[TR] Mirabilandia août 2019

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 098
13
26
Angers
Quelques petites précisions préalable : il s'agissait en tout et pour tout d'un voyage d'un mois en Italie, avec le planning suivant :

- Naples / Pompei / Herculanum / Capri du 17 au 21 juillet
- côte amalfitaine les 22 et 23 juillet
- Rome du 24 au 29 juillet
- Florence du 30 juillet au 3 août
- Mirabilandia les 4 et 5 août
- Ravenne le 6 août
- Gardaland les 7 et 8 août
- Caneva Park et Movieland les 9 et 10 août
- Découverte de l'est du Lac de Garde le 11 août
- Balade dans les Dolomites (et sous la pluie) les 12 et 13 août
- Milan les 14 et 15 août

Quelques infos pratiques : au total ça nous aura coûté environ 2100€ bouffe et logement compris (mais sans compter les achats de souvenirs/cadeaux), sachant qu'on se sera fait V'LA PLAISIR sur la bouffe (eh, on est pas en Italie tous les jours), et qu'on avait moins de 25 ans (ce qui fait que les visites culturelles ont été BEAUCOUP moins chères que ce qu'elles auraient pu être... si vous pouvez aller en Italie avant 25 ans, c'est un bon plan).

Pour ce TR je vais essayer de rester humble en m'intéressant seulement à Mirabilandia. Pour le moment du moins. Si j'ai le temps / le courage / l'envie, je m'attaquerais aussi à Gardaland et Caneva World !


Voilà, ceci étant dit, entrons dans le vif du sujet !


08/04/2014
19h15


Toto662, jeune coasterfan fraîchement initié aux joies des inverted sur le délicieux OzIris, poste son premier message sur CW.
Il retourne à PortAventura dans l’année pour Shambhala, et il fera probablement Mirabilandia, « avec un peu de chances ».

Juillet 2015
Découverte d’Olympia Looping, d’EGF, de Black Mamba… Katun ? Non, l’occasion ne s’est pas présentée finalement…
L’italie, ce sera pour plus tard !

Juillet 2016
Taron, Helix, Wildfire… Katun ? Y’a un meeting à Mira ! Non, il faut passer le CAFEP...
L’italie, ce sera pour plus tard !

Juillet 2017
El Toro, Manta, 100e crédit sur Sheikra… Mais découvrir les USA, ça prend du temps !
L’italie, ce sera pour plus tard !

Août 2018
Hyperion, Lech Coaster… Katun ? Non ! Il fait trop chaud l’été en italie !
L’italie, ce sera pour plus tard !
Par contre en Suède il fait bon,  et puis il y devrait y avoir Valkyria (loupé au final à 10j près, grmmblblb).

Il se trouve que cette année là, il n’a pas fait bon du tout en Suède. Il se trouve qu’il a même fait très chaud, trop chaud pour ce pays qui ne s’y attendait pas…

A quoi bon chercher la fraîcheur ?
L’été prochain, pour conjurer le sort, on part là ou il fait chaud… L’été prochain, on part voir des vieux cailloux, de l’art religieux à la pelle, on part sur les côtes de méditerranée manger des pâtes et de la mozzarella.

L’été prochain, on va à


MIRABILANDIA



4 août 2019


*trépignements d'impatience*


La "main street" est plutôt mignonne.

ENFIN ! Tant d’années à rêver ce duo d’enfer, à repousser sans cesse ce pèlerinage incontournable du coasterfan européen, et CA Y EST, on y est, et franchement je crois que j’ai jamais été aussi excité à l’entrée d’un parc d’attraction que ce 4 août à Mira. Même en apercevant le top hat de Kingda Ka j’étais pas aussi heureux !
Bon, maintenant qu’on y est à Mira, on fait quoi ? Connaissant la réputation de lève-tard qu’avait Katun, on s’est très raisonnablement dit qu’on le ferait vers 14h pour en profiter pleinement. Du coup, très logiquement, on s’est plutôt dirigés vers…


STARGATE – la porte des étoiles

Nous voilà donc en route vers Katun !
Oui parce que les histoires de le faire après 14h, c’est la théorie… Mais quand on a vu les gros rails B&M ça nous a rendus fous, donc on a foncé dessus comme des bourrins. NE NOUS JUGEZ PAS.


