[TR] Ride to Benelux

Alexflemme

Membre
28 Décembre 2012
149
2
32
TOULOUSE
Hello @Toto662 ! Je poste peu mais je lis beaucoup et je tenais à te dire que ton TR est probablement le plus agréable que j'ai eu à lire sur ce site :) Très jolie plume, récit rythmé et truffé de petites références et la passion coasterienne et tout ce qui l'entoure qui transpire dans chacun de tes récits. Continue comme ça!
(en ce qui concerne le contenu de ton TR, je ne connais pas encore Toverland mais ça m'a bien donné envie d'y faire un tour et concernant Phanta, je partage ton amour pour ce parc même si je n'ai pas encore eu la chance de découvrir Rookburgh).
 
  • Love
Réactions: Toto662

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 157
135
27
Angers
Hello @Toto662 ! Je poste peu mais je lis beaucoup et je tenais à te dire que ton TR est probablement le plus agréable que j'ai eu à lire sur ce site :) Très jolie plume, récit rythmé et truffé de petites références et la passion coasterienne et tout ce qui l'entoure qui transpire dans chacun de tes récits. Continue comme ça!
(en ce qui concerne le contenu de ton TR, je ne connais pas encore Toverland mais ça m'a bien donné envie d'y faire un tour et concernant Phanta, je partage ton amour pour ce parc même si je n'ai pas encore eu la chance de découvrir Rookburgh).
Merci beaucoup pour ton message, ça m'encourage pas mal ! C'est que j'en suis déjà à une trentaine de pages Word, et que je ne suis pas prêt d'avoir terminé 😅
J'ai toujours peur de trop tirer sur la corde des longues descriptions, je suis ravi que ça se lise bien !

Si tu as adoré Phanta tu t'y retrouveras aussi très bien à Toverland : ça n'est pas aussi dingue en termes d'ébahissement et d'euphorie, mais c'est beaucoup moins blindé et donc plus tranquille... sans vouloir trop spoiler la suite du TR (qui arrivera en fin de semaine ou en début de semaine prochaine : je pense que vous avez perçu mon rythme de croisière), c'est sans hésitation une de nos meilleures découvertes du voyage.
 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 157
135
27
Angers
Bien bien bien, tout ça avance, ça fait plaisir, mais c’est loin d’être terminé ! 3 parcs de faits (dont le très gros morceau Phantasialand), il en reste… 3, avec là aussi un gros morceau dont on va parler dès à présent.

Après une nuit de plomb dans un camping jardin (oui les camping c’est très familier aux Pays-Bas), nous voilà fraîchement parés pour attaquer nos deux journées à


EFTELING




Si d’un point de vue grand-huistique il n’y avait rien de très engageant à aborder Efteling (c’est pas le +8 le plus passionnant du coin), d’un point de vue parconautique nous attendions cette visite avec impatience, et un peu d’appréhension aussi : on parle d’un parc qui fait presque autant d’entrées qu’Europa Park… gère-t-il aussi bien ses débits ? On va voir ça !

Nous arrivons au parking, et on distingue au loin l’iconique et GIGANTESQUE entrée d’Efteling, beaucoup plus colossale qu’elle n’y paraît en photo. On traverse le parking… euh, permettez que je reformule un peu : on traverse l’ENOOOOOORME parking dont la vastitude n’a d’égal que sa remplitude !
Le personnel du parc nous guide efficacement vers notre place (je remarque distraitement une pancarte avec un dessin du petit poucet, me rappelant qu’on va pas mal causer de contes aujourd’hui), on se gare et on se dirige vers l’entrée… euh, permettez que je reformule un peu : chaussures de marche aux pieds, batons de rando en main, gourde à la ceinture, des vivres pour 15 jours dans nos sacs, on s’engage pour la traversée du désert de bitume, marquant glorieusement le sol de nos empreintes harassées par l’immensité du voyage, par l’écrasante plateur du paysage, et par l’oppression de cette foule de pèlerins.

Comment ça, j’exagère ? Si peu !

IMG_5198.JPG
Regarde-donc si j'exagère !


BREF N°2, après ce long périple (on aura marché 15 minutes, quand même!), nous arrivons enfin devant l’entrée du parc, plus impressionnante encore vue de près. La mascotte (un poil creepy) du parc accueille les visiteurs d’un balcon en hauteur en nous balançant de la magie à tout va, et nous on va… ben au guichet du service client, toujours pour la même raison : bénéficier de la promo de Walibi Belgium sans la carte annuelle ! Ça se fait très bien (quoiqu’après 20mn d’attente), on récupère nos billets (une 40aine d’euros) et on s’engage dans la foule pour rentrer dans le parc, qui possède vaguement une place principale, mais aucune main street (du moins pas directement). C’est assez curieux, ça bouscule un peu nos habitudes, mais surtout ça donne une légère impression de désorganisation. Une main street (ou une place principale) a comme objectif d’accueillir le visiteur : c’est le premier visuel qu’il a de l’intérieur du parc, mais c’est aussi un peu le cœur de celui-ci qui fait office de premier repère central dans l’orientation du visiteur.

Bref, c’est un détail, mais c’est un peu dommage de n’avoir pas soigné ça, surtout de la part d’un parc aussi vaste qu’Efteling.


IMG_5201.JPG
Je ne sais pas s'il est possible de capturer en photo l'énormité de cette entrée...


IMG_5203.JPG
Peut-être en photographiant la minusculité de sa mascotte ?



