beacoup aimé ce doux euphémisme  :evil:
 

[JULIΣN]

Membre
25 Mai 2010
4 120
15
25
Grenoble
zbouby38 a dit:
Sa ne changera rien vu que Walibi Sud-Ouest n'appartient plus à la CDA.

Oui c'est vraie, du coup je reformule ma phrase :

C'est triste mais ça a fait plus de sous à la CDA et donc indirectement à WRA..
 
6 Avril 2007
1 367
0
37
Chartres (28)
J'ai une question, il cite deux jeunes qui travaillent avec la CDA: Fabien Manuel s'est occupé de Timber, mais Julien Simon j'apprends qu'il travaille pour la CDA du coup. On doit OzIris à son ami Julien Bertevas, et du coup Julien Simon a déjà travailler sur quoi pour eux?
 

zbouby38

Membre
6 Février 2016
247
0
[JULIΣN] a dit:
Oui c'est vraie, du coup je reformule ma phrase :

C'est triste mais ça a fait plus de sous à la CDA et donc indirectement à WRA..
Voilà c'est mieux comme sa.  :evil:
Sinon bonne interview sans trop être langue de bois et sa fais plaisir.
Je pense faudra se tourner du côté des fameuses poubelles exotic Island pour l'année prochaine.