Comment voulez-vous décemment qu'on résiste à ça ?

Cela étant, courir comme des dératés ça ne nous a pas empêché de profiter en chemin de la déco du parc. Pour atteindre Katun, il nous a fallu passer par 3 zones : la zone des dinosaures (n’est pas Jurassic Park qui veut, m’enfin ça va rien de honteux à signaler), la zone Western (assez classique, mais bien réalisée) et enfin la zone maya, sans hésiter la plus belle zone du parc. On sent tout de suite que Katun était une nouveauté chapeautée par les créateurs de Phanta… Tout est cohérent, de très bon goût, la musique est top, le grand-huit encadre avec majesté le lieu, et enfin il y a juste ce qu’il faut de parcours caché aux yeux des visiteurs pour entretenir un peu de mystère.


La jolie zone western, toute neuve et pourtant on a l'impression qu'elle a toujours été là.


Mais entre nous, c'est pas pour la zone western qu'on est là.


Non mais regardez moi ça... Le noir élégamment bleuté des rails qui dénote avec l'azur du ciel... C'est de toute beauté !

Qui dit inverted dit évidemment premier rang, et qui dit premier rang à Mira dit une bonne heure d’attente, parce qu’il n’y a qu’un seul train de sorti et que les opérations sont assez laborieuses.
Qui dit attente à Mira dit d’ailleurs aussi gros parc à bœufs ! Super… au moins ça lui laisse le temps de chauffer un peu.
C’est donc à 12h que nous embarquons, tout heureux de retrouver ces bons vieux sièges baquets et ces harnais parfaitement ergonomiques qui sont souvent synonymes d’un excellent ride.
A ce moment, petite pensée pour OzIris, qui vit peut être ses derniers moments au sommet de mon top 10 (enfin 6 plus exactement) d’inverted coasters… Petite pensée aussi pour Montu, l’autre gros inverted B&M que j’ai à mon actif, et qui m’avait légèrement déçu. Katun sera-t-il lui aussi décevant ? Vu les attentes que je place dans ce grand-huit légendaire, vue la fascination que je lui porte, ça paraît possible…


La gare et la file d'attente, joliment thématisées.

Quoi qu’il en soit, le plancher s’affaisse, et le train s’engage sur l’énorme lift. Au sommet, l’excitation est à son comble, pré-drop, et DROP ! Le premier tiers du grand-huit joue la carte de l’ampleur et de l’aérien, avec une formidable descente qui plonge directement dans une tranchée riche en G positifs, lesquels contrastent merveilleusement avec la monumentale majesté du looping. Le Zero-G roll est lui aussi parfaitement maîtrisé et génial d’immensité : il n’est pas aussi vif que celui de Montu, mais a le bon goût de ne pas dénoter avec ce qui précédait car beaucoup plus céleste.


La première descente est - chose inédite sur un inverted et pourtant très appréciable - presque droite.


Avez-vous déjà vu looping plus majestueux ?



Bordel c'est beau. J'aime les loopings.



Le Zero-G roll est un peu moins agressif que celui de Montu, mais il compense LARGEMENT ce manque par sa taille démesurée.

Jusque là, Katun est un vrai délice, mais il est encore relativement paisible… Le train a pris le temps d’appréhender le ciel, et c’est à ce moment qu’il va subitement s’intensifier avec ce virage absolument brillant, très chargé en G au début et se terminant quasiment en apesanteur, avant de se redresser soudainement pour s’engouffrer au zénith de son parcours : le cobra roll. C’est bien simple : celui-ci arrache comme c’est pas permis du début à la fin, que ce soit dans la remontée, la redescente ou le creux entre les deux retournements… C’est un véritable tourbillon de puissance et de virevolte, qui en plus se paye le luxe de frôler les arbres qui l’entourent !


Qui a dit que le batwing de Montu était la meilleure inversion de B&M ?

Après cette apothéose de virtuosité, le train fait une pause à peine perceptible (mais nécessaire vu ce qui suit) dans une tranchée en rasant l’herbe, avant de retrouver les arbres en s’engouffrant, en s’élançant, en se précipitant dans une spirale ascendante ultra généreuse en G positifs. J’adore !