M’enfin, on chope un plan et on essaie tant bien que mal de s’y repérer pour se diriger d’emblée vers le crédit qui nous tentait le plus :

Joris en de draak​


... lequel est déjà à 45mn d’attente… Booon, ben les gars, c’est parti. A noter que, comme à Toverland, ils envoient les trains de leur GCI à moitié vides… sauf que contrairement à Toverland : c’est LEEEEEENT. C’est LOOOOONG. Et c’est CHIAAAAAANT. Le début de la file d’attente se trouve sous le grand-huit, dans une espèce de marécage (c’est la meilleure partie), et tout le reste dans un gros parc à bœufs improvisé dans une allée, avec des plexiglas pour séparer les visiteurs (merci le covid). Donc la plus grande partie de l’attente, on la passe dans un aquarium, à avancer à 2 à l’heure avec une musique très sympa les 15 premières minutes, mais vite insupportable car terriblement répétitive.


IMG_5215.JPG
Ah et on a vue sur un joli dragon, aussi. Complètement immobile lors de notre visite...

Heureusement tout périple a son aboutissement, et après 1h (ouais les 45mn n’étaient plus trop d’actu visiblement) on finit par parvenir à la station du parcours bleu (très jolie soit dit en passant, avec des drapeaux de couleurs qui descendent de manière coordonnée lors de l’arrivée du train gagnant). On constate que les opérations manquent un peu de nerf, et on se dirige vers les casiers pour y déposer nos sacs… les casiers dis-je, mais quels casiers ? Y’a pas de casiers ! Ah ben non, on nous fait signe qu’il faut qu’on garde nos affaires avec nous dans le train. Euh, c’est pas sensé être une machine à airtimes Joris, vous êtes sûrs que c’est une bonne idée ? Qu’importe : on a pas le choix, et on s’installe dans les canapés GCI. Un pre-lift oubliable et un mini lift (c’est un wooden petit modèle) plus loin, nous dévalons la première descente, droite et très efficace au dernier rang, et pour le reste… comme Troy je ne vais pas détailler, déjà parce que je ne m’en souviens plus, et ensuite parce que comme Troy : ça tourne dans tous les sens, on décolle souvent – très souvent même – mais de manière moins prononcée que sur son voisin Toverlandais.


IMG_5212-min.JPG
Ce tas d'allumettes a également un bel emplacement sur le lac.

Ce qui est moins prononcé aussi, heureusement pour Joris, ce sont les vibrations… celles-ci sont présentes mais encore tout à fait supportables (merci les canapés bien rembourrés). Tout ceci mêlé à une interactivité avec l’autre parcours particulièrement dynamique ça nous donne un wooden familial très réussi et bien mis en scène, bien qu’assez gentillet niveau sensations. L’arrivée en fanfare avec les drapeaux pour accueillir le vainqueur est particulièrement jubilatoire de la perspective du passager… enfin, du passager gagnant évidemment ! (du coup on aura souvent jubilé).

Ceci étant effectué, est-ce qu’on n’enchaînerait pas avec l’autre parcours ? Ah ouais nan, 60mn d’attente… c’est pas Taron non plus, on y reviendra.

Bon, Baron alors ? 80mn, ouch… et je ne parle même pas du Hollandais Volant… Bon… ben on mange, alors ? Pause pique-nique, et puis on va essayer des trucs avec des bons débits ensuite (et couverts si possible, car il commence à pleuvoir!). Un dark ride, par exemple ?

SYMBOLICA


Une fois l’admiration devant le beau château passée, la file d’attente de Symbolica est encore un loooooong parc à bœufs, qui avance heureusement vite. Beaucoup de mioches, par contre et c’est pas qu’on aime pas les gosses, mais on se coltine déjà des ados toute l’année, donc les cris et les dégradations de l’environnement on les supporte pas bien longtemps en vacances… D’autant plus que les distances de sécurité ils n’en ont rien à carrer, donc on les voit de près les chiourmes ! Deux gamines derrière nous sont particulièrement agaçantes, et ont notamment la merveilleuse et ludique idée de venir me toucher les jambes (voire les fesses !) dès que j’ai le dos tourné, le tout devant les yeux béats et approbateurs de leurs crétins de parents. 2-3 regards noirs de ma part et une engueulade d’AC plus loin, leur sourires diaboliques ont laissé la place à une mine déconfite : BIEN FAIT. Nonmaisoh !
IMG_5218-min.JPG
Comme très souvent à Efteling, tout commence par un joli château...

Heureusement, la fin de la file d’attente est très joliment thématisée, ce qui occupe les deux gremlins et nous permet un peu de profiter de la storyline de Symbolica, avant d’embarquer sur les véhicules trackless. Sans entrer dans les détails, le dark-ride en lui-même est tout bonnement époustouflant : c’est super dynamique, les véhicules se croisent et se recroisent au milieu de décors grandioses, et chaque scène est un ravissement – mention spéciale à la scène de banquet qui sert de finale à tout ça et qui nous aura donné faim alors même qu’on sortait de table. En plus, le parc a super bien géré l’équilibre entre décors réels et écrans (ces derniers se font très discrets, ce qui est appréciable). Seul bémol : l’aspect interactif. Non seulement il est bancal et inutile, mais en plus il a tendance à éloigner notre regard de ce qu’il se passe autour de nous, ce qui est franchement dommage…


IMG_5220-min.JPG
AH, enfin quelqu'un pour faire un peu remonter la moyenne d'âge dans le coin !


Dans l’ensemble et malgré ce très léger défaut ça nous a vraiment ébloui, et pour ainsi dire on n’en avait pas pris plein les yeux comme ça dans un dark ride depuis Universal ! Quand je pense que ça a coûté 5 fois moins cher qu’un Ratatouille…

Bon, il pleut encore… Que faire : continuer dans les dark rides ? Non non non, on va en profiter pour créditer un peu, tant que la pluie éloigne les foules ! Sans aller jusqu’à se lancer dans un tour de Baron, on peut déjà peut être tenter un family coaster ?