J'ai pas de photos du reste du parcours, donc à la place je vous ressers un peu de Zero-G roll

FREINS de mi parcours, pour reprendre son souffle, mais pas trop longtemps non plus parce que ça ne freine pas du tout en fait… On replonge illico presto vers le sol pour le finale du grand-huit. Les 2 flat spins sont en fait assez différentes de ce qu’on a l’habitude de vivre avec les inverted B&M : d’ordinaire extrêmement vives et génialement brusques (celle de Montu, pour le coup, en est le parfait exemple), sur Katun elles sont beaucoup plus amples, probablement parce que le train a encore beaucoup de vitesse quand il s’y engage. Toujours est-il qu’on a au final droit à 2 moments de puissance aérienne (encore ? Mais oui encore, et on en redemande !), qui contrastent joliment avec le plongeon dans un tunnel qui les sépare l’une de l’autre.
Enfin, le train s’élance une dernière fois en l’air et replonge vers le sol pour une formidable spirale dans une tranchée, ultime moment de puissance terrestre avant de se jeter dans les freins finaux.


La très photogénique et très intense spirale finale. J'apprécie le fait qu'elle ne fasse qu'un seul tour : ça évite de casser le rythme !

Alors, Katun, décevant ? Hahaha… restons sérieux 2mn, ce truc est tout bonnement époustouflant. C’est le classicisme de B&M dans toute sa splendeur : l’ensemble ne vise rien de moins que la perfection, et soyons honnêtes, en ce qui concerne son parcours il l’atteint haut la main ! Rien, absolument rien n’est superflu ou fait de travers dans ce grand-huit, chaque centimètre de rail est à sa place, chaque élément est dosé exactement comme il faut pour atteindre le parfait équilibre entre majesté aérienne et puissance terrestre. Ce n’est pas un hasard si à l’exact milieu du ride se trouve son sommet absolu à la fois en ce qui concerne la force et la virevolte…
Quand on parle d’équilibre, c’est bien aussi de signaler qu’en termes d’intensité, Katun arrache certes comme peu d’autres inverteds le font, mais a aucun moment il n’arrache trop, chaque pause dans le parcours étant impeccablement à sa place avec exactement la durée qu’il faut.

Bref, ce premier tour nous a complètement soufflés, Anne-Claire et moi. Le pauvre OzIris – pourtant génial – n’avait aucune chance… Et je ne parle pas de Montu ! Quel bonheur de trouver ENFIN un grand inverted cohérent de bout en bout, sans faute de goût et sans temps mort. L’ensemble est aussi d’un confort à toute épreuve… au premier rang. On aura essayé aussi le dernier rang, et malheureusement on sent bien que le bazar a près de 20 ans. C’est probablement l’inverted le plus vibrant qu’on aura fait jusqu’alors. Dommage ? Bof, je préfère le premier rang de toute façon !


Katun sous le soleil, c'est le pied, mais le crépuscule tombe...

Ça, très chers lecteurs, c’est mon avis concernant Katun de jour. Mais – horaires prolongés oblige – on aura aussi été teste la bête de nuit, pieds nus pour ne rien arranger. Et là, franchement, mes amis c’est le nirvana. Rien de moins que le meilleur tour de grand-huit que j’ai jamais vécu : j’ai rigolé, hurlé de joie du début à la fin, en secouant mes pieds dans tous les sens tellement j’étais heureux.
Comment décrire une telle expérience ? Du registre céleste, on passe au registre astral grâce à l’immensité noire et aux étoiles ; de puissance terrestre, on passe à puissance surnaturelle grâce aux éclairages légèrement immatériels. Le parfait équilibre entre le ciel et la terre donne – de nuit – quelque chose de superbement cosmique… Si on ajoute à cela le fait que Katun a chauffé toute la journée et délivre une énergie ahurissante, c’est tout bonnement le pied total.


"Kick some sky !"

Étrangement, nos tours du lendemain seront moins exceptionnels que ceux-ci : l’ensemble est un peu moins fluide. Ça reste un vrai délice, et à mon sens ce que B&M a fait de mieux, Shambhala compris.

Bon après de telles réjouissances, qu’est-ce qu’on fait ? Ben on mange, déjà… Parce qu’il est genre 12h30, et qu’un inverted bien vénère ça creuse ! Direction Dino’s Pizza, donc, pour un bon kebab (hein?), un peu cher mais correct en terme de qualité.