MAX & MORITZ


Quoi, encore un e-powered ? Non mon capitaine… (ouf)

DEUX e-powered !! (de quoi?!)


Eh oui, un duelling e-powered Mack tout neuf (ça se vend encore ces trucs là?), avec une thématisation aux petits oignons et un audio onboard… Rien que ça ! Il faut avouer que l’ensemble est fort joli : qu’il s’agisse des trains (absolument superbes), de la file d’attente (un poil parc à bœufs et d’un goût douteux mais qui a le mérite de poser le décor), de la station ou de l’environnement sur le parcours, tout est calibré pour évoquer les deux garnements ingénieux et infernaux que semblent être Max et Moritz.

IMG_5227.JPG
Ah bravo, je vois bien ce que tu veux dire par thématisation aux oignons...


IMG_5222-min.JPG
La théma "gamin chiant", très raccord avec ce qu'on vit globalement dans ce parc...


max moritz.jpg
... par contre, thématiser un KIDDIE sur un conte dans lequel les gamins finissent écrasés par une roue de moulin afin de nourrir les oies, fallait oser.


Concernant le grand-huit en lui-même, je ne vais pas m’étaler sur le sujet car c’est relativement inintéressant sans être foncièrement mauvais : disons que c’est tout doux, très mignon mais pas particulièrement grisant, et ce ne sont pas les 2 pauvres interactions que l’on a avec l’autre parcours qui vont faire remonter le curseur du mesureur de fun.

IMG_5231.JPG
Contrairement à la correction des deux garnements, ce grand-huit manque clairement d'agressivité !


Mais bon, ça fait +2 parait-il, donc on chope ça (sous la pluie persistante) et on va vite se couvrir dans le grand-huit indoor du coin…

VOGEL ROK


Boh, ça ressemble bien à un Temple of the Night Hawk mais réussi, c’est à dire un peu plus agressif et surtout mieux chargé en thématisation. Il faut un petit effort wikipediesque pour piger ce dont il est question (disons que la file d’attente est vaguement décorée, mais étrangement la seule présence d’un piaf géant et de son œuf énorme ça n’indique pas trop trop ce que tout ça vient faire là), mais une fois qu’on a la storyline en tête le ride est tout à fait sympathique et cohérent. Ça ne casse pas 3 pattes à un rapace, mais ça fait le taf de nous garder au sec en nous divertissant…​


IMG_5237.JPG
Un oeuf géant, une esthétique orientalisante, des tuyaux... quoi, ça ne vous évoque rien ? Rooooh allez faites un effort !


Le problème, c’est que passé ce zigoto, on a plus de grands-huit waterproof à tester (et un deuxième tour des sus-nommés, non merci), donc c’est parti pour la chasse aux dark-rides !

FATA MORGANA


On commence par un des 3 mastodontes du parc (les 2 autres étant Symbolica, qu’on a déjà fait, et Dromvlutch, qu’on fera après), dans un joli château orientalisant posé près d’un lac (Efteling en compte plusieurs). La file d’attente ? Je vous le donne en mille : parc à bœufs, plexiglas, boucle musicale de 2 minutes et chiards bien chiants… le bonheur. Heureusement, en 30mn c’était réglé !​


IMG_5205.JPG
Le château (encore ?) abritant l'attraction est très joliment posé sur un lac (encore ?).

Le dark-ride en lui-même ? Ben ça ressemble un peu à Pirates des Caraibes, avec les qualités de celui-ci (décors immenses, ambiance envoûtante, détails innombrables) à deux détails près : techniquement parlant c’est en dessous (les animatroniques ne sont pas foufou), et puis bon sang Efteling vous avez oublié que C’EST UNE ATTRACTION POUR GOSSE ?! Non parce que les scènes de danse sensuelles, la torture, les mecs qui se noient à 2m de nous et le passage sous le slip d’un géant c’est recommandé pour les gamins ?

Ce manque total de considération des mioches est à mon sens la principale plus-value de ce dark ride assez unique, qui contribue à construire une ambiance étrange, très adulte car à mi-chemin entre le merveilleux et une horreur parfois cruelle.


Bref c’est une bonne surprise ! Et ensuite ? Il pleut toujours ? Oui mon amiral ! Bon ben, un autre dark ride alors. Heureusement qu’Efteling en a plus d’un au compteur…


DROOMV… grmmmmblblbl


Ah ben bravo, on a trouvé pire que Dwervelmachin : 11 lettres pour 2 pauvres sons vocaliques…

M’enfin, cet énième truc au nom imprononçable est paraît-il un des classiques du coin, considéré à son ouverture et par l’ACE comme le meilleur dark ride au monde : rien que ça ! L’entrée, il faut l’avouer, est d’une architecture très végétale du plus bel effet et a un certain cachet. La file d’attente est plus vieillotte et se présente sous la forme d’un joli parc à bœufs, lequel est évidemment accompagné de ses plexiglas en papillottes et de sa sauce braillarde aux gamins sauvages.

Le tout se fait en intérieur, ce qui a ses avantages (on est au sec) et ses inconvénients (ça décuple le bruit).

Une trentaine de minutes (heureusement que ça dépote ces machines) plus loin, nous arrivons au quai d’embarquement, et on constate avec surprise que c’est un dark ride suspendu, un peu comme Peter Pan ! Et un peu comme Peter Pan on voit d’ailleurs que ça ne date pas d’hier, donc pour les sensations de vol fluides et doucereuses on repassera…


IMG_5285-min.JPG
J'ai pas pris de photos de l'extérieur de Droomvlucht (parce que pluie) ni de la file d'attente (parce que nul) ni du parcours en lui-même (parce que flemme), donc ben à la place euh... un cormoran.