Pour digérer tranquillement, quoi de mieux qu’un bon dark ride ? Je crois qu’il y en a un dans ce parc...

Mais si regardez, là.

Sur la zone presque en dehors de la map.

Oui, voilà, là.

Oui, c’est une zone.

Non, ce n’est pas une illustration... ou un parking... ou un terrain vague...

Et c’est là qu’on va.


A suivre
 
5 Juillet 2011
1 136
0
26
Nancy
Tiens Katun, ça fait longtemps que j'en avais plus entendu parler ...
Pourtant, c'est vrai qu'il est génial ce coaster, même si je préfère iSpeed  :fou:
Quoiqu'il en soit, tu viens de me donner envie d'y retourner !

Excellent TR, j'attends la suite  :-)
 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 098
13
26
Angers
gaga_lefou a dit:
Alala, ça me rappelle ma toute 1ere découverte avec ce bijoux  <3

Merci

La première découverte d'un bon grand-huit c'est toujours un moment un peu béni :love:
Je suis content que ce TR te rappelle de bons souvenirs ! Je crois savoir cependant que pour toi le meilleur est à venir :ange:


Ben-Zo a dit:
#TeamKatun  :love:
Avis superbement détaillé !

Merci !  :mrgreen:


sebattractions a dit:
Tiens Katun, ça fait longtemps que j'en avais plus entendu parler ...
Pourtant, c'est vrai qu'il est génial ce coaster, même si je préfère iSpeed  :fou:
Quoiqu'il en soit, tu viens de me donner envie d'y retourner !

Excellent TR, j'attends la suite  :-)


Ben oui, avec tous ces RMC qui poussent à droite à gauche on en oublie les classiques !

La suite arrive :ange:
 
12 Novembre 2012
504
0
29
Haut-Doubs
www.facebook.com
Toto662 a dit:
Ça, très chers lecteurs, c’est mon avis concernant Katun de jour. Mais – horaires prolongés oblige – on aura aussi été teste la bête de nuit, pieds nus pour ne rien arranger. Et là, franchement, mes amis c’est le nirvana. Rien de moins que le meilleur tour de grand-huit que j’ai jamais vécu : j’ai rigolé, hurlé de joie du début à la fin, en secouant mes pieds dans tous les sens tellement j’étais heureux.
Comment décrire une telle expérience ? Du registre céleste, on passe au registre astral grâce à l’immensité noire et aux étoiles ; de puissance terrestre, on passe à puissance surnaturelle grâce aux éclairages légèrement immatériels. Le parfait équilibre entre le ciel et la terre donne – de nuit – quelque chose de superbement cosmique… Si on ajoute à cela le fait que Katun a chauffé toute la journée et délivre une énergie ahurissante, c’est tout bonnement le pied total.

Je rejoins totalement cet avis, le ride de nuit sur Katun sous une chaleur encore écrasante reste à ce jour le ride le plus puissant et intense qu'il m'ait été donné de vivre. Je me souviens avoir mis du temps à reprendre mes esprits une fois sortie de la gare, une merveille !
 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 098
13
26
Angers
HORS-PISTE

RESET(vous l’aurez compris), se situe donc derrière le déjà pourtant bien excentré Divertical (en même temps vu la laideur de ce dernier on comprend qu’ils n’aient pas voulu le mettre à côté de Katun), autant dire que le pourcentage de visiteurs à ne serait-ce qu’entendre parler de cette attraction ne doit pas être bien élevé, ce qui se vérifie quand on arrive dans la zone : y’a personne ! L’ensemble est assez soigné, ça fait très terrain vague mais bon, c’est plutôt dans le thème.


Y'a quelqu'un ?

L’attraction – un dark ride pioupiouteur – est en elle même très sympa : bonne interactivité, très jolie thématisation assez « Merlinesque ». Les petites loupiotes c’est un poil dépassé mais qu’importe, on se prend volontiers au jeu, surtout qu’il y a tellement peu de monde qu’on peut RESET à nouveau (n’est-ce pas un pléonasme ?) et à l’envi, afin de permettre à Anne-Claire d’avoir ses multiples revanches…


... lesquelles seront malheureusement peu fructueuses !

Bon, Reset c'est bien sympa, mais y-a-t-il pas quelque chose de plus dynamique dans les environs ?


Genre ça ?