Le reste par contre a beaucoup mieux vieilli, et si les animatroniques ne sont pas de première jeunesse la scénographie en elle-même est une réussite. C’est grand, c’est riche en détails, et pour peu qu’on ne soit pas trop assommés par l’overdose de merveilleux de la scène des fées (préparez-vous à vomir des arcs en ciel...) on peut vraiment se laisser embarquer dans l’univers créé, notamment lors de cette bucolique descente en spirale autour de gobelins sylvestres qui jouent sous la pluie, probablement le moment le plus lyrique de l’attraction.

On est contents, on a fait deux beaux dark ride d’affilée. Et si on faisait un truc nul ? Un truc moche ? Un truc qui donne pas envie ? Allez, on a trouvé un bon candidat...

CARNIVAL FESTIVAL


Mascotte flippante. Parc à bœuf. Gamins qui braillent. Musique de l’enfer. Couleurs criardes. Décors affreux. Et une panne en plein milieu.

Au secours.



MR CANNIBALE


Nan je déconne on l'a pas fait, les trucs moisis ça va bien 2 minutes mais on en voit vite les limites. Après l’abomination carnavalesque on est allés manger, pas parce qu’on avait faim mais parce qu’il pleuvait encore et toujours. Pas de bol : on était pas les seuls à avoir eu cette idée, et tous les restos étaient blindés…

On a donc erré un peu, avant de s’échouer au Het Witte Paard. On a attendu 3 plombes pour enfin choper un plat rachitique, pas bon et bien cher, mais surtout pour s’asseoir au sec… est-ce que ça valait le coup ? Pas franchement, mais on ne savait plus trop quoi faire d’autre.

Une fois nos victuailles boulottées, on constate que la saucée a cessé : il est temps de reprendre le créditage compulsif ! Au boulot, il nous reste 4 grands-huit à choper !




A suivre...



 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 157
135
27
Angers
Bonjour à tous ! Vous pensiez que j'avais abandonné ce TR ? Que nenni : celui-là, j'ai dit que je le finissais ! Deux semaines de vacances et quelques conseils de classe plus loin, je suis de retour pour faire le récit de la suite de notre séjour à Efteling... Où en étions-nous, déjà ? Ah, oui...



BARON 1889


On commence par cette grosse moyenne petite minuscule Dive Machine B&M, qui compense vue d’en bas son manque de gigantisme par une thématisation absolument superbe. Avant d’accéder cependant à la storyline, il faut d’abord passer la file d’attente. Celle-ci est lente comme la mort (pourtant ça ne chôme pas en station!), mais au moins elle serpente entre les arbres et près du grand-huit, ce qui la rend un poil plus intéressante et surtout nettement moins oppressante que les aquariums à bœufs qu’on a fréquenté précédemment.


IMG_5251-min.JPG
Faut l'avouer : c'est pas grand mais ça a de la gueule.


Un système de casiers complètement absurde plus tard (en gros c’est une consigne… on remet nos sacs à une opératrice qui nous donne en échange un bracelet, et on refait la transaction dans l’autre sens à la sortie. Mais bon, vu que c’est la même opératrice qui gère tout, celle-ci est vite débordée et ça peut prendre du temps!), nous arrivons au premier préshow – carrément bien fichu – et au quai d’embarquement – très joli également.​

IMG_5320-min.JPG
La file d'attente donne de jolis points de vue sur ce joli mini B&M.

Après cette solide heure d’attente, on embarque confortablement dans ces assises bien connues, on a un 2d préshow dont l’ambiance fantastique est particulièrement réussie et le train est envoyé sur le lift accompagné d’une musique qui fait PEUUUUR (ouuuh). Arrivés entre ces deux énormes roues (la théma est décidément superbe), on se penche doucement vers le vide, et ça fait PEUUU… ah ben non désolé, ça fait pas peur, ça fait… 30m quoi.​


IMG_5260-min.JPG
Ah oui c'est... euh... pas la taille qui compte ?

Cela étant dit, l’airtime y est tout à fait sympathique à l’avant comme à l’arrière, et la plongée les fesses bien décollées du siège dans ce gouffre fumant et opaque (on n’y voit VRAIMENT rien) fait son petit effet ! L’immelmann qui suit n’a pas à rougir et gère à merveille la transition entre l’obscurité glaçante du sous-sol et la lumière vive de l’extérieur. Le reste… c’est retour à la station avec un ZGR oubliable, une spirale anecdotique et un airtime de kiddie histoire de pas tout faire en ligne droite.​

IMG_5239-min.JPG
Meh.


IMG_5259-min.JPG
Heureusement que l'Immelmann remonte un peu le niveau.

Bon… Que dire de ce Baron ? Je pense que ça tient en une ou deux équations.


Si a = « Ça dure 25 secondes, bordel. »
Si b = « La moitié de ces 25 secondes n’ont aucun intérêt. »
Et si a+b = c

Alors nous pouvons en déduire...​


IMG_5293-min (2).JPG
... qu'on se fait chier ?



... que c = « 60 MINUTES D’ATTENTE POUR 15 SECONDES JE N’ACCEPTE CA QUE D’UN FOUTU LAUNCH INTAMIN DE 140M DE HAUT. »
Nonmaisoh.



Ah, et histoire de corser un peu nos calculs :

Si d = superbe thématisation (avec storyline fantastique)
Peut-on supposer que pour définir Baron, il est possible de multiplier c par d ?

NOPE.