Nan, Anne-Claire a besoin d’encore un peu de temps avant de se lancer dans un launch Intamin…
Quoi d’autre ?


Moi ! Moi ! Venez me voir !

Tiens, un lac. Y aurait-il une attraction par là ?


Oui oui, y’a moi ! Venez !

Bah c’est fou la zone est vide ou quoi ?


Je suis là ! Regardez !

Ah mais oui y’a Divertical. Il est tellement bien intégré au décor qu’on ne l’avait pas remarqué.


Ouch.


HORRORIZONTAL

J’avais déjà eu l’occasion de tester Speed machin chose, à Energylandia, donc je savais à quoi m’attendre : un water ride bien vicelard. A la question « ça mouille » posée par Anne-Claire, je réponds donc « Oui ».
Du coup, qu'en est-il ?
Comme à Energylandia, le parcours est tout à fait anecdotique : grosso modo on a une descente droite avec quelques gouttelettes en bas, des virages plutôt insipides et une ou deux bosses sans airtime. Le tout est passé de manière très fluide et avec une vitesse tout à fait appréciable, ce qui nous change un peu de Poseidon !
Mais comme à Energylandia, c'est arrivé à la fin que ça se corse, et pas qu'un peu ! Le splash en lui-même n'a rien de bien vilain : juste quelques embruns. Mais dès que le bateau a perdu sa vitesse, alors que les passagers poussent un soupir de soulagement genre "ah bah en fait ça va", c'est LE NAUFRAGE : allez savoir pourquoi l’eau s’engouffre en mode ras de marée sur nos gambettes, noyant allègrement nos pantalons !


A virages inoffensifs, trempage méga-agressif...

La différence, par rapport à la version polonaise, c’est que Divertical a une espèce de défaut de construction dans l’embarcation qui fait qu’en plus du ras de marée, on a des espèces de geysers qui aspergent de l’intérieur du bateau le reste de nos corps transis… Bref c’est super rigolo, donc même si le machin est moche, même si le parcours est tout à fait inutile et que ce ride a coûté trop cher pour ce qu’il est, on valide !

Suite des hostilités ? On passe à la vitesse supérieure...


à suivre
 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 098
13
26
Angers
Kamen a dit:
Vivement la suite, il me fait bien marrer, ce TR :mdr:

La suite arrive... tout de suite !



JEVITESSE

Ispeed ! L’autre star de Mirabilandia, le trublion rouge. Nous y voilà enfin, et c'est peu dire qu'il me faisait aussi saliver, celui-là !
Cela étant, une fois arrivés, il faut avouer que la zone est moins engageante que celle de Katun. Pas un pet d’ombre, des bâtiments rouges posés sur le bitume avec quelques drapeaux plutôt inesthétiques, et ces fameux poteaux carrés… Heureusement que le grand-huit en lui même présente des courbes très alléchantes, sinon on aurait à peine envie d’y mettre les pieds !


Comment le bon et le mauvais goût peuvent-ils se côtoyer avec une telle proximité ?

Cela étant constaté, on s’engage dans la file d’attente, un beau parcs à bœufs comme on les aime. Mais au moins, on y passera pas trop de temps ! Comme d’habitude : 1er ride, 1er rang, avec quelque chose comme 20 ou 30mn d’attente, ce qui est tout à fait raisonnable. Le bazar fonctionne à 3 trains, et les opérations sont plutôt efficaces. Le tout rythmé au doux son du launch magnétique, ça met dans de bonnes conditions !
Une fois nos fesses posées sur les assises Intamin (vous savez celles avec le boudin sur les jambes et les lames de plastique autour du cou ?), un sobre compte à rebours s’initie, et c’est parti ! La catapulte est bien agressive comme il faut, et nous envoie directement sur un top hat de 55m très efficace. Évidemment ce n’est pas Kingda Ka, mais à cette échelle difficile de faire mieux.


Le top hat, l'élément le plus photogénique d'Ispeed... du moins le plus photogénique auquel on avait accès, puisque la jolie vue sur le changement de direction depuis la zone de Divertical nous était masquée par un hideux chapiteau blanc. Dommage.

On redescend dans un creux sous la catapulte, et c’est là – alors que le grand-huit atteint sa vitesse maximale – que la fête commence… L’enchaînement qui suit est passé tellement à toute blinde qu’on a à peine le temps de se rendre compte de ce qu’on vit qu’on est déjà passés à l’élément suivant. Le cerveau peine à suivre le rythme de dingue de cette première moitié, qui voit donc s’enchaîner coup sur coup un s-turn au ras du sol, un camelback en mode méga supra ejector Intamin je t’aime, un changement de direction ultra bourrin (attention à la décapitation si celui-ci n’est pas anticipé!), et après une petite « pause » demi-tour et avalanche de G positifs, on termine par un excellent EGF turn et une inversion tout bonnement extraordinaire, apothéose de cet enchaînement car prise à une vitesse inimaginable et éjectant allègrement tout les passagers du train. A ce moment là, on est complètement euphoriques : rarement un grand-huit n’avait aligné des éléments aussi puissants avec une telle vitesse.



Elle ne paye pas de mine cette inversion, mais elle est passée à une vitesse de dingue, et offre une ahurissante sensation d’éjection. Et non, je ne ferai pas cette blague



Et si, j'ai fait cette blague.


On se dit alors qu’Ispeed va tout dégommer dans nos classements… sauf qu’en fait non, ce rythme de fou furieux est stoppé par cet « italian loop », une espèce de Jr Immelmann suivi d’un virage. En soi l’élément n’est pas mal, très puissant notamment, mais le fait qu’on ne tourne que dans un seul sens provoque une sorte de grande pause dans ce parcours jusque là si rythmé. Cela ne poserait pas de soucis si la vivacité reprenait le volant après ça.
Malheureusement, ce n’est pas du tout ce qu’il se passe : le grand-huit ne récupère jamais cette intensité, et petit à petit la puissance s’effrite. L’euphorie retombe donc, et c’est un poil désolés qu’on passe cette dernière bosse à l’airtime tout juste correct.


Vu que la fin d'Ispeed ne vaut aucune photo, je vous ressers un peu de top hat. Ne me remerciez pas.


Ooooh, allez, je suis mauvaise langue... un virage Intamin avec quelques plantes, ça fait toujours son effet vu du sol.

Que dire donc d’Ispeed ? C’est vraiment une machine intéressante, car on pourrait presque le prendre comme une sorte d’essai qui nous prouverait à quel point le rythme est important dans une montagne russe. D’abord c’est une démonstration virtuose de ce qu’on peut faire de mieux avec un bon tempo. La première partie du ride est donc exceptionnelle de puissance, de contrastes et de vitesse : un vrai bonheur ! La suite, c’est le contre-exemple… on oublie complètement de rythmer tout ça, et du coup on a un assemblage d’éléments qui pris indépendamment sont en soi plutôt réussis, mais mis ensembles donnent un ensemble bancal.


Si cette partie d'Ispeed est moins réussie que ce qui précède, elle reste toutefois plus intéressante que le "finale" en mode faiblard passés les freins de mi-parcours.

Ne vous méprenez pas cependant : malgré ce défaut j’ai adoré Ispeed, surtout qu’à vrai dire je m’attendais à cette 2de partie décevante. A contrario, j’ai été vraiment surpris par la puissance délivrée dans sa première moitié, et je ne me suis pas privé de retourner de nombreuses fois en profiter... D’autant plus que si le confort des assises laisse à désirer (le ride peut même être douloureux si non anticipé), j’ai trouvé que ce grand-huit était excellent à toutes les places, contrairement à Katun qui n’éblouit vraiment qu’à l’avant. Enfin, Ispeed ne souffre d’aucune tremblotte, ce qui n’est pas le cas de son voisin…
Cela étant, c’est vers son voisin qu’on s’est dirigés après, histoire de tester le dernier rang (dont je vous ai parlé précédemment).


Ispeed c'est bien, c'est même génial, mais ça c'est juste irrésistible...