Et pourquoi donc ? En voilà un drôle de paradoxe ! C’est bien simple chers disciples : Efteling n’en a en fait rien à faire de c, il n’en a même rien à faire des grands-huit, ce que veut Efteling c’est juste d, c’est à dire raconter des histoires. Voilà pourquoi les deux premiers éléments de Baron marchent aussi bien malgré leur petitesse (leur lien avec la storyline se fait très naturellement, et leur mise en scène s’accorde très bien avec les sensations proposées), et voilà pourquoi le reste du parcours – qui semble plus encombrer qu’autre chose – ne sert qu’à revenir en station… Une fois qu’on est ressortis de l’ombre, qu’est-ce qu’Efteling avait d’autre à raconter ? Ben plus rien, donc zéro inspiration...

IMG_5325-min.JPG
Eh oui petite bosse : tu ne sers à rien !

Bref, je vais faire des heureux : si on a eu la preuve à Phantasialand qu’une thématisation riche et pertinente pouvait clairement créer une expérience grand-huistique hors du commun, on a eu la preuve à Efteling que ça ne suffisait évidemment pas !

Après, il faut garder de la mesure : Baron n’est pas fondamentalement mauvais (ses deux premiers éléments sont même très bons), il n’est juste pas à la hauteur (lol) et semble n’avoir qu’un intérêt ornemental ou illustratif à cette belle histoire de malédiction.
Ah, et dernière moralité : la taille compte.

Crédit suivant !​


PYTHON


Vieux Vekoma tout pourri, neeex… ah ben non tiens, ils l’ont retapé. Résultat ? C’est pas pourri, ça passe comme une lettre à la poste et c’est même plutôt sympathique quoique très vite oublié. Disons que ça reste un parcours limité et clairement d’un autre âge…​

IMG_5263-min.JPG
Mention spéciale aux deux corkscrews, d'ordinaire une vraie torture mais ici parfaitement réglés à 0G.

Après avoir testé le deuxième Joris (toujours très sympa quoiqu’assez soft) en ayant une fois de plus écrasé nos adversaires, nous constatâmes qu’il ne nous restait plus qu’un seul et unique crédit… et que – compte tenu du temps d’attente et du jour faiblissant – ce serait sans nul doute notre dernière attraction pour aujourd’hui. Eh bien soit : c’est parti pour un water coaster Kumbak !​


DER VLIGL... VLIG… LE HOLLANDAIS VOLANT


Water coaster Mack, donc, qui ne peut qu’attirer les regards par sa superbe façade thématisée et son positionnement avantageux sur un des lacs d’Efteling (celui de Joris). Ce qui donne un peu moins envie par contre, c’est le splash ridicule, la lenteur assez dingue des trains sur le parcours et – surtout – les 70mn de file d’attente aquarium qui nous attendent…

IMG_5268-min.JPG
Architecture navale, aquariums, watercoaster... c'est un champ lexical ou on nous mène en bateau ? Ah, ne me regardez pas avec ces yeux de merlan frit, je sais que ma blague est tombée à l'eau !

Du moins, c’est ainsi qu’on les avait imaginées, en se basant sur ce qu’on voyait en extérieur et sur l’expérience de notre journée au parc… Heureusement, les apparences étaient ici trompeuses, et après un petit quart d’heure à attendre dehors nous avons découvert l’intérieur du bâtiment, et BON SANG c’est peu dire que c’est beau… Efteling n’a vraiment pas lésiné sur les effets spéciaux, les associations d’idées évocatrices et les contrastes pour créer l’ambiance fantastique de son attraction. C’est difficile de tout décrire, tout évoquer, mais il y a quelques détails qui ont particulièrement retenu mon attention… Déjà, le passage au travers d’un tableau déchiré qui fait office de transition entre la salle de la bibliothèque (qui rappelle l’origine culturelle de l’attraction) et un long couloir sombre évoquant la soute d’un navire : on ne pouvait pas rêver de plus belle manière d’entrer dans le récit, et cette symbolique insiste à nouveau sur l’amour que porte Efteling à la narration.
Le deuxième élément marquant de cette file d’attente est l’arrivée dans le petit village portuaire, qui se fait directement par une taverne de marins distillant une ambiance joviale et dynamique. On peut apercevoir par les fenêtres le quai, les autres maisons, ce qui pose d’emblée un environnement concret et réaliste au récit. Efteling a bien révisé ses classiques : pour que le fantastique fonctionne, il faut avoir au préalable un cadre crédible.

Tout ça pour dire le plus succinctement possible qu’on a pas vu passer les 50mn qui nous restaient tant on était éblouis par le soin apporté à cette file d’attente, qui est sans trop d’hésitation une des plus belles qu’on ait vu et qui fait au final partie intégrante de l’attraction en elle-même.​


IMG_5214.JPG
Vu que l'intérieur était trop sombre pour de jolies photos, je vous ressers un peu de jolie façade !


Et nous arrivons donc au quai, nous installant à l’avant de ces bateaux fantomatiques ornés d’une seule et unique lanterne à la proue. Bien conditionnés par les 50mn qui ont précédé, on est franchement contents, quoiqu’un tout petit peu méfiants, car on sait que ce qui va suivre a pas mal divisé les coasterfans…

Je ne vais pas entrer dans les détails (allez voir par vous-mêmes!), mais en gros je résumerais la partie dark ride du Hollandais Volant ainsi : amateurs de décors grandioses avec multitude d’innombrables détails, passez votre chemin. Mais amateurs de récits savamment racontés, d’apparitions fantastiques et d’ambiances spectrales : FONCEZ ! J’ai rarement été embarqué aussi efficacement dans un dark ride : c’est certes court mais c’est évocateur, couillu (combien de dark rides osent prendre ainsi le parti-pris de l’obscurité totale?), cohérent, bref c’est SUPERBE.

Au moment de l’acmé du récit (SPOILER : l’apparition du Hollandais Volant, soudaine et extraordinaire, toute en couleurs étranges et en volutes d’eau) des portes s’ouvrent (?) et Efteling au crépuscule se dévoile sous nos yeux ébahis…

Bon, voilà pour la partie la plus réussie de cette attraction. La suite, c’est oubliable : un parcours d’une mollesse léthargique qui a comme seul mérite d’être doux (ce qui le rend déjà supérieur à un Poséidon), et un splash d’une sécheresse désolante.

sand_desert_dry_red_arid-135101.jpg!d.jpg
Plouf ?

Comme Baron, ce Hollandais Volant est caractéristique de l’embarras qu’a Efteling à concevoir des grands-huit : il me semble clair ici que la VRAIE attraction, c’est la file d’attente et le dark ride. C’est par là que passe le storytelling, et par extension la réussite du Hollandais Volant. Le watercoaster, soyons franc, est un fardeau dont Efteling ne sait pas quoi faire…

Du coup, déçus de cette dernière attraction ? Non, pas vraiment. On en attendait même si peu que c’en était une excellente surprise, ce qui nous a fait quitter Efteling plutôt heureux ce jour là.


M’enfin pour quitter Efteling, encore faut il en sortir… et récupérer notre carrosse ! Meeeeerde, on a pas noté le numéro de l’allée… Mais bon sang, où nous sommes nous garés ? Comment allons nous retrouver notre chère Corsa au milieu de ces innombrables voitures familiales ? AC me regarde avec désespoir… mais moi je lui souris. Héhéhé… toi aussi, lecteur, si tu as bien suivi ce TR, tu souris peut-être : car FORT HEUREUSEMENT, j’avais encore en tête un détail qui m’avait semblé anodin lorsque je l’avais remarqué ce matin, mais qui trouve toute son importance ici.

Alors, lecteurs, comment Toto662 et AC se sont-ils souvenus d’où était leur voiture ? On-t-il réussi à briser le sortilège qui les retenait prisonniers du pays des contes de fées ?

Réponse la semaine prochaine… En attendant, je vous laisse relire le début du chapitre sur Efteling pour tenter de deviner la suite !​
 

Pièces jointes

  • IMG_5293-min.JPG
    IMG_5293-min.JPG
    810.4 KB · Affichages: 1
  • IMG_5259-min.JPG
    IMG_5259-min.JPG
    1.2 MB · Affichages: 1
  • IMG_5293-min (2).JPG
    IMG_5293-min (2).JPG
    1.1 MB · Affichages: 1
  • IMG_5272-min.JPG
    IMG_5272-min.JPG
    2 MB · Affichages: 1

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 157
135
27
Angers
LE PETIT POUCET ! Aha, heureusement que mon regard s’est distraitement posé sur cette innocente pancarte, non ? Eh oui, à Efteling les parkings ne sont pas classés selon une numérotation mais selon les contes, ce qui a bien aidé en l’occurrence…

Bref, nous voilà rentrés dans nos humbles pénates (un camping, pour changer), devant un dilemme : nous avions initialement prévu 2j à Efteling, mais est-ce que ça vaut le coup d’y retourner ? Après tout, on a tous nos crédits, et on a aussi fait les principaux dark rides qui nous intéressaient. Mais on a pas été voir le bois des contes, partie historique du parc… et on ne peut pas dire non plus qu’on ait pleinement profité des sympathiques attractions proposées, ni des aménagements (merci la pluie).

Finalement, on a opté pour une dernière journée.

On arrive donc au parc après une grasse matinée, on nous guide vers une place tout près de l’entrée (ah, c’est donc ça l’astuce ? Arriver 2h après l’ouverture?), et c’est parti pour attaquer​


BARON (2ème essai)​


Euh, 90mn les gars… Merci mais non merci…

Bon, c’est parti dans ce cas pour​



JORIS (à l’avant!)​


75mn… vous rêvez ou quoi ?


SYMBO…​


50mn.



Euh… bon… Ben allons donc faire quelque chose qu’on a pas encore testé !


PIRANA


Seule et unique attraction aquatique d’Efteling (non non non leur water coaster ne compte pas), ce raft Intamin arbore une thématisation assez difficile à cerner, quelque part entre le fantasme africain de Black Mamba et une espèce d’esthétique précolombienne avec les cailloux rouges d’un désert australien. Bref : ça fait voyager, mais on ne sait pas trop où…

L’occasion pour moi de toucher 2 mots sur les aménagements du parc, car on aura aussi profité de cette 2ème journée pour se balader. Dans l’ensemble c’est évidemment très joli, particulièrement boisé – ce qui contribue à construire une atmosphère merveilleuse (un château féerique peut soudainement apparaître entre deux arbres) – mais ça manque assez souvent d’une certaine cohérence topographique. Disons que le parc a beau être divisé en zones bien distinctes sur le plan, on a bien du mal à distinguer ces zones les unes des autres en vrai.


IMG_5207.JPG
Les Mayas, ce peuple originaire de l'Afrique australienne...

C’est particulièrement flagrant lorsque les attractions sont rapprochées, comme dans la zone « Royaume de l’aventure » où on trouve M. Cannibale à côté de Vogel Rok et de Carnival Festival… Mais même lorsque deux montagnes russes comme Baron et Vliegende Hollander sont plus éloignées l’une de l’autre, le fait qu’elles appartiennent en théorie à la même zone (alors que leurs deux esthétiques n’ont rien à voir : on est même pas sur la même époque !) pose parfois question, d’autant plus qu’il faut passer par le médiéval Joris pour aller de l’une à l’autre…
Bref, lorsqu’on se balade dans Efteling, on a un peu l’impression que le parc est composé d’innombrables mini-zones, ce qui fait ressentir une sorte de sporadicité. Et on accepte de légères incohérences entre les zones de la part d’un minuscule Phantasialand, mais pas d’un parc de 72ha…

M’enfin, revenons à notre raft : on y trouve d’abord une bonne heure d’attente, dont une partie se fait en parc à bœufs. Grmmmblbl…

Heureusement, ce raft est exceptionnel

Disons que c’est assez honnête : pas super humide (mais vu la température de l’air comme de l’eau : on ne s’est pas plaints!) mais plutôt joli. C’est aussi très oubliable, et (au risque de me répéter) tout raft paraît insipide une fois qu’on a découvert Popeye !


IMG_3373-min.JPG
Ben oui, c'est quand même plus efficace !



Bon et ensuite, qu’est-ce qu’on fait ? Baron ? Joris ? Symbolica ?…

Ben non, tout est au dessus de 45mn…

Et là ça nous amène au principal souci d’Efteling : aucune attraction ne donne envie de revenir. Ou du moins : aucune attraction ne donne envie d’attendre plus de 45mn pour la refaire.

Attendre, c’est toujours chiant, mais attendre 60mn pour avoir au bout un Taron, un El Toro, ça vaut le coup. Attendre 60mn pour Baron, c’est pas la même limonade… Même Joris (sans hésitation la meilleure montagne russe du parc) reste assez soft et manque d’ambition pour justifier une telle attente.

Et le problème, c’est que ce constat est applicable pour toutes les autres attractions : les dark rides sont certes excellents, mais ça reste des dark rides… c’est pas le genre de truc qu’on peut faire encore et encore sans se lasser.​

IMG_5252-min.JPG
Baron ou Joris ? 85mn ou 70mn ? Attente chiante ou attente chiante ?


IMG_5273-min.JPG
Réponse ? Des glaces (elles sont moins bonnes qu'elles en ont l'air, mais au moins on a pas attendu 3 plombes pour les avoir).



Si on ajoute à cela le fait que presque TOUTES les files d’attentes sont à mourir d’ennui (quand on ne meurt pas d’exaspération devant le culot des gamins néerlandais), ça nous donne quoi ? Ben ça nous donne qu’on s’est pas mal baladés pour photographier le parc (et quelques oiseaux au passage), mais qu’on aura pas fait grand-chose d’autre en termes d’attractions. On pensait chain rider un peu Joris et Baron, mais au final on les a juste refaits histoire de confirmer nos impressions, et basta. Aucune envie d’affronter même 45mn d’attente pour les refaire...
IMG_5286-min.JPG
Du coup, ben on regarde un pigeon vivre sa meilleure vie sur une plateforme tournante...

On aura aussi testé un autre parcours de Symbolica (oui il y en a plusieurs… la différence est assez anecdotique), découvert Spookslot (agréable spectacle d’animatroniques sur la Danse Macabre de Saint-Saëns, malheureusement gâché par les insupportables gamins également présents dans la salle) mais surtout on aura passé notre aprem dans le fameux

IMG_5306-min.JPG

BOIS DES CONTES


Soit une immense balade à travers la forêt, rythmée par les jolies installations d’Anton Pieck, censées illustrer de (très) nombreux contes plus ou moins populaires. L’ensemble est très bien réalisé, un poil vieillot par moments mais toujours plutôt charmant.

IMG_5299-min.JPG
Star emblématique de ce Bois des contes, ce géant avec un très...


IMG_5301-min.JPG
... très...


IMG_5302-min.JPG
... très grand cou !

On se plaît à découvrir certains contes méconnus, à identifier les astuces et effets spéciaux des animations présentes, à profiter du style assez particulier de Pieck, et parfois même à se laisser embarquer par (encore une fois!) un storytelling sans concessions (je pense notamment à la représentation de la Jeune fille aux allumettes, qui ne censure pas du tout la cruauté du conte d’origine).

IMG_5314-min.JPG
Il court il court le petit roi...


IMG_5315-min.JPG
... le petit roi du Bois des Contes !



Bref, c’est très agréable, plutôt calme et reposant – ce qui peut faire du bien dans une journée de parc d’attraction – mais est-ce que ça valait le coup de retourner à Efteling (en payant le parking et les 40€ de l’entrée au parc…) pour ça ?

Mouais… voyons voir ça dans notre bilan sur le pays des contes de fée !



BILAN


Allez, zou : points forts et points faibles, pour commencer !


POINTS FORTS


1. Les aménagements
ON LE SAIT, Efteling c’est joli. C’est richement thématisé, c’est boisé, c’est (souvent) très inspiré… Bref c’est agréable de s’y balader.


2. Les dark rides
Parc joli = jolis dark rides ? (vous noterez le chiasme ici présent) L’équation, dans le cas d’Efteling, fonctionne à plein régime ! On jettera un voile pudique sur l’immondice Carnival Festival, mais Droomvlutch, Fata Morgana et surtout l’éblouissant Symbolica sont autant de réussites de classe européenne. On est évidemment pas encore au niveau d’un Spider Man ou d’un Forbidden Journey, mais Efteling n’a clairement pas à rougir face à Disneyland Paris.


3. L’atmosphère du parc
Qu’elle soit fantastique ou merveilleuse, c’est toujours particulièrement réussi à l’aide parfois de mises en scène très simples (le noir brumeux de Vliegende Hollander, les châteaux qui apparaissent au détour d’un bosquet). Efteling semble avoir très bien révisé les contes et mythes dont il s’inspire, et le travail pour recréer ces esthétiques et ambiances est particulièrement soigné !


4. La science du récit
A mon sens, c’est là la principale plus-value du parc (mais aussi en quelque sorte son souci, puisqu’il ne semble pas toujours se préoccuper du reste). Il y a un vrai désir de raconter des histoires à Efteling, et une véritable maitrise des codes narratifs dans la conception des attractions et aménagements du parc. Résultat : on se trouve très régulièrement embarqué dans ce qui est conté, même lors de simples préshows comme sur Baron.


5. L’offre d’attractions
C’est assez vaste : il y a beaucoup d’attractions, un peu de tout types (même si les water rides ne sont pas hyper représentés) donc largement de quoi occuper toute la famille une journée ou deux. Et ça c’est sans compter le bois des contes, qui peut à lui seul prendre une aprem si vous l’arpentez de long en large !


POINTS FAIBLES


1. Le manque de cohérence globale
J’en ai déjà parlé pendant mon récit : Efteling, c’est un peu le foutoir. Lorsque les arbres masquent les transitions entre les différents lieux du parc ça va, mais quand les esthétiques se superposent (comme dans la future zone Sinbad ou la zone de Python) ça casse un peu l’immersion. Dommage, surtout que ce n’est pas comme si le parc manquait de place...


2. Le manque d’attractivité des attractions
Ben oui, quand on accueille 5 millions de visiteurs par an, il faut commencer à envisager des attractions qui VALENT vraiment les 60mn d’attente pour y parvenir… Le souci d’Efteling, c’est que ses seules attractions d’exception sont les dark rides, qui ne sont pas par essence des attractions qui se refont à foison sans lassitude...


3. Les grands-huit
… ce qui est souvent sensé être le cas des grands-huit. Il y en a 8 à Efteling, le meilleur d’entre-eux est un wooden familial certes très sympathique mais qui ne donne pas envie d’affronter 45mn d’attente. Je pense que tout est dit !


4. Globalement, les sensations fortes
Bon là c’est pire encore : y’a rien ! Zéro ! Nada ! Le néant absolu !


5. Les files d’attentes
Ça m’embête un peu d’évoquer cela parce que la file d’attente de Vliegende Hollander est une des plus belles qu’on a eu l'occasion de voir, mais il y a trop de parcs à bœufs dans ce parc… Alors quand ceux-ci sont en intérieur (pour bieeeeen que les cris des gamins résonnent) et en mode aquarium (pour bieeeen qu’on ait rien à regarder), c’est non !


5. La bouffe.
Bof, très très bof même.


6. Où sont les water rides ?
A part Pirana, visiblement aux abonnés absents ! (et ne me parlez pas de Vliegende Hollander, S'IL VOUS PLAIT)





TOP 10 DES ATTRACTIONS DU PARC


1. Joris en de Draak (oui je reste coasterfan...)

2. Symbolica

3. Der Vliegende Hollander


4. Fata Morgana

5. Droomvlutch

6. Baron (... coasterfan mais bon faut pas abuser non plus)

7. Bois des Contes

8. Python

9. Vogel Rok

10. Pirana

CONCLUSION


Bon alors, 1j ou 2j à Efteling ? Difficile à dire… Disons que si nous avions eu un meilleur temps la veille, nous aurions sans doute pu caser le bois des contes quelque part dans notre journée, et dans ce cas-là on ne serait certainement pas revenus une deuxième journée ! Car en définitive, si Efteling a d’indéniables qualités, le fait qu’il ne donne pas envie de refaire ce qu’il propose amène directement à un global manque d’envie d’y revenir. Vous me direz : c’est souvent aussi un constat que l’on fait à l’égard d’Europa Park… Ce à quoi je répondrais : oui, mais pas vraiment. Déjà, en plus de posséder une offre d’attraction plus vaste (surtout en termes de water rides) EP a quand même des arguments bien plus solides en matières de grands-huit : Blue Fire, Wodan et Cancan coaster sont très bons (meilleurs que tout ce que propose Efteling), et à mon sens méritent davantage de patienter 45mn, d’autant plus que leurs files d’attentes sont plus agréables. En outre, Europa Park est plus cohérent dans son ensemble, plus efficace dans ses opérations, la bouffe y est meilleure, et même si les dark rides y sont moins réussis on a quand même de quoi en prendre plein les mirettes dans Piraten in Batavia ou juste en se baladant dans le parc.

Bref, tout ça pour dire qu’Efteling est un bon parc – ça ne fait aucun doute – mais ses nombreux défauts commencent pas mal à se voir pour une entreprise de cette envergure. En tout cas, je crois que s’il fallait choisir je préférerais une journée à Toverland !



Allez, c’est tout pour cette conclusion. Je pourrais continuer car il y a beaucoup à dire sur Efteling, m’enfin il me reste 2 parcs à boucler dans ce récit et je crois que je m’épanche déjà pas mal ! La semaine prochaine, on s’attaque à un autre morceau hollandais, plus au nord…

 

Toto662

Membre
2 Avril 2014
2 157
135
27
Angers
Ben oui si moi je peux pas y aller alors personne n'ira 😈

Plus sérieusement, j'ai quand même bien aimé Efteling au final, même si c'était clairement pas le meilleur parc du séjour. Ca reste supérieur à un Bobbejaanland, et de toute façon en meeting tout parc décuple drastiquement son potentiel 😅 y'a moyen de faire des tours d'anthologie sur Joris notamment...
 

Twan

Membre
27 Septembre 2008
5 619
7
32
Lille
C'était du troll, mais je te rejoins sur le fait qu'on y passe une bonne journée, mais ce n'est pas un parc mémorable.