A ce moment du récit, une petite précision s’impose : Desmo Race.
Mirabilandia a inauguré cette année une toute nouvelle zone, thématisée autour de Ducati, la célèbre marque de motos (encore de la théma carrosserie… beurk). Là où ça nous intéresse, c’est qu’il y a un gros +2 dans le lot, bien inédit comme il faut : Desmo Race, le Spike coaster Maurer (visiblement le seul truc pour lequel on entend encore parler de ce constructeur).
Sauf que voilà, en bonne machine Ducati le bazar a eu comme qui dirait quelques petits soucis au démarrage, et s’il était censé avoir « officiellement » ouvert, celui-ci était déclaré kaputt depuis déjà plusieurs jours avant notre passage. Et quand on est passés jeter un coup d’œil aux tests, on s’est dit que ça ne risquait pas d’ouvrir vu comment les trains tremblaient à chaque passage… en plus y'avait encore des engins de chantier sous le parcours... et ils balançaient de la flotte sur les trains en mode I305. Bref tout ça sentait le roussi, et on s’était donc plus ou moins fait à l’idée qu’on allait louper ce +2 (comme Valkyria l’an dernier grmmmblbl).

Voilà, ça c’est dit. Nous revoilà donc dans la file d’attente de Katun. Le son grésillant du Spike coaster à côté me fait machinalement lever les yeux… Et là, stupeur ! Des gens ! Dans le train ! Je me frotte les yeux et interpelle ma moitié histoire d’être certain de cette information… D’autres trains passent, et le doute n’est plus permis.

Desmo Race vient d’ouvrir.

A suivre
 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 098
13
26
Angers
Rem10 a dit:
Tu es donc de la "Team Katun" si j'ai bien compris  :-P

J'aurais aimé pouvoir le cacher jusqu'à la fin, mais de toute façon un tour sur mon profil CaptainCoaster (ou même juste un regard à la banderole sous mes messages) permet de vérifier ça :-D


Donc oui, "Team Katun" sans hésiter ! Je reparlerai de ça plus en détail à la fin du TR :wink:
 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 098
13
26
Angers
DESMAURER (LAST) RACE

C’est donc après avoir torché fissa notre tour de Katun qu’on fonce à toute allure vers le double crédit : faudrait pas qu’il nous ferme sous le nez !
L’entrain naïf de notre enthousiasme se prend rapidement une claque, puisque évidemment ça se bouscule au portillon.
Et c'est donc parti pour 2h d'attente dans un immonde parc à bœuf (cela va de soi), ponctuées de pannes innombrables, qui finiront par péniblement aboutir à une fermeture de la voie 2. On passe alors de 4 trains de 2 places à seulement 2 trains de 2 places... avec parfois des gens qui rident seuls... inutile de vous dire que le débit est immonde : on avance à une lenteur que je ne crois avoir vue nulle part ailleurs ! Et quand on passe sous le launch, cette attente est enrichie du bruit exécrable de celui-ci…
Bref c’est LE BONHEUR. LA JOIE. LA MARRADE.


RAAAAAAAAAAH.

A noter que l'arrivée au quai se fait très bizarrement : il y a des portillons devant l'escalier qui mènent à la station, et ils font entrer genre 10-15 personnes toutes les... allez, 15 minutes ? Sachant qu'ils envoient environ 2 à 4 personnes à chaque dispatch. Donc une fois les portillons péniblement passés, ben on se retrouve à attendre comme des cruches au quai.

Mais on finit quand même par ENFIN arriver sur le bazar. Le confort est assez sommaire, avec d'énormes ceintures difficiles à tirer. Mais bon, on y est ! Parmi les premiers du forum à le tester en plus, donc on est content !
Le ride en lui même, sur la voie 1, commence pas trop mal : launch sympa, demi tour avec un petit à coup et enchaînement bien rigolo de bosses en hauteur. Légers airtimes. La deuxième partie est moins réjouissante :  beaucoup d'à coups, et la dernière descente en s-turn se prend en décélérant, ce qui n’est rien d’autre que tout bonnement désagréable…
Bref on se jure de ne plus remettre les pieds dans cette usine à gaz, pas pour 2h de queue…



Bon au moins l'ensemble a de belles courbes.


Le problème c'est que dès que ça courbe, ça bourde.


La meilleure partie du ride est quelque part par là.

Mais voilà, petit bond dans le temps : il est à peine 22h30, on vient de faire un tour complètement démentiel de Katun (on en a déjà parlé, vous vous souvenez ? Faut suivre ! Non, vous ne vous souvenez pas ? Ben fallait écouter ! Allez, la prochaine fois je prends votre carn… euh, oups), on se regarde avec Anne-Claire… On comprend tout de suite à quoi l’autre est en train de penser : et si… et s’il n’y avait pas trop de monde à Desmo Race ?
Ni une, ni deux : on va voir !


Krshrkj boum, zap, transition temporelle, le soleil se couche.

Et effectivement, miracle ! La file a considérablement diminué. Les 2 voies sont ouvertes, c'est le moment ou jamais d'avoir notre 2ème crédit... on s'engage.
Après genre 30mn de queue, la voie 1 tombe en panne... bon c'est l'autre qui nous intéresse donc ça va, mais le débit est encore divisé par 2... super.
Quelques minutes passent (lentement), et soudainement, PAF ! Un truc pète dans le launch de la voie 1 (celle en panne) ! On voit de la fumée : c'est pas bon ça…



Oups, il est cassé le jeu.


Bon nous on attends toujours, ça avance lentement au rythme des "avanti la fila" déclamés par l'opératrice pour gérer les entrées des gens sur le quai (vraiment un drôle de système).
Arrivés sur le quai, il reste genre 2 personnes devant nous, on trépigne d’impatience (plus parce qu’on en a marre d’attendre que pour le crédit en lui-même).
Le train est catapulté, et puis ça crépite.



Et ça s’immobilise piteusement au bout du launch.






...






J’vous d’mande pardon ?









Je vous laisse imaginer le truc : ça fait plus d'1h que nous on attend, ça fait genre 30mn que le parc fait des heures sup', TOUTE l'équipe technique est sur le quai à se faire des sueurs froides tellement le machin tombe en panne continuellement... et là, à genre 3 dispatch de la fermeture, il passe pas le launch.

On a senti un courant d’air de désespoir glacer nos nuques à tous, ce soir là.



J'ai pas réussi à photographier le courant d'air, et comme Desmo Race ne sait visiblement rien faire d'autre que d'être joli, je vous rebalance un peu de... trucs jolis.


HEUREUSEMENT, après un retour en gare ça repart, et on peut finalement avoir notre crédit. Ouf !
Du coup, qu’est-ce que ça vaut ?
La voie 2 a en soi un parcours plus intéressant que l'autre, un peu plus sensationnel, et surtout sans le freinage en s-turn bien naze. Par contre ça tremble comme un caddie dans une centrifugeuse… Bref c'est vraiment pas terrible.
Les gens n'ont pas l'air conquis non plus.
Le lendemain, Desmo Race était fermé toute la journée, ce qui ne nous a pas étonné vu le fiasco de la veille... On aura vraiment eu de la chance d'avoir notre +2 !


Bon ben de nuit aussi c'est pourri, mais au moins c'est inédit !

Ce Spike Coaster semble apporter beaucoup, beaucoup de problèmes pour peu d'intérêt onride au final... quand Kingda Ka tombe en panne,on lui pardonne parce que la machine en vaut la peine. Mais là, franchement…
Il me semble que Maurer avait parlé d'atteindre de très grandes vitesses avec ce modèle non ? Comment peuvent-ils espérer ça si déjà à 80kmh ça secoue…

Le vrai souci, ça va être quand Mira va se plaindre auprès du constructeur (ce qui risque d'arriver vu comment le machin semble foiré)… Sachant qu’ils se sont fait doubler par Mack avec le spinning coaster, je vois pas comment Maurer va s'en sortir si le Spike coaster lui fait le même coup (en pire ?) que le X-car.


Quelque chose me dit qu'on ne va pas souvent l'entendre vrombir, celui-là...

M’enfin, cessons de larmoyer sur le sort de ce constructeur, et revenons un peu à nos moutons. Nous revoilà après notre premier tour de Desmo Race, en fin d’après-midi, et il est temps de boucler la boucle des crédits.

Qu’est ce qu’il nous reste ?

A suivre
 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 098
13
26
Angers
gaga_lefou a dit:
Je te conseille de lire les nombreux postes de Cham ( oidor )

Effectivement :-D cela dit il n'a pas tort sur un point : on dit pas qu'on aime pas tant qu'on a pas gouté !
Ben j'ai goûté, et c'était pas ouf :rire:
 

Rem10

Membre
12 Juillet 2014
4 996
19
C'est un +2 qui se mérite ça  :fou:

Ceci dit ça a l'air plus intéressant en terme de layout que la version de Skyline Park (qui n'a d'intérêt quasiment que le launch). Mais au moins à Skyline Park on attend beaucoup moins et ça a l'air un peu plus fiable  :mdr: